Skip to main content

Full text of "Les Trois Mousquetaires"

See other formats


Google 



This is a digital copy of a book thaï was prcscrvod for générations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project 

to make the world's bocks discoverablc online. 

It has survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 

to copyright or whose légal copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 

are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that's often difficult to discover. 

Marks, notations and other maiginalia présent in the original volume will appear in this file - a reminder of this book's long journcy from the 

publisher to a library and finally to you. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing this resource, we hâve taken steps to 
prcvcnt abuse by commercial parties, including placing lechnical restrictions on automated querying. 
We also ask that you: 

+ Make non-commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use thèse files for 
Personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain fivm automated querying Do nol send automated queries of any sort to Google's System: If you are conducting research on machine 
translation, optical character récognition or other areas where access to a laige amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for thèse purposes and may be able to help. 

+ Maintain attributionTht GoogX'S "watermark" you see on each file is essential for informingpcoplcabout this project and helping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep it légal Whatever your use, remember that you are lesponsible for ensuring that what you are doing is légal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countiies. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can'l offer guidance on whether any spécifie use of 
any spécifie book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search means it can be used in any manner 
anywhere in the world. Copyright infringement liabili^ can be quite severe. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps rcaders 
discover the world's books while helping authors and publishers reach new audiences. You can search through the full icxi of ihis book on the web 

at |http: //books. google .com/l 



I 



I3atvac& Collège Xibrarj 

FROM 





3 2044 102 774 841 



\ 



y 



V 



■/(JT-^ '.- . U- , 



O • -, 



r I » 



/LC0L<1 



/ / 



fV.s^^-^ 7 ■ ' 






I f- ,y . 






->. l^^l' 



^» 



LES 



Trois Mousquetaires 



TAS, 



ALEXANDRE DUMAS. 



EDITBD AND ANNOTATED, FOR USE IN COLLBGBS 

AND SCHOOLS, 



BY 



F. C. SUMICHRAST, 

Assistant Pbofbssob of Fbbnch in Habtabd 

Uniybbsitt. 



-o^^^/o^ 



BOSTON, U.S.A. 

FUBLISHED BY GINN & COMPANY. 

1900 



^Am('"'\" Kt-^i 



e. S " :!" . " '■ 



'''I 




r/^ 



•\ ù , 



Bntered, aooording to Act of CongreM, in tbe year 1889, by 

F. C. SUMICHRA8T, 
In tbe Office of the Llbrarian of Congress, at Washington. 



All Riohts Rbbbrybd. 



Ttpogràpht by J. s. Cushino & Ce, Boston, U.S.A. 



PBBSSWORK BT GiNN Se CO., BOBTON, U.8.A. 



PREFACE. 



Alexandre Dumas' "beat work," says a distinguished critic, 
Mr. G. Saintsbury, " such as the whole of the long séries ranging 
from Les Trois Mousquetaires through Vingt Ans Après to Le 
Vicomte de Bragelonne, the still longer séries of which La Reine 
Margot is a member, and parts of others, bas remarkable and 
almost unique merits/' 

** There is not a spot on this earth, reached by the French lan- 
guage," remarks the conservative Msard, " where admiration has 
not been excited by his gifts as a story-teller, his inexhaustible 
abundance of diverting inventions, his thoroughly French and 
brilliant dialogue, his easy, natural style, his swing, and his 
defects, which one has not had time to notice, so completely does 
he carry you away at his own sweet will." 

Thèse estimâtes sufficiently indicate the unabated popularity 
which Dumas' works enjoy. But at the same time ail critics con- 
cède that even in his best works there are blemishes and f aults, — 
the most conspicuous being too fréquent fiUing-out and passages 
of more than doubtful morality. Thèse hâve proved insurmount- 
able obstacles to the adoption of Dumas' novels for collège and 
school use, and the présent édition of Les Trois Mousquetaires is 
an attempt to ofEer a condensation of the book, in which, while 
leaving the main f eatures of the story, the brilliant descriptions, 
the characteristic dialogue, and the captivating rush of adventures 
untouched, ail objectionable passages are excised, and the volume 



iv Préface. 

brought within such limita of length that it may be conveniently 
used as a text-book. 

The notes are divided into two parts — the first contaming ex- 
planations of difficult passages and allusions, and the second brief 
notices of the principal historical personages and places mentioned 
in the course of the narrative. Thèse are arranged in alphabetical 
order. 

The original division into chapters has been preserved. 

JuNB, 1889. 



TABLE DES CHAPITRES. 



TOME PREMIER. 

Chap. Paob 

I. — Les trois présents de M. d'Artagnan père . 1 

II. — L'antichambre de M. de Tréville 12 

III. — L'audience 20 

IV. — Sommaire 29 

V. — Les mousquetaires du roi et les gardes de M. le cardinal 30 

VI. — Sa Majesté le roi Louis treizième 43 

VII. — L'intérieur des mousquetaires 66 

VIII. — Une intrigue de cour 71 

IX. — Sommaire 76 

X. — Une souricière au dix-septième siècle 76 

XI.-XIII. — Sommaire 87 

XIV. — L'homme de Meung 88 

XV. — Gens de robe et gens d'épée 98 

XVI.-XVIII.— Sommaire 107 

XIX. — Plan de campagne ; 108 

XX. —Voyage 117 

XXI. — La comtesse de Winter 131 

XXII. — Le ballet de la Merlaison 136 

XXIIL-XXVII. — Sommaire 141 

XXVIII. — Le femme d'Athos 163 

XXIX.-XXX. — Sommaire 154 



vi Tahle des Chapitres, 

TOME DEUXIÈME. 

Chap. Paob 

I.-Vni. — Sommaire 164 

IX. — Vision 166 

X. — Une vision terrible 169 

XI. — Le siège de la Rochelle 161 

XII. — Le vin d'Anjou 173 

XIII. — L'auberge du Colombier-Rouge 182 

XIV.-XV. — Sommaire 191 

XVI. — Le bastion Saint-Gervais 192 

XVn. — Le conseil des mousquetaires 201 

XVIIL-XX. — Sommaire 221 

XXL— Officier 222 

XXII.-XXIX. — Sommaire 226 

XXX.— En France 227 

XXXI.-XXXIIL— Sommaire 233 

XXXIV. — L'homme au manteau rouge 237 

XXXV.— Jugement 243 

XXX VL — L'exécution 244 

Conclusion 250 

Épilooub 261 



Notes 263 



LES 



TROIS MOUSQUETAIRES. 



I. 

LES TROIS PRÉSENTS DE M. D'ARTAGNAN PÈRE. 

Le premier lundi du mois d'avril 1626, le bourg de Me- 
ung, où naquit Pauteur du Roman de la Bose,^ semblait être 
dans une révolution aussi entière que si les huguenots en 
fussent venus faire une seconde Rochelle. Plusieurs bour- 
geois voyant s'enfuir les femmes du côté de la Grande-RuOi 
entendant les enfants crier sur le seuil des portes, se hâ- 
taient d'endosser la cuirasse, et, appuyant leur contenance 
quelque peu incertaine d'un mousquet ou d'une pertuisane, 
se dirigeaient vers l'hôtellerie du Frano-Meunier, devant 
laquelle s'empressait, en grossissant de minute en minute, 
un groupe compacte, bruyant et plein de curiosité. 

En ce temps-là les paniques étaient fréquentes, et peu de 
jours se passaient sans qu'une ville ou Vautre enregistrât sur 
ses archives quelque événement de ce genre. Il y avait les 
seigneurs qui guerroyaient entre eux ; il y avait le roi qui 
faisait la guerre au cardinal;' il y avait l'Espagnol qui 
faisait la guerre au roi. Puis, outre ces guerres sourdes ou 
publiques, secrètes ou patentes, il y avait encore les voleurs, 
les mendiants, les huguenots, les loups et les laquais, qui 
faisaient la guerre à tout le monde. Les bourgeois s'ar- 



2 Leê Troie Mousquetaires, 

maient toujours contre les voleurs, contre les loups, contre les 
laquais, — souvent contre les seigneurs et les huguenots, — 
quelquefois contre le roi ; — mais jamais contre le cardinal 
et l'Espagnol. Il résulta donc de cette habitude prise, que 
ce susdit premier lundi du mois d'avril 1625, les bourgeois, 
entendant du bruit, et ne voyant ni le guidon jaune et 
rouge,* ni la livrée du duc de Richelieu, se précipitèrent du 
côté de l'hôtel du Franc-Meunier, 

Arrivé là, chacun put voir et reconnaître la cause de 
cette rumeur. 

Un jeune homme . . . — traçons son portrait d'un seul 
trait de plume : — figurez-vous don Quichotte à dix-huit ans ; 
don Quichotte décorselé, sans haubert et sans cuissards;^ 
don Quichotte revêtu d'un pourpoint de laine dont la couleur 
bleue s'était transformée en une nuance insaisissable de lie 
de vin et d'azur céleste. Visage long et brun ; la pommette 
des joues saillante, signe d'astuce; les muscles maxillaires 
énormément développés, indice infaillible auquel on recon- 
naît le Grascon, même sans béret,* et notre jeune homme 
portait un béret orné d'une espèce de plume; l'œil ouvert 
et intelligent; le nez crochu, mais finement dessiné; trop 
grand pour un adolescent, trop petit pour un homme fait, et 
qu'un œil peu exercé eût pris pour un fils de fermier en voy- 
age, sans la longue épée qui, pendue à un baudrier de peau, 
battait les mollets de son propriétaire quand il était à pied, 
et le poil hérissé de sa monture quand il était à cheval. 

Car notre jeune homme avait une monture, et cette mon- 
ture était même si remarquable, qu'elle fut remarquée: 
c'était un bidet du Béarn,* âgé de douze ou quatorze ans, 
jaune de robe, sans crins à la queue, mais non pas sans 
javarts aux jambes, et qui, tout en marchant la tête plus 
bas que les genoux, ce qui rendait inutile l'application de la 
martingale, faisait encore également ses huit lieues par jour. 
Malheureusement les qualités de ce cheval étaient si bien 



Le9 Trou Mouèquetaires. 8 

cachées sous son poil étrange et son allure incongrue, que 
dans un temps où tout le monde se connaissait en chevaux, 
l'apparition du susdit bidet à Meung, où il était entré il y 
avait un quart d'heure à peu près par la porto de Beau- 
gency, produisit une sensation dont la défaveur rejaillit 
jusqu'à son cavalier. 

Et cette sensation avait été d'autant plus pénible au jeune 
d'Artagnan (ainsi s'appelait le don Quichotte de cette autre 
Rossinante), qu'il ne se cachait pas le côté ridicule que lui 
donnait, si bon cavalier qu'il fût, une pareille monture : aussi 
avait-il fort soupiré en acceptant le don que lui en avait 
fait M. d'Artagnan père. Il n'ignorait pas qu'une pareille 
bête valait au moins vingt livres j^ il est vrai que les paroles 
dont le présent avait été accompagné n'avaient pas de prix. 

— Mon fils, avait dit le gentilhomme gascon, — dans ce pur 
patois de Béam dont Henri IV n'avait jamais pu parvenir 
à se défaire, — mon fils, ce cheval est né dans la maison de 
votre père, il y a tantôt treize ans, et y est resté depuis 
ce temps-là, ce qui doit vous porter à l'aimer. Ne le ven- 
dez jamais, laissez-le mourir tranquillement et honorable- 
ment de vieillesse; et si vous faites campagne avec lui, 
ménagez-le comme vous ménageriez un vieux serviteur. Â 
la cour, continua M. d'Artagnan père, si toutefois vous avez 
l'honneur d'y aller, honneur auquel, du reste, votre vieille 
noblesse vous donne des droits, soutenez dignement votre 
nom de gentilhomme, qui a été porté dignement par vos 
ancêtres depuis plus de cinq cents ans, et pour vous et pour 
les vôtres. Par les vôtres, j'entends vos parents et vos amis. 
Ne supportez jamais rien ® que de M. le cardinal et du roi. 
C'est par son courage, entendez-vous bien, par son courage 
seul, qu'un gentilhomme fait son chemin aujourd'hui. Qui- 
conque tremble une seconde laisse peut-être échapper l'appât 
que, pendant cette seconde justement, la fortune lui tendait. 
Vous êtes jeune, vous devez être brave par deux raisons: 



4 Les Trois Mousquetaires, 

la première, c'est que vous êtes Gascon, et la seconde, c'est 
que vous êtes mon fils. Ne craignez pas les occasions et 
cherchez les aventures. Je vous ai fait apprendre à manier 
l'épée ; vous avez un jarret de fer, un poignet d'acier ; battez- 
vous à tout propos ; battez-vous, d'autant plus que les duels 
sont défendus, et que, par conséquent, il y a deux fois du 
courage à se battre. Je n'ai, mon fils, à vous donner que 
quinze écus,^ mon cheval et les conseils que vous venez d'en- 
tendre. Votre mère y ajoutera la recette d'un certain baume 
qu'elle tient d'une bohémienne, et qui a une vertu miracu- 
leuse pour guérir toute blessure qui n'atteint pas le cœur. 
Faites votre profit du tout, et vivez heureusement et long- 
temps. — Je n'ai plus qu'un mot à ajouter, et c'est un exemple 
que je vous propose, non pas le mien, car je n'ai, moi, jamais 
paru à la cour et n'ai fait que les guerres de religion en 
volontaire ; je veux parler de M. de Tréville, qui était mon 
voisin autrefois, et qui a eu l'honneur de jouer tout enfant 
avec notre roi Louis XIII®, que Dieu conserve ! Quelque- 
fois leurs jeux dégénéraient en batailles, et dans ces batailles 
le roi n'était pas toujours le plus fort. Les coups qu'il en 
reçut lui donnèrent beaucoup d'estime et d'amitié pour M. de 
Tréville. Plus tard M. de Tréville se battit contre d'autres : 
dans son premier voyage à Paris, cinq fois ; depuis la mort 
du feu roi jusqu'à la majorité du jeune, sans compter les 
guerres et les sièges, sept fois; et depuis cette majorité 
jusqu'aujourd'hui, cent fois peut-être! — Aussi, malgré les 
édits, les ordonnances et les arrêts, le voilà capitaine des 
mousquetaires, c'est-à-dire chef d'une légion de Césars dont 
le roi fait un très grand cas, et que M. le cardinal redoute, 
lui qui ne redoute pas grand' chose, comme chacun sait. 
De plus, M. de Tréville gagne dix mille écus par an ; c'est 
donc un fort grand seigneur. — Il a commencé comme vous ; 
allez le voir avec cette lettre, et réglez-vous sur lui, afin de 
faire comme lui. 



Le» Troi» Mou»quetaire9. 5 

Sur quoi M. d'Artagnan père ceignit à son fils sa propre 
épée, l'embrassa tendrement sur les deux joues et lui donna 
sa bénédiction. 

En sortant de la chambre paternelle, le jeune homme 
trouva sa mère qui l'attendait avec la fameuse recette dont 
les conseils que nous venons de rapporter devaient nécessiter 
un assez fréquent emploi. Les adieux furent de ce côté plus 
longs et plus tendres qu'ils ne l'avaient été de l'autre, non 
pas que M. d'Artagnan n'aimât son fils, qui était sa seule 
progéniture, mais M. d'Artagnan était un homme, et il eût 
regardé comme indigne d'un homme de se laisser aller à son 
émotion, tandis que madame d'Artagnan était femme et de 
plus était mère. — Elle pleura abondamment, et, disons-le 
à la louange de M. d'Artagnan fils, quelques efforts qu'il ten- 
tât pour rester ferme comme le devait être un futur mous- 
quetaire, la nature l'emporta, et il versa force larmes, dont 
il parvint à grand' peine à cacher la moitié. 

Le même jour le jeune homme se mit en route, muni des 
trois présents paternels et qui se composaient, comme nous 
l'avons dit, de quinze écus, du cheval et^ de la lettre pour 
M. de Tréville ; comme on le pense bien, les conseils avaient 
été donnés par-dessus le marché. 

Avec un pareil vade mecum, d'Artagnan se trouva, au 
moral comme au physique, une copie exacte du héros de 
Cervantes, auquel nous l'avons si heureusement comparé 
lorsque nos devoirs d'historien nous ont fait une nécessité 
de tracer son portrait. Don Quichotte prenait les moulins 
à vent pour des géants et les moutons pour des armées; 
d'Artagnan prit chaque sourire pour une insulte et chaque 
regard pour une provocation. Il en résulta qu'il eut tou- 
jours le poing fermé depuis Tarbes jusqu'à Meung, et que 
l'un dans l'autre • il porta la main au pommeau de son épée 
dix fois par jour ; toutefois le poing ne descendit sur au- 
cune mâchoire et l'épée ne sortit point de son fourreau. Ce 



6 Leè Trois Mousquetaires, 

n'est pas que la vue du malencontreux bidet jaune n'épa- 
nouît bien des sourires ^ sur les visages des passants ; mais, 
comme au-dessus du bidet sonnait une épée de taille respect- 
able et qu'au-dessus de cette épée brillait un œil plutôt 
féroce que fier, les passants réprimaient leur hilarité, ou, si 
l'hilarité l'emportait sur la prudence, ils tâchaient au moins 
de ne rire que d'un seul côté, comme les masques antiques. 
D'Artagnan demeura donc majestueux et intact dans sa 
susceptibilité ^^ jusqu'à cette malheureuse ville de Meung. 

Mais là, comme il descendait de cheval à la porte du 
Franc-Meunier sans que personne, hôte, garçon ou palefre- 
nier, fût venu prendre l'étrier au montoir, d'Artagnan avisa 
à une fenêtre entr'ouverte du rez-de-chaussée un gentil- 
homme de belle taille et de haute mine, quoique au visage 
légèrement renfrogné, lequel causait avec deux personnes 
qui paraissaient l'écouter avec déférence. D'Artagnan crut 
tout naturellement, selon son habitude, être l'objet de la con- 
versation et écouta. Cette fois d'Artagnan ne s'était trompé 
qu'à moitié : ce n'était pas de lui qu'il était question, mais 
de son chevaL Le gentilhomme paraissait énumérer à ses 
auditeurs toutes ses qualités, et comme, ainsi que je l'ai 
dit, les auditeurs paraissaient avoir une grande déférence 
pour le narrateur, ils éclataient de rire à tout moment. Or, 
comme un demi-sourire suffisait pour éveiller l'irascibilité 
du jeune homme, on comprend quel effet produisit sur lui 
tant de bruyante hilarité. 

Cependant d'Artagnan voulut d'abord se rendre compte 
de la physionomie de l'impertinent qui se moquait de lui. 
Il fixa son regard fier sur l'étranger et reconnut un homme 
de quarante à quarante-cinq ans, aux yeux noirs et perçants, 
au teint pâle, au nez fortement accentué, à la moustache 
noire et parfaitement taillée ; il était vêtu d'un pourpoint 
et d'un haut-de-chausses violet avec des aiguillettes de 
même couleur, sans aucun ornement que les crevés habi- 



Leê Troie Mouèqaetaireè. 7 

tuels par lesquels passait la chemise. Ce haut-de-chansses 
et ce pourpoint, quoique neufs, paraissaient froissés comme 
des habits de voyage longtemps renfermés dans un porte- 
manteau. D'Artagnan fit toutes ces remarques avec la 
rapidité de l'observateur le plus minutieux, et sans doute 
par un sentiment instinctif qui lui disait que cet inconnu 
devait avoir une grande influence sur sa vie à venir. 

Or, comme au moment où d'Artagnan fixait son regard 
sur le gentilhomme au pourpoint violet, le gentilhomme 
faisait à l'endroit" du bidet béarnais une de ses plus sa- 
vantes et de ses plus profondes démonstrations, ses deux 
auditeurs éclatèrent de rire, et lui-même laissa visiblement, 
contre son habitude, errer,^ si Ton peut parler ainsi, un pâle 
sourire sur son visage. Cette fois, il n'y avait plus de 
doute, d'Artagnan était réellement insulté. Aussi, plein 
de cette conviction, enfonça-t-il son béret sur ses yeux, et, 
tâchant de copier quelques-uns des airs de cour qu'il avait 
surpris en Gascogne chez des seigneurs en voyage, il s'ar 
vança une main sur la garde de son épée et l'autre appuyée 
sur la hanche. Malheureusement au fur et à mesure qu'il 
avançait, la colère l'aveuglant de plus en plus, au lieu du 
discours digne et hautain qu'il avait préparé pour formuler 
sa provocation, il ne trouva plus au bout de sa langue qu'une 
personnalité grossière qu'il accompagna d'un geste furieux. 

— Eh! Monsieur, s'écria-t-il. Monsieur, qui vous cachez 
derrière ce volet ! oui, vous, dites-moi donc un peu de quoi 
vous riez, et nous rirons ensemble. 

Le gentilhomme ramena lentement les yeux de la mon- 
ture au cavalier, comme s'il lui eût fallu un certain temps 
pour comprendre que c'était à lui que s'adressaient de si 
étranges reproches; puis, lorsqu'il ne put plus conserver 
aucun doute, ses sourcils se froncèrent légèrement, et après 
une assez longue pause, avec un accent d'ironie et d'inso- 
lence impossible à décrire, il répondit à d' Artagnan : 



8 Le% Troie Mou»quetaireè. 

— Je ne vous parle pas, Monsieur. 

— Mais je vous parle, moi, s'écria le jeune homme ex- 
aspéré de ce mélange d'insolence et de bonnes manières, de 
convenances et de dédains. 

L'inconnu le regarda encore un instant avec son léger 
sourire, et, se retirant de la fenêtre, sortit lentement de 
l'hôtellerie pour venir à deux pas de d'Artagnan se planter 
en face du cheval. Sa contenance tranquille et sa physio- 
nomie railleuse avaient redoublé l'hilarité de ceux avec 
lesquels il causait et qui, eux, étaient restés à la fenêtre. 

D'Artagnan, le voyant arrivé, tira son épée d'un pied hors 
du fourreau. 

— Ce cheval est décidément ou plutôt a été dans sa jeu- 
nesse bouton d'or, reprit l'inconnu continuant les investiga- 
tions commencées et s'adressant à ses auditeurs de la fenêtre, 
sans paraître aucunement remarquer l'exaspération de d'Ar- 
tagnan, qui cependant se redressait entre lui et eux. C'est 
une couleur fort connue en botanique, mais jusqu'à présent 
fort rare chez les chevaux. 

— Tel rit du cheval" qui n'oserait pas rire du maître, 
s'écria l'émule de Tréville furieux. 

— Je ne ris pas souvent. Monsieur, reprit l'inconnu, ainsi 
que vous pouvez le voir vous-même à l'air de mon visage ; 
mais je tiens cependant à conserver le privilège de rire 
quand il me plaît. 

— Et moi, s'écria d'Artagnan, je ne veux pas qu'on rie 
quand il me déplaît. 

— En vérité. Monsieur? continua l'inconnu plus calme 
que jamais, eh bien ! c'est parfaitement juste ; et tournant 
sur ses talons, il s'apprêta à rentrer dans l'hôtellerie par la 
grande porte, sous laquelle d'Artagnan en arrivant avait 
remarqué un cheval tout sellé. 

Mais d'Artagnan n'était pas de caractère à lâcher ainsi 
un homme qui avait eu l'insolence de se moquer de lui. II 



Les Trois Mousquetaires. 9 

tira son épée entièrement du fourreau et se mit à sa pour- 
suite en criant : 

— Tournez, tournez donc, Monsieur le railleur, que je ne 
vous frappe point par derrière. 

— Me frapper, moi ! dit l'autre en pivotant sur ses talons 
et en regardant le jeune homme avec autant d'étonnement 
que de mépris. Allons, allons donc, mon cher, vous êtes 
fou! Puis à demi voix, et comme s'il se fût parlé à lui- 
même : — C'est fâcheux, continuart-il ; quelle trouvaille pour 
Sa Majesté, qui cherche des braves de tous côtés pour re- 
cruter ses mousquetaires ! 

Il achevait à peine, que d'Artagnan lui allongea un si 
furieux coup de pointe,^ que, s'il n'eût fait vivement un 
bond en arrière, il est probable qu'il eût plaisanté pour la 
dernière fois. L'inconnu vit alors que la chose passait la 
raillerie,^® tira son épée, salua son adversaire et se mit 
gravement en garde. Mais au même moment ses deux 
auditeurs, accompagnés de l'hôte, tombèrent sur d'Artagnan 
à grands coups de bâton, de pelles et de pincettes. Cela fit 
une diversion si rapide et si complète à l'attaque, que l'ad- 
versaire de d'Artagnan, pendant que celui-ci se retournait 
pour faire face à cette grêle de coups, rengainait avec la 
même précision, et, d'acteur qu'il avait manqué d'être, rede- 
venait spectateur du combat, rôle dont il s'acquitta avec son 
impassibilité ordinaire, tout en marmottant néanmoins : 

— La peste soit des Gascons ! Remettez-le sur son cheval 
orange et qu'il s'en aille. 

— Pas avant de t'àvoir tué, lâche ! criait d'Artagnan, tout 
en faisant face du mieux qu'il pouvait et sans reculer d'un 
pas à ses trois ennemis, qui le moulaient de coups. 

— Encore une gasconnade, murmura le gentilhomme. Sur 
mon honneur, ces Gascons sont incorrigibles! Continuez 
donc la danse,^'^ puisqu'il le veut absolument. Quand il sera 
las, il dira qu'il en a assez. 



10 Le9 Traie Mousquetaires. 

Mais rinconna ne savait pas encore à quel genre d'entêté 
il avait afiEaire;. d'Artagnan n'était pas homme à jamais 
demander merci. Le combat continua donc quelques se- 
condes encore ; enfin d' Artagnan, épuisé, laissa échapper son 
épée, qu'un coup de bâton brisa en deux morceaux. Un 
autre coup, qxd lui entama le front, le renversa presque en 
même temps tout sanglant et presque évanoui 

C'est à ce moment que de tous côtés on accourut sur le 
lieu de la scène. L'hôte, craignant du scandale, emporta, 
avec l'aide de ses garçons, le blessé dans la cuisine, où quel- 
ques soins lui furent accordés. 

L'hôte rapporte au gentilhomme les menaces du blessé, qui a parlé 
de M. de Tréyille, pour lequel il est porteur d'une lettre. Le gentil- 
homme profite du moment où Ton panse d'Artagnan pour lui yoler sa 
lettre, ce que celui-ci n'apprend que plus tard. 

— Alors, c'est mon voleur, répondit d'Artagnan ; je m'en 
plaindrai à M. de Tréville, et M. de Tréville s'en plaindra 
au roi. Puis il tira majestueusement deux écus de sa poche, 
les donna à l'hôte, qui l'accompagna, le chapeau à la main, 
jusqu'à la porte, remonta sur son cheval jaune, qui le con- 
duisit sans autre accident jusqu'à la porte Saint-Antoine à 
Paris, où son propriétaire le vendit trois écus, ce qui était 
fort bien payé, attendu que d'Artagnan l'avait fort surmené 
pendant la dernière étape. Aussi le maquignon auquel 
d'Artagnan le céda moyennant les neuf livres susdites ne 
cacha-t-il point au jeune homme qu'il n'en donnait cette 
somme exorbitante qu'à cause de l'originalité de sa couleur. 

D'Artagnan entra donc dans Paris à pied, portant son 
petit paquet sous son bras, et marcha tant qu'il trouvât à 
louer une chambre qui convint à l'exiguïté de ses ressourcés. 
Cette chambre fut une espèce de mansarde, sise " rue des 
Fossoyeurs, près du Luxembourg. 

Aussitôt le denier à Dieu donné,^' d'Artagnan prit pos- 



Leê Troie Mousqu^taireê. 11 

session de son logement, passa le reste de la journée à 
coudre à son pourpoint et à ses chausses des passementeries 
que sa mère avait détachées d'un pourpoint presque neuf 
de M. d'Artagnan père, et qu'elle lui avait données en 
cachette ; puis il alla quai de la Ferraille faire remettre une 
lame à son épée; puis il revint au Louvre s'informer, au 
premier mousquetaire qu'il rencontra, de la situation de 
l'hôtel de M. de Tréville, lequel était situé rue du Vieux- 
Colombier, c'est-à-dire justement dans le voisinage de la 
chambre arrêtée par d'Artagnan : circonstance qui lui parut 
d'un heureux augure pour le succès de son voyage. 

Après quoi, content de la façon dont il s'était conduit à 
Meung, sans remords dans le passé, confiant dans le présent 
et plein d'espérance dans l'avenir, il se coucha et s'endormit 
du sommeil du brave. 

Ce sommeil, tout provincial " encore, le conduisit jusqu'à 
neuf heures du matin, heure à laquelle il se leva pour se 
rendre chez ce fameux M. de Tréville, le troisième person- 
nage du royaume d'après l'estimation paternelle. 



12 Les Trais Mauêquetaireê, 



II. 

L'ANTICHAMBRE DE M. DE TRÉVILLE. 

M. de Troisville, comme s'appelait encore sa famille en 
Grascogne, ou M. de Tréville, comme il avait fini par s'appeler 
lui-même à Paris, avait réellement commencé comme d'Arta- 
gnan, c'est-à-dire sans un sou vaillant,^ mais avec ce fonds 
d'audace, d'esprit et d'entendement, qui fait que le plus 
pauvre gentillâtre gascon reçoit souvent plus en ses espé- 
rances de l'héritage paternel que le plus riche gentilhomme 
périgourdin ou berrichon * ne reçoit en réalité. Sa bravoure 
insolente, son bonheur plus insolent encore dans un temps 
où les coups pleuvaient comme grêle, l'avaient hissé au 
sommet de cette échelle difficile qu'on appelle la faveur de 
cour, et dont il avait escaladé quatre à quatre les échelons. 

Il était l'ami du roi, lequel honorait fort, comme chacun 
sait, la mémoire de son père Henri IV. Le père de M. de 
Tréville l'avait si fidèlement servi dans ses guerres contre 
la Ligue, qu'à défaut d'argent comptant, — chose qui toute 
la vie manqua au Béarnais, lequel paya constamment ses 
dettes avec la seule chose qu'il n'eût jamais besoin d'em- 
prunter, c'est-à-dire avec de l'esprit, — qu'à défaut d'argent 
comptant, disons-nous, il l'avait autorisé, après la reddition 
de Paris, à prendre pour armes un lion d'or passant sur 
gueules * avec cette devise : fidelis et foHis. C'était beau- 
coup pour l'honneur, mais c'était médiocre pour le bien-être. 
Aussi, quand l'illustre compagnon du grand Henri mourut, 
il laissa pour seul héritage, à M. son fils, son épée et sa 
devise. Grâce à ce double don et au nom sans tache qui 



Les Trois Mousquetaires. 18 

l'accompagnait, M. de Tréville fut admis dans la maison du 
jeune prince, où il se servit si bien de son épée, et fut si fidèle 
à sa devise, que Louis XIII, une des bonnes lames* du 
royaume, avait l'habitude de dire que, s'il avait un ami qui 
se battît, il lui donnerait le conseil de prendre pour second, 
lui d'abord, et Tréville après, et peut-être même avant 
lui. 

Aussi Louis XIII avait-il un attachement réel pour Tré- 
ville, attachement royal, attachement égoïste, c'est vrai, 
mais qui n'en était pas moins un attachement. C'est que 
dans ces temps malheureux on cherchait fort à s'entourer 
d'hommes de la trempe de Tréville. Beaucoup pouvaient 
prendre pour devise l'épithète de fort, qui faisait la seconde 
partie de son exergue;* mais peu de gentilshommes pou- 
vaient réclamer l'épithète de fidèle, qui en formait la pre- 
mière. Tréville était un de ces derniers ; c'était une de ces 
rares organisations, à l'intelligence obéissante comme celle 
du dogue, à la valeur aveugle, à l'œil rapide, à la main 
prompte, à qui l'oeil n'avait été donné que pour voir si le 
roi était mécontent de quelqu'un, et la main que pour 
frapper ce déplaisant quelqu'un, un Besme, un Maurevers, 
un Poltrot de Méré, un Vitry. Enfin, à Tréville, il n'avait 
manqué jusque-là que l'occasion ; mais il la guettait, et il se 
promettait bien de la saisir par ses trois cheveux* si jamais 
elle passait à la portée de sa main. Aussi Louis XIII fit-il 
de Tréville le capitaine de ses mousquetaires, lesquels 
étaient à Louis XIII, pour le dévouement ou plutôt pour le 
fanatisme, ce que ses ordinaires ^ étaient à Henri III et ce 
que sa garde écossaise était à Louis XL 

De son côté, et sous ce rapport, le cardinal n'était pas en 
reste® avec le roi. Quand il avait vu la formidable élite 
dont Louis XIII s'entourait, ce second ou plutôt ce premier 
roi de France avait voulu, lui aussi, avoir sa garde. Il eut 
donc ses mousquetaires, comme Louis XIII avait les siens, 



14 Leè Trois Mousquetaires. 

et l'on voyait ces deux puissances rivales trier pour leur 
service, dans toutes les provinces de France et même dans 
tous les États étrangers, les hommes célèbres pour les 
grands coups d'épée." Aussi Richelieu et Louis XIII se 
disputaient souvent, en faisant leur partie d'échecs, le soir, 
au sujet du mérite de leurs serviteurs. Chacun vantait la 
tenue et le courage des siens; et tout en se prononçant 
tout haut contre les duels et contre les rixes, il les excitaient 
tout bas à en venir aux mains, et concevaient un véritable 
chagrin ou une joie immodérée de la défaite ou de la victoire 
des leurs. Ainsi du moins le disent les mémoires d'un 
homme qui fut dans quelques-unes de ces défaites et dans 
beaucoup de ces victoires. 

Tréville avait pris le côté faible de son maître, et c'est à 
cette adresse qu'il devait la longue et constante faveur d'un 
roi qui n'a pas laissé la réputation d'avoir été très-fidèle à 
ses amitiés. Il faisait parader ses mousquetaires devant le 
cardinal Armand Duplessis avec un air narquois qui héris- 
sait de colère la moustache grise de Son Éminence. Tréville 
entendait admirablement bien la guerre de cette époque, où, 
quand on ne vivait pas aux dépens de l'ennemi, on vivait 
aux dépens de ses compatriotes : ses soldats formaient une 
légion de diables-à-quatre,^*^ indisciplinée pour tout autre 
que pour lui. 

Débraillés, avinés, écorchés," les mousquetaires du roi, ou 
plutôt ceux de M. de Tréville, s'épandaient dans les^ cabarets, 
dans les promenades, dans les jeux publics, criant fort, et 
retroussant leurs moustaches, faisant sonner leurs épées, 
heurtant avec volupté les gardes de M. le cardinal, quand 
ils les recontraient ; puis dégatnant en pleine rue, avec mille 
plaisanteries; tués quelquefois, mais sûrs en ce cas d'être 
pleures et vengés; tuant souvent et sûrs alors de ne pas 
moisir en prison, M. de Tréville était là pour les réclamer. 
Aussi M. de Tréville était-il loué sur toutes les gammes^ 



Le% Trois Mousquetaires, 15 

par ces hommes qui l'adoraient, et qui, tout gens de sac et de 
corde ^ qu'ils étaient, tremblaient devant lui comme des 
écoliers devant leur maître, obéissant au moindre mot, et 
prêts à se faire tuer pour laver le moindre reproche. 

M. de Tréville avait usé de ce levier puissant, pour le roi 
d'abord et les amis du roi, — puis pour lui-même et pour ses 
amis. Au reste, dans aucun des mémoires de ce temps, qui 
a laissé tant de mémoires, on ne voit que ce digne gentil- 
homme ait été accusé, même par ses ennemis, et il en avait 
autant parmi les gens de plume que chez les gens d'épée ; 
nulle part on ne voit, disons-nous, que ce digne gentilhomme 
ait été accusé de se faire payer la coopération de ses séides.^* 
Avec un rare génie d'intrigue, qui le rendait l'égal de plus 
forts intrigants, il était resté honnête homme. Bien plus 
en dépit des grandes estocades qui déhanchent" et des exer- 
cices pénibles qui fatiguent, il était devenu un des plus 
galants coureurs de ruelles, un des plus fins damerets, un 
des plus alambiqués diseurs de phœbus^® de son époque. 
Le capitaine des mousquetaires était donc admiré, craint et 
aimé, ce qui constitue l'apogée des fortunes humaines. 

Louis XIV absorba tous les petits astres de sa cour dans 
son vaste rayonnement ; mais son père, soleil pluribus 
impar,^'^ laissa sa splendeur personnelle à chacun de ses 
favoris, sa valeur individuelle à chacun de ses courtisans. 
Outre le lever du roi et celui du cardinal, on comptait alors 
à Paris plus de deux cents petits levers un peu recherchés. 
Parmi les deux cents petits levers, celui de Tréville était 
un des plus courus.^ 

La cour de son hôtel, situé rue du Vieux-Colombier, ressem- 
blait à un camp, et cela dès six heures du matin en été et 
dès huit heures en hiver. Cinquante à soixante mousque- 
taires, qui semblaient s'y relayer pour présenter un nombre 
toujours imposant, s'y promenaient sans cesse armés en 
guerre et prêts à tout. Le long d'un de ces grands escaliers 



16 Les Troie Mousquetaires. 

sur l'emplacement desquels notre civilisation bâtirait une 
maison tout entière, montaient et descendaient les solliciteurs 
de Paris qui couraient après une faveur quelconque, les 
gentilshommes de province avides d'être enrôlés, et les 
laquais chamarrés de toutes couleurs, qui venaient apporter 
à M. de Tréville les messages de leurs maîtres. Dans l'anti- 
chambre, sur de longues banquettes circulaires, reposaient 
les élus, c'est-à-dire ceux qui étaient convoqués. Un bour- 
donnement durait là depuis le matin jusqu'au soir, tandis 
que M. de Tréville, dans son cabinet contigu à cette anti- 
chambre, recevait les visites, écoutait les plaintes, donnait 
ses ordres, et, comme le roi à son balcon du Louvre, n'avait 
qu'à se mettre à sa fenêtre pour passer la revue des hommes 
et des armes. 

Le jour où d'Artagnan se présenta, l'assemblée était im- 
posante, surtout pour un provincial arrivant de sa province: 
il est vrai que ce provincial était Gascon, et que surtout à 
cette époque les compatriotes de d'Artagnan avaient la ré- 
putation de ne point facilement se laisser intimider. En 
effet, une fois qu'on avait franchi la porte massive, chevillée 
de longs clous à tète quadrangulaire, on tombait au milieu 
d'une troupe de gens d'épée qui se croisaient dans la cour, 
s'interpellant, se querellant et jouant entre eux. Pour 
se frayer un passage au milieu de toutes ces vagues tourbil- 
lonnantes, il eût fallu être officier, grand seigneur ou jolie 
femme. 

Ce fut donc au milieu de cette cohue et de ce désordre que 
notre jeune homme avança le cœur palpitant, rangeant sa 
longue rapière le long de ses jambes maigres, et tenant une 
main au rebord de son feutre avec ce demi-sourire du provin- 
cial embarrassé qui veut faire bonne contenance. Avait-il 
dépassé un groupe, alors il respirait plus librement; mais 
il comprenait qu'on se retournait pour le regarder, et, 
pour la première fois de sa vie d'Artagnan, qui jusqu'à ce 



Les Trois Mousquetaires, 17 

jour avait une assez bonne opinion de lui-même, se trouva 
ridicule. 

Arrivé à l'escalier, ce fut pis encore : il y avait sur les pre- 
mières marches quatre mousquetaires qui se divertissaient à 
l'exercice suivant, tandis que dix ou douze de leurs cama- 
rades attendaient sur le palier que leur tour vînt de prendre 
place à la partie. 

Un d'eux, placé sur le degré supérieur, l'épée nue à la 
main, empêchait ou du moins s'efforçait d'empêcher les trois 
autres de monter. 

Ces trois autres s'escrimaient contre lui de leurs épées 
fort agiles. D'Artagnan prit d'abord ces fers pour des fleu- 
rets d'escrime, il les crut boutonnés : mais il reconnut bientôt 
à certaines égratignures que chaque arme, au contraire, était 
affilée et aiguisée à souhait, et à chacune de ces égratignures, 
non-seulement les spectateurs, mais encore les acteurs riaient 
comme des fous. 

Celui qui occupait le degré en ce moment tenait merveilleu- 
sement ses adversaires en respect. On faisait cercle autour 
d'eux : la condition portait qu'à chaque coup le touché quit- 
terait la partie en perdant son tour d'audience au profit du 
toucheur. En cinq minutes trois furent effleurés, l'un au 
poignet, l'autre au menton, l'autre à l'oreille, par le défen- 
seur du degré, qui lui-même ne fut pas atteint ; adresse qui 
lui valut, selon les conventions arrêtées, trois tours de 
faveur. 

Si difficile, non pas qu'il fût, mais qu'il voulût être à éton- 
ner, ce passe-temps étonna notre jeune voyageur; il avait 
vu dans sa province, cette terre où s'échauffent cependant si 
promptement les têtes, un peu plus de préliminaires aux 
duels, et la gasconnade de ces quatre joueurs lui parut la 
plus forte de toutes celles qu'il avait ouïes jusqu'alors, 
même en Gascogne. Il se crut transporté dans ce fameux 
pays des géants où Gulliver alla depuis et eut si grand'peur. 



18 Leê Trois Mousqttetaires. 

Le centre du groupe le plus animé était un mousquetaire 
de grande taille, d'une figure hautaine et d'une bizarrerie 
de costume qui attirait sur lui l'attention générale. Il ne 
portait pas, pour le moment, la casaque d'uniforme, qui, au 
reste, n'était pas absolument obligatoire dans cette époque de 
liberté moindre, mais d'indépendance plus grande, mais un 
justaucorps bleu de ciel, tant soit peu fané et râpé, et sur 
cet habit un baudrier magnifique, en broderies d'or, et qui 
reluisait comme les écailles dont l'eau se couvre au grand 
soleil. Un manteau long de velours cramoisi tombait avec 
grâce sur ses épaules, découvrant par devant seulement 
le splendide baudrier, auquel pendait une gigantesque 
rapière. 

Ce mousquetaire venait de descendre de garde ^ à l'instant 
même, se plaignait d'être enrhumé et toussait de temps en 
temps avec affectation. Aussi avait-il pris le manteau, à ce 
qu'il disait autour de lui, et tandis qu'il parlait du haut de 
sa tête, en frisant dédaigneusement sa moustache, on admirait 
avec enthousiasme le baudrier brodé, et d'Artagnan plus que 
tout autre. 

— Que voulez-vous, disait le mousquetaire, la mode en 
vient; c'est une folie, je le sais bien, mais c'est la mode. 
N'est-ce pas, Aramis f fit Porthos se tournant vers un autre 
mousquetaire. 

Cet autre mousquetaire formait un contraste parfait avec 
celui qui l'interrogeait et qui venait de le désigner sous le 
nom d' Aramis : c'était un jeune homme de vingt-deux à 
vingt-trois ans à peine, à la figure naïve et doucereuse, à 
l'œil noir et doux et aux joues roses et veloutées comme une 
pêche en automne ; sa moustache fine dessinait, sur sa lèvre 
supérieure, une ligne d'une rectitude parfaite; ses mains 
semblaient craindre de s'abaisser de peur que leurs veines ne 
se gonflassent, et de temps en temps il se pinçait le bout des 



Le9 Troie Mousquetaires. 19 

oreilles pour les maintenir d'un incaxnat tendre et trans- 
parent. D'habitude il parlait peu et lentement, saluait 
beaucoup, riait sans bruit en montrant ses dents, qu'il avait 
belles et dont, comme du reste de sa personne, il semblait 
prendre le plus grand soin. H répondit par un signe de 
tête afiirmatif à l'interpellation de son ami. 



20 Le9 Trois Mousquetaires, 



III. 

L'AUDIENCE. 

M. de Tréville était pour le moment de fort méchante hu- 
meur; néanmoins, il salua poliment le jeune homme, qui 
s'inclina jusqu'à terre, et il sourit en recevant son compli- 
ment, dont l'accent béarnais lui rappela à la fois sa jeunesse 
et son pays, double souvenir qui fait sourire l'homme à tous 
les âges. Mais se rapprochant presque aussitôt de l'anti- 
chambre et faisant à d'Artagnan un signe de la main, comme 
pour lui demander la permission d'en finir avec les autres 
avant de commencer avec lui, il appela trois fois, en gros- 
sissant la voix à chaque fois, de sorte qu'il parcourut tous 
les tons intervallaires entre l'accent impératif et l'accent 
irrité : 

— Athos ! Porthos ! Aramis ! 

Les deux mousquetaires avec lesquels nous avons déjà 
fait connaissance et qui répondaient aux deux derniers de 
ces trois noms, quittèrent aussitôt les groupes dont ils fai- 
saient partie, et s'avancèrent vers le cabinet, dont la porte 
se referma derrière eux dès qu'ils en eurent franchi le seuil.. 
Leur contenance, bien qu'elle ne fût pas tout à fait tran- 
quille, excita cependant, par son laisser-aller à la fois plein 
de dignité et de soumission, l'admiration de d'Artagnan, qui 
voyait dans ces hommes des demi-dieux, et dans leur chef un 
Jupiter olympien armé de toutes ses foudres. 

Quand les deux mousquetaires furent entrés, quand la 
porte fut refermée derrière eux, quand le murmure bour- 
donnant de l'antichambre, auquel l'appel qui venait d'être 



Les Troie Movsqaetaires. 21 

fait avait sans doute donné un nouvel aliment eut recom- 
mencé ; quand enfin M. de Tré ville eut trois ou quatre fois 
arpenté, silencieux et le sourcil froncé, toute la longueur de 
son cabinet, passant chaque fois devant Porthos et Aramis, 
raides et muets comme à la parade, il s'arrêta tout à coup en 
face d'eux, et les couvrant des pieds à la tête d'un regard 
irrité : 

— Savez-vous ce que m'a dit le roi, s'écria-t-il, et cela pas 
plus tard qu'hier au soir ; le savez-vous. Messieurs ? 

— Non, répondirent après un instant de silence les deux 
mousquetaires ; non, Monsieur, nous l'ignorons. 

— Mais j'espère que vous nous ferez l'honneur de nous le 
dire, ajouta Aramis de son ton le plus poli et avec la plus 
gracieuse révérence. 

— Il m'a dit qu'il recruterait désormais ses mousquetaires 
parmi les gardes de M. le cardinal ! % 

— Parmi les gardes de M. le cardinal ! et pourquoi cela ? 
demanda vivement Porthos. 

— Parce qu'il voyait bien que sa piquette ^ avait besoin 
d'être ragaillardie par un mélange de bon vin. 

Les deux mousquetaires rougirent jusqu'au blanc des 
yeux. D'Artagnan ne savait où il en était et eût voulu être 
à cent pieds sous terre. 

— Oui, oui, continua M. de Tréville en s'animant, et Sa 
Majesté avait raison, car, sur mon honneur, il est vrai que 
les mousquetaires font triste figure à la cour. M. le cardinal 
racontait hier au jeu du roi, avec un air de condoléance qui 
me déplut fort, qu'avant-hier ces damnés mousquetaires, ces 
diables-à-quatre, il appuyait sur ces mots avec un accent iro- 
nique qui me déplut encore davantage; ces pourfendeurs, 
ajoutait-iL en me regardant de son œil de chat-tigre, s'étaient 
attardés rue Férou, dans un cabaret, et qu'une ronde de ses 
gardes, j'ai cru qu'il allait me rire au nez, avait été forcée 
d'arrêter les perturbateurs. Morbleu ! vous devez en savoir 



22 LeB Troie Mousquetaires. 

quelque chose ! Arrêter des mousquetaires ! Vous en étiez, 
vous autres, ne vous en défendez pas, on vous a reconnus, et 
le cardinal vous a nommés. Voilà bien ma faute, oui, ma 
faute, puisque c'est moi qui choisis mes hommes. Voyons, 
vous, Aramis, pourquoi diable m'avez-vous demandé la casa- 
que quand vous alliez être si bien sous la soutane ? Voyons, 
vous, Porthos, n'avez-vous un si beau baudrier d'or que pour 
y suspendre une épée de paille ? Et Athos ! je ne vois pas 
Athos. Où est-il ? 

— Monsieur, répondit tristement Aramis, il est malade, 
fort malade. 

— Malade, fort malade, dites-vous ? et de quelle maladie ? 

— On craint que ce ne soit de la petite vérole. Monsieur, 
répondit Porthos voulant mêler à son tour un mot à la con- 
versation, et ce qui. serait fâcheux, en ce que très-certaine- 
ment cela gâterait son visage. 

— De la petite vérole! Voilà encore une glorieuse his- 
toire * que vous me contez là, Porthos ! — Malade de la petite 
vérole à son âge ? — Non pas ! . . . mais blessé sans doute, 
tué peut-être. — Ah! si je le savais! . . . Sangdieu! mes- 
sieurs les mousquetaires, je n'entends pas que l'on hante 
ainsi les mauvais lieux, qu'on se prenne de querelle dans la 
rue et qu'on joue à l'épée dans les carrefours. Je ne veux 
pas enfin qu'on prête à rire aux gardes de M. le cardinal, 
qui sont de braves gens, tranquilles, adroits, qui ne se met- 
tent jamais dans le cas d'être arrêtés, et qui d'ailleurs ne se 
laisseraient pas arrêter, eux! — j'en suis sûr. — Ils aime- 
raient mieux mourir sur la place que de faire un pas en 
arrière. — Se sauver, détaler, fuir, c'est bon pour les mous- 
quetaires du roi, cela ! 

Porthos et Aramis frémissaient de rage. Ils auraient 
volontiers étranglé M. de Tréville, si au fond de tout cela 
ils n'avaient pas senti que c'était le grand amour qu'il leur 
portait qui le faisait leur parler ainsi. Ils frappaient le 



Les Troie Mottsquetairea. 28 

tapis du pied, se mordaient les lèvres jusqu'au sang et ser- 
raient de toute leur force la garde de leur épée. Au dehors 
on avait entendu appeler, comme nous Pavons dit, Athos, 
Porthos et Aramis, et Pon avait deviné, à l'accent de la voix 
de M. de Tréville, qu'il était parfaitement en colère. Dix 
têtes curieuses étaient appuyées à la tapisserie et pâlissaient 
de fureur, car leurs oreilles collées à la porte ne perdaient 
pas une syllabe de ce qui se disait, tandis que leurs bouches 
répétaient au fur et à mesure les paroles insultantes du 
capitaine à toute la population de l'antichambre. En un 
instant, depuis la porte du cabinet jusqu'à la porte de la 
rue, tout l'hôtel fut en ébuUition. 

— Ah ! les mousquetaires du roi se font arrêter par les 
gardes de M. le cardinal, continua M. de Tréville aussi furi- 
eux à l'intérieur que ses soldats, mais saccadant ses paroles 
et les plongeant une à une pour ainsi dire et comme autant 
de coups de stylet dans la poitrine de ses auditeurs. Ah ! 
six gardes de Son Eminence arrêtent six mousquetaires de 
Sa Majesté! Morbleu! j'ai pris mon parti. Je vais de ce 
pas au Louvre; je donne ma démission de capitaine des 
mousquetaires du roi pour demander une lieutenance dans 
les gardes du cardinal, et s'il me refuse, morbleu ! je me 
fais abbé. 

A ces paroles, le murmure de l'extérieur devint une ex- 
plosion : partout on n'entendait que jurons et blasphèmes. 
D'Artagnan cherchait une tapisserie derrière laquelle se 
cacher, et se sentait une envie démesurée de se fourrer sous 
la table. 

— Eh bien! mon capitaine, dit Porthos hors de lui, la 
vérité est que nous étions six contre six, mais nous avons 
été pris en traître, et, avant que nous eussions eu le temps 
de tirer nos épées, deux d'entre nous étaient tombés morts, 
et Athos, blessé grièvement, ne valait guère mieux. Car 
vous le connaissez, Athos, eh bien ! capitaine, il a essayé de 



24 Les Trois Mousquetaireê. 

se relever deux fois, et il est retombé deux fois. Cepen- 
dant, nous ne nous sommes pas rendus, non I l'on nous a 
entraînés de force. En chemin nous nous sommes sauvés. 
Quant à Athos, on l'avait cru mort et on l'a laissé bien tran- 
quillement sur le champ de bataille, ne pensant pas qu'il 
valût la peine d'être emporté. Voilà l'histoire. Que diable, 
capitaine ! on ne gagne pas toutes les batailles. Le grand 
Pompée a perdu celle de Pharsale, et le roi François I", qui, 
à ce que j'ai entendu dire, en valait bien un autre,' a perdu 
cependant celle de Pavie. 

— Et j'ai l'honneur de vous assurer que j'en ai tué un 
avec sa propre épée, dit Aramis, car la mienne s'est brisée à 
la première parade. — Tué ou poignardé, Monsieur, comme 
il vous sera agréable. 

— Je ne savais pas cela, reprit M. de Tréville d'un ton un 
peu radouci. M. le cardinal avait exagéré, à ce que je vois. 

— Mais, de grâce. Monsieur, continua Aramis, qui voyant 
son capitaine s'apaiser, osait hasarder une prière, de grâce, 
Monsieur, ne dites pas qu' Athos lui-même est blessé: il 
serait au désespoir que cela parvînt aux oreilles du roi, et 
comme la blessure est des plus graves, attendu qu'après 
avoir traversé l'épaule elle pénètre dans la poitrine, il serait 
à craindre. . . . 

Au même instant la portière se souleva, et une tête noble 
et belle, mais affreusement pâle, parut sous la frange. 

— Athos ! s'écrièrent les deux mousquetaires. 

— Athos ! répéta M. de Tréville lui-même. 

— Vous m'avez mandé. Monsieur, dit Athos à M. de 
Tréville d'une voix affaiblie mais parfaitement calme, vous 
m'avez demandé, à ce que m'ont dit nos camarades, et je 
m'empresse de me rendre à vos ordres; voilà. Monsieur, 
que me voulez-vous ? 

Et à ces mots le mousquetaire, en tenue irréprochable, 
sanglé* comme de coutume, entra d'un pas ferme dans le 



V, 



t 



Les Trois Mouèquetaires, 25 

cabinet. M. de Tréville, ému jusqu'aux fond du cœur de 
cette preuve de courage, se précipita vers lui. 

— J'étais en train de dire à ces Messieurs, ajouta-t-il, que 
je défends à mes mousquetaires d'exposer leurs jours sans 
nécessité, car les braves gens sont bien chers au roi, et le 
roi sait que ses mousquetaires sont les plus braves gens de 
la terre. Votre main, Athos. 

Et sans attendre que le nouveau venu répondît de lui- 
même à cette preuve d'affection, M. de Tréville saississait 
sa main droite et la lui serrait de toutes ses forces, sans 
s'apercevoir qu' Athos, quel que fût son empire sur lui-même, 
laissait échapper un mouvement de douleur et pâlissait en- 
core, ce que l'on aurait pu croire impossible. 

La porte était restée entr'ouverte, tant l'arrivée d' Athos, 
dont, malgré le secret gardé, la blessure était connue de 
tous, avait produit de sensation. Un brouhaha de satisfac- 
tion accueillit les derniers mots du capitaine, et deux ou 
trois têtes, entraînées par l'enthousiasme, apparurent par les 
ouvertures de la tapisserie. Sans doute M. de Tréville allait 
réprimer par de vives paroles cette infraction aux lois de 
l'étiquette, lorsqu'il sentit tout à coup la main d' Athos se 
crisper dans la sienne, et qu'en portant les yeux sur lui, il 
s'aperçut qu'il allait s'évanouir. Au même instant, Athos, 
qui avait rassemblé toutes ses forces pour lutter contre la 
douleur, vaincu enfin par elle, tomba sur le parquet comme 
s'il fût mort. 

— Un chirurgien ! cria M. de Tréville. Le mien, celui du 
roi, le meilleur ! Un chirurgien ! ou, sangdieu ! mon brave 
Athos va trépasser. 

Aux cris de M. de Tréville tout le monde se précipita 
dans son cabinet sans qu'il songeât à en fermer la porte à 
personne, chacun s'empressant autour du blessé. Mais tout 
cet empressement eût été inutile si le docteur demandé ne 
se fût trouvé dans l'hôtel même; il fendit la foule, s'approcha 



26 Leè Traie Motêsqu^taires. 

d'Athos toujours évanoui, et, comme tout ce bruit et tout ce 
mouvement le gênaient fort, il demanda comme première 
chose et comme la plus urgente que le mousquetaire fût 
emporté dans une chambre voisine. Aussitôt M. de Tré- 
ville ouvrit une porte et montra le chemin à Porthos et à 
Aramis, qui emportèrent leur camarade dans leurs bras. 
Derrière ce groupe marchait le chirurgien, et derrière le 
chirurgien la porte se referma. 

Alors le cabinet de M. de Tréville, ce lieu ordinairement 
si respecté, devint momentanément une succursale de l'anti- 
chambre. Chacun discourait, pérorait, parlait haut, jurant, 
sacrant, donnant le cardinal et ses gardes à tous les diables. 

Un instant après, Porthos et Aramis rentrèrent ; le chi- 
% rurgien et M. de Tréville seuls étaient restés près du blessé. 

Enfin M. de Tréville rentra à son tour. Le blessé avait 
repris connaissance ; le chirurgien déclarait que l'état du 
mousquetaire n'avait rien qui pût inquiéter ses amis, sa 
faiblesse ayant été purement et simplement occasionnée par 
la perte de son sang. 

Puis, M. de Tréville fit un signe de la main, et chacun 
se retira, excepté d'Artagnan, qui n'oubliait point qu'il 
avait audience, et qui, avec sa ténacité de Gascon, était 
demeuré à la même place. 

Lorsque tout le monde fut sorti et que la porte fut re- 
fermée, M. de Tréville se retourna et se trouva seul avec le 
jeune homme. L'événement qui venait d'arriver lui avait 
quelque peu fait perdre le fil de ses idées. Il s'informa de 
ce que lui voulait l'obstiné solliciteur. D'Artagnan alors se 
nomma, et M. de Tréville, se rappelant d'un seul coup tous 
ses souvenirs du présent et du passé, se trouva au courant 
de sa situation. 

— Pardon, lui dit-il en souriant, pardon, mon cher compa- 
triote, mais je vous avais parfaitement oublié. Que voulez- 
vous ! un capitaine n'est rien qu'un père de famille chargé 



Le% Troie Mousquetaires, 27 

d'une plus grande responsabilité qu'un père de famille ordi- 
naire. Les soldats sont de grands enfants ; mais comme je 
tiens à ce que les ordres du roi^ et surtout ceux de M. le 
cardinal, soient exécutés. . . . 

IFArtagnan ne put dissimuler un sourire. A ce sourire, 
M. de Tréville jugea qu'il n'avait point affaire à un sot, et 
venant droit au fait, tout en changeant de conversation : 

— J'ai beaucoup aimé M. votre père, dit-il. Que puis-je 
faire pour son ûls? Hàtez-vous, mon temps n'est pas à 
moi. 

— Monsieur, dit d'Artagnan, en quittant Tarbes et en ve- 
nant ici je me proposais de vous demander, en souvenir de 
cette amitié dont vous n'avez pas perdu mémoire, une casa- 
que de mousquetaire ; mais après tout ce que je vois depuis 
deux heures, je comprends qu'une telle faveur serait énorme, 
et je tremble de ne point la mériter. 

— C'est une faveur en effet, jeune homme, répondit M. 
de Tréville ; mais elle peut ne pas être si fort au-dessus de 
vous que vous le croyez ou que vous avez l'air de le croire. 
Toutefois une décision de Sa Majesté a prévu ce cas ; * et je 
vous annonce avec regret qu'on ne reçoit personne mousque- 
taire avant l'épreuve préalable de quelques campâmes, de 
certaines actions d'éclat, ou d'un service de deux ans dans 
quelque autre régiment moins favorisé que le nôtre. 

D'Artagnan s'inclina sans rien répondre. Il se sentait 
encore plus avide d'endosser l'uniforme de mousquetaire 
depuis qu'il y avait de si grandes difRcultés à l'obtenir. 

— Mais, continua Tréville en fixant sur son compatriote un 
regard si perçant qu'on eût dit qu'il voulait lire jusqu'au 
fond de son cœur; mais, en faveur de votre père, mon 
ancien compagnon, comme je vous l'ai dit, je veux faire 
quelque chose pour vous, jeune hommej Nos cadets de 
Béam ne sont ordinairement pas riches, et je doute que les 
choses aient fort changé de face depuis mon départ de la 



28 Let Troie Mousquetaireê. 

province. Vous ne devez donc pas avoir de trop, pour vivre, 
de l'argent que vous avez apporté avec vous. 

IVArtagnan se redressa d'un air fier qui voulait dire qu'il 
ne demandait l'aumône à personne. 

— C'est bien, jeune homme, c'est bien, continua Tré ville, 
je connais ces airs-là; je suis venu à Paris avec quatre écus 
dans ma poche et je me serais battu avec quiconque m'aurait 
dit que je n'étais pas en état d'acheter le Louvre. 

lyArtagnan se redressa de plus en plus ; grâce à la vente 
de son cheval, il commençait sa carrière avec quatre écus de 
plus que M. de Tréville n'avait commencé la sienne. 

— Vous devez donc, disais-je, avoir besoin de conserver 
ce que vous avez, si forte que soit cette somme ; mais vou3 
devez avoir besoin aussi de vous perfectionner dans les 
exercices qui conviennent à un gentilhomme. J'écrirai dès 
aujourd'hui une lettre au directeur de l'Académie royale,* et 
dès demain il vous recevra sans rétribution aucune. Ne 
refusez pas cette petite douceur. Nos gentilshommes les 
mieux nés et les plus riches la sollicitent quelquefois sans 
pouvoir l'obtenir. Vous apprendrez le manège du cheval, 
l'escrime et la danse ; vous y ferez de bonnes connaissances, 
et de temps en temps vous reviendrez me voir pour me dire 
où vous en êtes et si je puis faire quelque chose pour vous. 

D'Artagnan, tout étranger qu'il fût encore aux façons de 
cour, s'aperçut de la froideur de cet accueil. 

— Hélas, Monsieur, dit-il, je vois combien la lettre de re- 
conmiandation que mon père m'avait remise pour vous me 
fait défaut aujourd'hui ! 

— En effet, répondit M. de Tréville, je m'étonne que vous 
ayez entrepris un aussi long voyage sans ce viatique obligé,^ 
notre seule ressource, à nous autres Béarnais. 

— Je l'avais. Monsieur, et, Dieu merci, en bonne forme, 
s'écria d'Artagnan, mais on me l'a perfidement dérobé. 

Et il raconta toute la scène de Meung, dépeignit le gentil- 



LeB Traie Mousquetaires. 29 

homme inconnu dans ses moindres détails^ le tout avec une 
chaleur, une vérité, qui charmèrent M. de Tréville. 

— Voilà qui est étrange, dit ce dernier en méditant ; vous 
aviez donc parlé de moi tout haut ? 

— Oui, Monsieur, sans doute j'avais commis cette impru- 
dence ; que voulez-vous, un nom comme le vôtre devait me 
servir de bouclier en route : jugez si je me suis mis souvent 
à couvert ! 

La flatterie était fort de mise alors, et M. de Tréville 
aimait l'encens comme un roi ou comme un cardinal. Il ne 
put donc s'empêcher de sourire avec une visible satisfaction. 

Fendant que d'Artagnan décrit à M. de TréTille Tinconnu qui lui 
a volé sa lettre à Meung, il aperçoit le voleur dans la rue et se lance à 
sa poursuite. 



>:«:o«- 



IV. 

Dans sa course effrénée il se rue contre Athos d'abord et Porthos 
ensuite; chacun d'eux lui demande satisfaction, et d'Artagnan, avec 
deux duels sur les bras, se fourvoie dans une affaire de cœur d'Aramis 
qui, lui aussi, le provoque en duel. 



80 Let Traie Mousquetaires. 



V. 



LES MOUSQUETAIRES DU ROI ET LES GARDES DE M. LE 

CARDINAL. 

D'Artagnan ne connaissait personne à Paris. Il alla donc 
au rendez-vous d^Athos sans amener de second, résolu de se 
contenter de ceux qu'aurait choisis son adversaire. D'ail- 
leurs son intention était formelle de faire au brave mous- 
quetaire toutes les excuses convenables, mais sans faiblesse, 
craignant qu'il résultât de ce duel ce qui résulte toujours de 
fâcheux dans une affaire de ce genre, quand un homme jeune 
et vigoureux se bat contre un adversaire blessé et affaibli : 
vaincu il double le triomphe de son antagoniste ; vainqueur, 
il est accusé de forfaiture et de facile audace. 

Au reste, ou nous avons mal exposé le caractère de notre 
chercheur d'aventures, ou notre lecteur a déjà dû remarquer 
que d'Artagnan n'était point un homme ordinaire. Aussi, 
tout en se répétant à lui-même que sa mort était, inévitable, 
il ne se résigna point à mourir tout doucettement comme 
un autre moins courageux et moins modéré que lui eût fait 
à sa place. Il réfléchit aux différents caractères de ceux 
avec lesquels il allait se battre et commença à voir plus 
clair dans sa situation. Il espérait, grâce aux excuses 
loyales qu'il lui réservait, se faire un ami d'Athos, dont 
l'air grand seigneur et la mine austère lui agréaient fort. 
Il se flattait de faire peur à Porthos avec l'aventure du 
baudrier, qu'il pouvait, s'il n'était pas tué sur le coup, ra- 
conter à tout le monde, récit qui, poussé adroitement à 
l'effet, devait couvrir Porthos de ridicule; enfin quand au 
sournois Aramis, il n'en avait pas très-grand'peur, et en 



Leè Trois Mousquetaires. 31 

supposant qu'il arrivât jusqu'à lui, il se chargeait de Pexpé- 
dier bel et bien, ou du moins, en frappant au visage, comme 
César avait recommandé de faire aux soldats de Pompée, 
d'endommager à tout jamais cette beauté dont il était si 
fier. 

Ensuite il y avait chez d'Artagnan ce fonds inébranlable 
de résolution qu'avaient déposé dans son cœur les conseils 
de son père, conseils dont la substance était: — Ne rien 
souffrir de personne que du roi, du cardinal et de M. de 
Tréville. Il vola donc plutôt qu'il ne marcha vers le cou- 
vent des Carmes déchaussés, ou plutôt Deschaux, comme 
on disait à cette époque, sorte de bâtiment sans fenêtres, 
bordé de prés arides, succursale du Pré-aux-Clercs, et qui 
servait d'ordinaire aux rencontres des gens qui n'avaient 
pas de temps à perdre. 

Lorsque d'Artagnan arriva en vue du petit terrain vague 
qui s'étendait au pied de ce monastère, Athos attendait 
depuis cinq minutes seulement, et midi sonnait. Il était 
donc ponctuel comme la Samaritaine,* et le plus rigoureux 
casuiste à l'égard des duels n'avait rien à dire. 

Athos, qui souffrait toujours cruellement de sa blessure, 
quoiqu'elle eût été pansée à neuf par le chirurgien de M. de 
Tréville, s'était assis sur une borne et attendait son adver- 
saire avec cette contenance paisible et cet air digne qui ne 
l'abandonnaient jamais. A l'aspect de d'Artagnan, il se 
leva et fit poliment quelques pas au-devant de lui. Celui-ci, 
de son côté, n'aborda son adversaire que le chapeau à la 
main et sa plume traînant jusqu'à terre. 

— Monsieur, dit Athos, j'ai fait prévenir deux de mes 
amis qui me serviront de seconds, mais ces deux amis ne 
sont point encore arrivés. Je m'étonne qu'ils tardent : ce 
n'est pas leur habitude. 

— Je n'ai pas de seconds, moi. Monsieur, dit d'Artagnan, 
car, arrivé d'hier seulement à Paris, je n'y connais encore 



32 Leè Troie Mousquetaires. 

personne que M. de Tré ville, auquel j'ai été recommandé par 
mon père, qui a Thonneur d'être quelque peu de ses amis. 
/ Athos réfléchit un instant. 

— Vous ne connaissez que M. de Tréville ? demandart-il. 

— Oui, Monsieur, je ne connais que lui. 

— Ah çà mais, continua Athos parlant moitié à lui-même 
moitié à d'Artagnan, ah çà mais, si je vous tue, j'aurai l'air 
d'un mangeur d'enfants, moi ! 

— Pas trop. Monsieur, répondit d'Artagnan avec un salut 
qui ne manquait pas de dignité ; pas trop, puisque vous me 
faites l'honneur de tirer l'épée contre moi avec une blessure 
dont vous devez être fort incommodé. 

— Très-incommodé, sur ma parole, et vous m'avez fait 
grand mal, je dois le dire ; mais je prendrai la main gauche, 
c'est mon habitude en pareille circonstance. Ne croyez 
donc pas que je vous fasse une grâce, je tire proprement* 
des deux mains ; et il y aura même désavantage pour vous : 
un gaucher est très-gênant pour les gens qui ne sont pas 
prévenus. Je regrette de ne pas vous avoir fait part plus 
tôt de cette circonstance. 

— • Vous êtes vraiment, Monsieur, dit d'Artagnan en s'in- 
clinant de nouveau, d'une courtoisie dont je vous suis on ne 
peut plus reconnaissant. ' 

— Vous me rendez confus, répondit Athos avec son air de 
gentilhomme; causons donc d'autre chose, je vous prie, à 
moins que cela ne vous soit désagréable. Ah! que vous 
m'avez fait mal ! l'épaule me brûle. 

— Si vous vouliez permettre ... dit d'Artagnan avec 
timidité. 

— Quoi, Monsieur ? 

— J'ai un baume miraculeux pour les blessures, un 
baume qui me vient de ma mère, et dont j'ai fait l'épreuve 
sur moi-même. 

— Eh bien? 



Les Trois Mousquetaires. 33 

— Eh bien, je suis sûr qu'en moins de trois jours ce baume 
vous guérirait, et au bout de trois jours, quand vous seriez 
guéri, eh bien ! Monsieur, ce me serait toujours un grand 
honneur d'être votre homme. 

D'Artagnan dit ces mots avec une simplicité qui faisait 
honneur à sa courtoisie, sans porter aucunement atteinte à 
son courage. 

— Pardieu, Monsieur, dit Athos, voici une proposition qui 
me plaît, non pas que je l'accepte, mais elle sent son gentil- 
homme d'une lieue.^ C'est ainsi que parlaient et faisaient 
ces preux du temps de Charlemagne,* sur lesquels tout cava- 
lier doit chercher à se modeler. Malheureusement nous ne 
sommes plus au temps du grand empereur. Nous sommes 
au temps de M. le Cardinal, et d'ici à trois jours on saurait, 
si bien gardé que soit le secret, on saurait, dis-je, que nous 
devons nous battre, et l'on s'opposerait à notre combat. Ah 
çà mais, ces flâneurs ne viendront donc pas ? 

— Si vous êtes pressé. Monsieur, dit d'Artagnan à Athos 
avec la même simplicité qu'un instant auparavant il lui 
avait proposé de remettre le duel à trois jours, si vous êtes 
pressé et qu'il vous plaise de m'expédier tout de suite, ne 
vous gênez pas, je vous en prie. 

— Voilà encore un mot qui me plaît, dit Athos en faisant 
un gracieux signe de tête à d'Artagnan, il n'est point 
d'un homme sans cervelle, et il est à coup sûr d'un homme 
de cœur. Monsieur, j'aime les hommes de votre trempe et 
je vois que si nous ne nous tuons pas l'un l'autre, j'aurai 
plus tard un vrai plaisir dans votre conversation. Atten- 
dons ces Messieurs, je vous prie, j'ai tout le temps, et cela 
sera plus correct. Ah ! en voici un, je crois. 

En effet, au bout de la rue de Vaugirard commençait à 
apparaître le gigantesque Porthos. 

— Quoi ! s'écria d'Artagnan, votre premier témoin est M, 
Porthos. 

- — / 



84 Leê Trais Mousquetaires. 

— Oui, cela vous contrarie-t-il ? 
— Non, aucunement. 

— Et voici le second. 

lyArtagnan se retourna du côté indiqué par Athos et 
reconnut Aramis. 

— Quoi ! s'écria-t-il d'un accent plus étonné que la pre- 
mière fois, votre second témoin est M. Aramis ? 

— Sans doute, ne savez-vous pas qu'on ne nous voit 
jamais Pun sans l'autre et qu'on nous appelle dans les mous- 
quetaires et dans les gardes, à la cour et à la ville, Athos, 
Porthos, Aramis, ou les trois inséparables? Après cela, 
comme vous arrivez de Dax ou de Pau. . . . 

— De Tarbes, dit d'Artagnan. 

— Il vous est permis d'ignorer ce détail, dit Athos. 

— Ma foi, dit d'Artagnan, vous êtes bien nommés. Mes- 
sieurs, et mon aventure, si elle fait quelque bruit, prouvera 
du moins que votre union n'est point fondée sur les con- 
trastes. 

Pendant ce temps, Porthos s'était rapproché, avait salué 
de la main Athos ; puis, se retournant vers d'Artagnan, il 
était resté tout étonné. 

Disons en passant qu'il avait changé de baudrier et quitté 
son manteau. 

— Ah! ah! fit-il, qu'est-ce que cela? 

— C'est avec Monsieur que je me bats, dit Athos en mon- 
trant de la main d'Artagnan, et en le saluant du même 
geste. 

— C'est avec lui que je me bats aussi, dit Porthos. 
-;— Mais à une heure seulement, répondit d'Artagnan. 

— Et moi aussi, c'est avec Monsieur que je me bats, dit 
Aramis en arrivant à son tour sur le terrain. 

— Mais à deux heures seulement, fit d'Artagnan avec le 
même calme. 



Les Trois Mousquetaires. 35 

■ — Mais à propos de quoi te bats-tu, toi, Athos ? demanda 
Aramis. 

— Ma foi, je ne sais pas trop, il m'a fait mal à l'épaule ; 
et toi, Porthos ? 

— Ma foi, je me bats parce que je me bats, répondit 
Porthos en rougissant. 

Athos, qui ne perdait rien, vit passer un fin sourire sur 
les lèvres du Gascon. 

— Nous avons eu une discussion sur la toilette, dit le 
jeune homme. 

— Et toi, Aramis ? demanda Athos. 

— Moi, je me bats pour cause de théologie, répondit 
Aramis tout en faisant signe à d'Artagnan qu'il le priait de 
tenir secrète la cause de son duel. 

Athos vit passer un second sourire sur les lèvres de 
d'Artagnan. 

— Vraiment, dit Athos. 

— Oui, un point de saint Augustin sur lequel nous ne 
sommes pas d'accord, dit le Gascon. 

— Décidément, c'est un homme d'esprit, murmura Athos. 

— Et maintenant que vous êtes rassemblés. Messieurs, 
dit d'Artagnan, permettez-moi de vous faire mes excuses. 

A ce mot à'excuses, un nuage passa sur le front d' Athos, 
un sourire hautain glissa sur les lèvres de Porthos, et un 
signe négatif fut la réponse d' Aramis. 

— Vous ne me comprenez pas. Messieurs, dit d'Artagnan 
en relevant sa tête, sur laquelle jouait en ce moment, un 
rayon de soleil qui en dorait les lignes fines et hardies, je 
vous demande excuse dans le cas où je ne pourrais vous 
payer ma dette à tous trois, car M. Athos a le droit de me tuer 
le premier, ce qui ôte beaucoup de sa valeur à votre créance, 
monsieur Porthos, et ce qui rend la vôtre à peu près nulle, 
monsieur Aramis. Et maintenant. Messieurs, je vous le 
répète, excusez-moi, mais de cela seulement, et en garde I 



8è Les Trois Mousquetaires. 

A ces mots, du geste le plus cavalier qui se puisse voir^ 
d'Artagnan tira son épée. 

Le sang était monté à la tète de d'Artagnan, et dans ce 
moment il eût tiré son épée contre tous les mousquetaires 
du royaume, comme il venait de faire contre Athos, Porthos 
et Aramis. 

Il était midi et un quart. Le soleil était à son zénith, et 
l'emplacement choisi pour être le théâtre du duel se trouvait 
exposé à toute son ardeur. 

— Il fait très-chaud, dit Athos en tirant son épée à son 
tour, et cependant je ne saurais ôter mon pourpoint ; car, 
tout à l'heure encore, j'ai senti que ma blessure saignait, 
et je craindrais de gêner Monsieur en lui montrant du sang 
qu'il ne m'aurait pas tiré lui-même. 

— C'est vrai. Monsieur, dit d'Artagnan, et, tiré par un 
autre ou par moi, je vous assure que je verrai toujours avec 
bien du regret le sang d'un aussi brave gentilhomme ; je me 
battrai donc en pourpoint comme vous. 

— Voyons, voyons, dit Porthos, assez de compliments 
comme cela, et songez que nous attendons notre tour. 

— Parlez pour vous seul, Porthos, quand vous aurez à 
dire de pareilles incongruités, interrompit Aramis. Quant 
à moi, je trouve les choses que ces messieurs se disent fort 
bien dites et tout à fait dignes de deux gentilshommes. 

— Quand vous voudrez. Monsieur, dit Athos en se mettant 
en garde. 

— J'attendais vos ordres, dit d'Artagnan en croisant le fer. 
Mais les deux rapières avaient à peine résonné en se 

touchant, qu'une escouade des gardes de Son Éminence, 
commandée par M. de Jussac, se montra à l'angle du cou- 
vent. 

— Les gardes du cardinal ! s'écrièrent à la fois Porthos 
et Aramis. L'épée au fourreau. Messieurs ! l'épée au four- 
reau! 



Le8 Trois Mousquetaires, 37 

Mais il était trop tard. Les deux combattants avaient 
été vus dans une pose qui ne permettait pas de douter de 
leurs intentions. 

— Holà ! cria Jussac en s'avançant vers eux et en faisant 
signe à ses hommes d'en faire autant, holà ! mousquetaires, 
on se bat donc ici ? Et les édits,* qu'en faisons-nous ? 

— Vous êtes bien généreux, messieurs les gardes, dit 
Athos plein de rancune, car Jussac était l'un des agresseurs 
de l'avant-veille. Si nous vous voyions battre, je vous ré- 
ponds, moi, que nous nous garderions bien . de vous en 
empêcher. Laissez-nous donc faire, et vous allez avoir du 
plaisir sans prendre aucune peine. 

— Messieurs, dit Jussac, c'est avec grand regret que je 
vous déclare que la chose est impossible. Notre devoir 
avant tout. Rengainez donc, s'il vous plaît, et nous suivez. 

— Monsieur, dit Aramis parodiant Jussac, ce serait avec 
un grand plaisir que nous obéirions à votre gracieuse invi- 
tation si cela dépendait de nous ; mais malheureusement 
la chose est impossible: M. de Tréville nous l'a défendu. 
Passez donc votre chemin, c'est ce que vous avez de mieux 
à faire. 

Cette raillerie exaspéra Jussac. 

— Nous vous chargerons donc, dit-il, si vous désobéissez. 

— Us sont cinq, dit Athos à demi voix, et nous ne sommes 
que trois ; nous serons encore battus, et il nous faudra mou- 
rir ici, car, je le déclare, je ne reparais pas vaincu devant 
le capitaine. 

Athos, Porthos et Aramis se rapprochèrent à l'instant les 
uns des autres pendant que Jussac alignait ses soldats. 

Ce seul moment sufîit à d'Artagnan pour prendre son 
parti : c'était là un de ces événements qui décident de la 
vie d'un homme, c'était un choix à faire entre le roi et le 
cardinal ; ce choix fait, il fallait y persévérer. Se battre, 
c'est-à-dire désobéir à la loi, c'est-àrdire risquer sa tête, 



38 Les Trois Mousquetaires. 

c'est-à-dire se faire d'un seul coup rennemi d'un ministre 
plus puissant que le roi lui-même; voilà ce qu'entrevit le 
jeune homme, et, disons-le à sa louange, il n'hésita point 
une seconde. Se tournant donc vers Athos et ses amis : 

— Messieurs, dit-il, je reprendrai, s'il vous plaît, quelque 
chose à vos paroles. Vous avez dit que vous n'étiez que 
trois, mais il me semble, à moi, que nous sommes quatre. 

— Mais vous n'êtes pas des nôtres, dit Porthos. 

— C'est vrai, répondit d'Artagnan; je n'ai pas l'habit, 
mais j'ai l'âme. Mon cœur est mousquetaire, je le sens 
bien, Monsieur, et cela m'entraîne. 

— Écartez-vous, jeune homme, cria Jussac, qui sans doute 
à ses gestes et à l'expression de son visage avait deviné le 
dessein de d'Artagnan. Vous pouvez vous retirer, nous y 
consentons. Sauvez votre peau ; allez vite. 

D'Artagnan ne bougea point. 

— Décidément, vous êtes un joli garçon, dit Athos, en 
serrant la main du jeune homme. 

— Allons, allons ! prenons un parti, reprit Jussac. 

— Voyons, dirent Porthos et Aramis, faisons quelque 
chose. 

— Monsieur est plein de générosité, dit Athos. 

Mais tous trois pensaient à la jeunesse de d'Artagnan, et 
redoutaient son inexpérience. 

— Nous ne serions que trois, dont un blessé, plus un 
enfant, reprit Athos, et l'on n'en dira pas moins que nous 
étions quatre hommes. 

— Oui, mais reculer ! dit Porthos. 
— C'est difficile, reprit Athos. 
D'Artagnan comprit leur irrésolution. 

— Messieurs, essayez-moi toujours, dit-il, et je vous jure 
sur l'honneur que je ne veux pas m'en aller d'ici si nous 
sommes vaincus. 

— Comment vous appelle-t-on, mon brave ? dit Athos. 



Le9 Trois Mousquetaires. 89 

i — IVArtagnaii, Monsieur. 

— Eh bien! Athos, Porthos, Aramis et d'Artagnan, en 
avant ! cria Athos. 

— Eh bien! voyons, Messieurs, vous décidez-vous à vous 
décider ? cria pour la troisième fois Jussac. 

— C'est fait, Messieurs, dit Athos. 

— Et quel parti prenez-vous ? demauida Jussac. 

— Nous allons avoir Phonneur de vous charger, répondit 
Aramis en levant son chapeau d'une main et tirant son 
épée de l'autre. 

— Ah ! vous résistez ! s'écria Jussac. 

— Cela vous étonne ? 

Et les neuf combattants se précipitèrent les uns sur les 
autres avec une furie qui n'excluait pas une certaine 
méthode. 

Athos prit un certain Cahusac, favori du cardinal ; Por- 
thos eut Bicarat, et Aramis se vit en face de deux adver- 
saires. 

Quant à d'Artagnan, il se trouva lancé contre Jussac lui- 
même. 

Le cœur du jeune Gascon battait à lui briser la poitrine, 
non pas de peur, Dieu merci, il n'en avait pas l'ombre, mais 
d'émulation; il se battait comme un tigre en fureur, tour- 
nant dix fois autour de son adversaire, changeant vingt fois 
ses gardes et son terrain. Jussac était, comme on le disait 
alors, friand de la lame,* et avait fort pratiqué ; cependant, 
il avait toutes les peines du monde à se défendre contre un 
adversaire qui, agile et bondissant, s'écartait à tout moment 
des règles reçues, attaquant de tous côtés à la fois, et tout 
cela en parant en homme qui a le plus grand respect pour 
son épiderme. 

Enfin cette lutte finit par faire perdre patience à Jussac. 
Furieux d'être tenu en échec par celui qu'il avait regardé 
comme un enfant, il s'échauffa et commença à faire des 



40 Les Trois Mousquetaires. 

fautes. D^Ârtagnan, qui, à défaut de la pratique, avait une 
profonde théorie, redoubla d'agilité. Jussac, voulant en 
finir, porta un coup terrible à son adversaire en se fendant 
à fond;^ mais celui-ci para prime, et tandis que Jussac se 
relevait, se glissant comme un serpent sous son fer, il lui 
passa son épée au travers du corps. Jussac tomba comme 
une masse. ' 

D'Artagnan jeta alors un coup d'œil inquiet et rapide sur 
le champ de bataille. 

Aramis avait déjà tué un de ses adversaires ; mais l'autre 
le pressait vivement. Cependant, Aramis était en bonne 
condition et pouvait encore se défendre. 

Bicarat et Porthos venaient de faire coup fourré.® Por- 
thos avait reçu un coup d'épée au travers du bras, et Bicarat 
au travers de la cuisse. Mais comme ni l'une ni l'autre des 
deux blessures n'était grave, ils ne s'en escrimaient qu'avec 
plus d'acharnement. 

Athos, blessé de nouveau par Cahusac, pâlissait à vue 
d'oeil, mais il ne reculait pas d'une semelle : * il avait seule- 
ment changé son épée de main, et se battait de la main 
gauche. 

D'Artagnan, selon les lois du duel de cette époque, pou- 
vait secourir quelqu'un ; pendant qu'il cherchait du regard 
celui de ses compagnons qui avait besoin de son aide, il sur- 
prit un coup d'oeil d' Athos. Ce coup d'œil était d'une élo- 
quence sublime. Athos serait mort plutôt que d'appeler au 
secours; mais il pouvait regarder, et du regard demander 
un appui. D'Artagnan le devina, fit un bond terrible, et 
tomba sur le flanc de Cahusac en criant : 

— A moi, monsieur le garde, je vous tue ! 

Cahusac se retourna; il était temps. Athos, que son 
extrême courage soutenait seul, tomba sur un genou. 

— Morbleu ! criait-il à d' Artagnan, ne le tuez pas, jeune 
homme, je vous en prie ; j'ai une vieille affaire à terminer / 



Le% Troie Mousquetaires. 41 

avec lui, quand je serai guéri et bien portant. Désarmez- 
le seulement, liez lui l'épée.^® C'est cela. Bien ! très-bien ! 

Cette exclamation était arrachée à Athos par l'épée de 
Cahusac, qui sautait à vingt pas de lui. D'Artagnan et 
Cahusac s'élancèrent ensemble, l'un pour la ressaisir, l'autre 
pour s'en emparer; mais d'Artagnan, plus leste, arriva le 
premier et mit le pied dessus. 

Cahusac courut à celui des gardes qu'avait tué Aramis, 
s'empara de sa rapière, et voulut revenir à d' Artagnan ; mais 
sur son chemin il rencontra Athos, qui, pendant cette halte 
d'un instant que lui avait procurée d' Artagnan, avait repris 
haleine, et qui, de crainte que d' Artagnan ne lui tuât son 
ennemi, voulait recommencer le combat. 

D' Artagnan comprit que ce serait désobliger Athos que 
de ne pas le laisser faire. En effet, quelques secondes 
après, Cahusac tomba la gorge traversée d'un coup d'épée. 

Au même instant Aramis appuyait son épée contre la 
poitrine de son adversaire renversé, et le forçait à demander 
merci. 

Restaient Porthos et Bicarat. Porthos faisait mille fan- 
faronnades, demandant à Bicarat quelle heure H pouvait bien 
être, et lui faisait ses compliments sur la compagnie que 
venait d'obtenir son frère dans le régiment de Navarre;" 
mais, tout en raillant, il ne gagnait rien. Bicarat était un 
des ces hommes de fer qui ne tombent que morts. 

Cependant il fallait en finir. Le guet pouvait arriver 
et prendre tous les combattants blessés ou non, royalistes 
ou cardinalistes. Athos, Aramis et d' Artagnan entourè- 
rent Bicarat et le sommèrent de se rendre. Quoique seul 
contre tous, et avec un coup d'épée qui lui traversait la 
cuisse, Bicarat voulait tenir; mais Jussac, qui s'était 
relevé sur son coude, lui cria de se rendre. Bicarat 
était un Gascon comme d' Artagnan ; il fit la sourde 
oreille et se contenta de rire, et entre deux parades, trou- 



42 Le9 Trais Mousquetairen. 

vant le temps de désigner, du bout de son épée, une place 
à terre: 

— Ici, dit-il, parodiant un verset de la Bible, ici mourra 
Bicarat, seul de ceux qui sont avec lui. 

— Mais ils sont quatre contre toi ; finis-en, je te l'ordonne. » 

— Ah! si tu l'ordonnes, c'est autre chose, dit Bicarat; 
comme tu es mon brigadier, je dois obéir. 

Et, en faisant un bond en arrière, il cassa son épée sur 
son genou pour ne pas la rendre, en jeta les morceaux par- 
dessus le mur du couvent et se croisa les bras en sif9.ant un 
air cardinaliste. 

La bravoure est toujours respectée, même dans un en- 
nemi. Les mousquetaires saluèrent Bicarat de leurs épées 
et les remirent au fourreau. D'Artagnan en fit autant, puis 
aidé de Bicarat, le seul qui fût resté debout, il porta sous le 
porche du couvent Jussac, Cahusac et celui des adversaires 
d'Aramis qui n'était que blessé. Le quatrième, comme nous 
l'avons dit, était mort. Puis ils sonnèrent la cloche, et, 
emportant quatre épées sur cinq^ ils s'acheminèrent ivres 
de joie vers l'hôtel de M. de Tréville. 

On les voyait entrelacés, tenant toute la largeur de la rue, 
et accostant chaque mousquetaire qu'ils rencontraient, si 
bien qu'à la fin ce fut une marche 'triomphale. Le cœur de 
d'Artagnan nageait dans l'ivresse, il marchait entre Athos 
et Porthos en les étreignant tendrement. 

— Si je ne suis pas encore mousquetaire, dit-il à ses nou- 
veaux amis en franchissant la porte de l'hôtel de M. de 
Tréville, au moins me voilà reçu apprenti, n'est-ce pas ? 



V 



Les Trois Mousquetaires. 43 



VI. 

SA MAJESTÉ LE ROI LOUIS TREIZIÈME. 

L'affaire fit grand bruit. M. de Tréville gronda beau- 
coup tout haut contre ses mousquetaires et les félicita tout 
bas ; mais comme il n'y avait pas de temps à perdre pour 
prévenir le roi, M. de Tréville s'empressa de se rendre au 
Louvre. Il était déjà trop tard, le roi était enfermé avec le 
cardinal, et l'on dit à M. de Tréville que le roi travaillait et 
ne pouvait recevoir en ce moment. Le soir M. de Tréville 
vint au jeu du roi.^ Le roi gagnait, et, comme Sa Majesté 
était fort avare, elle était d'excellente humeur; aussi, du 
plus loin que le roi aperçut Tréville : 

— Venez ici, monsieur le capitaine, dit-il, venez, que je 
vous gronde; savez-vous que Son Éminence est venue me 
faire des plaintes sur vos mousquetaires, et cela avec une 
telle émotion, que ce soir Son Éminence en est malade. 
Ah ! çà, mais ce sont des diables-àrquatre, des gens à pendre, 
que vos mousquetaires ! 

— Kon, sire, répondit Tréville, qui vit du premier coup 
d'œil comment la chose allait tourner; non, tout au con- 
traire, ce sont de bonnes créatures, douces comme des 
agneaux, et qui n'ont qu'un désir, je m'en ferai garant: 
c'est que leur épée ne sorte du fourreau que pour le service 
de Votre Majesté. Mais, que voulez-vous, les gardes de M. 
le cardinal sont sans cesse à leur chercher querelle, et, pour 
l'honneur même du corps, les pauvres jeunes gens sont 
obligés de se défendre. 

— Écoutez monsieur de Tréville ! dit le roi, écoutez ! ne 
dirait-on pas qu'il parle d'une communauté religieuse ! En 



44 Le9 Troie Mousquetaireê. 

vérité, mon cher capitaine, j'ai envie de vous ôter votre 
brevet et de le donner à mademoiselle de Chemeranlt, à la- 
quelle j'ai promis une abbaye. Mais ne pensez pas que je vous 
croirai ainsi sur parole. On m'appelle Louis le Juste, mon- 
sieur deTréville, et tout à l'heure, tout à l'heure nous verrons. 

— Ah ! c'est parce que je me fie à cette justice, sire, que 
j'attendrai patiemment et tranquillement le bon plaisir de 
Votre Majesté. 

— Attendez donc. Monsieur, attendez donc, dit le roi, je 
ne vous ferai pas longtemps attendre. 

En effet la chance tournait, et, comme le roi commençait 
à perdre ce qu'il avait gagné, il n'était pas fâché de trouver 
un prétexte pour faire, — qu'on nous passe cette expression 
de joueur, dont, nous l'avouons, nous ne connaissons pas 
l'origine, — pour faire charlemagne.* Le roi se leva donc au 
bout d'un instant, et mettant dans sa poche l'argent qui était 
devant lui et dont la majeure partie venait de son gain ; 

— La Vieuville, dit-il, prenez ma place, il faut que je 
parle à M. de Tréville pour affaire d'importance. Ah ! . . . 
j'avais quatre-vingts louis devant moi; mettez la même 
somme, afin que ceux qui ont perdu n'aient point à se 
plaindre. La justice avant tout. Puis, se retournant vers 
M. de Tréville et marchant avec lui vers l'embrasure d'une 
fenêtre : 

— Eh bien. Monsieur, continua-t-il, vous dites que ce sont 
les gardes de l'Éminentissime ' qui ont été chercher querelle 
à vos mousquetaires ? 

— Oui, sire, comme toujours. 

— Et comment la chose est-elle venue, voyons ? car, vous 
le savez, mon cher capitaine, il faut qu'un juge écoute les 
deux parties. 

— Ah ! mon Dieu ! de la façon la plus simple et la plus na- 
turelle. Trois de mes meilleurs soldats, que Votre Majesté 
connaît de nom, et dont elle a plus d'une fois apprécié le 



Les Trois Mausquetaires^ 45 

dévouement, et qui ont, je puis l'affirmer au roi, son service 
fort à cœur; trois de mes meilleurs soldats, dis-je, MM. 
A.thoSy Porthos et Aramis, avaient fait une partie de plaisir 
avec un jeune cadet de Gascogne que je leur avais recom- 
mandé le matin même. La partie allait avoir lieu à Saint- 
Germain, je crois, et ils s'étaient donné rendez-vous aux 
Carmes-Descliaux, lorsqu'elle fut troublée par M. de Jussac 
et MM. Cahusac, Bicarat, et deux autres gardes qui ne 
venaient certes pas là en si nombreuse compagnie sans 
mauvaise intention contre les édits. 

— Ah ! ah ! vous m'y faites penser, dit le roi : sans doute 
ils venaient pour se battre eux-mêmes. 

— Je ne les accuse pas, sire, mais je laisse Votre Majesté 
apprécier ce que peuvent aller faire cinq hommes armés 
dans un lieu aussi désert que le sont les environs du 
couvent des Carmes. 

— Oui, vous avez raison, Tréville, vous avez raison. 

— Alors quand ils ont vu mes mousquetaires, ils ont 
changé d'idée et ils ont oublié leur haine particulière pour 
la haine de corps ; car Votre Majesté n'ignore pas que les 
mousquetaires, qui sont au roi, et rien qu'au roi, sont les 
ennemis naturels des gardes, qui sont à M. le cardinal. 

— Oui, Tréville, oui, dit le roi mélancoliquement, et c'est 
bien triste, croyez-moi, de voir ainsi deux partis en France, 
deux tètes à la royauté ; mais tout cela finira, Tréville, tout 
cela finira. Vous dites donc que les gardes ont cherché 
querelle aux mousquetaires. 

— Je dis qu'il est probable que les choses se sont passées 
ainsi, mais je n'en jure pas, sire. Vous savez combien la 
vérité est difficile à connaître, et à moins d'être doué de 
cet instinct admirable qui a fait nommer Louis XIII le 
Juste. . . . 

— Et vous avez raison, Tréville; mais ils n'étaient pas 
seuls, vos mousquetaires, il y avait avec eux un enfant. 



46 Leê Trois Mousquetaires. 

— Oui, sire, et un homme blessé, de sorte que trois mous- 
quetaires du roi, dont un blessé, et un enfant, non-seulement 
ont tenu tête à cinq des plus terribles gardes de M. le cardi- 
nal, mais encore en ont porté quatre à terre. 

— Mais c'est une victoire, cela ! s'écria le roi tout rayon- 
nant ; une victoire complète ! 

— Oui, sire, aussi complète que celle du pont de Ce. 

— Quatre hommes, dont un blessé, et un enfant, dites- 
vous ? 

— Un jeune homme à peine; lequel s'est même si par- 
faitement conduit en cette occasion, que je prendrai la 
liberté de le recommander à Votre Majesté. 

— Comment s'appelle-t-il ? 

— D'Artagnan, sire. C'est le fils d'un de mes plus anciens 
amis ; le fils d'un homme qui a fait avec le roi votre père, 
de glorieuse mémoire, la guerre de partisan.* 

— Et vous dites qu'il s'est bien conduit, ce jeune homme ? 
Racontez-moi cela, Tréville ; vous savez que j'aime les récits 
de guerre et de combat. 

Et le roi Louis XIII releva fièrement sa moustache en se 
posant sur la hanche. 

— Sire, reprit Tréville, comme je vous l'ai dit, M. d'Arta- 
gnan est presque un enfant, et, comme il n'a pas l'honneur 
d'être mousquetaire, il était en habit bourgeois ; 'les gardes 
de M. le cardinal, reconnaissant sa grande jeunesse, et de 
plus qu'U était étranger au corps, l'invitèrent donc à se 
retirer avant qu'ils attaquassent. 

— Alors, vous voyez bien, Tréville, interrompit le roi, que 
ce sont eux qui ont attaqué. 

— C'est juste, sire : ainsi plus de doute ; ils le sommèrent 
donc de se retirer; mais il répondit qu'il était mousque- 
taire de cœur et tout à Sa Majesté, qu'ainsi donc U resterait 
avec messieurs les mousquetaires. 

— Brave jeune homme ! murmura le roi. 



Leè Trois Mov^quetaires. 47 

—En effet, il demeura avec eux; et Votre Majesté a là 
un si ferme cliampion, que ce fut lui qui donna à Jussac ce 
terrible coup d'épée qui met si fort en colère M. le cardinal. 

— C^est lui qui a blessé Jussac? s'écria le roi; lui, un 
enfant ! Ceci, Tréville, c'est impossible. 

— C'est comme j'ai l'honneur de le dire à Votre Majesté. 
— Jussac, une des premières lames du royaume ! 

— Eh bien, sire ! il a trouvé son maître. 

— Je veux voir ce jeune homme, Tréville, je veux le 
voir, et si l'on peut faire quelque chose, eh bien ! nous nous 
en occuperons. 

— Quand Votre Majesté daignerart-elle le recevoir ? 

— Demain à midi, Tréville. 

— L'amènerai-je seul ? 

— Non, amenez-les moi tous les quatre ensemble. Je 
veux les remercier tous à la fois ;- les hommes dévoués sont 
rares, Tréville, et il faut récompenser le dévouement. 

— A midi, sire, nous serons au Louvre. 

— Ah ! par le petit escalier,'^ Tréville, par le petit esca- 
lier. Il est inutile que le cardinal sache. 

— Oui, sire. 

— Vous comprenez, Tréville, un édit est toujours un édit ; 
il est défendu de se battre, au bout du compte. 

— Mais cette rencontre, sire, sort tout à fait des condi- 
tions ordinaires d'un duel, c'est une rixe, et la preuve, c'est 
qu'ils étaient cinq gardes du cardinal contre mes trois mous- 
quetaires et M. d'Artagnan. 

— C'est juste, dit le roi ; mais n'importe, Tréville, venez 
toujours par le petit escalier. 

Tréville sourit. Mais comme c'était déjà beaucoup pour 
lui d'avoir obtenu de cet enfant qu'il se révoltât contre son 
maître, il salua respectueusement le roi, et, avec son agré- 
ment, prit congé de lui. 

Dès le soir même les trois mousquetaires furent prévenus 



48 Les Trois Mousquetaires. 

(fe l'honneur qui leur était accordé. Comme ils connaissaient 
depuis longtemps le roi, ils n'en furent pas trop échauffés ; 
mais d'Artagnan, avec son imagination gasconne, y vit sa 
fortune à venir, et passa la nuit à faire des rêves d'or. 
Aussi, dès huit heures du matin, était-il chez Athos. 

D'Artagnan trouva le mousquetaire tout habillé et prêt à 
sortir. Comme on n'avait rendez-vous chez le roi qu'à midi, 
il avait formé le projet, avec Porthos et Aramis, d'aller 
faire une partie de paume dans un tripot situé tout près 
des écuries du Luxembourg. Athos invita d'Artagnan à les 
suivre, et, malgré son ignorance de ce jeu, auquel il n'avait 
jamais joué, celui-ci accepta, ne sachant que faire de son 
temps, depuis neuf heures du matin qu'il était à peine, 
jusqu'à midi. 

Les deux mousquetaires étaient déjà arrivés et pelotaient* 
ensemble. Athos, qui était très-fort à tous les exercices du 
corps, passa avec d'Artagnan du côté opposé, et leur fit défi. 
Mais au premier mouvement qu'il essaya, quoiqu'il jouât de 
la main gauche, il comprit que sa blessure était encore trop 
récente pour lui permettre un pareil exercice. D'Artagnan 
resta donc seul, et comme il déclara qu'il était trop mala- 
droit pour soutenir une partie en règle, on continua seule- 
ment à s'envoyer des balles sans compter le jeu. Mais une 
de ces balles, lancée par le poignet herculéen de Porthos, 
passa si près du visage de d'Artagnan, qu'il pensa que si, 
au lieu de passer à côté, elle eût donné dedans, son audience 
était probablement perdue, attendu qu'il lui eût été de toute 
impossibilité de se présenter chez le roi. Or, comme de 
cette audience, dans son imagination gasconne, dépendait 
tout son avenir, il salua poliment Porthos et Aramis, dé- 
clarant qu'il ne reprendrait la partie que lorsqu'il serait en 
état de leur tenir tête, et il s'en revint prendre place près 
de la corde et dans la galerie.^ 

Malheureusement pour d'Artagnan, parmi les spectateurs 



Leè Trois Mousquetaires. 49 

se trouvait un garde de Son Éminence, lequel, tout échauffé 
encore de la défaite de ses compagnons, arrivée la veille 
seulement, s'était promis de saisir la première occasion de 
la venger. Il crut donc que cette occasion était venue, et, 
s'adressant à son voisin : 

— Il n'est pas étonnant, dit-il, que ce jeune homme ait eu 
peur d'une balle, c'est sans doute un apprenti mousquetaire. 

D'Artagnan se retourna comme si un serpent l'eût mordu, 
et regarda fixement le garde qui venait de tenir cet insolent 
propos. - 

— Pardieu ! reprit celui-ci en frisant insolemment sa 
moustache, regardez-moi tant que vous voudrez, mon petit 
monsieur, j'ai dit ce que j'ai dit. 

— Et comme ce que vous avez dit est trop clair pour que 
vos paroles aient besoin d'explication, répondit d'Artagnan 
à voix basse, je vous prierai de me suivre. 

— Et quand cela? demanda le garde avec le même air 
railleur. 

— Tout de suite, s'il vous plaît. 

— Et vous savez qui je suis, sans doute ? 

— Moi, je l'ignore complètement, et je ne m'en inquiète 
guère. 

— Et vous avez tort, car, si vous saviez mon nom, peut- 
être seriez-vous moins pressé. 

— Comment vous appelez-vous ? 

— Bernajoux, pour vous servir. 

— Eh bien ! monsieur Bernajoux, dit tranquillement d'Ar- 
tagnan, je vais vous attendre sur la porte. 

— Allez, Monsieur, je vous suis. 

— Ne vous pressez pas trop. Monsieur, qu'on ne voie pas 
que nous sortons ensemble; vous comprenez que, pour ce 
que nous allons faire, trop de monde nous gênerait. 

— C'est bien, répondit le garde, étonné que son nom n'eût 
pas produit plus d'effet sur le jeune homme. 



50 Leê Traie Mousquetaires. 

En effet, le nom de Bemajoux était connu de tout le 
inonde, de d'Artagnan seul excepté, peut-être ; car c'était un 
de ceux qui figuraient le plus souvent dans les rixes journa- 
lières que tous les édits du roi et du cardinal n'avaient pu 
réprimer. 

Porthos et Aramis étaient si occupés de leur partie, et 
Athos les regardait avec tant d'attention, qu'ils ne virent 
pas même sortir leur jeune compagnon, lequel, ainsi qu'il 
l'avait dit au garde de Son Éminence, s'arrêta sur la porte ; 
un instant après celui-ci descendit à son tour. Comme 
d'Artagnan n'avait pas de temps à perdre, vu l'audience du 
roi, qui était fixée à midi, il jeta les yeux autour de lui, et 
voyant que la rue était déserte : 

— Ma foi, dit-il à son adversaire, il est bien heureux pour 
vous, quoique vous vous appeliez Bemajoux, de n'avoir 
affaire qu'à un apprenti mousquetaire; cependant, soyez 
tranquille, je ferai de mon mieux. En garde ! 

— Mais, dit celui que d'Artagnan provoquait ainsi, il me 
semble que le lieu est assez mal choisi, et que nous serions 
mieux derrière l'abbaye de Saint-Germain ou dans le Pré- 
aux-Clercs. 

— Ce que vous dites est plein de sens, répondit d'Arta- 
gnan ; malheureusement j'ai peu de temps à moi, ayant un 
rendez-vous à midi juste. En garde donc. Monsieur, en 
garde! 

Bemajoux n'était pas homme à se faire répéter deux fois 
un pareil compliment. Au même instant son épée brilla 
à sa main et il fondit sur son adversaire, que grâce à sa 
grande jeunesse il espérait intimider. 

Mais d'Artagnan avait fait la veille son apprentissage, et, 
tout frais émoulu de sa victoire, tout gonflé de sa future 
faveur, il était résolu à ne pas reculer d'un pas : aussi les 
deux fers se trouvèrent-ils engagés jusqu'à la garde, et 
comme d'Artagnan tenait ferme à sa place, ce fut son adver- 



Les Troie Mousqitetaires» 51 

saire qui fit un pas de retraite. / Mais d'Artagnan saisit le 
moment où, dans ce mouvement, le fer de Bernajoux déviait 
de la ligne, il dégagea, se fendit et toucha son adversaire 
à l'épaule. Aussitôt d'Artagnan, à son tour, fit un pas de 
retraite et releva son épée ; mais Bernajoux lui cria que ce 
n'était rien, et se fendant aveuglément sur lui, il s'enferra 
de lui-même. Cependant, comme il ne tombait pas, comme 
il ne se déclarait pas vaincu, mais que seulement il rompait 
du côté de l'hôtel de M. de la Trémouille, au service duquel 
il avait un parent, d'Artagnan, ignorant lui-môme la gravité 
de la dernière blessure que son adversaire avait reçue, le 
pressait vivement, et sans doute allait l'achever d'un troi- 
sième coup, lorsque la rumeur qui s'élevait de la rue s'étant 
étendue jusqu'au jeu de paume, deux des amis du garde, qui 
l'avaient entendu échanger quelques paroles avec d'Arta- 
gnan, et qui l'avaient vu sortir à la suite de ces paroles, se 
précipitèrent l'épée à la main hors du tripot et tombèrent 
sur le vainqueur. Mais aussitôt Athos, Porthos et Aramis 
parurent à leur tour, et, au moment où les deux gardes atta- 
quaient leur jeune camarade, les forcèrent à se retourner. 
En ce moment, Bernajoux tomba; et comme les gardes 
étaient seulement deux contre quatre, ils se mirent à crier : 
"A nous, l'hôtel de la Trémouille!" A ces cris, tout ce 
qui était dans l'hôtel sortit, se ruant sur les quatre compa- 
gnons, qui de leur côté se mirent à crier : " A nous, mous- 
quetaires ! " 

Ce cri était ordinairement entendu; car on savait les 
mousquetaires ennemis de Son Éminence, et on les aimait 
pour la haine qu'ils portaient au cardinal. Aussi les gardes 
des autres compagnies que celles appartenant au duc Eouge, 
comme l'avait appelé Aramis, prenaient-ils en général parti 
dans ces sortes de querelles pour les mousquetaires du roi. 
De trois gardes de la compagnie de M. des Essarts, ^ui pas- 
saient, deux vinrent donc en aide aux quatre compagnons, 



52 Leè Trois Mousquetaires. 

tandis que l'autre courait à l'hôtel de M. de Tréville, criant : 
" A nous, mousquetaires, à nous ! " Comme d'habitude, 
l'hôtel de M. de Tréville était plein de soldats de cette arme, 
qui accoururent au secours de leurs camarades; la mêlée 
devint générale, mais la force était aux mousquetaires : les 
gardes du cardinal et les gens de M. de la Trémouille se 
retirèrent dans l'hôtel, dont ils fermèrent les portes assez à 
temps pour empêcher que leurs ennemis n'y fissent irrup- 
tion en même temps qu'eux. Quant au blessé, il y avait été 
tout d'abord transporté et, comme nous l'avons dit, en fort 
mauvais état. 

L'agitation était à son comble parmi les mousquetaires et 
leurs alliés, et l'on délibérait déjà si, pour punir l'insolence 
qu'avaient eu les domestiques de M. de la Trémouille, de 
faire une sortie sur les mousquetaires du roi, on ne mettrait 
pas le feu à son hôtel. La proposition en avait été faite et 
accueillie avec enthousiasme, lorsque heureusement onze 
heures sonnèrent ; d'Artagnan et ses compagnons se souvin- 
rent de leur audience, et, comme ils eussent regretté que 
l'on fît un si beau coup sans eux, ils parvinrent à calmer les 
têtes. On se contenta donc de jeter quelques pavés dans 
les portes, mais les portes résistèrent : alors on se lassa ; 
d'ailleurs ceux qui devaient être regardés comme les chefs 
de l'entreprise avaient depuis un instant quitté le groupe 
et s'acheminaient vers l'hôtel de M. de Tréville, qui les 
attendait, déjà au courant de cette algarade.* 

— Vite, au Louvre, dit-il, au Louvre sans perdre un in- 
stant, et tâchons de voir le roi avant qu'il soit prévenu par 
le cardinal ; nous lui raconterons la chose comme une suite 
de l'affaire d'hier, et les deux passeront ensemble. 

M. de Tréville, accompagné des quatre jeunes gens, 
s'achemina donc vers le Louvre ; mais, au grand étonnement 
du capitaine des mousquetaires, on lui annonça que le roi 
était allé courre le cerf® dans la forêt de Saint-Germain., 



Les Troie Mousquetaires, 53 

M. de Tréville se fit répéter deux fois cette nouvelle, et à 
chaque fois ses compagnons virent son visage se rembrunir. 

— Est-ce que Sa Majesté, demanda-t-il, avait dès hier le 
projet de faire cette chasse ? 

— Non, Votre Excellence*, répondit le valet de chambre, 
c'est le grand veneur qui est venu lui annoncer ce matin 
qu'on avait détourné cette nuit un cerf ^° à son intention. Il 
a d'abord répondu qu'il n'irait pas, puis il n'a pas su résister 
au plaisir que lui promettait cette chasse, et après le dîner 
il est parti. 

— Et le roi a-t-il vu le cardinal ? demanda M. de Tréville. 

— Selon toute probabilité, répondit le valet de chambre, 
car j'ai vu ce matin les chevaux au carrosse de Son Ém- 
inence, j'ai demandé où elle allait, et l'on m'a répondu : A 
Saint-Germain. 

— Nous sommes prévenus, dit M. de Tréville. Messieurs, 
je verrai le roi ce soir ; mais, quant à vous, je ne vous con- 
seille pas de vous y hasarder. 

L'avis était trop raisonnable et surtout venait d'un homme 
qui connaissait trop bien le roi pour que les quatre jeunes 
gens essayassent de le combattre. M. de Tréville les invita 
donc à rentrer chacun chez eux et à attendre de ses nou- 
velles. 

En entrant à son hôtel, de M. de Tréville songea qu'il 
fallait prendre date^^ en portant plainte le premier. Il 
envoya un de ses domestiques chez M. de la Trémouille 
avec une lettre dans laquelle il le priait de mettre hors de 
chez lui le garde de M. le cardinal, et de réprimander ses 
gens de l'audace qu'ils avaient eu de faire leur sortie con- 
tre les mousquetaires. Mais M. de la Trémouille, déjà 
prévenu par son écuyer, dont, comme on le sait, Bernajoux 
était le parent, lui fit répondre que ce n'était ni à M. de 
Tréville ni à ses mousquetaires de se plaindre, mais bien au 
contraire à lui, dont les mousquetaires avaient chargé les 



54 Les Traie Mousquetaires. 

gens et avaient voulu brûler Ph6teL Or, comme le débat 
entre ces deux seigneurs eût pu durer longtemps, chacun 
devant naturellement s'entêter dans son opinion, M. de 
Tréville avisa un expédient qui avait pour but de tout ter- 
miner : c'était d'aller trouver lui-même M. de la Trémouille. 

Il se rendit donc aussitôt à son hôtel et se fit annoncer. 

Les deux seigneurs se saluèrent poliment, car s'il n'y avait 
pas amitié entre eux, il y avait du moins estime. Tous 
deux étaient gens de cœur et d'honneur; et comme M. de 
la Trémouille, protestant, et voyant rarement le roi, n'était 
d'aucun parti, il n'apportait en général dans ses relations 
sociales aucune prévention. Cette fois, néanmoins, son 
accueil, quoique poli, fut plus froid que d'habitude. 

— Monsieur, dit M. de Tréville, nous croyons avoir à nous 
plaindre chacun l'un de l'autre, et je suis venu moi-même 
pour que nous tirions de compagnie cette affaire au clair. 

— Volontiers, répondit M. de la Trémouille ; mais je vous 
préviens que je suis bien renseigné, et tout le tort est à vos 
mousquetaires. 

— Vous êtes un homme trop juste et trop raisonnable. 
Monsieur, dit M. de Tréville, pour ne pas accepter la pro- 
position que je vais vous faire. 

— Faites, Monsieur, j'écoute. 

— Comment se trouve M. Bernajoux, le parent de votre 
écuyer ? 

— Mais, Monsieur, fort mal. Outre le coup d'épée qu'il a 
reçu dans le bras, et qui n'est pas autrement dangereux, il 
en a encore ramassé un autre qui lui a traversé le poumon, 
de sorte que le médecin en dit pauvres choses.^ 

— Mais le blessé a-t-il conservé sa connaissance ? 

— Parfaitement. 
— Parle-t-il? 

— Avec difficulté, mais il parle. 

— Eh bien. Monsieur! rendons-nous près de lui; adju- 



LeB Trois Mousquetaires. 55 

rons-le, au nom du Dieu devant lequel il va être appelé peut- 
être, de dire la vérité, je le prends pour juge dans sa propre 
cause. Monsieur ; et ce qu'il dira je le croirai. 

M. de la Trémouille réfléchit un instant, puis, comme il 
était difficile de faire une proposition plus raisonnable, 
il accepta. 

Tous deux descendirent dans la chambre où était le blessé. 
Celui-ci, en voyant entrer ces deux nobles seigneurs qui 
venaient lui faire visite, essaya de se relever sur son lit, 
mais il était trop faible, et, épuisé par Teffort qu'il avait 
fait, il retomba presque sans connaissance. 

M. de la Trémouille s'approcha de lui et lui fit respirer 
des sels qui le rappelèrent à la vie. Alors M. de Tréville, 
ne voulant pas qu'on pût l'accuser d'avoir influencé le 
malade, invita M. de la Trémouille à l'interroger lui-même. 

Ce qu'avait prévu M. de Tréville arriva. Placé entre la 
vie et la mort comme l'était Bemajoux, il n'eut pas même 
l'idée de taire un instant la vérité ; et il raconta aux deux 
seigneurs les choses exactement, telles qu'elles s'étaient 
passées. 

C'était tout ce que voulait M. de Tréville ; il souhaita à 
Bemajoux une prompte convalescence, prit congé de M. de 
la Trémouille, rentra à son hôtel et fit aussitôt prévenir les 
quatre amis qu'il les attendait à dîner. 

M. de Tréville recevait fort bonne compagnie, toute anti- 
cardinaliste d'ailleurs. On comprend donc que la conversa- 
tion roula pendant tout le dîner sur les deux échecs que 
venaient d'éprouver les gardes de Son Éminence. Or, 
comme d'Artagnan avait été le héros de ces deux journées, 
ce fut sur lui que tombèrent toutes les félicitations, 
qu'Athos, Porthos et Aramis lui abandonnèrent, non-seule- 
ment en bons camarades, mais en hommes qui avaient eu 
assez souvent leur tour pour qu'ils lui laissassent le sien. 

Vers six heures, M. de Tréville annonça qu'il était tenu 



56 Les Troie Mousquetaires. 

d'aller au Louvre ; mais comme l'heure de l'audience accor- 
dée par Sa Majesté était passée, au lieu de réclamer l'entrée 
par le petit escalier, il se plaça avec les quatre jeunes gens 
dans l'antichambre. Le roi n'était pas encore revenu de la 
chasse. Nos jeunes gens attendaient depuis une demi- 
heure à peine, mêlés à la foule des courtisans, lorsque toutes 
les portes s'ouvrirent et qu'on annonça Sa Majesté. 

A cette annonce, d'Artagnan se sentit frémir jusqu'à la 
moelle des os. L'instant qui allait suivre devait, selon toute 
probabilité, décider du reste de sa vie. Aussi ses yeux se 
fixèrent-ils avec angoisse sur la porte par laquelle devait 
entrer le roi. 

Louis XIII parut, marchant le premier ; il était en cos- 
tume de chasse, encore tout poudreux, ayant de grandes 
bottes et tenant un fouet à la main. Au premier coup d'œil, 
d'Artagnan jugea que l'esprit du roi était à l'orage. 

Cette disposition, toute visible qu'elle était chez Sa Ma- 
jesté, n'empêcha pas les courtisans de se ranger sur son pas- 
sage : dans les antichambres royales, mieux vaut encore être 
vu d'un œil irrité que de ne pas être vu du tout. Les trois 
mousquetaires n'hésitèrent donc pas et firent un pas en 
avant, tandis que d'Artagnan au contraire restait caché 
derrière eux; mais quoique le roi connût personnellement 
Athos, Porthos et Aramis, il passa devant eux sans les 
regarder, sans leur parler et comme s'il ne les avait jamais 
vus. Quant à M. de Tréville, lorsque les yeux du roi s'ar- 
rêtèrent un instant sur lui, il soutint ce regard avec tant de 
fermeté, que ce fut le roi qui détourna la vue ; après quoi, 

tout en grommelant, Sa Majesté rentra dans son apparte- 
ment. 

I^es affaires vont mal, dit Athos en souriant, et nous 

ne serons pas encore faits chevaliers de l'ordre ^* cette f ois-oi. 

Attendez ici dix minutes, dit M. de Tréville ; et si au 

^ ^e dix minutes vous ne me voyez pas sortir, retournez 



Leê Troie Mousquetaires, 67 

à mon hôtel : car il sera inutile que vous m'attendiez plus 
longtemps. 

Les quatre jeunes gens attendirent dix minutes, un quart 
d'heure, vingt minutes; et, voyant que M. de Tréville ne 
reparaissait point, ils sortirent fort inquiets de ce qui allait 
arriver. 

M. de Tréville était entré hardiment dans le cabinet du 
roi, et avait trouvé Sa Majesté de très-méchante humeur, 
assise sur un fauteuil et battant ses bottes du manche de 
son fouet, ce qui ne l'avait pas empêché de lui demander 
avec le plus grand flegme des nouvelles de sa santé. 

— Mauvaise, Monsieur, mauvaise, répondit le roi, je 
m'ennuie. 

C'était en effet la pire maladie de Louis XIII, qui souvent 
prenait un de ses courtisans, l'attirait à une fenêtre et lui 
disait : Monsieur un tel, ennuyons-nous ensemble. 

— Comment! Votre Majesté s'ennuie! dit M. de Tré- 
ville. N'art-elle donc pas pris aujourd'hui le plaisir de la 
chasse? 

— Beau plaisir, Monsieur ! Tout dégénère, sur mon âme, 
et je ne sais si c'est le gibier qui n'a plus de voie " ou les 
chiens qui n'ont plus de nez. Nous lançons un cerf dix- 
cors," nous le courons six heures, et quand il est prêt à 
tenir,^® quand Saint-Simon met déjà le cor à sa bouche pour 
sonner l'halali,^' crac, toute la meute prend le change ^® et 
s'emporte sur un daguet. Vous verrez que je serai obligé 
de renoncer à la chasse à courre comme j'ai renoncé à la 
chasse au vol. Ah ! je suis un roi bien malheureux, mon- 
sieur de Tréville ! je n'avais plus qu'un gerfaut,^^ et il est 
mort avant-hier. 

— En effet, sire, je comprends votre désespoir, et le mal- 
heur est grand ; mais il vous reste encore, ce me semble, 
bon nombre de faucons, d'éperviers et de tiercelets. 

— Et pas un homme pour les instruire ; les fauconniers 



58 Le% Troie Moysquetaires. 

s'en vont, il n'y a plus que moi qui connaisse l'art de la 
vénerie." Après moi tout sera dit, et l'on chassera avec des 
traquenards, des pièges, des trappes. Si j'avais le temps 
encore de former des élèves ! mais oui, M. le cardinal est là 
qui ne me laisse pas un instant de repos, qui me parle de 
l'Espagne, qui me parle de l'Autriche, qui me parle de 
l'Angleterre! Ah! à propos de M. le cardinal, monsieur 
de TréviUe, je suis pas content de vous. 

M. de TréviUe attendait le roi à cette chute.*^ Il con- 
naissait le roi de longue main ; il avait compris que toutes 
ses plaintes n'étaient qu'une préface, une espèce d'excita- 
tion pour s'encourager lui-même, et que c'était où il était 
arrivé enfin qu'il en voulait venir. 

— Et en quoi ai-je été assez malheureux pour déplaire à 
Votre Majesté ? demanda M. de TréviUe en feignant le plus 
profond étonnement. 

— Est-ce ainsi que vous faites votre charge, Monsieur ? 
continua le roi sans répondre directement à la question de 
M. de TréviUe ; est-ce pour cela que je vous ai nommé capi- 
taine de mes mousquetaires, que ceux-ci assassinent un 
homme, émeuvent tout un quartier et veulent brûler Paris 
sans que vous en disiez un mot ? Mais au reste, continua 
le roi, sans doute que je me hâte de vous accuser, sans doute 
que les perturbateurs sont en prison et que vous venez 
m'annoncer que justice est faite. 

— Sire, répondit tranquillement M. de TréviUe, je viens 
vous la demander au contraire. 

— Et contre qui ? s'écria le roi. 

— Contre les calomniateurs, dit M. de TréviUe. 

— Ah ! voilà qui est nouveau, reprit le roi. N'aUez-vous 
pas me dire que vos trois mousquetaires damnés, Athos, 
Porthos et Aramis et votre cadet de Béarn, ne se sont pas 
jetés comme des furieux sur le pauvre Bernajoux, et ne 
l'ont pas maltraité de telle façon qu'il est probable qu'U est 



Leè Trais Mouèquetaires. 59 

en train de trépasser à cette heuie I N'allez-Yous pas dire 
qu'ensuite ils n'ont pas fait le siège de l'hôtel du duc de La 
Trémouille, et qu'ils n'ont point voulu le brûler I Ce qui 
n'aurait peut-être pas été un très-grand malheur en temps 
de guerre, vu que c'est un nid de huguenots ; " mais ce qui, 
en temps de paix, est un fâcheux exemple. Dites, n'allez 
vous pas nier tout cela ? 

— Et qui vous a fait ce beau récit, sire? demanda tran- 
quillement M. de Tréville. 

— Qui m'a fait ce beau récit. Monsieur! et qui voulez- 
vous que ce soit, si ce n'est celui qui veille quand je dors, 
qui travaille quand je m'amuse, qui mène tout au dedans 
et au dehors du royaume, en France comme en Europe ? 

— Sa Majesté veut parler de Dieu, sans doute, dit M. de 
Tréville, car je ne connais que Dieu qui soit si fort au-dessus 
de Sa Majesté. 

— Non, Monsieur; je veux parler du soutien de TÉtat, 
de mon seul serviteur, de mon seul ami, de M. le cardinal. 

— Son Eminence n'est pas Sa Sainteté, sire. 
— ^ Qu'entendez-vous par là, Monsieur ? 

— Qu'il n'y a que le pape qui soit infaillible, et que cette 
infaillibilité ne s'étend pas aux cardinaux. 

— Vous voulez dire qu'il me trompe, vous voulez dire 
qu'il me trahit. Vous l'accusez alors. Voyons, dites, 
avouez franchement que vous l'accusez. 

— Non, sire ; mais je dis qu'il se trompe lui-même ; je dis 
qu'il a été mal renseigné ; je dis qu'il a eu hâte d'accuser 
les mousquetaires de Votre Majesté, pour lesquels il est 
injuste, et qu'il n'a pas été puiser ses renseignements aux 
bonnes sources. 

— L'accusation vient de M. de la Trémouille, du duc 
lui-même. Que répondrez-vous à cela ? 

— Je pourrais répondre, sire, qu'il est trop intéressé dans 
la question pour être un témoin bien impartial ; mais loin 



60 Les Troie Mauêquetaires. 

de là, sire, je connais le duc poar nn loyal gentilhomme, et 
je m'en rapporterai à lui, mais à une condition, sire. 

— Laquelle ? 

— C'est que Votre Majesté le fera venir, l'interrogera, 
mais elle-même, en téte-à-tête, sans témoins, et que je rever- 
rai Votre Majesté aussitôt qu'elle aura reçu le duc. 

— Oui-da ! fit le roi, et vous vous en rapporterez à ce que 
dira M. de la Trémouille. 

— Oui, sire. 

— Vous accepterez son jugement ? 

— Sans doute. 

— Et vous vous soumettrez aux réparations qu'il exigera ? 

— Parfaitement. 

— La Chesnaye ! fit le roi. La Chesnaye ! 

Le valet de chambre de confiance de Louis XIII, qui se 
tenait toujours à la porte, entra. 

— La Chesnaye, dit le roi, qu'on aille à l'instant môme 
me quérir M. de la Trémouille ; je veux lui parler ce soir. 

— Votre Majesté me donne sa parole qu'elle ne verra per- 
sonne entre M. de la Trémouille et moi 

— Personne, foi de gentilhomme. 

— A demain, sire, alors. 

— A demain, Monsieur. 

— A quelle heure, s'il plaît à Votre Majesté ? 

— A l'heure que vous voudrez. 

— Mais en venant par trop matin, je crains de réveiller 
Votre Majesté. 

— Me réveiller ? Est-ce que je dors ? Je ne dors plus. 
Monsieur; je rêve quelquefois, voilà tout. Venez donc 
d'aussi bon matin que vous voudrez, à sept heures; mais 
gare à vous si vos mousquetaires sont coupables. 

— Si mes mousquetaires sont coupables, sire, les coupables 
seront remis aux mains de Votre Majesté, qui ordonnera 
d'eux selon son bon plaisir. Votre Majesté exige-t-elle 



Les Troie Mousquetaires. 61 

quelque chose de plus? qu'elle parle, je suis prêt à lui 
obéir. 

— I^on, Monsieur, non, et ce n'est pas sans raison qu'on 
m'a appelé Louis le Juste. Â demain donc, Monsieur, à 
demain. 

— Dieu garde jusque-là Votre Majesté ! 

Si peu que dormit le roi, M. de Tréville dormit plus mal 
encore; il avait fait prévenir dès le soir même ses trois 
mousquetaires et leur compagnon de se trouver chez lui à 
six heures et demie du matin. Il les emmena avec lui, 
sans leur rien affirmer, sans leur rien promettre, et ne leur 
cachant pas que leur faveur et même la sienne tenaient à 
un coup de dés. 

Arrivé au bas du petit escalier, il les fit attendre. Si le 
roi était toujours irrité contre eux, ils s'éloigneraient sans 
être vus ; si le roi consentait à les recevoir, on n'aurait qu'à 
les faire appeler. 

En arrivant dans l'antichambre particulière du roi, M. de 
Tréville trouva La Chesnaye, qui lui apprit qu'on n'avait 
pas rencontré le duc de la Trémouille la veille au soir à 
son hôtel, qu'il était rentré trop tard pour se présenter au 
Louvre, qu'il venait seulement d'arriver, et qu'il était à 
cette heure chez le roi. 

Cette circonstance plut beaucoup à M. de Tréville, qui, 
de cette façon, fut certain qu'aucune suggestion étrangère 
ne se glisserait entre la déposition de M. de la Trémouille 
et lui. 

En effet, dix minutes s'étaient à peine écoulées, que la 
porte du cabinet du roi s'ouvrit, et que M. de Tréville en 
vit sortir le duc de la Trémouille, lequel vint à lui et dit : 

— Monsieur de Tréville, Sa Majesté vient de m'envoyer 
quérir pour savoir comment les choses s'étaient passées 
hier matin à mon hôtel. Je lui ai dit la vérité, c'est-à-dire 
que la faute était à mes gens, et que j'étais prêt à vous en 



62 LeM Troie Mousquetaire». 

faire mes excuses. Puisque je tous lencontiey veuillez les 
recevoir, et me tenir toujours pour un de vos amis. 

— Monsieur le duc, dit M. de Tréville, j'étais si plein de 
confiance dans votre loyauté, que je n'avais pas voulu, près 
de Sa Majesté, d'autre défenseur que vous-même. Je vois 
que je ne m'étais pas abusé, et je vous remercie de ce qu'il 
y a encore en France un homme de qui on puisse dire sans 
se tromper ce que j'ai dit de vous. 

— C'est bien, c'est bien ! dit le roi, qui avait écouté tous 
ces compliments entre les deux portes; seulement, dites- 
lui, Tréville, puisqu'il se prétend un de vos amis, que moi 
aussi je voudrais être des siens, mais qu'il me néglige ; 
qu'il y a tantôt trois ans que je ne l'ai vu, et que je ne 
le vois que quand je l'envoie chercher. Dites-lui tout cela 
de ma part ; car ce sont de ces choses qu'un roi ne peut dire 
lui-même. 

— Merci, sire, merci, dit le duc ; mais que Votre Majesté 
croie bien que ce ne sont pas ceux, je ne dis point cela pour 
M. de Tréville, que ce ne sont point ceux qu'elle voit à toute 
heure du jour qui lui sont le plus dévoués. 

— Ah ! vous avez entendu ce que j'ai dit ; tant mieux, 
duc, tant mieux, dit le roi en s'avançant jusque sur la porte. 
Ah ! c'est vous, Tréville ! où sont vos mousquetaires ? Je 
vous avais dit avant-hier de mes les amener, pourquoi ne 
l'avez-vous pas fait ? 

— Ils sont en bas, sire, et avec votre congé La Chesnaye 
va leur dire de monter. 

— Oui, oui, qu'ils viennent tout de suite ; il va être huit 
heures, et à neuf heures j'attends une visite. Allez, mon- 
sieur le duc, et revenez surtout. Entrez, Tréville. 

Le duc salua et sortit. Au moment où il ouvrait la porte, 
les trois mousquetaires et d'Artagnan, conduits par La Ches- 
naye, apparaissaient au haut de l'escalier. 

— Venez, mes braves, dit le roi, venez; j'ai à vous gronder. 



Leè Trois Mousquetaires. 63 

I Les mousquetaires s'approchèrent en s'inclinant ; d' Arta- 
gnan les suivait par derrière. 

— Gomment diable ! continua le roi, à vous quatre, sept 
gardes de Son Éminence mis hors de combat en deux jours. 
C'est trop, Messieurs, c'est trop. À ce compte-là, Son 
Éminence serait forcée de renouveler sa compagnie dans 
trois semaines, et moi de faire appliquer les édits dans 
toute leur rigueur. Un, par hasard,^ je ne dis pas ; mais 
sept en deux jours, je le répète, c'est trop, c'est beaucoup 
trop. 

— Aussi, sire. Votre Majesté voit qu'ils viennent tout 
contrits et tout repentants lui faire leurs excuses. 

— Tout contrits et tout repentants ! Hum ! fit le roi, je 
ne me fie point à leurs faces hypocrites ; il y a surtout 
là-bas une figure de Gascon. Venez ici, Monsieur. 

D'Artagnan, qui comprit que c'était à lui que le compli- 
ment s'adressait, s'approcha en prenant son air le plus 
désespéré. 

— Eh bien ! que me disiez-vous donc, que c'était un jeune 
homme ? c'est un enfant, monsieur de Tréville, im véritable 
enfant ! Et c'est celui-là qui a donné ce rude coup d'épée à 
Jussac ? 

— Et ces deux beaux coups d'épée à Bernajoux. 

— Véritablement ! 

— Sans compter, dit Athos, que s'il ne m'avait pas tiré 
des mains de Bicarat, je n'aurais très-certainement pas 
l'honneur de feire en ce moment-ci ma très-humble révé- 
rence à Votre Majesté. 

— Mais c'est donc un véritable démon, que ce Béarnais, 
ventre saint-gris ! ^ monsieur de Tréville ? comme eût dit 
le roi mon père. A ce métier-là, on doit trouer force pour- 
points et briser force épées. Or les Gascons sont toujours 
pauvres, n'est-ce pas ? 

— Sire, je dois dire qu'on n'a pas encore trouvé des mines 



64 Les Trois Mousquetaires. 

d'or dans leurs montagnes, qnoiqne le Seigneur leur dût 
bien ce miracle en récompense de la manière dont ils ont 
soutenu les prétentions du roi votre père. 

— Ce qui veut dire que ce sont les Gascons qxd m'ont fait 
roi moi-même, n'est-ce pas, Tréville, puisque je suis le fils 
de mon père ? Eh bien ! à la bonne heure, je ne dis pas 
non. La Ghesnaye, allez voir si, en fouillant dans toutes 
mes poches, vous trouverez quarante pistoles ; et si vous les 
trouvez, apportez-les-moi Et maintenant, voyoîis, jeune 
homme, la main sur la conscience, comment cela s'est-il 
passé ? 

D'Artagnan raconta l'aventure de la veille dans tous ses 
détails: comment, n'ayant pas pu dormir de la joie qu'il 
éprouvait à voir Sa Majesté, il était arrivé chez ses amis 
trois heures avant l'heure de l'audience ; comment ils étaient 
allés ensemble au tripot, et comment, sur la crainte qu'il 
avait manifestée de recevoir une balle au visage, il avait été 
raillé par Bernajoux, lequel avait failli payer cette raillerie 
de la perte de la vie, et M. de la Trémouille, qui n'y était 
pour rien, de la perte de son hôtel. 

— C'est bien cela, murmurait le roi ; oui, c'est ainsi que 
le duc m'a raconté la chose. Pauvre cardinal ! sept hommes 
en deux jours, et de ses plus chers ; mais c'est assez comme 
cela, Messieurs, entendez-vous ! c'est assez : vous avez pris 
votre revanche de la rue Férou, et au delà; vous devez 
être satisfaits. 

— Si Votre Majesté l'est, dit ïré ville, nous le sommes. 

— Oui, je le suis, ajouta le roi en prenant une poignée 
d'or de la main de La Chesnaye, et la mettant dans celle de 
d'Artagnan. Voici, dit-il, une preuve de ma satisfaction. 

A cette époque, les idées de fierté qui sont de mise de nos 
jours n'étaient point encore de mode. Un gentilhomme 
recevait de la main à la main de l'argent du roi, et n'en était 
pas le moins du monde humilié. D'Artagnan mit donc les 



Le% Trois Mousquetaires, 65 

quarante pistoles dans sa poche sans faire aucune façon^ et 
en remerciant tout au contraire grandement Sa Majesté, y 

— Là, dit le roi en regardant sa pendule, là, et maintenant 
qu'il est huit heures et demie, retirez-vous ; car je vous l'ai 
dit, j'attends quelqu'un à neuf heures. Merci de votre 
dévouement. Messieurs. J'y puis compter, n'est-ce pas ? 

— Oh ! sire 1 s'écrièrent d'une même voix les quatre com- 
pagnons, nous nous ferions couper en morceaux pour Votre 
Majesté. 

— Bien, bien ; mais restez entiers : cela vaut mieux, et 
vous me serez plus utiles. Tréville, ajouta le roi à demi 
voix pendant que les autres se retiraient, comme vous n'avez 
pas de place dans les mousquetaires et que d'ailleurs pour 
entrer dans ce corps nous avons décidé qu'il fallait faire un 
noviciat, placez ce jeune homme dans la compagnie des 
gardes de M. des Essarts, votre beau-frère. Ah, pardieu! 
Tréville, je me réjouis de la grimace que va faire le cardi- 
nal : il sera furieux, mais cela m'est égal ; je suis dans mon 
droit. 

Et le roi salua de la main Tréville, qui sortit et s'en vint 
rejoindre ses mousquetaires, qu'il trouva partageant avec 
d'Artagnan les quarante pistoles. 

Et le cardinal, comme l'avait dit Sa Majesté, fut effective- 
ment furieux, si furieux que pendant huit jours il aban- 
donna le jeu du roi, ce qui n'empêchait pas le roi de lui 
faire la plus charmante mine du monde, et toutes les fois 
qu'il le rencontrait de lui demander de sa voix la plus ca- 
ressante : 

— Eh bien, monsieur le cardinal, comment vont ce pauvre 
Bernajoux et ce pauvre Jussac, qui sont à vous ? 



66 Leè Trois Mousquetaires. 



VIL 

L'INTÉRIEUR DES MOUSQUETAIRES. 

Lorsque d'Artagnan fut hors du Louvre, et qu'il consulta 
ses amis sur l'emploi qu'il devait faire de sa part des 
quarante pistoles, Athos lui conseilla de commander un bon 
repas à la Pomme-de-Pin, Porthos de prendre un laquais. 

Le repas fut exécuté le jour même, et le laquais y servit à 
table. Le repas avait été commandé par Athos, et le laquais 
fourni par Porthos. C'était un Picard que le glorieux mous- 
quetaire avait embauché le jour même et à cette occasion 
sur le pont de la Tournelle, pendant qu'il faisait des ronds 
en crachant dans l'eau.^ 

Porthos avait prétendu que cette occupation était la 
preuve d'une organisation réfléchie et contemplative, et il 
l'avait emmené sans autre recommandation. La grande 
mine de ce gentilhomme, pour le compte duquel il se crut 
engagé, avait séduit Planchet, — c'était le nom du Picard; — 
il y eut chez lui un léger désappointement lorsqu'il vit que la 
place était déjà prise par un confrère nommé Mousqueton, 
et lorsque Porthos lui eut signifié que son état de maison, 
quoique grand, ne comportait pas deux domestiques, et qu'il 
lui fallait entrer au service d'Artagnan. Cependant, lorsqu'il 
assista au dîner que donnait son maître et qu'il vit celui-ci 
tirer en payant une poignée d'or de sa poche, il crut sa for- 
tune faite et remercia le ciel d'être tombé en la possession 
d'un pareil Crésus; il persévéra dans cette opinion jus- 
qu'après le festin, des reliefs duquel il répara de longues 
abstinences. Mais en faisant le soir le lit de son maître, les 



Le» Troie Mousquetaires. 67 

chimères de Planchet s'évanouirent. F Le lit était le seul de 
rapi)artement, qui se composait d'une antichambre et d'une 
chambre à coucher. Planchet coucha dans l'antichambre 
sur une couverture tirée du lit de d'Artagnan, et dont 
d'Artagnan se passa depuis. 

Athos de son côté avait un valet qu'il avait dressé à son 
service d'une façon toute particulière et que l'on appelait 
Grimaud. Il était fort silencieux, ce digne seigneur. Nous 
parlons d' Athos, bien entendu. Depuis cinq ou six ans qu'il 
vivait dans la plus profonde intimité avec ses compagnons 
Porthos et Aramis, ceux-ci se rappelaient l'avoir vu sourire 
souvent; mais jamais ils ne l'avaient entendu rire. Ses 
paroles étaient brèves et expressives, disant toujours ce 
qu'elles voulaient dire, rien de plus : pas d'enjolivements, 
pas de broderies, pas d'arabesques. Sa conversation était 
un fait sans aucun épisode. 

Quoique Athos eût à peine trente ans et fût d'une grande 
beauté de corps et d'esprit, jamais il ne parlait de femmes. 
Seulement il n'empêchait pas qu'on en parlât devant lui, 
quoiqu'il fût facile de voir que ce genre de conversation, 
auquel il ne se mêlait que par des mots amers et des aperçus 
misanthropiques, lui était parfaitement désagréable. Sa 
réserve, sa sauvagerie et son mutisme en faisaient presque 
un vieillard; il avait donc, pour ne point déroger à ses 
habitudes, habitué Grimaud à lui obéir sur un simple geste 
ou sur un simple mouvement des lèvres. Il ne lui parlait 
que dans des circonstances suprêmes. 

Quelquefois Grimaud, qui craignait son maître comme le 
feu,* tout en ayant pour sa personne un grand attachement 
et pour son génie une grande vénération, croyait avoir par- 
faitement compris ce qu'il désirait, s'élançait pour exécuter 
l'ordre reçu et faisait précisément le contraire. Alors Athos 
haussait les épaules, et, sans se mettre en colère, rossait 
Grimaud. Ces jours-là il parlait un peu. 



68 Le9 Troie Motisqtietaires. 

Porthos, comme on a pu le voir, avait un caractère tout 
opposé à celui d'Athos : non-seulement il parlait beaucoup, 
mais il parlait haut ; peu lui importait au reste, il faut lui 
rendre cette justice, qu'on l'écoutàt ou non ; il parlait pour le 
plaisir de parler et pour le plaisir de s'entendre ; il parlait 
de toutes choses excepté de sciences, excipant à cet endroit 
de la haine ^ invétérée que depuis son enfance il portait, 
disait-il, aux savants. Il avait moins grand air qu'Athos, 
et le sentiment de son infériorité à ce sujet l'avait, dans le 
commencement de leur liaison, rendu souvent injuste pour 
ce gentilhomme, qu'il s'était alors efforcé de dépasser par 
ses splendides toilettes. Mais, avec sa simple casaque de 
mousquetaire et rien que par la façon dont il rejetait la tête 
en arrière et avançait le pied, Athos prenait à l'instant 
même la place qui lui était due et reléguait le fastueux 
Porthos au second rang. 

Un vieux proverbe dit: "Tel maître tel valet." Passons 
donc du valet d'Athos au valet de Porthos, de Grimaud à 
Mousqueton. 

Mousqueton était un Normand dont son mattre avait 
changé le nom pacifique de Boniface en celui infiniment 
plus sonore de Mousqueton. Il était entré au service de 
Porthos à la condition qu'il serait habillé et logé seulement, 
mais d'une façon magnifique; il ne réclamait que deux 
heures par jour pour les consacrer à une industrie qui de- 
vait pourvoir à ses autres besoins. Porthos avait accepté 
le marché ; la chose lui allait à merveiUe. Il faisait tailler 
à Mousqueton des pourpoints dans ses vieux habits et dans 
. ses manteaux de rechange, et, grâce à un tailleur fort intelli- 
gent qui lui remettait ses hardes à neuf en les retournant. 
Mousqueton faisait à la suite de son maître fort bonne 
figure./ 

Quaht à Aramis, dont nous croyons avoir suffisamment 
exposé le caractère, caractère du reste que, comme celui de 



Leê Trois Mouèquetaireë, 69 

ses compagnons, nous pourrons suivre dans son développe- 
ment, son laquais s'appelait Bazin. Grâce à l'espérance 
qu'avait son maître d'entrer un jour dans les ordres, il était 
toujours vêtu de noir, comme doit l'être le serviteur d'un 
homme d'Église. C'était un Berrichon de trente-cinq à 
quarante ans, doux, paisible, grassouillet, occupant à lire de 
pieux ouvrages les loisirs que lui laissait son maître, faisant 
à la rigueur pour deux un dtner de peu de plats, mais excel- 
lent. Au reste, muet, aveugle, sourd, et d'une fidélité à 
toute épreuve. 

La vie des quatre jeunes gens était devenue commune ; 
d'Artagnan, qui n'avait aucune habitude, puisqu'il arrivait 
de sa province et tombait au milieu d'un monde tout nou- 
veau pour lui, prit aussitôt les habitudes de ses amis. 

On se levait vers huit heures en hiver, vers six heures en 
été, et l'on allait prendre le mot d'ordre et l'air des affaires * 
chez M. de Tréville. D'Artagnan, bien qu'il ne fût pas 
mousquetaire, en faisait le service avec une ponctualité 
touchante : il était toujours de garde parce qu'il tenait tou- 
jours compagnie à celui de ses trois amis qui montait la 
sienne. On le connaissait à l'hôtel des mousquetaires et 
chacun le tenait pour un bon camarade ; M. de Tréville, qui 
l'avait apprécié du premier coup d'œil, et qui lui portait une 
véritable affection, ne cessait de le recommander au roi. 

De leur côté, les trois mousquetaires aimaient fort leur 
jeune camarade. L'amitié qui unissait ces quatre hommes, 
et le besoin de se voir trois ou quatre fois par jour, soit 
pour duel, soit pour affaires, soit pour plaisir, les faisait 
sans cesse courir l'un après l'autre comme des ombres, et 
l'on rencontrait toujours les inséparables se cherchant du 
Luxembourg à la place Saint-Sulpice ou de la rue du Vieux- 
Colombier au Luxembourg. 

En attendant, les promesses de M. de Tréville allaient 
leur train.* Un beau jour le roi commanda à M. le chevalier 



70 Le» Trois Mousquetaires. 

des Essarta de prendre d' Artagnan comme cadet dans sa com- 
pagnie des gardes. B' Artagnan endossa en soupirant cet 
habit, qu'il eût voulu, au prix de dix années de son exist- 
ence, troquer contre la casaque de mousquetaire. Mais M. 
de Tréville promit cette faveur après un noviciat de deux 
ans, noviciat qui pouvait être abrégé, au reste, si l'occasion 
se présentait pour d' Artagnan de rendre quelque service au 
roi ou de faire quelque action d'éclat. D' Artagnan se retira 
sur cette promesse et dès le lendemain commença son service. 
Alors ce fut le tour d'Atbos, de Porthos et d'Aramis de 
monter la garde avec d' Artagnan quand il était de garde. 
La compagnie de M. le chevalier des Essarts prit ainsi 
quatre hommes au lieu d'un le jour où elle prit d' Artagnan. 



Le» Troie Mousquetaires, 71 



VIII. 

UNE INTRIQUE DE COUR. 

Cependant les quarante pistoles du roi Louis XIII, ainsi 
que toutes les choses de ce monde, après avoir eu un com- 
mencement avaient eu une fin, et depuis cette fin nos quatre 
coQipagnons étaient tombés dans la gêne. D'abord Athos 
avait soutenu pendant quelque temps l'association de ses 
propres deniers. Porthos lui avait succédé, et il avait pen- 
dant près de quinze jours encore subvenu aux besoins de 
tout le monde; enfin était arrivé le tour d'Aramis, qui 
s'était exécuté de bonne grâce, et qui était parvenu à se 
procurer quelques pistoles. 

On eut alors, comme d'habitude, recours à M. de Tréville, 
qui fit quelques avances sur la solde ; mais ces avances ne 
pouvaient conduire bien loin trois mousquetaires qui avaient 
déjà force comptes arriérés, et un garde qui n'en avait pas 
encore. 

Enfin quand on vit qu'on allait manquer tout à fait, on 
rassembla par un dernier effort huit ou dix pistoles que 
Porthos joua. Malheureusement il était dans une mauvaise 
veine : il perdit tout, plus vingt-cinq pistoles sur parole. 

Alors la gène devint de la détresse ; on vit les affamés 
suivis de leurs laquais courir les quais et les corps de garde, 
ramassant chez leurs amis du dehors tous les dîners qu'ils 
purent trouver ; car suivant l'avis d'Aramis, on devait dans 
la prospérité semer des repas à droite et à gauche pour en 
récolter quelques-uns dans la disgrâce. 

Athos fut invité quatre fois et mena chaque fois ses amis 



72 Les Troie MouBqaetaireB. 

avec leurs laquais. Porthos eut six occasions et en fit 
également jouir ses camarades : Aramis en eut huit. C'était 
un homme, comme on a déjà pu s'en apercevoir, qui faisait 
peu de bruit et beaucoup de besogne. 

Quand à d'Artagnan, qui ne connaissait encore personne 
dans la capitale, il ne trouva qu'un déjeuner de chocolat 
chez un prêtre de son pays, et un dîner chez un cornette ^ 
des gardes. Il mena son armée chez le prêtre, auquel on 
dévora sa provision de deux mois, et chez le cornette, qui fit 
des merveilles ; mais, comme le disait Flanchet, on ne mange 
toujours qu'une fois, même quand on mange beaucoup. 

D'Artagnan se trouva donc assez humilié de n'avoir eu 
qu'un repas et demi, car le déjeuner chez le prêtre ne pou- 
vait compter que pour un demi-repas, à offrir à ses compar 
gnons, en échange des festins que s'étaient procurés Athos, 
Porthos et Aramis. Il se croyait à charge à la société, 
oubliant dans sa bonne foi toute juvénile qu'il avait nourri 
cette société pendant un mois, et son esj)rit préoccupé se 
mit à travailler activement. Il réfléchit que cette coalition 
de quatre hommes jeunes, braves, entreprenants et actifs, 
devait avoir un autre but que des promenades déhanchées, 
des leçons d'escrime et des lazzi plus ou moins spirituels. 

En effet, quatre hommes comme eux, quatre hommes dé- 
voués les uns aux autres depuis la bourse jusqu'à la vie, 
quatre hommes se soutenant toujours, ne reculant jamais, 
exécutant isolément ou ensemble les résolutions prises en 
commun ; quatre bras menaçant les quatre points cardinaux 
ou se tournant vers un seul point, devaient inévitablement, 
soit souterrainement, soit au jour, soit par la mine, soit par 
la tranchée, soit par la ruse, soit par la force, s'ouvrir un 
chemin vers le but qu'ils voulaient atteindre, si bien défendu 
ou si éloigné qu'il fût. La seule chose qui étonna d'Arta- 
gnan, c'est que ses compagnons n'eussent point songé à 
cela. 



Leè Trois Mousqaetaire%. 73 

n y songeait, lui, et sérieusement même, se creusant la 
cervelle pour trouver une direction à cette force unique 
quatre fois multipliée avec laquelle il ne doutait pas que, 
comme avec le levier que cherchait Archimède, on ne par- 
vînt à soulever le monde, lorsque Fon frappa doucement 
à la porte. D'Artagnan réveilla Flanchet et lui ordonna 
d'ouvrir. 

Que de cette phrase, d'Artagnan réveilla Flanchet, le 
lecteur n'aille pas augurer * qu'il faisait nuit ou que le jour 
n'était point encore venu. Non! quatre heures venaient 
de sonner. Flanchet, deux heures auparavant, était venu 
demander à dîner à son maître, lequel lui avait répondu par 
le proverbe : " Qui dort dîne." Et Flanchet dînait en 
dormant. 

Un homme fut introduit, de mine assez simple et qui 
avait l'air d'un bourgeois. 

Flanchet, pour son dessert, eût bien voulu entendre la 
conversation, mais le bourgeois déclara à d'Artagnan que 
ce qu'il avait à lui dire étant important et confidentiel, il 
désirait demeurer en tête-à-téte avec luL 

D'Artagnan congédia Flanchet et fit asseoir son visiteur. 

Il y eut un moment de silence pendant lequel les deux 
hommes se regardèrent comme pour faire une connaissance 
préalable, après quoi d'Artagnan s'inclina en signe qu'il 
écoutait. 

— J'ai entendu parler de M. d'Artagnan comme d'un 
jeune homme fort brave, dit le bourgeois, et cette réputation 
dont il jouit à juste titre m'a décidé à lui confier un secret. 

— Farlez, Monsieur, parlez, dit d'Artagnan, qui, d'instinct, 
flaira quelque chose d'avantageux. 

Le bourgeois fit une nouvelle pause et continua : 

— J'ai ma femme qui est lingère* chez la reine, Monsieur, 
et qui ne manque ni de sagesse ni de beauté. On me l'a 
fait épouser, voilà bientôt trois ans, quoiqu'elle n'eût qu'un 



74 Leê Troie Mouiquetaireè, 

petit avoir, parce que M. de La Porte, le portemanteau^ de 
la reine, est son parrain et la protège. . . . 

— Eh bien ! Monsieur ? demanda d'Artagnan. 

— Eh bien ! reprit le bourgeois, eh bien ! Monsieur, ma 
femme a été enlevée hier au matin, comme elle sortait de 
sa chambre de travail 

— Et par qui votre femme a-t-elle été enlevée ? 

— Je n'en sais rien sûrement, Monsieur, mais je soup- 
çonne quelqu'un. 

— Et quelle est cette personne que vous soupçonnez ? 

— Un homme qui la poursuivait depuis longtemps. 

— Diable ! 

— Mais voulez-vous que je vous dise, Monsieur, continua 
le bourgeois, je suis convaincu qu'il y a moins d'amour que 
de politique dans tout cela. 

— Moins d'amour que de politique, reprit d'Artagnan' 
d'un air fort réfléchi, et que soupçonnez-vous ? 

— Je ne sais pas si je devrais vous dire ce que je soup- 
çonne. . . . 

— Monsieur, je vous ferai observer que je ne vous 
demande absolument rien, moi. C'est vous qui êtes venu. 
C'est vous qui m'avez dit que vous aviez un secret à me 
confier. Faites donc à votre guise, il est encore temps de 
vous retirer. 

— Non, Monsieur, non, vous m'avez l'air d'un honnête 
jeune homme, et j'aurai confiance en vous. Je suis votre 
propriétaire. 

— Ah ! ah ! fit d' Artagnan en se soulevant à demi et en 
saluant, vous êtes mon propriétaire ? 

— Oui, Monsieur, oui. Et comme depuis trois mois que 
vous êtes chez moi, et que distrait sans doute par vos 
grandes • occupations vous avez oublié de me payer mon 
loyer ; comme, dis-je, je ne vous ai pas tourmenté un seul 
instant, j'ai pensé que vous auriez égard à ma délicatesse.* 



Leè Troie Mousquetaires. 76 

— Gomment donc, mon cher monsieur Bonacieux, reprit 
d^Artagnan, croyez que je suis plein de reconnaissance pour 
un pareil procédé, et que, comme je vous l'ai dit, si je puis 
vous être bon à quelque chose. . . . 

— Je vous crois. Monsieur, je vous crois, et comme j'allais 
vous le dire, foi de Bonacieux ! j'ai confiance en vous. 

— Achevez donc ce que vous avez commencé à me dire. 

Bonacieux apprend à d'Artagnan que sa femme a été enlevée par 
un individu que le mousquetaire reconnaît de suite — c'est " l'homme 
de Meung." Bonacieux le prie de l'aider à recouvrer sa femme. 



»:»«o«N 



IX. 

Bonacieux est arrêté; il se réfugie chez d'Artagnan qui, au lieu de 
le délivrer, le laisse emmener, afin que l'on ne soupçonne pas ses 
motifs. 



76 Leê Trois Mausquetaireê. 



UKE 80UBICIÈRE AU DIX-SEPTIÈME SIÈCLE. 

I/invention de la souricière ne date pas de nos joors ; dès 
qne les sociétés, en se formant, eurent inventé nne police 
quelconque, cette police inventa les souricières. 

Comme peut-être nos lecteurs ne sont pas familiarisés en- 
core avec l'argot de la rue de Jérusalem,^ et que c'est, depuis 
que nous écrivons, et il y a quelques quinze ans de cela, la 
première fois que nous employons ce mot appliqué à cette 
chose, expliquons-leur ce que c'est qu'une souricière. 

Quand dans une maison, quelle qu'elle soie, on a arrêté un 
individu soupçonné d'un crime quelconque, on tient secrète 
l'arrestation ; on place quatre ou cinq hommes en embuscade 
dans la première pièce, on ouvre la porte à tous ceux qui 
frappent, on la referme sur eux et on les arrête ; de cette 
façon, au bout de deux ou trois jours, on tient à peu près 
tous les familiers de l'établissement. 

Voilà ce que c'est qu'une souricière. 

On fit donc une souricière de l'appartement de maître Bo- 
nacieux, et quiconque y apparut fut pris et interrogé par 
les gens de M. le cardinal. Il va sans dire que, comme une 
allée particulière conduisait au premier étage qu'habitait 
d'Artagnan, ceux qui venaient chez lui étaient exemptés de 
toutes visites. 

D'ailleurs les trois mousquetaires y venaient seuls ; ils 
s'étaient mis en quête, chacun de son côté, et n'avaient rien 
trouvé, rien découvert. Athos avait été même jusqu'à ques- 
tionner M. de Tréville, chose qui, vu le mutisme habituel 



Le% Troie Mousquetaire. 77 

du digne mousquetaire^ avait fort étonné son capitaine. Mais 
M. de Tréville ne savait rien, sinon que, la dernière fois 
qu'il avait vu le cardinal, le roi et la reine, le cardinal avait 
Pair fort soucieux, que le roi était inquiet, et que les yeux 
rouges de la reine indiquaient qu'elle avait veillé ou pleuré. 
Mais cette dernière circonstance Pavait peu frappé, la reine, 
depuis son mariage, veillant et pleurant beaucoup. 

M. de Tréville recommanda en tous cas à Athos le service 
du roi et surtout celui de la reine, le priant de faire la 
même recommandation à ses camarades. 

Quant à d'Artagnan, il ne bougeait pas de chez lui. Il 
avait converti sa chambre en observatoire. Des fenêtres il 
voyait arriver ceux qui venaient se faire prendre; puis, 
comme il avait ôté les carreaux du plancher, qu'il avait 
creusé le parquet et qu'un simple plafond le séparait de la 
chambre au-dessous, où se faisaient les interrogatoires, il 
entendait tout ce qui se passait entre les inquisiteurs et les 
accusés. 

Les interrogatoires, précédés d'une perquisition minu- 
tieuse opérée sur la personne arrêtée, étaient presque tou- 
jours ainsi conçus : 

— Madame Bonacieux vous a-t-elle remis quelque chose 
pour son mari ou pour quelque autre personne ? 

— M. Bonacieux vous a-t-il remis quelque chose pour sa 
femme ou pour quelque autre personne ? 

— L'un et l'autre vous ont-ils fait quelque confidence de 
vive voix ? 

— S'ils savaient quelque chose ils ne questionneraient pas 
ainsi, se dit à lui-même d'Artagnan. Maintenant, que cher- 
chent-ils à savoir ? Si le duc de Buckingham ne se trouve 
point à Paris et s'il n'a pas eu ou s'il ne doit point avoir 
quelque entrevue avec la reine. 

D'Artagnan s'arrêta à cette idée, qui, d'après tout ce qu'il 
avait entendu^ ne manquait pas de probabilité. 



80 LeB Trois Mousquetaires. 

angles des tables des plumes de leurs ailes, c'est-à-dire des 
loques de leurs habits et des bribes de leurs manteaux. 

I^Artagnan était vainqueur sans beaucoup de peine, il 
faut le dire, car un seul des alguazils ' était armé, encore se 
défendit-il pour la forme. Il est vrai que les trois autres 
avaient essayé d'assommer le jeune homme avec les chaises, 
les tabourets et les poteries ; mais deux ou trois égratignures 
faites par la flamberge * du Grascon les avaient épouvantés. 
Dix minutes avaient suffi à leur défaite, et d'Artagnan était 
resté maître du champ de bataille. 

Les voisins, qui avaient ouvert leurs fenêtres avec le sang- 
froid particulier aux habitants de Paris dans ces temps d'é- 
meutes et de rixes perpétuelles, les refermèrent dès qu'ils 
eurent vu s'enfuir les quatre hommes noirs: leur instinct 
leur disait que pour le moment tout était fini. 

D'ailleurs il se faisait tard, et alors comme aujourd'hui 
on se couchait de bonne heure dans le quartier du Lux- 
embourg. 

D'Artagnan, resté seul avec madame Bonacieux, se re- 
tourna vers elle : la pauvre femme était renversée sur un 
fauteuil et à demi évanouie. D'Artagnan l'examina d'un 
coup d'oeil rapide. 

C'était une charmante femme de vingt-cinq à vingt-six 
ans, brune avec des yeux bleus, ayant un nez légèrement 
retroussé, des dents admirables, un teint marbré de rose et 
d'opale. Là cependant s'arrêtaient les signes qui pouvaient 
la faire confondre avec une grande dame. Les mains étaient 
blanches, mais sans finesse:* les pieds n'annonçaient pas 
la femme de qualité. Heureusement d'Artagnan n'en était 
pas encore à se préoccuper de ces détails. 

Tandis que d'Artagnan examinait madame Bonacieux, et 
en était aux pieds, comme nous l'avons dit, il vit à terre un 
fin mouchoir de batiste, qu'il ramassa, selon son habitude, 
et au coin duquel il reconnut le même chiffre qu'il avait vu 



LeB Trois Mousquetaires. 81 

au mouchoir qui avait failli lui faire couper la gorge avec 
Aramis. 

Depuis ce temps d'Artagnan se méfiait des mouchoirs 
armoriés, il remit donc sans rien dire celui qu'il avait 
ramassé dans la poche de madame Bonacieux. 

En ce moment madame Bonacieux reprenait ses sens. 
Elle ouvrit les yeux, regarda avec terreur autour d'elle, vit 
que l'appartement était vide, et qu'elle était seule avec son 
libérateur. Elle lui tendit aussitôt les mains en souriant. 
Madame Bonacieux avait le plus charmant sourire du monde. 

— Ah, Monsieur ! dit-elle, c'est vous qui m'avez sauvée : 
permettez-moi que je vous remercie. 

— Madame, dit d'Artagnan, je n'ai fait que ce que tout 
gentilhomme eût fait à ma place, vous ne me devez donc 
aucun remerciement. 

— Si fait. Monsieur, si fait, et j'espère vous prouver que 
vous n'avez pas rendu service à une ingrate. Mais que me 
voulaient donc ces hommes, que j'ai pris d'abord pour des 
voleurs, et pourquoi M. Bonacieux n'est-il point ici ! 

— Madame, ces hommes étaient bien autrement dange- 
reux que ne pourraient être des voleurs, car ce sont des 
agents de M. le cardinal ; et quant à votre mari, M. Bona- 
cieux, il n'est point ici, parce qu'hier on est venu le prendre 
pour le conduire à la Bastille. 

— Mon mari à la Bastille ! s'écria madame Bonacieux ; oh ! 
mon Dieu! qu'art-il donc fait? pauvre cher homme! lui 
l'innocence même ! 

Et quelque chose comme un sourire perçait sur la figure 
encore tout effrayée de la jeune femme. 

— Ce qu'il a fait, Madame? dit d'Artagnan. Je crois 
que son seul crime est d'avoir à la fois le bonheur et le 
malheur d'être votre mari. 

— Mais, Monsieur, vous savez donc . . . 

— Je sais que vous avez été enlevée. Madame. 



82 Leê Trou Mov^quetaireè. 

— Et par qui ? Le savez-vous ? Oh ! si vous le savez, 
dites-le moi. 

— Par un homme de quarante à quarante-cinq ans, aux 
cheveux noirs, au teint basané, avec une cicatrice à la tempe 
gauche. 

— C'est cela, c'est cela ; mais son nom ? 

— Ah ! son nom ? c'est ce que j'ignore. 

— Et mon mari savait-il que j'avais été enlevée ? 

— Il en avait été prévenu par une lettre que lui avait 
écrite le ravisseur lui-même. 

— Et soupçonne-t-il, demanda madame Bonacieux avec 
embarras, la cause de cet événement ? 

— n l'attribuait, je crois, à une cause politique. 

— J'en ai douté d'abord, et maintenant je le pense comme 
lui. 

— Mais, continua d'Artagnan, comment vous êtes-vous 
enfuie? 

— J'ai profité d'un moment où l'on m'a laissée seule, et, 
comme je savais depuis ce matin à quoi m'en tenir sur mon 
enlèvement, à l'aide de mes draps je suis descendue par la 
fenêtre; alors, comme je croyais mon mari ici, je suis 
accourue. 

— Pour vous mettre sous sa protection ? 

— Oh ! non, pauvre cher homme, jfe savais bien qu'il était 
incapable de me défendre; mais comme il pouvait nous 
servir à autre chose, je voulais le prévenir. 

— De quoi? 

— Oh! ceci n'est pas mon secret, je ne puis donc pas vous 
le dire. 

— D'ailleurs, dit d'Artagnan (pardon. Madame, si, tout 
garde que je suis, je vous rappelle à la prudence), d'ailleurs, 
je crois que nous ne sommes pas ici en lieu opportun pour 
faire des confidences. Les hommes que j'ai mis en fuite 
vont revenir avec main-forte ; • s'ils nous retrouvent ici, nous 



Les Trois Mousquetaires. 88 

sommes perdus. / J'ai bien fait prévenir trois de mes amis, 
mais qui sait si on les aura trouvés chez eux ! 

— Oui; oui, vous avez raison, s'écria madame Bonacieux 
eflÈrayée; fuyons, sauvons-nous. 

 ces mots elle passa son bras sous celui de d'Artagnan 
et l'entraîna vivement. 

— Mais où fuir ? dit d'Artagnan, où nous sauver. 

— Éloignons-nous d'abord de cette maison, puis après 
nous verrons. 

Et la jeune femme et le jeune homme, sans se donner la 
peine de refermer la porte, descendirent rapidement la rue 
des Fossoyeurs, s'engagèrent dans la rue des Fossés-Mon- 
sieur-le-Prince et ne s'arrêtèrent qu'à la place Saint-Sulpice. 

— Et maintenant qu'allons-nous faire, demanda d'Arta- 
gnan, et où voulez-vous que je vous conduise ? 

— Je suis fort embarrassée de vous répondre, je vous 
l'avoue, dit madame Bonacieux; mon intention était de 
faire prévenir M. La Porte par mon mari, afin que M. La 
Porte pût nous dire précisément ce qui s'était passé au 
Louvre depuis trois jours, et s'il n'y avait pas danger pour 
moi de m'y présenter. 

— Mais moi, dit d'Artagnan, je puis aller prévenir M. La 
Porte. 

— Sans doute; seulement il n'y a qu'un malheur: c'est 
qu'on connaît M. Bonacieux au Louvre et qu'on le laisserait 
passer, lui, tandis qu'on ne vous connaît pas, vous, et que 
l'on vous fermera la porte. 

— Ah bah! dit d'Artagnan, vous avez bien à quelque 
guichet du Louvre un concierge qui vous est dévoué, et qui 
grâce à un mot d'ordre. . . . 

Madame Bonacieux regarda fixement le jeune homme. 
— Et si je vous donnais ce mot d'ordre, dit-elle, l'oublie- 
riez-vous aussitôt que vous vous en seriez servi ? 

— Parole d'honneur, foi de gentilhomme ! dit d'Artagnan 



84 Les Trois Mousquetaires. 

avec un accent à la vérité duquel il n'y avait pas à se 
tromper. 

— Tenez, je vous crois ; vous avez l'air d'un brave jeune 
homme, d'ailleurs votre fortune est peut-être au bout de' 
votre dévouement. 

— Je ferai sans promesse et de conscience tout ce que je 
pourrai pour servir le roi et être agréable à la reine, dit 
d' Artagnan ; disposez donc de moi comme d'un ami. 

— C'est bien, dit madame Bonacieux, maintenant à mon 
tour de vous donner mes instructions. 

— J'écoute. 

— Présentez-vous au guichet du Louvre, du côté de la rue 
de l'Échelle, et demandez Germain. 

— C'est bien. Après ? 

— Il vous demandera ce que vous voulez et alors vous lui 
répondrez par ces deux mots : Tours et Bruxelles. Aussitôt 
il se mettra à vos ordres. 

— Et que lui ordonnerai-je ? 

— D'aller chercher M. La Porte, le valet de chambre de 
la reine. 

— Et quand il l'aura été chercher et que M. La Porte 
sera venu ? 

— Vous me l'enverrez. 

— C'est bien, mais où et comment vous reverrai-je ? 

— Y tenez-vous beaucoup, à me revoir ? 

— Certainement. 

— Eh bien! reposez-vous sur moi de ce soin, et soyez 
tranquille. 

— Je compte sur votre parole. 

— Comptez-y. 

D' Artagnan salua madame Bonacieux. En deux bonds il 
fut au Louvre : comme il entrait au guichet de l'Échelle, dix 
heures sonnaient. Tous les événements que nous venons 
de raconter s'étaient succédé en une demi-heure. 



Les Trois Mousquetaires. 85 

Tout s'exécuta comme l'avait annoncé madame Bonacieux. 
Au mot d'ordre convenu, Germain s'inclina ; dix minutes 
après, La Porte était dans la loge ; en deux mots d'Artagnan 
le mit au fait et lui indiqua où était madame Bonacieux. 
La Porte s'assura par deux fois de l'exactitude de l'adresse 
et partit tout en courant. Cependant, à peine eut-il fait dix 
pas qu'il revint. 

— Jeune homme, dit-il à d'Artagnan, un conseil. 

— Lequel ? 

— Vous pourriez être inquiété pour ce qui vient de se 
passer. 

— Vous croyez? 

— Oui. 

— Avez-vous quelque ami dont la pendule retarde ? 

— Eh bien? 

— Allez le voir pour qu'il puisse témoigner que vous étiez 
chez lui à neuf heures et demie. En justice cela s'appelle 
un alibi. 

D'Artagnan trouva le conseil prudent ; il prit ses jambes 
à son cou,® il arriva chez M. de Tréville ; mais au lieu de 
passer au salon avec tout le monde, il demanda à entrer dans 
son cabinet. Comme d'Artagnan était un des habitués de 
l'hôtel, on ne fit aucune difficulté d'accéder à sa demande ; et 
l'on alla prévenir M. de Tréville que son jeune compatriote, 
ayant quelque chose d'important à lui dire, sollicitait une 
audience particulière. Cinq minutes après, M. de TrévUle 
demandait à d'Artagnan ce qu'il pouvait faire pour son 
service et ce qui lui valait sa visite à une heure si 
avancée. 

— Pardon, monsieur ! dit d'Artagnan, qui avait profité du 
moment où il était resté seul pour retarder l'horloge de 
trois quarts d'heure ; j'ai pensé que, comme il n'était que 
neuf heures vingt-cinq minutes, il était encore temps de 
me présenter chez vous. 



/ 



86 Le% Traie Mouêquetmreè. 

— Neuf heures vingt^^inq minâtes ! s'écria M. de Tréville 
en zegardant sa pendule ; mais c'est impossible ! 

— Voyez plutôt, Monsieur, dit d'Artagnan, voilà qui fait 

foi 

— C'est juste, dit M. de Tréville, j'aurais cru qu'il était 
plus tard. Mais voyons, que me voulez- vous ? 

Alors d'Artagnan fit à M. de Tréville une longue histoire 
sur la reine. Il lui exposa les craintes qu'il avait conçues à 
l'égard de Sa Majesté ; il lui raconta ce qu'il avait entendu 
dire des projets du cardinal à l'endroit de Buckingham, et 
tout cela avec une tranquillité et un aplomb dont M. de 
Tréville fut d'autant mieux la dupe, que lui-même, comme 
nous l'avons dit, avait remarqué quelque chose de nouveau 
entre le cardinal, le roi et la reine. 

 dix heures sonnant, d'Artagnan quitta M. de Tréville 
qui le remercia de ses renseignements, lui recommanda 
d'avoir toujours à cœur le service du roi et de la reine, et 
qui rentra dans le salon. Mais, au bas de l'escalier, d'Arta- 
gnan se souvint qu'il avait oublié sa canne : en conséquence, 
il remonta précipitamment, rentra dans le cabinet, d'un tour 
de doigt remit la pendule à son heure, pour qu'on ne pût 
pas s'apercevoir, le lendemain, qu'elle avait été dérangée, et 
sûr, désormais, qu'il y avait un témoin pour prouver son 
alibi, il descendit l'escalier et se trouva bientôt dans la 
rue. 



Le% TroxB Mavsquetaires. 87 



XI ET XII. 

D'Artagnan, après ayoîr quitté M. de Tréyille, aperçoit madame 
Bonacieux avec un mousquetaire qu'il provoque immédiatement. C'est 
le duc de Buckingham qui se rend secrètement au Lourre où l'attend 
la reine Anne qu'il aime. D'Artagnan l'escorte jusqu'au palais. Dans 
le courant de l'entrevue, la reine donne au noble anglais douze ferrets 
en diamants qui lui viennent du roi. 



XIII. 

Bonacieux, après son arrestation, est conduit à la Bastille, où il est 
confronté avec Athos que les émissaires du cardinal ont arrêté,* le 
prenant pour le jeune garde. Bonacieux est mis en voiture, et se croit 
condamné à mort, parce que l'on conduit vers la place de Grève, où l'on 
s'arrête, retardé par un attroupement. 

• Chez d'Artagnan. 



88 Le% Troie Mousquetaireê. 



XIV. 

L'HOMME DE MEUNG. 

La voiture, arrêtée un instant, reprit donc sa marche, 
traversa la foule, continua son chemin, enfila la rue Saint- 
Honoré, tourna la rue des Bons-Enfants et s'arrêta devant 
une porte basse. 

La porte s'ouvrit, deux gardes reçurent dans leurs bras 
Bonacieux, soutenu par l'exempt;^ on le poussa dans une 
allée, on lui fit monter un escalier, et on le déposa dans une 
antichambre. 

Tout ces mouvements s'étaient opérés pour lui d'une 
façon machinale. 

Il avait marché comme on marche en rêve; il avait 
entrevu les objets à travers un brouillard; ses oreilles 
avaient perçu les sons sans les comprendre; on eût pu 
l'exécuter dans ce moment qu'il n'eût pas fait un geste pour 
entreprendre sa défense, qu'il n'eût pas poussé un cri pour 
implorer la pitié. 

Il resta donc ainsi sur la banquette, le dos appuyé au 
mur et les bras pendants, à l'endroit même où les gardes 
l'avaient déposé. 

Cependant, comme, en regardant autour de lui, il ne 
voyait aucun objet menaçant, comme rien n'indiquait qu'il 
courût lin danger réel, comme la banquette était convenable- 
ment rembourrée, comme la muraille était recouverte d'un 
beau cuir de Cordoue, comme de grands rideaux de damas 
rouge flottaient devant la fenêtre, retenus par des embrasses 
d'or, il comprit peu à peu que sa frayeur était exagérée, et 



Ijes Trois Mousquetaires. 89 

il commença de remuer la tête à droite et à gauche et de 
bas en haut. 

A ce mouvement, auquel personne ne s'opposa, il reprit 
un peu de courage et se risqua à ramener une jambe^ puis 
l'autre ; enfin, en s'aidant de ses deux mains, il se souleva 
sur sa banquette et se trouva sur ses pieds. 

En ce moment, xm officier de bonne mine ouvrit une por- 
tière, continua d'échanger encore quelques paroles avec une 
personne qui se trouvait dans la pièce voisine, et se retour- 
nant vers le prisonnier : 

— C'est vous qui vous nommez Bonacieux ? dit-il. 

— Oui, monsieur l'officier, balbutia le mercier, plus mort 
que vif, pour vous servir. 

— Entrez, dit l'officier. 

Et il s'effaça ' pour que le mercier pût passer. Celui-ci 
obéit sans réplique, et entra dans la chambre où il paraissait 
être attendu. 

C'était un grand cabinet, aux murailles garnies d'armes 
offensives et défensives, clos et étouffé, et dans lequel il y 
avait déjà du feu, quoique l'on fût à peine à la fin du mois 
de septembre. Une table carrée, couverte de livres et de 
papiers sur lesquels était déroulé un plan immense de la 
ville de La Rochelle, tenait le milieu de l'appartement. 

Debout devant la cheminée était un homme de moyenne 
taille, à la mine haute et fière, aux yeux perçants, au front 
large, à la figure amaigrie qu'allongeait encore une royale * 
surmontée d'une paire de moustaches. Quoique cet homme 
eût trente-six à trente-sept ans à peine, cheveux, moustache 
et royale s'en allaient grisonnants. Cet homme, moins 
l'épée, avait toute la mine d'un homme de guerre, et ses 
bottes de buffie encore légèrement couvertes de poussière 
indiquaient qu'il avait monté à cheval dans la journée. 
^ Cet homme, c'était Armand-Jean Duplessis, cardinal de 
Richelieu, non point tel qu'on nous le représente, cassé 



v<^ 



90 Les Trais Mousquetaires. 

comme un yieillard, souffrant comme un martyr, le corps 
brisé, la voix éteinte, enterré dans un grand fauteuil comme 
dans une tombe anticipée, ne vivant plus que par la force 
de son génie, et ne soutenant plus la lutte avec FEurope 
que par l'étemelle application de sa pensée ; mais tel qu'il 
était réellement à cette époque, c'est-àrdire adroit et galant 
cavalier, faible de corps déjà, mais soutenu par cette puis- 
sance morale qui a fait de lui un des hommes les plus 
extraordinaires qui aient existé; se préparant enfin, après 
avoir soutenu le duc de Nevers dans son duché de Mantoue, 
après avoir pris Kimes, Castres et Uzès, à chasser les 
Anglais de l'île de Ré et à faire le siège de La Rochelle.* 

A la première vue, rien ne dénotait donc le cardinal, et il 
était impossible à ceux-là qui ne connaissaient point son 
visage de deviner devant qui ils se trouvaient. 

Le pauvre mercier demeura debout à la porte, tandis que 
les yeux du personnage que nous venons de décrire se 
fixaient sur lui et semblaient vouloir pénétrer jusqu'au fond 
du passé. 

— C'est là ce Bonacieux ? demandart-il après un moment 
de silence. 

— Oui, Monseigneur, reprit l'oflâcier. 

— C'est bien, donnez-moi ces papiers et laissez-nous. 
L'officier prit sur la table les papiers désignés, les remit 

à celui qui les demandait, s'inclina jusqu'à terre, et sortit. 

Bonacieux reconnut dans ces papiers ses interrogatoires 
de la Bastille. De temps en temps, l'homme de la cheminée 
levait les yeux de dessus les écritures, et les plongeait 
comme deux poignards jusqu'au fond du cœur du pauvre 
mercier. 

Au bout de dix minutes de lecture et de dix secondes 
d'examen, le cardinal était fixé. 

— Cette tête-là n'a jamais conspiré, murmurart-il ; mais 
n'importe, voyons toujours. 



Les Trais Mousquetaires. 91 

— Vous êtes accusé de haute trahison, dit lentement le 
cardinal. 

— C'est ce qu'on m'a déjà appris. Monseigneur, s'écria 
Bonacieux, donnant à son interrogateur le titre qu'il avait 
entendu l'officier lui donner, mais je vous jure que je n'en 
savais rien. 

Le cardinal réprima un sourire. 

— Vous avez conspiré avec votre femme, avec madame de 
Chevreuse et avec milord duc de Buckii^ham. 

— En effet. Monseigneur, répondit le mercier, je l'ai 
entendue prononcer tous ces noms-là. 

— Et à quelle occasion ? 

— Elle disait que le cardinal de Bichelieu avait attiré le 
duc de Buckingham à Paris pour le perdre. 

— Elle disait cela, s'écria le cardinal avec violence. 

— Oui, Monseigneur ; mais moi je lui ai dit qu'elle avait 
tort de tenir de pareils propos, et que Son Éminence était 
incapable. . . . 

— Taisez-vous, vous êtes un imbécile, reprit le cardinal. 

— C'est justement ce que ma femme m'a répondu, Mon- 
seigneur. 

— Savez-vous qui a enlevé votre femme ? 

— Non, Monseigneur. 

— Vous avez des soupçons, cependant ? 

— Oui, Monseigneur ; mais ces soupçons ont paru contra- 
rier monsieur le commissaire, et je ne les ai plus. 

— Votre femme s'est échappée, le saviez-vous ? 

— Non, Monseigneur, je l'ai appris depuis que je suis en 
prison, et toujours par l'entremise de monsieur le commis- 
saire, un homme bien aimable ! 

Le cardinal réprima un second sourire. 

— Alors vous ignorez ce que votre femme est devenue 
depuis sa fuite ? 

— Absolument, Monseigneur ; mais elle a dû rentrer au 
Louvre. 



92 Leê Troie Mousqtietaire». 

— À une heure du matin elle n'y était pas rentrée encore. 

— Ah ! mon Dien ! mais qu'est^Ue devenue alors ? 

— On le saura, soyez tranquille ; on ne cache rien au car- 
dinal : le cardinal sait tout. 

— En ce cas. Monseigneur, est-ce que vous croyez que le 
cardinal consentira à me dire ce qu'est devenue ma femme ? 

— Peut-être ; mais il faut d'abord que vous avouiez tout 
ce que vous savez relativement aux relations de votre femme 
avec madame de Chevreuse. 

— Mais, Monseigneur, je n'en sais rien ; je ne l'ai jamais 
vue. 

— Quand vous alliez chercher votre femme au Louvre, 
revenait-elle directement chez vous ? 

— Presque jamais : elle avait affaire à des marchands de 
toile, chez lesquels je la conduisais. 

— Et combien y en avait-il de marchands de toile ? 

— Deux, Monseigneur. 

— Où demeurent-ils ? 

— Un, rue de Vaugirard ; l'autre, rue de La Harpe. 

— Entriez-vous chez eux avec elle ? 

— Jamais, Monseigneur ; je l'attendais à la porte. 

— Et quel prétexte vous donnait-elle pour entrer ainsi 
toute seule ? 

— Elle ne m'en donnait pas ; elle me disait d'attendre et 
j'attendais. 

— Vous êtes un mari complaisant, mon cher monsieur 
Bonacieux ! dit le cardinal. 

— Il m'appelle son cher Monsieur! dit en lui-même le 
mercier. Peste! les affaires vont bien ! 

— Reconnaîtriez-vous ces portes ? 

— Oui. 

— Savez-vous les numéros ? 

— Oui. 

— Quels sont-ils ? 



Les Trois Mousquetaires. 98 

— N** 25, dans la rue de Vaugirard ; et l'autre, n® 76 rue 
de La Harpe. 

— C'est bien, dit le cardinal. 

À ces mots, il prit une sonnette d'argent, 'et sonna; l'ofiB.- 
cier rentra. 

— Allez, dit-il àjgm i voi ^, me chercher Rochefort; et 
qu'il vienne à l'instant même, s'il est rentré. 

— Le comte est là, dit l'offîcier, il demande instamment 
à parler à Votre Éminence ! 

— Qu'il vienne alors, qu'il vienne! dit vivement Kiche- 
lieu. 

L'officier s'élança hors de l'appartement, avec cette rapi- 
dité que mettaient d'ordinaire tous les serviteurs du cardinal 
à lui obéir. 

— A Votre Éminence ! murmurait Bonacieux en roulant 
des yeux égarés. 

Cinq secondes ne s'étaient pas écoulées depuis la dispari- 
tion de l'officier, que la porte s'ouvrit et qu'un nouveau 
personnage entra. 

— C'est lui ! s'écria Bonacieux. 

— Qui lui ? demanda le cardinal. 

— Celui qui m'a enlevé ma femme. 

Le cardinal sonna une seconde fois. L'officier reparut. 

— Eemettez cet homme aux mains de ses deux gardes, et 
qu'il attende que je le rappelle devant moi. 

— Non, Monseigneur ! non, ce n'est pas lui î s'écria Bona- 
cieux; non, je m'étais trompé: c'est un autre qui ne lui 
ressemble pas du tout ! Monsieur est un honnête homme. 

— Emmenez cet imbécile ! dit le cardinal. 

L'officier prit Bonacieux sous le bras, et le reconduisit 
dans l'antichambre où il trouva ses deux gardes. 

Rochefort entre et rapporte au cardinal que le duc de Buckingham 
a TU la reine, qui lui a donné les ferrets en diamants. 



l 



94 Les Trois Mousquetaires. 

Le cardinal, resté seul, réflécliit un instant et sonna une 
troisième fois. 

Le même officier reparut. 

— Faites entrer le prisonnier, dit le cardinal. 

Mattre Bonacieux fut introduit de nouveau, et sur un 
signe du cardinal Tofficier se retira. 
— Vous m'avez trompé, dit sévèrement le cardinal. 

— Moi, s'écria Bonacieux, moi, tromper Votre Éminence ! 

— Votre femme, en allant rue de Vaugirard et rue de La 
Harpe, n'allait pas chez des marchands de toile. 

\i — Et où allait^Ue ? 

— Elle allait chez la duchesse de Chevreuse et chez le 
' duc de Buckingham. 

— Oui, dit Bonacieux rappelant tous ses souvenirs, oui, 
c'est cela, Votre Éminence a raison. J'ai dit plusieurs fois 
à ma femme qu'il était étonnant que des marchands de 
toile demeurassent dans des maisons pareilles, dans des 
maisons qui n'avaient pas d'enseignes, et chaque fois ma 
femme s'est mise à rire. Ah ! Monseigneur, continua Bona- 
cieux en se jetant aux pieds de l'Éminence, ah ! que vous 
êtes bien le cardinal, le grand cardinal, l'homme de génie 
que tout le monde révère. 

Le cardinal, tout médiocre qu'était le triomphe remporté 
sur un être aussi vulgaire que l'était Bonacieux, n'en jouit 
pas moins un instant ; puis, presque aussitôt, comme si une 
nouvelle pensée se présentait à son esprit, un sourire plissa 
ses lèvres, et tendant la main au mercier : 

— Relevez-vous, mon ami, lui dit-il, vous êtes un brave 
homme. 

— Le cardinal m'a touché la main ! j'ai touché la main du 
grand homme! s'écria Bonacieux; le grand homme m'a 
appelé son ami ! 

— Oui, mon ami ; oui ! dit le cardinal avec ce ton paternel 
qu'il savait prendre quelquefois, mais qui ne trompait que 



Le8 Trois Mousquetaires. 95 

les gens qui ne le connaissaient pas ; et comme on vous a 
soupçonné injustement^ eh bien ! il vous faut une indemnité : 
tenez ! prenez ce sac de cent pistoleS; et pardonnez-moi. 

— Que je vous pardonne, Monseigneur ! dit Bonacieux hé- 
sitant à prendre le sac, craignant, sans doute, que ce pré- 
tendu don ne fût qu'une plaisanterie. Mais vous étiez bien 
libre de me faire arrêter, vous êtes bien libre de me faire 
torturer, vous êtes bien libre de me faire pendre : vous êtes le 
maître, et je n'aurais pas eu le plus petit mot à dire. Vous 
pardonner, Monseigneur ! Allons donc, vous n'y pensez pas ? 

— Ah! mon cher monsieur Bonacieux! vous y mettez 
de la générosité, je le vois et je vous en remercie. Ainsi 
donc, vous prenez ce sac et vous vous en allez sans être 
trop mécontent? 

— Je m'en vais enchanté, Monseigneur. 

— Adieu donc, ou plutôt à revoir, car j'espère que nous 
nous reverrons. 

— Tant que Monseigneur voudra, et je suis bien aux 
ordres de Son Éminence. 

— Ce sera souvent, soyez tranquille, car j'ai trouvé un 
charme extrême dans votre conversation. 

— Oh! Monseigneur! 

— Au revoir, monsieur Bonacieux, au revoir. 

Et le cardinal lui fît un signe de la main, auquel Bonacieux 
répondit en s'inclinant jusqu'à terre ; puis il sortit à recu- 
lons, et quand il fut dans l'antichambre, le cardinal l'entendit 
qui, dans son enthousiasme, criait à tue-tête : " Vive Mon- 
seigneur ! vive Son Éminence ! vive le grand cardinal!" Le 
cardinal écouta en souriant cette brillante manifestation des 
sentiments enthousiastes de maître Bonacieux ; puis, quand 
les cris de Bonacieux se furent perdus dans l'éloignement, 

— Bien, dit-il, voici désormais un homme qui se fera tuer 
pour moi. 

Et le cardinal se mit à examiner avec la plus grande 



96 Le% Troie Moiuquetaires. 

attention la carte de La Bochelle, qui, ainsi que nous l'avons 
dit, était étendue sur son bureau, traçant avec un crayon la 
ligne où devait passer la fameuse digue^ qui dix-huit mois 
plus tard fermait le port de la cité assiégée. 

Comme il en était au plus profond de ses méditations 
stratégiques, la porte se rouvrit, et Bochef ort rentra. 

— Eh bien? dit vivement le cardinal en se levant avec 
une promptitude qui prouvait le degré d'importance qu'il 
attachait à la commission dont il avait chargé le comte. 

— Eh bien ! dit celui-ci, une jeune femme de vingt-six à 
vingt-huit et un homme de trente-cinq à quarante ans ont 
logé effectivement, l'un quatre jours et l'autre cinq, dans les 
maisons indiquées par Votre Êminence : mais la femme est 
partie cette nuit et l'homme ce matin. 

— C'étaient eux! s'écria le cardinal, qui regardait à la 
pendule : et maintenant, continua-t-il, il est trop tard pour 
faire courir après: la duchesse est à Tours et le duc à 
Boulogne. C'est à Londres qu'il faut les rejoindre. 

— Quels sont les ordres de Votre Éminence ? 

— Pas un mot de ce qui s'est passé; que la reine reste 
dans une sécurité parfaite ; qu'elle ignore que nous savons 
son secret; qu'elle croie que nous sommes à la recherche 
d'une conspiration quelconque. Envoyez-moi le garde des 
sceaux Séguier.* 

— Et cet homme, qu'en a fait Votre Éminence ? 

— Quel homme ? demanda le cardinal. 

— Ce Bonacieux ? 

— J'en ai fait tout ce qu'on pouvait en faire. J'en ai 
fait l'espion de sa femme. 

Le comte de Eochefort s'inclina en homme qui reconnaît 
grande la supériorité du maître et se retira. 

Besté seul, le cardinal s'assit de nouveau, écrivit une 
lettre qu'il cacheta de son sceau particulier, puis il sonna. 
L'officier entra pour la quatrième fois. 



Les Trois Mousquetaires. 97 

— Faites-moi venir Vitray, dit-il, et dites-lui de s'apprêter 
pour un voyage. 

Un instant après, l'homme qu'il avait demandé était 
debout devant lui, tout botté et tout éperonné. 

— Vitray, dit-il, vous allez partir tout courant pour Lon- 
dres. Vous ne vous arrêterez pas un instant en route. 
Vous remettrez cette lettre à milady. Voici un bon de deux 
cents pistoles : passez chez mon trésorier et faites-vous payer. 
Il y en a autant à toucher' si vous êtes ici de retour dans 
six jours et si vous avez bien fait ma commission. 

Le messager, sans répondre un seul mot, s'inclina, prit la 
lettre, le bon de deux cents pistoles et sortit. 
Voici ce que contenait la lettre : 

" Milady, 

" Trouvez-vous au premier bal où se trouvera le duc de 
Buckingham. Il aura à son pourpoint douze ferrets de dia- 
mants, approchez-vous de lui et coupez-en deux. 

" Aussitôt que ces ferrets seront en votre possession, pré- 
venez-moi." 



98 Les , Troie Mousquetaires, 



XV. 

GENS DE ROBE ET GENS D'ÉPÉ£.i 

Le lendemain du jour où ces événements étaient arrivés, 
Athos n'ayant point reparu, M. de Tréville avait été prévenu 
par d'Artagnan et par Porthos de sa disparition. 

Quant à Aramis, il avait demandé un congé de cinq jours, 
et il était à Kouen, disait-on, pour affaires de famille. 

M. de Tréville était le père de ses soldats. Le moindre 
et le plus inconnu d'entre eux, dès qu'il portait l'uniforme 
de la compagnie, était aussi certain de son aide et de son 
appui qu'aurait pu l'être son frère lui-même. 

Il se rendit donc à l'instant chez le lieutenant criminel.' 
On fit venir l'officier qui commandait le poste de la Croix- 
Rouge, et les renseignements successifs apprirent qu' Athos 
était momentanément logé au For-l'Évêque. 

Athos avait passé par toutes les épreuves que nous avons 
vu Bonacieux subir. 

Kous avons assisté à la scène de confrontation entre les 
deux captifs. Athos qui n'avait rien dit jusque-là de peur 
que d'Artagnan, inquiété à son tour, n'eût point le temps 
qu'il lui fallait, Athos déclara, à partir de ce moment, qu'il 
se nommait Athos et non d'Artagnan. 
pîl ajouta qu'il ne connaissait ni monsieur ni madame 
Bonacieux ; qu'il n'avait jamais parlé ni à l'un ni à l'autre ; 
qu'il était venu vers les dix heures du soir pour faire visite 
à M. d'Artagnan, son ami, mais que jusqu'à cette heure il 
était resté chez M. de Tréville, où il avait dîné; vingt 
témoins, ajouta-t-il, pouvaient attester le fait, et il nomma 



Les Trois Mousquetaires. 99 

plusieurs gentilshommes distingués, entre autres M. le duc 
de La TrémouUle. 

Le second commissaire fut aussi étourdi que le premier 
de la déclaration simple et ferme de ce mousquetaire, sur 
lequel il aurait bien voulu prendre la revanche que les gens 
de robe aiment tant à gagner sur les gens d'épée ; mais le 
nom de M. de Tré ville et celui de M. le duc de La Trémouille 
méritaient réflexion.* 

Athos fut aussi envoyé au cardinal, mais malheureuse- 
ment le cardinal était au Louvre chez le roi. 

C^était précisément le moment où M. de Tréville, sortant 
de chez le lieutenant criminel et de chez le gouverneur du 
For-l'Évéque, sans avoir pu trouver Athos, arriva chez Sa 
Majesté. 

Comme capitaine des mousquetaires, M. de Tréville avait 
à toute heure ses entrées^ chez le roi. 

On sait quelles étaient les préventions du roi contre la 
reine, préventions habilement entretenues par le cardinal, 
qui, en fait d'intrigues, se défiait infiniment plus des femmes 
que des hommes. Une des grandes causes surtout de cette 
prévention était l'amitié d'Anne d'Autriche pour madame 
de Chevreuse. Ces deux femmes l'inquiétaient plus que les 
guerres avec l'Espagne, les démêlés avec l'Angleterre et 
l'embarras des finances. 

Au premier mot de ce qu'avait dit M. le cardinal, que 
madame de Chevreuse, exilée à Tours, et qu'on croyait dans 
cette ville, était venue à Paris, et pendant cinq jours qu'elle 
y était restée avait dépisté la police, le roi était entré dans 
une furieuse colère. 

Mais lorsque le cardinal ajouta que non-seulement madame 
de Chevreuse était venue à Paris, mais encore que la reine 
avait renoué avec elle à l'aide d'une des ces correspondances 
mystérieuses qu'à cette époque on nommait une cabale, lors- 
qu'il affirma que lui, le cardinal, allait démêler les fils les 



100 Le9 Trois Mousquetaires. 

plus obscurs de cette intrigue, quand, au moment d'arrêter 
sur le fait, en flagrant délit, nanti de toutes les preuves, l'é- 
missaire de la reine près de l'exilée, un mousquetaire avait 
osé interrompre violemment le cours de la justice en tom- 
bant, l'épée à la main, sur d'honnêtes gens de loi chargés 
d'examiner avec impartialité toute l'affaire pour la mettre 
sous les yeux du roi, Louis XIII ne se contint plus, il fit 
un pas vers l'appartement de la reine avec cette pâle et 
muette indignation, qui, lorsqu'elle éclatait, conduisait ce 
prince jusqu'à la plus froide cruauté. 

Et cependant dans tout cela le cardinal n'avait pas encore 
dit un mot du duc de Buckingham. 

Ce fut alors que M. de Tréville entra, froid, poli et dans 
une tenue irréprochable. 

Averti de ce qui venait de se passer par la présence du 
cardinal et par l'altération de la figure du roi, M. de Tréville 
se sentit fort comme Samson devant les Philistins. 

Louis XIII mettait déjà la main sur le bouton de la porte, 
au bruit que fit M. de Tréville en entrant, il se retourna. 

— Vous arrivez bien. Monsieur, dit le roi, qui, lorsque ses 
passions étaient montées à un certain point, ne savait pas 
dissimuler, et j'en apprends de belles * sur le compte de vos 
mousquetaires. 

— Et moi, dit froidement M. de Tréville, j'en ai de belles 
à apprendre à Votre Majesté sur ses gens de robe. 

— Plaît-il ? dit le roi avec hauteur. 

— J'ai l'honneur d'apprendre à Votre Majesté, continua 
M. de Tréville du même ton, qu'un parti de procureurs, de 
commissaires et de gens de police, gens fort estimables, mais 
fort acharnés, à ce qu'il paraît, contre l'uniforme, s'est per- 
mis d'arrêter dans une maison, d'emmener en pleine rue, et 
de jeter au For-1'Évêque, tout cela sur un ordre que l'on a 
refusé de me représenter, un de mes mousquetaires, ou plu- 
tôt des vôtres, sire, d'une conduite irréprochable, d'une 



Leè Troie Mouèquetaireè, 101 

réputation presque illustre, et que Votre Majesté connaît 
favorablement, M. Athos. j 

\~^ Athos, dit le roi macninalement ; oui, au fait je connais 
ce nom-là. 

— Que Votre Majesté se rappelle, dit M. de Tréville; 
M. Athos est ce mousquetaire qui, dans le fâcheux duel que 
vous savez, a eu le malheur de blesser grièvement M. de 
Cahusac. — À propos, Monseigneur, continua Tréville en s'a- 
dressant au cardinal, M. de Cahusac est tout à fait rétabli, 
n'est-ce pas ? 

— Merci ! dit le cardinal en se pinçant les lèvres de 
colère. 

— M. Athos était donc allé rendre visite à l'un de ses 
amis alors absent, continua M. de Tréville, à un jeune 
Béarnais, cadet aux gardes de Sa Majesté, compagnie des 
Essarts : mais à peine venait-il de s'installer chez son ami 
et de prendre un livre en l'attendant, qu'une nuée de recors ^ 
et de soldats mêlés ensemble vint faire le siège de la maison, 
enfonça plusieurs portes. . . . 

Le cardinal fit au roi un signe qui signifiait : "C'est pour 
l'affaire dont je vous ai parlé." 

— Nous savons tout cela, répliqua le roi, car tout cela 
s'est fait pour notre service. 

— Alors, dit Tréville, c'est aussi pour le service de Votre 
Majesté qu'on a saisi un de mes mousquetaires innocents, 
qu'on l'a placé entre deux gardes comme un malfaiteur, et 
qu'on a promené au milieu d'une populace insolente ce 
galant homme, qui a versé dix fois son sang pour le service 
de Votre Majesté et qui est prêt à le répandre encore. 

— Bah! dit le roi ébranlé, les choses se sont passées 
ainsi? 

— M. de Tréville ne dit pas, reprit le cardinal avec le plus 
grand flegme, que ce mousquetaire innocent, que ce galant 
homme venait, une heure auparavant, de frapper à coups 



102 Leê Trois Mousquetaires, 

d'épée quatre commissaires instract purs ' délégués par moi 
afin d'instruire une affaire de la plus haute importance. 

— Je défie Votre Éminence de le prouver, s'écria M. de 
Tréville avec sa franchise toute gasconne et sa rudesse toute 
militaire, car, une heure auparavant, M. Athos, qui, je le 
confierai à Votre Majesté, est un homme de la plus haute 
qualité, me faisait l'honneur, après avoir dîné chez moi, de 
causer dans le salon de mon hôtel avec M. le duc de La Tré- 
mouille et M. le comte de Ghâlus, qui s'y trouvaient. 

Le roi regarda le cardinal. 

— Un procès-verbal fait foi, dit le cardinal, répondant tout 
haut à l'interrogation muette de Sa Majesté, et les gens mal- 
traités ont dressé le suivant, que j'ai l'honneur de présenter 
à Votre Majesté. 

— Procès-verbal de gens de robe vaut-il la parole d'hon- 
neur, répondit fièrement Tréville, d'hommes d'épée ? 

— Allons, allons, Tréville, taisez-vous, dit le roi. 

— Si Son Éminence a quelque soupçon contre un de mes 
mousquetaires, dit Tréville, la justice de M. le cardinal est 
assez connue pour que je demande moi-même une enquête. 

— Dans la maison où cette descente de justice ® a été faite, 
continua le cardinal impassible, loge, je crois, un Béarnais 
ami du mousquetaire. 

— Votre Éminence veut parler de M. d' Artagnan. 

— Je veux parler d'un jeune homme que vous protégez, 
monsieur de Tréville. 

— Oui, Votre Éminence, c'est cela même. 

— Ne soupçonnez-vous pas ce jeune homme d'avoir donné 
de mauvais conseils . . . 

— Â M. Athos, à un homme qui a le double de son âge ? 
interrompit M. de Tréville ; non, monseigneur. D'ailleurs, 
M. d' Artagnan a passé la soirée chez moi. 

— Ah çà ! dit le cardinal, tout le monde a donc passé la 
soirée chez vous ? 



Les Trois Mousquetaires. 108 

— Son Éminence douterait-elle de ma parole ? dit Tréville 
le rouge de la colère au front. 

— Non, dit le cardinal; mais seulement, à quelle heure 
était-il chez vous ? 

— Oh ! cela, je puis le dire sciemment à Votre Éminence ; 
car, comme il entrait, je remarquai qu'il était neuf heures 
et demie à la pendule, quoique j'eusse cru qu'il était plus 
tard. 

— Et à quelle heure est-il sorti de votre hôtel ? 

— Â dix heures et demie : une heure après l'événement. 

— Mais, enfin, répondit le cardinal, qui ne soupçonnait pas 
un instant la loyauté de Tréville, et qui sentait que la vic- 
toire lui échappait ; mais, enfin, Athos a été pris dans cette 
maison de la rue des Fossoyeurs. 

— Est-il défendu à un ami de visiter son ami ? à un mous- 
quetaire de ma compagnie de fraterniser avec un garde de la 
compagnie de M. des Essarts ? 

— Oui, quand la maison où il fraternise avec cet ami est 
suspecte. 

— C'est que cette maison est suspecte, Tréville, dit le roi ; 
peut-être ne le saviez-vous pas ? 

— En effet, sire, je l'ignorais. En tous cas, elle peut être 
suspecte partout ; mais je nie qu'elle le soit dans la partie 
qu'habite M. d'Artagnan; car je puis vous affirmer, sire, 
que, si j'en crois ce qu'il a dit, il n'existe pas un plus dévoué 
serviteur de Sa Majesté, un admirateur plus profond de M. 
le cardinal. 

— N'est-ce pas ce d'Artagnan qui a blessé un jour Jussac, 
dans cette malheureuse rencontre qui a eu lieu près du cou- 
vent des Carmes-Déchaussés ? demanda le roi en regardant 
le cardinal, qui rougit de dépit. 

— Et le lendemain, Bemajoux. Oui, sire, oui, c'est bien 
cela, et Votre Majesté a bonne mémoire. 

— Allons, que résolvons-nous ? dit le roi. 



104 Les Trois Mottsqtietaires. 

— Cela regarde Votre Majesté plus que moi, dit le cardi- 
nal. J'affirmerais la culpabilité. 

— Et moi je la nie, dit Tréville. Mais Sa Majesté a des 
juges, et ses juges décideront. 

— C'est cela, dit le roi, renvoyons la cause devant les 
juges : c'est leur aJBfaire de juger, et ils jugeront. 

— Seulement, reprit Tréville, il est bien triste qu'en ce 
temps malheureux où nous sommes, la vie la plus pure, la 
vertu la plus incontestable, n'exemptent pas un homme de 
l'infamie et de la persécution. Aussi l'armée sera-t-elle peu 
contente, je puis en répondre, d'être en butte à des traite- 
ments rigoureux à propos d'affaires de police. 

Le mot était imprudent ; mais M. de Tréville l'avait lancé 
avec connaissance de cause.® Il voulait une explosion, parce 
qu'en cela la mine fait du feu, et que le feu éclaire. 

— Affaires de police ! s'écria le roi, relevant les paroles 
de M. de Tréville : affaires de police ! et qu'en savez-vous. 
Monsieur? Mêlez-vous de vos mousquetaires, et ne me 
rompez pas la tête. Il semble, à vous entendre, que, si par 
malheur on arrête un mousquetaire, la France est en danger. 
Eh ! que de bruit pour un mousquetaire ! J'en ferai arrêter 
dix, ventrebleu ! cent, même ; toute la compagnie ! et je ne 
veux pas que l'on souffle le mot.^® 

— Du moment où ils sont suspects à Votre Majesté, dit 
Tréville, les mousquetaires sont coupables ; aussi, me voyez- 
vous, sire, prêt à vous rendre mon épée ; car, après avoir 
accusé mes soldats, M. le cardinal, je n'en doute pas, finira 
par m'accuser moi-même ; ainsi mieux vaut que je me con- 
stitue prisonnier ^^ avec M. Athos, qui est arrêté déjà, et 
M. d'Artagnan, qu'on va arrêter sans doute. 

— Tête gasconne, en finirez-vous ? dit le roi. 

— Sire, répondit Tréville sans baisser le moindrement ^ 
la voix, ordonnez qu'on me rende mon mousquetaire, ou 
qu'il soit jugé. 



Les Troie Mousquetaires. 105 

— On le jugera, dit le cardinal. 

— Eh bien ! tant mieux; car, dans ce cas, je demanderai 
à Sa Majesté la permission de plaider pour lui. 
Le roi craignit un éclat. 

— Si Son Éminence^ dit-il, n'avait pas personnellement 
des motifs. 

Le cardinal vit venir le roi et alla au-devant de lui : 

— Pardon, dit-il ; mais, du moment où Votre Majesté voit 
en moi un juge prévenu, je me retire. 

— Voyons, dit le roi, me jurez-vous, par mon père, que 
M. Athos était chez vous pendant l'événement, et qu'il n'y 
a point pris part ? 

— Par votre glorieux père et par vous-même, qui êtes ce 
que j'aime et ce que je vénère le plus au monde, je le jure ! 

— Veuillez réfléchir, sire, dit le cardinal. Si nous relâchons 
ainsi le prisonnier, on ne pourra plus connaître la vérité. 

— M. Athos sera toujours là, reprit M. de Tré ville, prêt 
à répondre quand il plaira aux gens de robe de l'interroger. 
n ne désertera pas, monsieur le cardinal ; soyez tranquille, 
je réponds de lui, moi. 

— Au fait, il ne désertera pas, dit le roi ; on le retrouvera 
toujours, comme dit M. de Tréville. D'ailleurs, ajoutart-il 
en baissant la voix et en regardant d'un air suppliant Son 
Éminence, donnons-leur de la sécurité : cela est politique. 

Cette politique de Louis XIII fit sourire Richelieu. 

— Ordonnez, sire, dit-il, vous avez le droit de grâce. 

— Le droit de grâce ne s'applique qu'aux coupables, dit 
Tréville, qui voulait avoir le dernier mot, et mon mousque- 
taire est innocent. Ce n'est donc pas grâce que vous allez 
faire, sire, c'est justice. 

— Et il est au For-1'Évêque ? dit le roi. 

— Oui, sire, et au secret,^' dans un cachot, comme le 
dernier des criminels. 

— Diable ! diable ! murmura le roi, que faut-il faire ? 



106 Le9 Trais Mousquetaireê. 

— Signer l'ordre de mise en liberté, et tout sera dit, reprit 
le cardinal ; je crois, comme Votre Majesté, que la garantie 
de M. de Tréville est plus que sufi&sante. 

Tréville s'inclina respectueusement avec une joie qui 
n'était pas sans mélange de crainte; il eût préféré une 
résistance opiniâtre du cardinal à cette soudaine facilité. 

Le roi signa l'ordre d'élargissement, et Tréville l'emporta 
sans retard. 

Au moment où il allait sortir, le cardinal lui fit un sourire 
amical, et dit au roi : 

— Une bonne harmonie règne entre les chefs et les sol- 
dats, dans vos mousquetaires, sire ; voilà qui est bien profi- 
table au service et bien honorable pour tous. 

— Il me jouera quelque mauvais tour incessamment, disait 
Tréville; on n'a jamais le dernier mot avec un pareil 
homme. Mais hâtons-nous, car le roi peut changer d'avis 
tout à l'heure et au bout du compte, il est plus difficile de 
remettre à la Bastille ou au For-1'Évéque un homme qui en 
est sorti, que d'y garder un prisonnier qu'on y tient. 

M. de Tréville fit triomphalement son entrée au For- 
l'Évêque, où il délivra le mousquetaire, que sa paisible 
indifférence n'avait pas abandonné. 

Puis, la première fois qu'il revit d'Artagnan: — Vous 
l'échappez belle, lui dit-il ; voilà votre coup d'épée à Jussac 
payé. Reste bien encore celui de Bernajoux, mais il ne 
faudrait pas vous y fier. 

Au reste, M. de Tréville avait raison de se défier du cardi- 
nal et de penser que tout n'était pas fini, car à peine le capi- 
taine des mousquetaires eut-il fermé la porte derrière lui, 
que Son Éminence dit au roi : 

— Maintenant que nous ne sommes plus que nous deux, 
nous allons causer sérieusement, s'il plaît à Votre Majesté. 
Sire, M. de Buckingham était à Paris depuis cinq jours et 
n'en est parti que ce matin. 



Leè Trois Mousquetaires* 107 



XVI.-XVIIL 

Le roi enToie le chancelier Sëguier faire une perquisition chez la 
r jine, comptant saisir sa correspondance ayec Buckingbam. La lettre 
obtenue se trouve être un plan d'attaque contre le cardinal; mais 
d'amour pas un seul mot. Le cardinal pousse le roi à demander 
qu'Anne d'Autriche porte ses ferrets en diamants à la fête que la yille 
doit donner. 



Le roi suit l'avis du cardinal ; la reine est éperdue, mais madame 
Bonacieux lui assure que si elle veut confier une lettre & Bonacieuz, 
celuî»ci ira trouver le duc en Angleterre et rapportera les joyaux. 
Malheureusement quand la lingère parle de l'affaire k son mari elle 
découvre qu'il s'est vendu au cardinal. 



D'Artagnan qui, au moyen de son plancher défoncé, a entendu la 
conversation entre Bonacieux et sa femme, se présente à celle-ci pen- 
dant que Bonacieux est allé secrètement faire son rapport au cardinal, 
et se charge de faire parvenir la lettre d'Anne d'Autriche au duc et de 
rapporter les ferrets. 



lOS Le» Tarais Motisqiutaireè* 



XIX. 

PLAN DE CAMPAGNE. 

D'Artagnan se rendit droit chez M. de Tréville. Il avait 
réfléchi que dans quelques minutes le cardinal serait averti 
et il pensait avec raison qu'il n'y avait pas un instant à 
perdre. 

Le cœur du jeune homme débordait de joie. Une occa- 
sion où il y avait à la fois gloire à acquérir et argent à 
gagner se présentait à lui. Ce hasard faisait donc presque 
du premier coup, pour lui, plus qu'il n'eût osé demander à 
la Providence. 

M. de Tréville était dans son salon avec sa cour habituelle 
de gentilshommes. D'Artagnan, que l'on connaissait comme 
un familier de la maison, alla droit à son cabinet et le fit 
prévenir qu'il l'attendait pour chose d'importance. 

D'Artagnan était là depuis cinq minutes à peine, lorsque 
M. de Tréville entra. Au premier coup d'oeil et à la joie 
qui se peignait sur son visage, le digne capitaine comprit 
qu'il so passait effectivement quelque chose de nouveau. 

Tout le long de la route, d'Artagnan s'était demandé s'il 
se confierait à M. de Tréville, ou si seulement il lui demande- 
rait de lui accorder carte blanche pour une affaire secrète. 
Mais M. de Tréville avait toujours été si parfait pour lui, 
il était si fort dévoué au roi et à la reine, il haïssait si 
cordialement le cardinal, que le jeune homme résolut de 
tout lui dire. 

— Vous m'avez fait demander, mon jeune ami ? dit M. de 
Tréville. 



Le9 Troie Mouêqaetaires. 109 

Y — Oui, Monsieur^ dit d'Artagnan, et vous me pardonne- 
rez, je l'espère, de vous avoir dérangé, quand vous saurez 
de quelle chose importante il est question. 

— Dites alors, je vous écoute. 

— Il ne s'agit de rien moins, dit d' Artagnan, en baissant 
la voix, que de l'honneur et peut-être de la vie de la reine. 

— Que dites- vous là ? demanda M. de Tréville en regar- 
dant tout autour de lui s'ils étaient bien seuls, et en ra- 
menant son regard interrogateur sur d'Artagnan. 

— Je dis, Monsieur, que le hasard m'a rendu maître d'un 
secret. ... 

— Que vous garderez, j'espère, jeune homme, sur votre 
vie. 

— Mais que je dois vous confier, à vous, Monsieur, car 
vous seul pouvez m'aider dans la mission que je viens de 
recevoir de Sa Majesté. 

— Ce secret est-il à vous ? 

— Non, Monsieur, c'est celui de la reine. 

— Ètes-vous autorisé par Sa Majesté à me le confier ? 

— Non, Monsieur, car au contraire le plus profond mystère 
m'est recommandé. 

— Et pourquoi donc allez-vous le trahir vis-à-vis de moi ? 

— Parce que, je vous le dis, sans vous je ne puis rien, et 
que j'ai peur que vous ne me refusiez la grâce que je viens 
vous demander, si vous ne savez pas dans quel but je vous 
la demande. 

— Gardez votre secret, jeune homme, et dites-moi ce que 
vous désirez. 

— Je désire que vous obteniez pour moi, de M. des 
Essarts, un congé de quinze jours. 

— Quand cela ? 

— Cette nuit même. 

— Vous quittez Paris ? 

— Je vais en mission. 



110 Le9 Trois Mouèfuetaireè. 

— Pouvez-vous me dire où ? 

— À Londres. 

— Quelqu'un art-il intérêt à ce que vous n'arriviez pas à 
votre but ? 

— Le cardinal, je le crois, donnerait tout au monde pour 
m'empècher de réussir. 

— Et vous partez seul ? 

— Je pars seul. 

— En ce cas, vous ne passerez pas Bondy ; c'est moi qui 
vous le dis, foi de Tréville. 

— Comment cela ? 

— On vous fera assassiner. 

— Je serai mort en faisant mon devoir. 

— Mais votre mission ne sera pas remplie. 

— C'est vrai, dit d' Artagnan. 

— Croyez-moi, continua Tréville, dans les entreprises de 
ce genre, il faut être quatre pour arriver un.^ 

— Ah ! vous avez raison. Monsieur, dit d' Artagnan ; mais 
vous connaissez Athos, Porthos et Aramis, et vous savez si 
je puis disposer d'eux. 

— Sans leur confier le secret que je n'ai pas voulu savoir? 

— Nous nous sommes juré, une fois pour toutes, confiance 
aveugle et dévouement à toute épreuve ; d'ailleurs, vous pou- 
vez leur dire que vous avez toute confiance en moi, et Us ne 
seront pas plus incrédules que vous. 

— Je puis leur envoyer à chacun un congé de quinze jours, 
voilà tout : à Athos, que sa blessure fait toujours souffrir, 
pour aller aux eaux de Forges ; à Porthos et à Aramis, pour 
suivre leur ami, qu'ils ne veulent pas abandonner dans une 
si douloureuse position. L'envoi de leur congé sera la 
preuve que j'autorise leur voyage. 

— Merci, Monsieur, et vous êtes cent fois bon. 

— Allez donc les trouver à l'instant même, et que tout 
s'exécute cette nuit. Ah! et d'abord écrivez-moi votre 



Le9 Trois MouèquetaireB. 111 

requête à M. des Essarts. Peut-être aviez-vous un espion i 
vos trousses^ et votre visite, qui dans. ce cas est déjà connue 
du cardinal, sera légitimée ainsi. 

D'Artagnan formula cette demande, et M. de Tréville, en 
la recevant de ses mains, assura qu'avant deux heures du 
matin les quatre congés seraient au domicile respectif des 
voyageurs. 

— Ayez la bonté d'envoyer le mien chez Athos, dit 
d'Artagnan. Je craindrais, en rentrant chez moi, d'y faire 
quelque mauvaise rencontre. 

— Soyez tranquille. Adieu et bon voyage ! A propos ! 
dit M. de Tréville en le rappelant. 

D'Artagnan revint sur ses pas. 

— Avez-vous de l'argent ? 

IVArtagnan fit sonner le sac qu'il avait dans sa poche. 

— Assez ? demanda M. de Tréville. 

— Trois cents pistoles. 

— C'est bien, on va au bout du monde avec cela ; allez donc. 
D'Artagnan salua M. de Tréville, qui lui tendit la main ; 

d'Artagnan la lui serra avec un respect mêlé de reconnais- 
sance. Depuis qu'il était arrivé à Paris, il n'avait eu qu'à 
se louer de cet excellent homme, qu'il avait toujours trouvé 
digne, loyal et grand. 

Sa première visite fut pour Aramis. 

Comme les deux amis causaient depuis quelques instants, 
un serviteur de M. de Tréville entra porteur d'un paquet 
cacheté. 

— Qu'est-ce là ? demanda Aramis. 

— Le congé que Monsieur a demandé, répondit le laquais. 
— Moi, je n'ai pas demandé de congé. 

— Taisez-vous et prenez, dit d'Artagnan. Et vous, mon 
ami, voici une demi-pistole pour votre peine ; vous direz à 
M. de Tréville que M. Aramis le remercie bien sincèrement. 
AUez. 



112 Les Trois Mousquetaires, 

Le laquais salua jusqu'à terre et sortit. 

— Que signifie cela ? demanda Aramis. 

— Prenez ce qu'il vous faut pour un voyage de quinze 
jours, et suivez-moi. 

— Je suis prêt à vous suivre. Vous dites que nous al- 
lons ? . . . 

— Chez Athos, pour le moment, et si vous voulez venir ; 
je vous invite même à vous hâter, car nous avons déjà perdu 
beaucoup de temps. À propos, prévenez Bazin. 

— Bazin vient avec nous ? demanda Aramis. 

— Peut-être. En tous cas, il est bon qu'il nous suive 
pour le moment chez Athos. 

Aramis appela Bazin, et après lui avoir ordonné de le 
venir joindre chez Athos : — Partons donc, dit-il en prenant 
son manteau, son épée et ses trois pistolets, et en ouvrant 
inutilement trois ou quatre tiroirs pour voir s'il n'y trouve- 
rait pas quelque pistole égarée. Puis quand il se fut bien 
assuré que cette recherche était superflue, il suivit d'Arta- 
gnan et tous deux arrivèrent bientôt chez Athos. 

Ils le trouvèrent tenant son congé d'une main et la lettre 
de M. de Tréville de l'autre. 

— Pou^vez-vous m'expliquer ce que signifient ce congé et 
cette lettre que je viens de recevoir ? dit Athos étonné. 

"Mon cher Athos, je veux bien, puisque votre santé 

l'exige absolument, que vous vous reposiez quinze jours. 

Allez donc prendre les eaux de Porges ou telles autres qui 

vous conviendront, et rétablissez-vous promptement. 

" Votre affectionné, 

" Tréville." 

— Eh bien, ce congé et cette lettre signifient qu'il faut 
me suivre, Athos. 

— Aux eaux de Forges ? 

— Là ou ailleurs. , ' 



Les Trois Mousquetaires. 113 

— Pour le service du roi ? 

— Du roi ou de la reine : ne sommes-nous pas serviteurs 
de Leurs Majestés ? 

En ce moment Porthos entra. 

— Pardieu, dit-il, voici une chose étrange: depuis quand, 
dans les mousquetaires, accorde-t-on aux gens des congés 
sans qu'ils les demandent ? 

— Depuis, dit d'Artagnan, qu'ils ont des amis qui les 
demandent pour eux. 

— Ah! ah! dit Porthos, il paraît qu'il y a du nouveau ici! 

— Oui, nous partons, dit Aramis. 

— Pour quel pays ? demanda Porthos. 

— Ma foi, je n'en sais trop rien, dit Athos : demande cela 
à d'Artagnan. 

— Pour Londres, Messieurs, dit d'Artagnan. 

— Pour Londres ! s'écria Porthos ; et qu'allons-nous faire 
à Londres ? 

— Voilà ce que je ne puis vous dire. Messieurs, et il faut 
vous fier à moi. 

— Mais pour aller à Londres, ajouta Porthos, il faut de 
l'argent, et je n'en ai pas. 

•^— Ni moi, dit Aramis. 

— Ni moi, dit Athos. 

— J'en ai, moi, reprit d'Artagnan en tirant son trésor de 
sa poche et en le posant sur la table. Il y a dans ce sac 
trois cents pistoles ; prenons-en chacun soixante-quinze ; 
c'est autant qu'il en faut pour aller à Londres et pour en 
revenir. D'ailleurs, soyez tranquilles, nous n'y arriverons 
pas tous, à Londres. 

— Et pourquoi cela ? 

— Parce que, selon toute probabilité, il y en aura quel- 
ques-uns d'entre nous qui resteront en route. 

— Mais est-ce donc une campagne que nous entreprenons ? 

— Et des plus dangereuses, je vous en avertis. 



114 LeB Troie Mousquetaireê. 

— Ah çà! mais, puisque nous risquons de nous âûie tuer, 
dit Porthos, je voudrais bien savoir pourquoi, au moins ? 

— Tu en seras bien plus avancé ! dit Athos. 

— Cependant, dit Aramis, je suis de l'avis de Porthos. 

— Le roi art-il l'habitude de vous rendre des comptes? 
Non ; il vous dit tout bonnement : Messieurs, on se bat en 
Gascogne ou dans les Flandres ; allez vous battre, et vous y 
allez. Pourquoi ? vous ne vous en inquiétez même pas. 

— D'Artagnan a raison, dit Athos, voilà nos trois congés 
qui viennent de M. de Tréville, et voilà trois cents pistoles 
qui viennent je ne sais d'où. Allons nous faire tuer où l'on 
nous dit d'aller. La vie vaut-elle la peine de faire autant 
de questions ? D'Artagnan, je suis prêt à te suivre. 

— Et moi aussi, dit Porthos. 

— Et moi aussi, dit Aramis. Aussi bien je ne suis pas 
fâché de quitter Paris. J'ai besoin de distractions. 

— Eh bien! vous en aurez, des distractions. Messieurs, 
soyez tranquilles ! dit d'Artagnan. 

— Et maintenant, quand partons-nous ? dit Athos. 

— Tout de suite, répondit d'Artagnan; il n'y a pas une 
minute à perdre. 

— Holà! Grimaud, Planchet, Mousqueton, Bazin! criè- 
rent les quatre jeunes gens appelant leurs laquais, graissez 
nos bottes et ramenez les chevaux de l'hôtel. 

En effet, chaque mousquetaire laissait à l'hôtel général 
comme à une caserne son cheval et celui de son laquais. 

Planchet, Grimaud, Mousqueton et Bazin partirent en 
toute hâte. 

— Maintenant dressons le plan de campagne, dit Porthos. 
Où allons-nous d'abord ? 

— Â Calais, dit d'Artagnan ; c'est la ligne la plus directe 
pour arriver à Londres. 

— Eh bien ! dit Porthos, voici mon avis. 

— Parle. 



Leè Trois Mousquetaires. 116 

— Quatre hommes voyageant ensemble seraient suspects : 
d'Artagnan nous donnera à chacun ses instructions; je 
partirai en avant par la route de Boulogne pour éclairer 
le chemin;* Athos partira deux heures après par celle 
d'Amiens ; Aramis nous suivra par celle de Noyon ; quant 
à d'Artagnan, il partira par celle qu'il voudra, avec les 
habits de Planchet, tandis que Planchet nous suivra en 
d'Artagnan et avec l'uniforme des gardes.' 

— Messieurs, dit Athos, mon avis est qu'il ne convient 
pas de mettre en rien des laquais dans une pareille affaire : 
un secret peut par hasard être trahi par des gentilshommes, 
mais il est presque toujours vendu par des laquais. 

— Le plan de Porthos me semble impraticable, dit d'Ar- 
tagnan, en ce que j'ignore moi-même quelles instructions je 
puis vous donner. Je suis porteur d'une lettre, voilà tout. 
Je n'ai pas et ne puis faire trois copies de cette lettre, 
puisqu'elle est scellée; il faut donc, à mon avis, voyager 
de compagnie. Cette lettre est là, dans cette poche. Et il 
montra la poche où était la lettre. Si je suis tué, l'un de 
vous la prendra et vous continuerez la route ; s'il est tué, 
ce sera le tour d'un autre, et ainsi de suite ; pourvu qu'un 
seul arrive, c'est tout ce qu'il faut. 

— Bravo, d'Artagnan! ton avis est le mien, dit Athos. 
Il faut être conséquent d'ailleurs ; je vais prendre les eaux, 
vous m'accompagnerez ; au lieu des eaux de Forges, je vais 
prendre les eaux de mer; je suis libre. On veut nous 
arrêter, je montre la lettre de M. de Tréville, et vous mon- 
trez vos congés; on nous attaque, nous nous défendons; 
on nous juge, nous soutenons mordicus * que nous n'avions 
d'autre intention que de nous tremper un certain nombre 
de fois dans la mer : on aurait trop bon marché de quatre 
hommes isolés, tandis que quatre hommes réunis font une 
troupe. Nous armerons les quatre laquais de pistolets et 
de mousquetons ; si l'on envoie une armée contre nous, nous 



116 Le9 Troie Mousquetaires, 

livrerons bataille, et le survivant, comme l'a dit d'Artagnan, 
portera la lettre. 

— Bien dit, s'écria Aramis; tu ne parles pas souvent, 
Athos, mais quand tu parles, c'est comme saint Jean Bouche- 
d'Or. J'adopte le plan d' Athos. Et toi, Porthos. 

— Moi aussi, dit Porthos, s'il convient à d'Artagnan. 
D'Artagnan, porteur de la lettre, est naturellement le chef 
de l'entreprise ; qu'il décide, et nous exécuterons. 

— Eh bien ! dit d'Artagnan, je décide que nous adoptions 
le plan d' Athos et que nous partions dans une demi-heure. 

— Adopté ! reprirent en chœur les trois mousquetaires. 

Et chacun, allongeant la main vers le sac, prit soixante- 
quinze pistoles et fit ses préparatifs pour partir à l'heure 
convenue. 



Les Trois Mousquetaires. 117 



XX. 

VOYAGE. 

A deux heures du matin nos quatre aventuriers sortirent 
de Paris par la barrière Saint-Denis ; tant qu'il fit nuit ils 
restèrents muets ; malgré eux ils subissaient l'influence de 
l'obscurité et voyaient des embûches partout. 

Aux premiers rayons du jour leurs langues se délièrent ; 
avec le soleil la gaieté revint : c'était comme à la veille d'un 
combat, le cœur battait, les yeux riaient, on sentait que la 
vie qu'on allait peut-être quitter était au bout du compte 
une bonne chose. 

L'aspect de la caravane, au reste, était des plus formi- 
dables ; les chevaux noirs des mousquetaires, leur tournure 
martiale, cette habitude de l'escadron qui fait marcher régu- 
lièrement ces nobles compagnons du soldat eussent trahi le 
plus strict incognito. 

Les valets suivaient, armés jusqu'aux dents. 

Tout alla bien jusqu'à Chantilly, où l'on arriva vers les 
huit heures du matin. Il fallait déjeuner. On descendit 
devant une auberge que recommandait une enseigne repré- 
sentant saint Martin donnant la moitié de son manteau à un 
pauvre. On enjoignit aux laquais de ne pas desseller les 
chevaux et de se tenir prêts à repartir immédiatement. 

On entra dans la salle commune et l'on se mit à table. 

Un gentilhomme, qui venait d'arriver par la route de 
Dammartin, était assis à cette même table et déjeunait. Il 
entama la conversation sur la pluie et le beau temps ; les 
voyageurs répondirent: il but à leur santé; les voyageurs 
lui rendirent sa politesse. 



118 Le» Troie Mousquetaireë. 

' Mais au moment où Mousqueton venait annoncer que les 
chevaux était prêts et où l'on se levait de table, l'étranger 
proposa à Porthos la santé du cardinal, Porthos répondit 
qu'il ne demandait pas mieux, si l'étranger à son tour 
voulait boire à la santé du roi. L'étranger s'écria qu'il ne 
connaissait d'autre roi que Son Éminence. Porthos l'appela 
ivrogne ; l'étranger tira son épée. 

— Vous avez fait une sottise, dit Athos, n'importe, il n'y 
a pas à reculer maintenant, tuez cet homme et venez nous 
rejoindre le plus vite que vous pourrez. 

Et tous trois remontèrent à cheval et repartirent à toute 
bride, tandis que Porthos promettait à son adversaire de le 
perforer de tous les coups connus dans l'escrime. 

— Et d'un ! dit Athos au bout de cinq cents pas. 

— Mais pourquoi cet homme s'est-il attaqué à Porthos 
plutôt qu'à tout autre ? demanda Aramis. 

— Parce que Porthos parlant plus haut que nous tous, il 
l'a pris pour le chef, dit d'Artagnan. 

— J'ai toujours dit que ce cadet de Gascogne était un 
puits de sagesse, murmura Athos. 

Et les voyageurs continuèrent leur route. 

À Beauvais on s'arrêta deux heures, tant pour faire souf- 
fler les chevaux que pour attendre Porthos. Au bout de 
deux heures, comme Porthos n'arrivait, pas, ni aucune nou- 
velle de lui, on se remit en chemin. 

 une lieue de Beauvais, à un endroit où le chemin se 
trouvait resserré entre deux talus, on rencontra huit ou dix 
hommes qui, profitant de ce que la route était dépavée en 
cet endroit, avaient l'air d'y travailler en y creusant des 
trous et en pratiquant des ornières boueuses. 

Aramis craignant de salir ses bottes dans ce mortier arti- 
ficiel, les apostropha durement. Athos voulut le retenir, 
il était trop tard. Les ouvriers se mirent à railler les 
voyageurs, et firent perdre par leur insolence la tête 



Leè Trois Mousquetaires. 119 

même au froid Athos qui poussa son cheval contre l'un 
d'eux. 

Alors chacun de ces hommes recula jusqu'au fossé et y 
prit un mousquet caché ; il en résulta que nos sept voya- 
geurs furent littéralement passés par les armes. Aramis 
reçut une balle qui lui traversa l'épaule, et Mousqueton une 
autre. Cependant Mousqueton seul tomba de cheval, non 
pas qu'il fût grièvement blessé ; mais comme il ne pouvait 
voir sa blessure, sans doute il crut être plus dangereuse- 
ment blessé qu'il ne l'était. 

— C'est une embuscade, dit d'Artagnan, ne brûlons pas 
une amorce,^ et en route. 

Aramis, tout blessé qu'il était, saisit la crinière de son 
cheval, qui l'emporta avec les autres. Celui de Mousqueton 
les avait rejoints, et galopait tout seul à son rang. 

— Cela nous fera un cheval de rechange, dit Athos. 

— J'aimerais mieux un chapeau, dit d'Artagnan ; le mien 
a été emporté par une balle. C'est bien heureux, ma foi, 
que la lettre que je porte n'ait pas été dedans. 

— Ah çà ! mais ils vont tuer le pauvre Porthos quand il 
passera, dit Aramis. 

— Si Porthos était sur ses jambes, il nous aurait rejoints 
maintenant, dit Athos. M'est avis* que sur le terrain 
l'ivrogne se sera dégrisé. 

Et l'on galopa encore pendant deux heures, quoique les 
chevaux fussent si fatigués, qu'il était à craindre qu'il ne 
refusassent bientôt le service. 

Les voyageurs avaient pris la traverse, espérant de cette 
façon être moins inquiétés ; mais à Crèvecœur, Aramis 
déclara qu'il ne pouvait aller plus loin. Et en effet, il avait 
fallu tout le courage qu'il cachait sous sa forme élégante et 
sous ses façons polies pour arriver jusque-là. Â tout mo- 
ment, il pâlissait et l'on était obligé de le soutenir sur son 
cheval ; on le descendit à la porte du cabaret, on lui laissa 



•) 



120 Lei Troie Mou»quetaireê, 

Bazin qui, au reste, dans une escarmouclie, était plus em- 
barrassant qu'utile, et l'on repartit dans l'espérance d'aller 
coucher à Amiens. 

— Morbleu ! dit Athos, quand ils se retrouvèrent en route, 
réduit à deux maîtres et à Grimaud et Plancbet ; morbleu ! 
je ne serai plus leur dupe, et je vous réponds qu'ils ne me 
feront pas ouvrir la bouche ni tirer l'épée d'ici à Calais. 
J'en jure. . . . 

— Ne jurons pas, dit d'Artagnan, galopons, si toutefois 
nos chevaux y consentent. 

Et les voyageurs enfoncèrent leurs éperons dans le ventre 
de leurs chevaux, qui, vigoureusement stimulés, retrouvèrent 
des forces. On arriva à Amiens à minuit, et l'on descendit 
à l'auberge du Lis-d'Or. 

L'hôtelier avait l'air du plus honnête homme de la terre ; 
il reçut les voyageurs son bougeoir d'une main et son bonnet 
de coton de l'autre : il voulut loger les deux voyageurs 
chacun dans une charmante chambre : malheureusement 
chacune de ces chambres était à l'extrémité de l'hôtel. 
D'Artagnan et Athos refusèrent ; l'hôte répondit qu'il n'y 
en avait cependant pas d'autres dignes de Leurs Excellences ; 
mais les voyageurs déclarèrent qu'ils coucheraient dans la 
chambre commune chacun sur un matelas qu'on leur jetter- 
ait à terre. L'hôte insista, les voyageurs tinrent bon ; il 
fallut faire ce qu'ils voultirent. 

Ils venaient de disposer leur lit et de barricader leur 
porte en dedans lorsqu'on frappa au volet de la cour ; ils 
demandèrent qui était là, reconnurent la voix de leurs valets 
et ouvrirent. 

En effet, c'étaient Planchet et Grimaud. 

— Grimaud suffira pour garder les chevaux, dit Planchet ; 
si ces Messieurs veulent, je coucherai en travers de leur 
porte ; de cette façon-là, ils seront sûrs qu'on n'arrivera pas 
jusqu'à eux. 



Les Trois Movsquetaires. 121 

— Et sur quoi coucheras-tu ? dit d' Artagnan. 

— Voici mon lit, répondit Planchet. 
Et il montra une botte de paille. 

— Viens donc, dit d' Artagnan, tu as raison : la figure de 
l'hôte ne me convient pas, elle est trop gracieuse. 

— Ni à moi non plus, dit Athos. 

Planchet monta par la fenêtre, s'installa en travers de la 
porte, tandis que Grimaud allait s'enfermer dans l'écurie, 
répondant qu'à cinq heures du matin lui et les quatre che- 
vaux seraient prêts. 

La nuit fut assez tranquille, on essaya bien vers les deux 
heures du matin d'ouvrir la porte; mais comme Planchet 
se réveilla en sursaut et cria qui va là f on répondit qu'on 
se trompait, et on s'éloigna. 

A quatre heures du matin on entendit un grand bruit 
dans les écuries. Grimaud avait voulu réveiller les garçons 
d'écurie, et les garçons d'écurie le battaient. Quand on 
ouvrit la fenêtre, on vit le pauvre garçon sans connaissance, 
la tête fendue d'un coup de manche à fourche. 

Planchet descendit dans la cour et voulut seller les che- 
vaux; les chevaux étaient fourbus. Celui de Mousqueton 
sexd qui avait voyagé sans maître pendant cinq ou six 
heures, la veille, aurait pu continuer la route, mais, par une 
erreur inconcevable, le chirurgien vétérinaire qu'on avait 
envoyé chercher, à ce qu'il parait, pour saigner le cheval de 
l'hôte, avait saigné celui de Mousqueton. 

Cela commençait à devenir inquiétant : tous ces accidents 
successifs étaient peut-être le résultat du hasard, mais ils 
pouvaient tout aussi bien être le fruit d'un complot. Athos 
et d'Artagnan sortirent, tandis que Planchet allait s'informer 
s'il n'y avait pas trois chevaux à vendre dans les environs. Â 
la porte étaient deux chevaux tout équipés, frais et vigour- 
eux. Cela faisait bien l'affaire. Il demanda où étaient les 
maîtres : on lui dit que les maîtres avaient passé la nuit dans 



122 Le9 Troie Mousquetaires, 

l'auberge et réglaient leur compte à cette heure avec le 

maître. 
Athos descendit pour payer la dépense, tandis que d'Arta- 

gnan et Planchet se tenaient sur la porte de la rue ; l'hôtelier 

était dans une chambre basse et reculée, on pria Athos d'y 

passer. 

V Athos entra sans défiance et tira deux pistoles pour payer : 

l'hôte était seul et assis devant son bureau, dont un des ti- 
- roirs était entr'ouvert. Il prit l'argent que lui présenta 

Athos, le tourna et le retourna dans ses mains, et tout à 

coup, s'écriant que la pièce était fausse, il déclara qu'il 
) allait le faire arrêter, lui et son compagnon, comme faux 

monnayeurs. 

— Drôle, dit Athos, en marchant sur lui, je vais te couper 
les oreilles. 

Au même instant quatre hommes armés jusqu'aux dents 
entrèrent par les portes latérales et se jetèrent sur Athos. 

— Je suis pris, cria Athos de toutes les forces de ses pou- 
mons ; au large, d' Artagnan, pique, pique ! * et il lâcha deux 
coups de pistolet. 

D' Artagnan et Planchet ne se le firent pas répéter à deux 
fois, ils détachèrent les deux chevaux qui attendaient à la 
porte, sautèrent dessus, leur enfoncèrent leurs éperons dans 
le ventre et partirent au triple galop. 

— Sais-tu ce qu'est devenu Athos ? demanda d' Artagnan 
à Planchet en courant. 

— Ah ! Monsieur, dit Planchet, j'en ai vu tomber deux à 
ses deux coups, et il m'a semblé, à travers la porte vitrée, 
qu'il ferraillait avec les autres. 

•Jb — Brave Athos! murmura d' Artagnan. Et quand on 

pense qu'il faut l'abandonner ! Au reste, autant nous attend 
peut-être à deux pas d'ici. En avant, Planchet, en avant ! tu 
es un brave homme. 

— Je vous l'ai dit. Monsieur, répondit Planchet, les 



J 



t / 

> i 



Leê Trois Mousquetaires, 128 

Picards ça se reconnaît à l'user;* d'ailleurs, je suis ci* 
dans mon pays, ça m'excite. 

Et tous deux, piquant de plus belle, arrivèrent à Saint- 

Omer d'une seule traite. Â Saint-Omer ils firent souffler les 

chevaux la bride passée à leurs bras, de peur d'accident, et 
mangèrent un morceau sur le pouce tout debout dans la rue, 
après quoi ils repartirent. 

 cent pas des portes de Calais, le cheval de d'Artagnan '2— 
s'abattit, et il n'y eut pas moyen de le faire se relever, le 
sang lui sortait par le nez et par les yeux : restait celui de 
Planchet; mais celui-là s'était arrêté, et il n'y eut plus 
moyen de le faire repartir. 

Heureusement, comme nous l'avons dit, ils étaient à cent -^ 
pas de la ville : ils laissèrent les deux montures sur le grand 
chemin et coururent au port. Planchet fit remarquer à son 
maître un gentilhomme qui arrivait avec son valet et qui ne 
les précédait que d'une cinquantaine de pas. 

Ils s'approchèrent vivement de ce gentilhomme, qui parais- 
sait fort affairé. Il avait ses bottes couvertes de pous- 
sière, et s'informait s'il ne pourrait point passer à l'instant 
même en Angleterre. 

— Rien ne serait plus facile, répondit le patron d'un bâti- 
ment prêt à mettre à la voile ; mais ce matin est arrivé l'ordre 
de ne laisser partir personne sans une permission expresse ^ 
de M. le cardinal. 

— J'ai cette permission, dit le gentilhomme en tirant le 
papier de sa poche, la voici. 

— Faites-la viser® par le gouverneur du port, dit le patron, 
et donnez-moi la préférence. 

— Où trouverai-je le gouverneur ? ( 

— A sa campagne. 

— Et cette campagne est située ? 

— Â un quart de lieue de la ville ; tenez, vous la voyez 
d'ici, au pied de cette petite éminence, ce toit en ardoises. 



H 



124 Les Trois Mousquetaireê, 

— Très-bien ! dit le gentilhomme. 

Et, suivi de son laquais, il prit le chemin de la maison 
de campagne du gouverneur. 

lyArtagnan et Flanchet suivirent le gentilhomme à cinq 
cents pas de distance. 

Une fois hors de la ville, d'Artagnan pressa le pas et rejoi- 
gnit le gentilhomme comme il entrait dans un petit bois. 

— Monsieur, lui dit d'Artagnan, vous me paraissez fort 
pressé ? 

— On ne peut plus pressé, Monsieur. 

— J'en suis désespéré, dit d' Artagnan, car comme je suis 
très-pressé aussi, je voulais vous prier de me rendre un 
service. 

— Lequel? 

— De me laisser passer le premier. 

— Impossible, dit le gentilhomme, j'ai fait soixante lieues 
en quarante-quatre heures, et il faut que demain à midi je 
sois à Londres. 

— J'ai fait le même chemin en quarante heures, et il faut 
que demain à dix heures du matin je sois à Londres. 

— Désespéré, Monsieur ; mais je suis arrivé le premier, et 
je ne passerai pas le second. 

— Désespéré, Monsieur; mais je suis arrivé le second, et 
je passerai le premier. 

— Service du roi ! dit le gentilhomme. 

— Service de moi ! ^ dit d' Artagnan. 

— Mais c'est une mauvaise querelle que vous me cherchez 
là, ce me semble. 

— Parbleu ! que voulez-vous que ce soit ? 

— Que désirez-vous ? 

— Vous voulez le savoir ? 

— Certainement. 

— Eh bien! je veux l'ordre dont vous êtes porteur, 
attendu que je n'en ai pas, moi, et qu'il m'en faut un. 

y \ 



Les Trois Mousquetaire», 125 

— Vous plaisantez^ je présume. 

— Je ne plaisante jamais. 

— Laissez-moi passer ! 
— Vous ne passerez pas. 

— Mon brave jeune homme, je vais vous casser la tête. 
Holà, Lubin ! mes pistolets. 

— Plancbet, dit d'Artagnan, charge-toi du valet, je me 
charge du maître. 

Planchet, enhardi par le premier exploit, sauta sur Lubin, 
et comme il était fort et vigoureux, il le renversa les reins 
contre terre et lui mit le genou sur la poitrine. 

— Faites votre affaire. Monsieur, dit Planchet, moi, j'ai 
fait la mienne. 

Voyant cela, le gentilhomme tira son épée et fondit sur 
d'Artagnan ; mais il avait affaire à forte partie. 

En trois secondes d'Artagnan lui fournit trois coups 
d'épée * en disant à chaque coup : 

— Un pour Athos, un pour Porthos, un pour Aramis. 
Au troisième coup le gentilhomme tomba comme une 

masse. 

D'Artagnan le crut mort, ou tout au moins évanoui, et 
s'approcha pour lui prendre l'ordre ; mais au moment où il 
étendait le bras afin de le fouiller, le blessé, qui n'avait pas 
lâché son épée, lui porta un coup de pointe dans la poitrine 
en disant : 

— Un pour vous. 

— Et un pour moi ! au dernier les bons ! s'écria d' Arta- 
gnan furieux, en le clouant par terre d'un quatrième coup 
d'épée. 

Cette fois le gentilhomme ferma les yeux et s'évanouit. 

lyArtagnan fouilla dans la poche où il l'avait vu remettre 
l'ordre de passage, et le prit. Il était au nom du comte de 
Wardes. 

Puis, jetant un dernier coup d'oeil sur le beau jeune 



126 Les Trois Mousquetaires. 

homme, qui avait vingt-cinq ans à peine, et qu'il laissait là 
gisant, privé de sentiment et peut-être mort, il poussa un 
soupir sur cette étrange destinée qui porte les hommes à se 
détruire les uns les autres pour les intérêts de gens qui leur 
sont étrangers et qui souvent ne savent pas même qu'ils 
existent. 

Mais il fut bientôt tiré de ces réflexions par Lubin, qui 
poussait des hurlements et criait de toutes ses forces au 
secours. 

Flanchet lui appliqua la main sur la gorge et serra de 
toutes ses forces. 

— Monsieur, dit-il, tant que je le tiendrai ainsi, il ne 
criera pas, j'en suis bien sûr; mais aussitôt que je le 
lâcherai, il va se remettre à crier. Je le reconnais pour un 
Normand, et les Normands sont entêtés. 

En effet, tout comprimé qu'il était, Lubin essayait encore 
de filer des sons. 

— Attends ! dit d' Artagnan ; et prenant son mouchoir, il 
le bâillonna. 

— Maintenant, dit Flanchet, lions-le à un arbre. 

La chose fut faite en conscience, puis on tira le comte de 
Wardes près de son domestique ; et comme la nuit commen- 
çait à tomber et que le garrotté et le blessé étaient tous 
deux à quelques pas dans le bois, il était évident qu'ils 
devaient rester là jusqu'au lendemain. 

— Et maintenant, dit d' Artagnan, chez le gouverneur ! 

— Mais vous êtes blessé, ce me semble ? dit Flanchet. 

— Ce n'est rien, occupons-nous du plus pressé ; puis nous 
reviendrons à ma blessure, qui, au reste, ne me parait pas 
très-dangereuse. 

Et tous deux s'acheminèrent à grands pas vers la cam- 
pagne du digne fonctionnaire. 
On annonça M. le comte de Wardes. 
D' Artagnan fut introduit. 



Les Trois Mousquetaires. 127 

— Vous avez un ordre -signé du cardinal? dit le gouver- 
neur. 

— Oui, Monsieur, répondit d'Artagnan, le voici. 

— Ah, ah ! il est en règle et bien recommandé, dit le 
gouverneur. 

— C'est tout simple, répondit d' Artagnan, je suis de ses 
plus fidèles. 

— Il paraît que Son Éminence veut empêcher quelqu'un 
de parvenir en Angleterre. 

— Oui, un certain d' Artagnan, un gentilhomme béarnais 
qui est parti de Paris avec trois de ses amis dans l'intention 
de gagner Londres. 

— Le connaissez-vous personnellement ? demanda le gou- 
verneur. 

— Qui cela ? 

— Ce d' Artagnan, 

— Â merveille. 

— Donnez-moi son signalement alors. 

— Eien de plus facile. 

Et d'Artagnan donna trait pour trait le signalement du 
comte de Wardes. 

— Est-il accompagné ? demanda le gouverneur. 

— Oui, d'un valet nommé Lubin. 

— On veillera sur eux, et si on leur met la main dessus, 
Son Éminence peut-être tranquille, ils seront reconduits à 
Paris sous bonne escorte. 

— Et ce faisant,® monsieur le gouverneur, dit d'Artagnan, 
vous aurez bien mérité du cardinal. 

— Vous le reverrez à votre retour, monsieur le comte ? 

— Sans aucun doute. 

— Dites-lui, je vous prie, que je suis bien son serviteur. 

— Je n'y manquerai pas. 

Et joyeux de cette assurance, le gouverneur visa le laisser- 
passer et le remit à d'Artagnan. 



128 Les Trois Mousquetaireè, 

D'Artagnan ne perdit pas son temps en compliments inu- 
tiles, il salua le gouverneur, le remercia et partit. 

Une fois dehors, lui et Planchet prirent leur course, et, 
faisant un long détour, ils évitèrent le bois et rentrèrent 
par une autre porte. 

Le bâtiment était toujours prêt à partir, le patron atten- 
dait sur le port. 

— Eh bien ? dit-il en apercevant d' Artagnan. 

— Voici ma passe visée, dit celui-ci. 

— Et cet autre gentilhomme ? 

— Il ne partira pas aujourd'hui, dit d'Artagnan, mais 
soyez tranquille, je payerai le passage pour nous deux. 

En ce cas, partons, dit le patron. 

— Partons ! répéta d' Artagnan. 

Et il sauta avec Planchet dans le canot; cinq minutes 
après ils étaient à bord. 

Il était temps, à une demi-lieue en mer d'Artagnan vit 
briller une lumière et entendit une détonation. 

C'était le coup de canon qui annonçait la fermeture du port. 

Il était temps de s'occuper de sa blessure ; heureusement, 
comme l'avait pensé d'Artagnan, elle n'était pas des plus 
dangereuses : la pointe de l'épée avait rencontré une côte et 
avait glissé le long de l'os ; de plus, la chemise s'était collée 
aussitôt à la plaie, et à peine avait-elle répandu quelques 
gouttes de sang. 

D'Artagnan était brisé de fatigue: on lui étendit un 
matelas sur le pont, il se jeta dessus et s'endormit. 

Le lendemain, au point du jour, il se trouva à trois ou 
quatre lieues seulement des côtes d'Angleterre; la brise 
avait été faible toute la nuit et l'on avait peu marché. 

 dix heures le bâtiment jetait l'ancre dans le port de 
Douvres. 

A dix heures et demie, d'Artagnan mettait le pied sur la 
terre d'Angleterre en s'écriant : 



Les Trois Mousquetaires. 129 

— Enfin m'y voilà ! 

Mais ce n'était pas tout : il fallait gagner Londres. En 
Angleterre, la poste était assez bien servie. IFArtagnan et 
Planehet prirent chacun un bidet, un postillon courut devant 
eux ; en quatre heures ils arrivèrent aux portes de la capitale. 

D'Artagnan ne connaissait pas Londres, d'Artagnan ne 
savait pas un mot d'anglais ; mais il écrivit le nom de Buck- 
ingham sur un papier, et chacun lui indiqua l'h6tel du duc. 

Le duc était à la chasse à Windsor, avec le roi. 

D'Artagnan demanda le valet de chambre de confiance du 
duc, qui, l'ayant accompagné dans tous ses voyages, parlait 
parfaitement français ; il lui dit qu'il arrivait de Paris pour 
affaire de vie et de mort et qu'il fallait qu'il parlât à son 
maître à l'instant même. 

La confiance avec laquelle parlait d'Artagnan convainquit 
Patrice, c'était le nom de ce ministre du ministre. Il fit 
seller deux chevaux et se chargea de conduire le jeune 
garde. Quant à Planchet, on l'avait descendu de sa monture, 
roide comme un jonc : ^^ le pauvre garçon était au bout de 
ses forces ; d'Artagnan semblait de fer. 

On arriva au château, là on se renseigna ; le roi et Buck- 
ingham chassaient à l'oiseau ^^ dans des marais situés à deux 
ou trois lieues de là. 

En vingt minutes on fut au lieu indiqué. Bientôt Patrice 
entendit la voix de son maître, qui appelait son faucon. 

— Qui faut-il que j'annonce à milord duc ? demanda Par 
trice. 

— Le jeune homme qui un soir lui a cherché une querelle 
sur le Pont-Neuf, en face de la Samaritaine. 

— Singulière recommandation ! 

— Vous verrez qu'elle en vaut bien une autre. 

Patrice mit son cheval au galop, atteignit le duc et lui an- 
nonça dans les termes que nous avons dits qu'un messager 
l'attendait. 



180 Le9 Troie Mousquetaires. 

' Buckingham reconnut d'Artagnan à l'instant même, et, se 
doutant que quelque chose se passait en France dont on lui 
faisait parvenir la nouvelle, il ne prit que le temps de de- 
mander où était celui qui la lui apportait ; et ayant reconnu 
de loin l'uniforme des gardes, il mit son cheval au galop et 
vint droit à d'Artagnan. Patrice, par discrétion, se tint à 
l'écart. 

— Il n'est point arrivé malheur à la reine ? s'écria Buck- 
ingham répandant toute sa pensée et tout son amour dans 
cette interrogation. 

— Je ne crois pas ; cependant je crois qu'elle court quel- 
que grand péril dont Votre Grâce seule peut la tirer. 

— Moi ? s'écria Buckingham. Et quoi ! je serais assez 
heureux pour lui être bon à quelque chose ! Parlez ! parlez ! 

— Prenez cette lettre, dit d' Artagnan. 

— Cette lettre ! de qui vient cette lettre. 

— De Sa Majesté, à ce que je pense. 

— De Sa Majesté ! dit Buckingham pâlissant si fort que 
d' Artagnan crut qu'il allait se trouver mal. 

Et il brisa le cachet. 

— Quelle est cette déchirure ? dit-il en montrant à d' Arta- 
gnan un endroit où elle était percée à jour. 

— Ah ! ah ! dit d' Artagnan, je n'avais pas vu cela ; c'est 
l'épée du comte de Wardes qui aura fait ce beau coup en me 
trouant la poitrine. 

— Vous êtes blessé ? demanda Buckingham en rompant 
le cachet. 

— Oh ! rien ! dit d'Artagnan, une égratignure. 

— Juste ciel ! qu'ai- je lu ! s'écria le duc. Patrice, reste 
ici, ou plutôt rejoins le roi partout où il sera, et dis à Sa 
Majesté que je la supplie humblement de m'excuser, mais 
qu'une affaire de la plus haute importance me rappelle à 
Londres. Venez, Monsieur, venez. 

Et tous deux reprirent au galop le chemin de la capitale. 



Les Trois Mousquetaires. 131 



XXI. 

LA COMTESSE DE WINTER, 

Tout le long de la route, le duc se fit mettre au courant 
par d'Artagnan, non pas de tout ce qui s'était passé, mais 
de ce que d'Artagnan savait. En rapprochant ce qu'il avait 
entendu sortir de la bouche du jeune homme de ses souve- 
nirs à lui, il put donc se faire une idée assez exacte d'une 
position de la gravité de laquelle, au reste, la lettre de la 
reine, si courte et si peu explicite qu'elle fût, lui donnait 
la mesure. Mais ce qui l'étonnait surtout, c'est que le 
cardinal, intéressé comme il l'était à ce que ce jeune homme 
ne mît pas le pied en Angleterre, ne fût point parvenu à 
l'arrêter en route. Ce fut alors, et sur la manifestation de 
cet étonnement, que d'Artagnan lui raconta les précautions 
prises, et comment, grâce au dévouement de ses trois amis, 
qu'il avait éparpillés tout sanglants sur la route, il était 
arrivé à en être quitte pour le coup d'épée qui avait tra- 
versé le billet de la reine, et qu'il avait rendu à M. de 
Wardes en si terrible monnaie.^ Tout en écoutant ce récit, 
fait avec la plus grande simplicité, le duc regardait de 
temps en temps le jeune homme d'un air étonné, comme 
s'il n'eût pas pu comprendre que tant de prudence, de cou- 
rage et de dévouement s'alliât avec un visage qui n'indi- 
quait pas encore vingt ans. 

Les chevaux allaient comme le vent, et en quelques 
minutes ils furent aux portes de Londres. D'Artagnan 
avait cru qu'en arrivant dans la ville le duc allait ralentir 
l'allure du sien, mais il n'en fut pas ainsi : il continua saj 

/3 - 



132 Les Troie Mouêquetairen, 

route à fond de train, s'inquiétant peu de renverser ceux: 
qui étaient sur son chemin. En effet, en traversant la 
Cité, deux ou trois accidents de ce genre arrivèrent; mais 
Buckingham ne détourna pas même la tête pour regarder 
ce qu'étaient devenus ceux qu'il avait culbutés. D'Arta- 
gnan le suivait au milieu de cris qui ressemblaient fort à 
des malédictions. 

En entrant dans la cour de l'hôtel, Buckingham sauta à 
bas de son cheval, et, sans s'inquiéter de ce qu'il deviendrait, 
il lui jeta la bride sur le cou, et s'élança vers le perron. 
IKArtagnan en fit autant, avec un peu plus d'inquiétude, 
cependant, pour ces nobles animaux dont il avait pu appré- 
cier le mérite ; mais il eut la consolation de voir que trois 
ou quatre valets s'étaient déjà élancés des cuisines et des 
écuries, et s'emparaient aussitôt de leurs montures. 

Le duc marchait si rapidement, que d'Artagnan avait 
peine à le suivre. Il traversa successivement plusieurs 
salons d'une élégance dont les plus grands seigneurs de 
France n'avaient pas même l'idée, et il parvint enfin dans 
une chambre à coucher qui était à la fois un miracle de 
goût et de richesse. Dans l'alcôve de cette chambre était 
une porte, prise dans la tapisserie,* que le duc ouvrit avec 
une petite clé d'or qu'il portait suspendue à son cou par une 
chaîne du même métal. Par discrétion, d'Artagnan était 
resté en arrière ; mais au moment où Buckingham franchis- 
sait le seuil de cette porte, il se retourna, et, voyant l'hé- 
sitation du jeune homme : 

— Venez, lui dit-il, et si vous avez le bonheur d'être 
admis en la présence de Sa Majesté, dites-lui ce que vous 
avez vu. 

Encouragé par cette invitation, d'Artagnan suivit le duc, 
qui referma la porte derrière lui. 

Tous deux se trouvèrent alors dans une petite chapelle 
toute tapissée de soie de Perse et brochée d'or, ardemment ^ 



Leè Trois Mousquetaires. 133 

éclairée par un grand nombre de bougies. Au-dessus d'une 
espèce d'autel, et au-dessous d'un dais de velours bleu, sur- 
monté de plumes blanches et rouges, était un portrait de 
grandeur naturelle représentant Anne d'Autriche, si par- 
faitement ressemblant, que d'Artagnan poussa un cri de 
surprise : on eût cru que la reine allait parler. 

Sur l'autel, et au-dessous du portrait, était le coffret qui 
renfermait les ferrets de diamants. 

Le duc s'approcha de l'autel, s'agenouilla comme eût pu 
faire un prêtre devant le Christ ; * puis il ouvrit le coffret. 

— Tenez, lui dit-il en tirant du coffret un gros nœud de 
ruban bleu tout étincelant de diamants; tenez, voici ces 
précieux ferrets avec lesquels j'avais fait le serment d'être 
enterré. La reine me les avait donnés, la reine me les 
reprend: sa volonté, comme celle de Dieu, soit faite en 
toutes choses. 

Puis il se mit à baiser les uns après les autres ces ferrets 
dont il allait se séparer. Tout à coup il poussa un cri 
terrible. 

— Qu'y a-t-il? demanda d'Artagnan avec inquiétude, et 
que vous arrive-t-il, milord ? 

— Il y a que tout est perdu, s'écria Buckingham en 
devenant pâle comme un trépassé; deux de ces ferrets 
manquent, il n'y en a plus que dix. 

— Milord les art-il perdus, ou croit-il qu'on les lui ait 
volés ? 

— On me les a volés, reprit le duc, et c'est le cardinal qui 
a fait le coup. Tenez, voyez, les rubans qui les soutenaient 
ont été coupés avec des ciseaux. 

— Si milord pouvait se douter qui a commis le vol . . . 
Peut-être la personne les a-t-elle encore entre les mains. 

— Attendez, attendez! s'écria le duc. La seule fois que 
j'aie mis ces ferrets, c'était au bal du roi, il y a huit jours, 
à Windsor. La comtesse de Winter, avec laquelle j'étais 



134 Le» Troie Mousquetaire». 

brouillé, s'est rapprochée de moi à ce bal Ce raccommode- 
ment, c'était une vengeance de femme jalouse. Depuis ce 
jour, je ne l'ai pas revue. Cette femme est un agent du 
cardinal. 

— Mais il en a donc dans le monde entier! s'écria 
d'Artagnan. 

— Oh ! oui, oui, dit Buckingham en serrant les dents de 
colère; oui, c'est un terrible lutteur.* Mais cependant, 
quand doit avoir lieu ce bal ? 

— Lundi prochain. 

— Lundi prochain ! Cinq jours encore, c'est plus de temps 
qu'il ne nous en faut. Patrice ! s'écria le duc en ouvrant la 
porte de la chapelle, Patrice ! 

Son valet de chambre de confiance parut. 

— Mon joaillier et mon secrétaire ! 

Le valet de chambre sortit avec une promptitude et un 
mutisme qui prouvaient l'habitude qu'il avait contractée 
d'obéir aveuglément et sans réplique. 

Buckingham met un embargo sur tous les vaisseaux en partance 
dans les ports d'Angleterre, enferme son joaillier chez lui et le fait 
travailler à la confection des deux ferrets qui manquent. 

Le surlendemain à onze heures, les deux ferrets en dia- 
mants étaient achevés, mais si exactement imités, mais si 
parfaitement pareils, que Buckingham ne put reconnaître 
les nouveaux des anciens, et que les plus exercés en pareille 
matière y auraient été trompés comme lui. 

Aussitôt il fit appeler d'Artagnan. 

— Tenez, lui dit-il, voici les ferrets de diamants que vous 
êtes venu chercher, et soyez mon témoin que tout ce que la 
puissance himiaine pouvait faire, je l'ai fait. 



Leë Troie Mousquetaires. 135 



XXII. 

LE BAIXET DE LA MERLAISON. 

Le lendemain il n'était bruit dans tout Paris que du bal 
que messieurs les éclievins ^ de la ville donnaient au roi et 
à la reine, et dans lequel Leurs Majestés devaient danser le 
fameux ballet de la Merlaison,* qui était le ballet favori 
du roi. 

Depuis huit jours on préparait en effet toutes choses à 
l'hôtel de ville pour cette solennelle soirée. Le menuisier 
de la ville avait dressé des échafauds sur lesquels devaient 
se tenir les dames invitées ; Pépicier de la ville avait garni 
les salles de deux cents flambeaux de cire blanche, ce qui 
était un luxe inoid* pour cette époque ; enfin vingt violons 
avaient été prévenus, et le prix qu'on leur accordait avait été 
fixé au double du prix ordinaire, attendu, dit ce rapport, 
qu'ils devaient sonner * toute la nuit. 

A dix heures du matin, le sieur de La Coste, enseigne des 
gardes du roi, suivi de deux exempts * et de plusieurs archers 
du corps,* vint demander au greffier de la ville, nommé 
Clément, toutes les ciés des portes, des chambres et bureaux 
de l'hôtel. Ces clés lui furent remises à l'instant même; char 
cune d'elles portait un biUet qui devait servir à la faire re- 
connaître, et à partir de ce moment le sieur de La Coste fut 
chargé de la garde de toutes les portes et de toutes les avenues. 

A onze heures, vint à son tour Duhallier, capitaine des 
gardes, amenant avec lui cinquante archers qui se répar- 
tirent aussitôt dans l'hôtel de ville, aux portes qui leur 
avaient été assignées. 



136 Leë Trois Mousquetaireê. 

A trois heures^ arrivèrent deux compagnies des gardes, 
l'une française^ Pautre suisse.* La compagnie des gardes- 
françaises était composée moitié des hommes de M. Du- 
hallier, moitié des hommes de M. des Essarts. 

A six heures du soir, les invités commencèrent à entrer. 
A mesure qu'ils entraient, ils étaient placés dans la grande 
saUe, sur les échafauds préparés. 

A neuf heures arriva madame la première présidente.^ 
Comme c'était, après la reine, la personne la plus considé- 
rable de la fête, elle fut reçue par messieurs de la ville * et 
placée dans la loge en face de celle que devait occuper la 
reine. 

A dix heures on dressa la collation des confitures * pour 
le roi, dans la petite salle du côté de l'église Saint-Jean, et 
cela en face du buffet d'argent de la ville,^° qui était gardé 
par quatre archers. 

A minuit on entendit de grands cris et de nombreuses 
acclamations : c'était le roi qui s'avançait à travers les rues 
qui conduisent du Louvre à l'hôtel de ville, et qui étaient 
toutes illuminées avec des lanternes de couleur. 

Aussitôt messieurs les échevins, vêtus de leurs robes de 
drap et précédés de six sergents tenant chacun un flambeau 
à la main, allèrent au-devant du roi, qu'ils rencontrèrent sur 
les degrés, où le prévôt des marchands " lid fit compliment 
sur sa bienvenue ; compliment auquel Sa Majesté répondit 
en s'excusant d'être venue si tard, mais en rejetant la faute 
sur M. le cardinal, lequel l'avait retenu jusqu'à onze heures 
pour parler des affaires de l'État. 

Sa Majesté, en habit de cérémonie, était accompagnée de 
S. A. R. Monsieur, du comte de Soissons, du grand prieur, 
du duc de Longueville, du duc d'Elbeuf, du comte d'Har- 
court, du comte de La Roche-Guyon, de M. de Liancourt, 
de M. de Baradas, du comte de Cramail et du chevalier de 
Souveray. 



LeH 'îrois Mousquetaires. l37 

Cliacun remarqua que le roi avait Pair triste et préoccupé. 

Un cabinet avait été préparé pour le roi et un autre pour 
Monsieur. Dans cliacun de ces cabinets étaient déposés des 
habits de masques. Autant avait été fait pour la reine et 
pour madame la présidente. Les seigneurs et les dames de 
la suite de Leurs Majestés devaient s'habiller deux par 
deux dans des chambres préparées à cet effet. 

Avant d'entrer dans le cabinet, le roi recommanda qu'on 
le vint prévenir aussitôt que paraîtrait le cardinal. 

Une demi-heure agrès l'entrée du roi, de nouvelles accla- 
mations retentirent: celles-là annonçaient l'arrivée de la 
reine : les échevins firent ainsi qu'ils avaient fait déjà, et, 
précédés des sergents, ils s'avancèrent au-devant de leur 
illustre convive. 

La reine entra dans la salle : on remarqua que, comme le 
roi, elle avait l'air triste et surtout fatigué. 

Au moment où elle entrait, le rideau d'une petite tribune 
qui jusque-là était resté fermé s'ouvrit, et l'on vit apparaître 
la tête pâle du cardinal vêtu en cavalier espagnol. Ses yeux 
se fixèrent sur ceux de la reine, et un sourire de joie terrible 
passa sur ses lèvres : la reine n'avait pas ses f errets de 
diamants.^^ 

La reine resta quelque temps à recevoir les compliments 
de messieurs de la ville et à répondre aux saints des 
dames. 

Tout à coup le roi apparut avec le cardinal à l'une des 
portes de la salle. Le cardinal lui parlait tout bas, et le roi 
était très-pâle. 

Le roi fendit la foule et, sans masque, les rubans de son 
pourpoint à peine noués, il s'approcha de la reine, et d'une 
voix altérée : 

— Madame, lui dit-il, pourquoi donc, s'il vous plaît, n'avez- 
vous point vos ferrets de diamants, quand vous savez qu'il 
m'eût été agréable de les voir ? 



188 Les Trois Mousquetaires, 

La reine étendit son regard autour d'elle^ et vit derrière 
le cardinal qui souriait d'un sourire diabolique. 

— Sire, répondit la reine d'une voix altérée, parce qu'au 
milieu de cette grande foule, j'ai craint qu'il ne leur arrivât 
malheur. 

— Et vous avez eu tort. Madame! si je vous ai fait ce 
cadeau, c'était pour que vous vous en pariez. Je vous dis 
que vous avez eu tort. 

Et la voix du roi était tremblante de colère; chacun 
regardait et écoutait avec étonnement, ne comprenant rien 
à ce qui se passait. 

— Sire, dit la reine, je puis les envoyer chercher au Lou- 
vre, où ils sont, et ainsi les désirs de Votre Majesté seront 
accomplis. 

— Faites, Madame, faites, ^et cela au plus tôt: car dans 
une heure le ballet va commencer. 

La reine salua en signe de soumission et suivit les dames 
qui devaient la conduire à son cabinet. 

De son côté le roi regagna le sien. 

Il y eut dans la salle un moment de trouble et de con- 
fusion. 

Tout le monde avait pu remarquer qu'il s'était passé quel- 
que chose entre le roi et la reine ; mais tous deux avaient 
parlé si bas, que chacun, par respect, s'étant éloigné de quel- 
ques pas, personne n'avait rien entendu. Les violons son- 
naient de toutes leurs forces, mais on ne les écoutait pas. 

Le roi sortit le premier de son cabinet; il était en costume 
de chasse des plus élégants, et Monsieur et les autres sei- 
gneurs étaient habillés comme lui. C'était le costume que 
le roi portait le mieux, et vêtu ainsi il semblait véritable- 
ment le premier gentilhomme de son royaume. 

Le cardinal s'approcha du roi et lui remit une boîte. Le 
roi l'ouvrit et y trouva deux ferrets de diamants. 

— Que veut dire cela ? demanda-t-il au cardinal. 



Les Trois Mousquetaires. 139 

— Bien, répondit celui-ci; seulement si la reine a les fer- 
rets, ce dont je doute, comptez-les, sire, et si vous n'en 
trouvez que dix, demandez à Sa Majesté qui peut lui avoir 
dérobé les deux f errets que voici. 

Le roi regarda le cardinal comme pour l'interroger ; mais 
il n'eut le temps de lui adresser aucune question : un cri 
d'admiration sortit de toutes les bouches. Si le roi semblait 
le premier gentilhomme de son royaume, la reine était à 
coup sûr la plus belle femme de France. 

n est vrai que sa toilette de chasseresse lui allait à mer- 
veille; elle avait un chapeau de feutre avec des plumes 
bleues, un surtout en velours gris-perlé rattaché avec des 
agrafes de diamants, et une jupe de satin bleu toute brodée 
d'argent. Sur son épaule gauche étincelaient les ferrets 
soutenus par un nœud de même couleur que les plumes et 
la jupe. 

Le roi tressaillit de joie et le cardinal de colère ; cepen- 
dant, distants comme ils l'étaient de la reine, ils ne pouvaient 
compter les ferrets ; la reine les avait ; seulement en avait- 
elle dix ou en avait-elle douze ? 

En ce moment les violons sonnèrent le signal du ballet. 
Le roi s'avança vers madame la présidente, avec laquelle il 
devait danser, et Son Altesse Monsieur avec la reine. On 
se mit en place, et le ballet commença. 

Le roi figurait en face de la reine, et chaque fois qu'il 
passait près d'elle il dévorait du regard ses ferrets, dont il 
ne pouvait savoir le compte. Une sueur froide couvrait le 
front du cardinal. 

Le ballet dura une heure ; il avait seize entrées.^* 

Le ballet fini, au milieu des applaudissements de toute la 
salle, chacun reconduisit sa dame à sa. place ; mais le roi 
profita du privilège qu'il avait de laisser la sienne où il se 
trouvait pour s'avancer vivement vers la reine. 

— Je vous remercie, Madame, lui dit-il, de la déférence 



140 Les Trois Mousquetaires. 

que vous avez montrée pour mes désirs^ mais je crois qu'il 
vous manque deux ferrets, et je vous les rapporte. 

A ces mots, il tendit à la reine les deux ferrets que lui 
avait remis le cardinal. 

— Comment, sire ! s'écria la jeune reine jouant la surprise, 
vous m'en donnez encore deux autres ; mais alors cela m'en 
fera donc quatorze ? 

En effet le roi compta, et les douze ferrets se trouvèrent 
sur l'épaule de Sa Majesté. 
Le roi appela le cardinal : 

— Eh bien ! que signifie cela, monsieur le cardinal ? de- 
manda le roi d'un ton sévère. 

— Cela signifie, sire, répondit le cardinal, que je désirais 
faire accepter ces deux ferrets à Sa Majesté, et que n'osant 
les lui offrir moi-même j'ai adopté ce moyen. 

— Et j'en suis d'autant plus reconnaissante à Votre Émi- 
nence, répondit Anne d'Autriche avec un sourire qui prou- 
vait qu'elle n'était pas dupe de cette ingénieuse galanterie, 
que je suis certaine que ces deux ferrets vous coûtent aussi 
cher à eux seuls que les douze autres ont coûté à Sa Majesté. 

Puis, ayant salué le roi et le cardinal, la reine reprit le 
chemin de la chambre où elle s'était habillée et où elle 
devait se dévêtir. 

L'attention que nous avons été obligés de donner pendant 
le commencement de ce chapitre aux personnages illustres 
que nous y avons introduits, nous a écartés un instant de 
celui à qui Anne d'Autriche devait le triomphe inouï qu'elle 
venait de remporter sur le cardinal, et qui, confondu, ignoré 
perdu dans la foule entassée à l'une des portes, regardait de 
là cette scène compréhensible seulement pour quatre per- 
sonnes, le roi, la reine. Son Éminence et lui. 

D'Artagnan est appelé chez la reine, qui lui donne une magnifique 
bague en diamants. 



Le% Trois Mottsquetaires. 141 



XXIII.-XXVII. 

M. de Tréyille conseille à d'Artagnan d'aller retrouver set trois amis 
éparpillés en route. Avant de partir le jeune garde apprend que 
Madame Bonacieux a été enlevée une seconde fois par les gens du 
cardinal. Il retrouve Porthos à Chantillj, et Aramis à Crèvecœur; de 
là il se rend à Amiens. 

Vers onze heures du matin, on aperçut Amiens ; à onze 
heures et demie, on était à la porte de l'auberge maudite. 

D'Artagnan avait souvent médité contre l'hôte perfide 
une de ces bonnes vengeances qui consolent, rien qu'en 
espérance. Il entra donc dans l'hôtellerie le feutre sur les 
yeux, la main gauche sur le pommeau de l'épée et faisant 
siffler sa cravache de la main droite. 

— Me reconnaissez-vous? dit-il à l'hôte, qui s'avançait 
pour le saluer. 

— Je n'ai pas cet honneur, Monseigneur, répondit celui- 
ci, les yeux encore éblouis du brillant équipage avec lequel 
d'Artagnan se présentait. 

— Ah ! vous ne me connaissez pas ! 

— Non, Monseigneur. 

— Eh bien ! deux mots vont vous rendre la mémoire. 
Qu'avez-vous fait de ce gentilhomme à qui vous eûtes l'au- 
dace, voici quinze jours passés à peu près, d'intenter une 
accusation de fausse monnaie ? 

L'hôte pâlit, car d'Artagnan avait pris l'attitude la plus 
menaçante, et Flanchet se modelait sur son maître. 

— Ah ! Monseigneur, ne m'en parlez pas, s'écria l'hôte de 
son ton de voix le plus larmoyant; ah! Seigneur, combien 
j'ai payé cher cette faute. Ah î malheureux que je suis ! 



142 Les Trois Mousquetaires. 

— Ce gentilhomme, vous dis-je, qu'est-il devenu ? 

— Daignez m'écouter, Monseigneur, et soyez clément. 
Voyons, asseyez-vous, par grâce ! 

D'Artagnan, muet de colère et d'inquiétude, s'assit mena- 
çant comme un juge. Flanchet s'adossa fièrement à son 
fauteuil. 

— Voici l'histoire, Monseigneur, reprit l'hôte tout trem- 
blant, car je vous reconnais à cette heure : c'est vous qui 
êtes parti quand j'eus ce malheureux démêlé avec ce gentil- 
homme dont vous parlez. 

— Oui, c'est moi ; ainsi vous voyez bien que vous n'avez 
pas de grâce à attendre si vous ne dites pas toute la vérité. 

— Aussi veuillez m'écouter, et vous la saurez tout entière. 
— J'écoute. 

— J'avais été prévenu par les autorités qu'un faux monnar 
yeur^ célèbre arriverait à mon auberge avec plusieurs de 
ses compagnons, tous déguisés sous le costume de gardes 
ou de mousquetaires. Vos chevaux, vos laquais, votre 
figure, Messeigneurs, tout m'avait été dépeint. 

— Après, après? dit d'Artagnan, qui reconnut bien vite 
d'où venait le signalement si exactement donné. 

— Je pris donc, d'après les ordres de l'autorité, qui m'en- 
voya un renfort de six hommes, telles mesures que je crus 
urgentes afin de m'assurer de la personne des prétendus 
faux monnayeurs. 

— Encore ! dit d'Artagnan, à qui ce mot de faux monna- 
yeur échauffait terriblement les oreilles.* 

— Pardonnez-moi, Monseigneur, de dire de telles choses, 
mais elles sont justement mon excuse. L'autorité m'avait 
fait peur, et vous savez qu'un aubergiste doit ménager 
l'autorité. 

— Mais encore une fois, ce gentilhomme, où est-il ? qu'est- 
il devenu ? Est-il mort ? est-il vivant ? 

— Patience, Monseigneur, nous y voici.* Il arriva donc 



Les Troie Mousquetaires. 143 

ce que vous savez, et dont votre départ précipité, ajouta 
rhôte avec une finesse qui n'échappa point à d'Artagnan, 
semblait autoriser l'issue. Ce gentilhomme, votre ami, se 
défendit en désespéré. Son valet, qui, par un malheur 
imprévu, avait cherché querelle aux gens de l'autorité, 
déguisés en garçons d'écurie. . . . 

— Ah! misérable! s'écria d'Artagnan, vous étiez tous 
d'accord, et je ne sais à quoi tient que je ne vous exter- 
mine tous ! 

— Hélas ! non. Monseigneur, nous n'étions pas tous d'ac- 
cord, et vous l'allez bien voir. Monsieur votre ami (pardon 
de ne point l'appeler par le nom honorable qu'il porte sans 
doute, mais nous ignorons ce nom), monsieur votre ami, 
après avoir mis hors de combat deux hommes de ses deux 
coups de pistolet, battit en retraite en se défendant avec 
son épée dont il estropia encore un de mes hommes, et d'un 
coup du plat de laquelle il m'étourdit. 

— Mais, bourreau, finiras-tu ? dit d'Artagnan; Athos, que 
devint Athos ? 

— En battant en retraite, comme j'ai dit à Monseigneur, 
il trouva derrière lui l'escalier de la cave, et, comme la porte 
était ouverte, il tira la clé à lui et se barricada en dedans. 
Comme on était sûr de le retrouver là, on le laissa libre. 

— Oui, dit d'Artagnan, on ne tenait pas tout à fait à le 
tuer, on ne cherchait qu'à l'emprisonner. 

— Â l'emprisonner. Monseigneur? il s'emprisonna bien 
lui-même, je vous le jure. D'abord il avait fait de rude 
besogne,* un homme était tué sur le coup, et deux autres 
étaient blessés grièvement. Le mort et les deux blessés 
furent emportés par leurs camarades, et jamais je n'ai plus 
entendu parler ni des uns ni des autres. Moi-même, quand 
je repris mes sens, j'allai trouver M. le gouverneur, auquel 
je racontai tout ce qui s'était passé, et auquel je demandai 
ce que je devais faire du prisonnier. Mais M. le gouverneur 



144 Le% Troie Mousqtietaires, 

eut l'air de tomber des nues ; '^ il me dit qu'il ignorait com- 
plètement ce que je voulais dire, que les ordres qui m'étaient 
parvenus n'émanaient pas de lui, et que si j'avais le mal- 
heur de dire à qui que ce fût qu'il était pour quelque chose 
dans toute cette échauffourée, il me ferait pendre. H 
parait que je m'étais trompé, Monsieur, que j'avais arrêté 
l'un pour l'autre, et que celui qu'on devait arrêter s'était 
sauvé. 

— Mais Athos ? s'écria d' Artagnan, dont l'impatience 
doublait de l'abandon où l'autorité laissait la chose; Athos, 
qu'est-il devenu ? 

— Comme j'avais hâte de réparer mes torts envers le 
prisonnier, reprit l'aubergiste, je m'acheminai vers la cave 
afin de lui rendre sa liberté. Ah ! Monsieur, ce n'était plus 
un homme, c'était un diable. A cette proposition de liberté, 
il déclara que c'était un piège qu'on lui tendait et qu'avant 
de sortir il entendait imposer ses conditions. Je lui dis 
bien humblement, car je ne me dissimulais pas la mauvaise 
position où je m'étais mis en portant la main sur un mous- 
quetaire de Sa Majesté, je lui dis que j'étais prêt à me sou- 
mettre à ses conditions. 

— D'abord, dit-il, je veux qu'on me rende mon valet tout 
armé. 

On s'empressa d'obéir à cet ordre; car vous comprenez 
bien. Monsieur, que nous étions disposés à faire tout ce que 
voudrait votre ami. M. Grimaud (il a dit son nom, celui-là, 
quoiqu'il ne parle pas beaucoup) ; M. Grrimaud fut donc de- 
scendu à la cave, tout blessé qu'il était ; alors, son maître 
l'ayant reçu, rebarricada la porte et nous ordonna de rester 
dans notre boutique. 

— Mais enfin, s'écria d' Artagnan, où est-il ? où est Athos ? 

— Dans la cave. Monsieur. 

— Comment, malheureux, vous le retenez dans la cave 
depuis ce temps-là ? 



Le% Troie Moiisqvstaires. 146 

— Bonté divine ! Non, Monsieur. Nous le retenir dans 
la cave! vous ne savez donc pas ce qu'il y fait, dans la 
cave ? Ah ! si vous pouviez l'en faire sortir, Monsieur, je 
vous en serais reconnaissant toute ma vie, je vous adorerais 
comme mon patron. 

— Alors il est là ? je le retrouverai là ? 

— Sans doute. Monsieur: il s'est obstiné à y rester. 
Tous les jours on lui passe par le soupirail du pain au bout 
d'une fourche, et de la viande quand il en demande ; mais, 
hélas ! ce n'est pas de pain et de viande qu'il fait la plus 
grande consommation. Une fois j'ai essayé de descendre 
avec deux de mes garçons, mais il est entré dans une terrible 
fureur. J'ai entendu le bruit de ses pistolets qu'il armait 
et de son mousqueton qu'armait son domestique. Puis, 
comme nous leur demandions quelles étaient leurs inten- 
tions, le maître a répondu qu'ils avaient quarante coups à 
tirer, lui et son laquais, et qu'ils les tireraient jusqu'au 
dernier plutôt que de permettre qu'un seul de nous mît le 
pied dans la cave. Alors, Monsieur, j'ai été me plaindre au 
gouverneur, lequel m'a répondu que je n'avais que ce que je 
méritais, et que cela m'apprendrait à insulter les honorables 
seigneurs qui prenaient gîte chez moi. 

— De sorte que depuis ce temps ? . . . reprit d' Artagnan ne 
pouvant s'empêcher de rire de la figure piteuse de son hôte. 

— De sorte que depuis ce temps, Monsieur, continua celui- 
ci, nous menons la vie la plus triste qui se puisse voir : car. 
Monsieur, il faut que vous sachiez que toutes nos provisions 
sont dans la cave : il y a notre vin en bouteilles et notre vin 
en pièces,* la bière, l'huile et les épices, le lard et les saucis- 
sons; et comme il nous est défendu d'y descendre, nous 
sommes forcés de refuser le boire et le manger aux voya- 
geurs qui nous arrivent, de sorte que tous les jours notre 
hôtellerie se perd. Encore uûe semaine avec votre ami 
dans ma cave, et nous sommes ruinés. 



146 Les Trois Motisquetaireè. 

— Et ce sera justice, drôle. Ne voyait-on pas bien, à 
notre mine, que nous étions gens de qualité et non faus- 
saires, dites ? 

— Oui, monsieur, oui, vous avez raison, dit l'hôte. Mais 
tenez, tenez, le voilà qui s'emporte. 

— Sans doute qu'on l'aura troublé, dit d'Artagnan. 

— Mais il faut bien qu'on le trouble, s'écria l'hôte; il 
vient de nous arriver deux gentilshommes anglais. 

— Eh bien? 

— Eh bien! les Anglais aiment le bon vin, comme vous 
savez, Monsieur; ceux-ci ont demandé du meilleur. Ma 
femme alors aura sollicité de M. Athos la permission 
d'entrer pour satisfaire ces messieurs; et il aura refusé 
comme de coutume. Ah! bonté divine! voilà le sabbat 
qui redouble! 

D'Artagnan, en effet, entendit mener un grand bruit du 
côté de la cave ; il se leva, et, précédé de l'hôte, qui se tor- 
dait les mains, et suivi de Planchet qui tenait son mous- 
queton tout armé, il s'approcha du lieu de la scène. 

Les deux gentilshommes étaient exaspérés, ils avaient 
fait une longue course et mouraient de faim et de soif. 

— Mais c'est une tyrannie, s'écriaient-ils en très-bon 
français quoique avec un accent étranger, que ce maître 
fou ne veuille pas laisser à ces bonnes gens l'usage de leur 
vin. Çà, nous allons enfoncer la porte, et s'il est trop 
enragé, eh bien ! nous le tuerons. 

— Tout beau,' Messieurs! dit d'Artagnan en tirant ses 
pistolets de sa ceinture ; vous ne tuerez personne, s'il vous 
plaît. 

— Bon, bon, disait derrière la porte la voix cabne d' Athos, 
qu'on les laisse un peu entrer, ces mangeurs de petits en- 
fants, et nous allons voir. 

Tout braves qu'ils paraissaient être, les deux gentils- 
hommes anglais se regardèrent en hésitant; on eut dit 



r 



Les Troie Mousquetaires, 147 



qu'il y avait dans cette cave un de ces ogres faméliques, 
gigantesques héros des légendes populaires, et dont nul ne 
force impunément la caverne. 

Il y eut un moment de silence ; mais enfin les deux Anglais 
eurent honte de reculer, et le plus hargneux des deux des- 
cendit les cinq ou six marches dont se composait Pescalier et 
donna dans la porte un coup de pied à fendre une muraille. 

— Planchet, dit d'Artagnan en armant ses pistolets, je me 
charge de celui qui est en haut, charge-toi de celui qui est 
en bas. Ah, Messieurs ! vous voulez de la bataille ! eh bien ! 
on va vous en donner ! 

— Mon Dieu, s'écria la voix creuse d'Athos, j'entends 
d'Artagnan, ce me semble. 

— En effet, dit d'Artagnan en haussant la voix à son tour, 
c'est moi-même, mon ami. 

— Ah, bon ! alors, dit Athos, nous allons les travailler, ces 
enfonceurs de portes. 

Les gentilshommes avaient mis l'épée à la main, mais ils 
se trouvaient pris entre deux feux ; ils hésitèrent un instant 
encore ; mais, comme la première fois l'orgueil l'emporta, et 
un second coup de pied fit craquer la porte dans toute sa 
hauteur. 

— Range-toi, d'Artagnan, range-toi, cria Athos ; range-toi, 
je vais tirer. 

— Messieurs ! dit d'Artagnan, que la réflexion n'abandon- 
nait jamais, Messieurs, songez-y! De la patience, Athos. 
Vous vous engagez là dans une mauvaise affaire et vous allez 
être criblés. Voici mon valet et moi qui vous lâcherons trois 
coups de feu, autant vous arriveront de la cave ; puis nous 
aurons encore nos épées, dont, je vous assure, mon ami et 
moi nous jouons passablement. Laissez-moi faire vos affaires 
et les miennes. Tout à l'heure vous aurez à boire, je vous 
en donne ma parole. 

— S'il en reste, grogna la voix railleuse d' Athos. 



148 LeB Troie Mousquetaires. 

L'hôtelier sentit une sueur froide couler le long de son 
échine. 

— Comment, s'il en reste ! murmy^a-t-il. 

— Que diable ! il en restera, reprit d' Artagnan ; soyez 
donc tranquille, à eux deux ils n'auront pas bu toute la cave. 
Messieurs, remettez vos épées au fourreau. 

— Eh bien ! vous, remettez vos pistolets à votre ceinture. 

— Volontiers. 

Et d' Artagnan donna l'exemple. Puis, se retournant vers 
Flanchet, il lui fit signe de désarmer son mousqueton. 

Les Anglais, convaincus, remirent en grommelant leurs 
épées au fourreau. On leur raconta l'histoire de l'emprisonne- 
ment d'Athos. Et comme ils étaient bons gentilshommes, ils 
donnèrent tort à l'hôtelier. 

— Maintenant, Messieurs, dit d' Artagnan, remontez chez 
vous, et, dans dix minutes, je vous réponds qu'on vous y 
portera tout ce que vous ]X)urrez désirer. 

Les Anglais saluèrent et sortirent. 

— Maintenant que je suis seul, mon cher Athos, dit d' Ar- 
tagnan, ouvrez-moi la porte, je vous en prie. 

— Â l'instant même, dit Athos. 

Alors on entendit un grand bruit de fagots entre-choqués 
et de poutres gémissantes : c'était les contrescarpes et les 
bastions d'Athos, que l'assiégé démolissait lui-même. 

Un instant après la porte s'ébranla, et l'on vit paraître la 
tête pôle d'Athos qui, d'un coup d'oeil rapide, explorait les 
environs. 

ly Artagnan se jeta à son cou et l'embrassa tendrement ; 
puis il voulut l'entraîner hors de ce séjour humide: alors 
seulement il s'aperçut qu' Athos chancelait. 

— Vous êtes blessé ? lui dit-il. 

— Moi ! pas le moins du monde ; je suis ivre-mort, voilà 
tout, et jamais homme n'a mieux fait ce qu'il fallait pour 
cela, n faut que j'en aie bu au moins pour ma part cent 
cinquante bouteilles. 



La Troie Mousquetaires. 149 

— Miséricorde ! s'écria Phôte, si le valet en a bu la moitié 
du maître seulement, je suis ruiné. 

— Grimaud est un laquais de bonne maison, qui ne se 
serait pas permis de faire le même ordinaire que moi ; il a 
bu à la pièce seulement : tenez, je crois qu'il a oublié de 
remettre le fausset. Entendez-vous ? cela coule ! 

D^Artagnan partit d'un éclat de rire qui changea le frisson 
de l'hôte en fièvre chaude. 

En môme temps, Grimaud parut à son tour derrière son 
maître, le mousqueton sur l'épaule, la tête tremblante, 
comme ces satyres ivres des tableaux de Eubens. Il était 
arrosé par devant et par derrière d'une liqueur grasse que 
l'hôte reconnut pour être sa meilleure huile d'olive. 

Le cortège traversa la grande salle et alla s'installer dans 
la meilleure chambre de l'auberge, que d'Artagnan occupa 
d'autorité. 

Pendant ce temps l'hôte et sa femme se précipitèrent avec 
des lampes dans la cave, qui leur avait été si longtemps 
interdite et où un affreux spectacle les attendait. 

Au delà des fortifications auxquelles Athos avait fait 
brèche pour sortir et qui se composaient de fagots, de 
planches et de futailles vides entassées selon toutes les 
règles de l'art stratégique, on voyait çà et là, nageant dans 
des mares d'huile et de vin, les ossements de tous les 
jambons mangés, tandis qu'un amas de bouteilles cassées - 
jonchait tout l'angle gauche de la cave et qu'un tonneau, 
dont le robinet était resté ouvert, perdait par cette ouver- - 
ture les dernières gouttes de son sang. L'image de la dé- 
vastation et de la mort, comme dit le poëte de l'antiquité, 
régnait comme sur un champ de bataille. 

Sur cinquante saucissons pendus aux solives, dix restaient 
à peine. 

Alors les hurlements de l'hôte et de l'hôtesse percèrent la 
voûte de la cave ; d'Artagnan lui-même en fut ému. Athos 
ne tourna pas même la tête. 



150 Le% Trois Mousquetaires. 

Mais à la douleur succéda la rage. L'hôte s'arma d'une 
broche, et, dans son désespoir, s'élança dans la chambre où 
les deux amis s'étaient retirés. 

— Du vin ! dit Athos en apercevant l'hôte. 

— Du vin! s'écria l'hôte stupéfait, du vin! mais vous 
m'en avez bu pour plus de cent pistoles ; mais je suis un 
homme ruiné, perdu, anéanti ! 

— Bah ! dit Athos, nous sommes constamment restés sur 
notre soif.* 

— Si vous vous étiez contentés de boire, encore; mais 
vous avez cassé toutes les bouteilles. 

— Vous m'avez poussé sur un tas qui a dégringolé. C'est 
votre faute. 

— Toute mon huile est perdue ! 

— L'huile est un baume souverain pour les blessures, et 
il fallait bien que ce pauvre Grimaud pansât celles que vous 
lui avez faites. 

— Tous mes saucissons rongés ! 

— Il y a énormément de rats dans cette cave. 

— Vous allez me payer tout cela, cria l'hôte exaspéré. 

— Triple drôle, dit Athos en se soulevant; mais il re- 
tomba aussitôt : il venait de donner la mesure de ses forces. 
D'Artagnan vint à son secours en levant sa cravache. 

L'hôte recula d'un pas et se mit à fondre en larmes. 

— Cela vous apprendra, dit d'Artagnan, à traiter d'une 
façon plus courtoise les hôtes que Dieu vous envoie. 

— Dieu ! dites le diable ! 

— Mon cher ami, dit d'Artagnan, si vous nous rompez 
encore les oreilles, nous allons nous renfermer tous les 
quatre dans votre cave, et nous verrons si véritablement le 
dégât est aussi grand que vous le dites. 

— Eh bien ! oui. Messieurs, dit l'hôte, j'ai tort, je l'avoue, 
mais à tout péché miséricorde : ^ vous êtes des seigneurs et 
je suis un pauvre aubergiste, vous aurez pitié de moi. 



Leè Trais Mousquetaires, 161 

— Ah! si tu parles comme cela, dit Athos, tu vas me 
fendre le cœur, et les larmes vont couler de mes yeux 
comme le vin coulait de tes futailles. On n'est pas si 
diable qu'on en a l'air.'" Voyons, viens ici et causons. 

L'hôte s'approcha avec inquiétude. 

— Viens, te dis-je, et n'aie pas peur, continua Athos. 
Au moment où j'allais te payer, j'avais posé ma bourse sur 
la table. 

— Oui, Monseigneur. 

— Cette bourse contenait soixante pistoles, où est^Ue ? 

— Déposée au greffe ; " Monseigneur : on avait dit que 
c'était de la fausse monnaie. 

— Eh bien ! fais-toi rendre ma bourse et garde les soixante 
pistoles. 

— Mais Monseigneur sait bien que le greffe ne lâche pas 
ce qu'il tient. Si c'était de la fausse monnaie, il y aurait 
encore de l'espoir ; mais malheureusement ce sont de bonnes 
pièces. 

— Arrange-toi avec lui, mon brave homme, cela ne me 
regarde pas, d'autant plus qu'il ne me reste pas une livre. 

— Voyons, dit d'Artagnan, l'ancien cheval d' Athos, où 
est-il ? 

— A l'écurie. 

— Combien vaut-il ? 

— Cinquante pistoles tout au plus. 

— Il en vaut quatre-vingts, prends-le et que tout soit dit. 

— Comment ! tu vends mon cheval, dit Athos, tu vends 
mon Bajazet ? et sur quoi ferai-je la campagne, sur 
Grimaud ? 

— Je t'en amène un autre, dit d'Artagnan. 

— Un autre ? 

— Et magnifique ! s'écria l'hôte. 

— Alors, s'il y en a un autre plus beau et plus jeune, 
prends le vieux, et à boire. 



152 Les Trais Mousquetaires. 

— Duquel ? demanda l'hâte tout à fait rasséréné. 

— De celui qui est au fond, près des lattes : il en reste 
encore vingt-cinq bouteilles, toutes les autres ont été cassées 
dans ma chute. Montez-en six. 

— Mais c'est un foudre que cet homme 1 ^ dit Phôte à part 
lui ; s'il reste seulement quinze jours ici, et qu'il paye ce 
qu'il boira, je rétablirai mes affaires. 

— Et n'oublie pas, continua d' Artagnan, de monter quatre 
bouteilles du pareil aux deux seigneurs anglais. 

— Maintenant, dit Athos, en attendant qu'on nous ap- 
porte du vin, conte-moi, d' Artagnan, ce que sont devenus 
les autres ; voyons. 

D' Artagnan lui raconta comment il avait trouvé Porthos 
dans son lit avec une foulure, et Aramis à une table entre 
les deux théologiens. Comme il achevait, l'hôte rentra avec 
les bouteilles demandées et un jambon qui, heureusement 
pour lui, était resté hors de la cave. 

— C'est bien, dit Athos en remplissant son verre et celui 
de d' Artagnan, voilà pour Porthos et pour Aramis ; mais 
vous, mon ami, qu'avez-vous et que vous est-il arrivé person- 
nellement ? Je vous trouve un air sinistre. 

Athos, un peu ivre, raconte à d' Artagnan qu'il avait autrefois épousé 
une jeune fille, blonde, fort belle, et qu'il aimait passionnément. Un 
jour qu'elle était à la chasse avec lui, elle tomba de cheval et s'éva- 
nouit. En lui portant secours Athos découvrit que sa femme était 
marquée ^^ d'une fleur de lis ; elle avait sans doute volé. Dans un accès 
de colère et d'horreur il la pendit sur le champ à un arbre, ayant, sur 
ses domaines, droit de justice basse et haute.^^ 



Leè Trou Moiusquetaireê. 153 



^ xxvin. 

rAthos et d'Artagnan rejoignent Porthos et Aramis.et les quatre amis 
retournent ensemble à Paris. ^ 

En arrivant à Paris, d' Artagnan trouva une lettre de M. de 
Tréville qui le prévenait que, sur sa demande, le roi venait 
de lui accorder la faveur d'entrer dans les mousquetaires. 

Gomme c'était tout ce que d'Artagnan ambitionnait au 
monde, il courut tout joyeux chez ses camarades, qu'il — " 
venait de quitter il y avait une demi-heure, et qu'il trouva 
fort tristes et fort préoccupés. Ils étaient réunis en conseil 
chez Athos : ce qui indiquait toujours des circonstances 
d'une certaine gravité. 

M. de Tréville venait de les faire prévenir que l'intention — 
bien arrêtée de Sa Majesté étant d'ouvrir là campagne le 
1" mai, ils eussent à préparer incontinent leurs équipages.^ 

Les quatre philosophes se regardèrent tout ébahis : M. de 
Tréville ne plaisantait pas sous le rapport de la discipline. 

— Et à combien estimez-vous ces équipages? dit d'Ar- 

tagnan. 

— Oh ! il n'y a pas à dire, reprit Aramis, nous venons de 
faire nos comptes avec une lésinerie de Spartiates,' et il 
nous faut à chacun quinze cents livres. 

— Quatre fois quinze font soixante, soit six mille livres, 
dit Athos. '^ 

— Moi, dit d'Artagnan, il me semble qu'avec mille livres 
chacun, il est vrai que je ne parle pas en Spartiate, mais en 
procureur. . . . 

Ce mot de procureur réveilla Porthos. 



154 Les Trois Mousquetaires. 

— Tiens, j'ai une idée ! dit-iL 

— C'est déjà quelque chose: moi, je n'en ai pas même 
l'ombre, dit froidement Athos; mais quant à d'Arta^an, 
Messieurs, le bonheur d'être désormais des nôtres l'a rendu 
fou ; mille livres ! je déclare que pour moi seul il m'en faut 
deux mille. 

— Quatre fois deux font huit, dit alors Aramis : c'est 
donc huit mille livres qu'il nous faut pour nos équipages, 
sur lesquels équipages, il est vrai, nous avons déjà les selles. 

— Plus, dit Athos, en attendant que d'Artagnan, qui 
allait remercier M. de Tréville, eût fermé la porte, plus ce 
beau diamant qui brille au doigt de notre ami. Que diable ! 
d'Artagnan est trop bon camarade pour laisser des frères dans 
l'embarras, quand il porte à son médius la rançon d'un roi. 



XXIX.-XXX.— Vol. II. Ch. L-VIII. 

De retour à Paris d'Artagnan se rencontre avec miladj, qu'il a 
aperçue à Meung, le jour oli Rochefort lui a volé sa lettre. En essay- 
ant de nouer connaissance avec elle, il se fait provoquer en duel par lord 
de Winter, beau-frère de milady. Le duel a lieu, d'Artagnan désarme 
son adversaire et lui accorde la vie. Celui-ci présente le jeune garde 
à sa sœur, milady Clarik, et d'Artagnan en devient follement amoureux 
malgré les conseils d'Athos qui la soupçonne d'être quelque émissaire 
du cardinal. D'Artagnan va son train et offense mortellement milady, 
qui jure sa mort. 



Les Trais Mousquetaires. 165 



IX. 

VISION. 

A quatre heures, les quatre amis étaient réunis chez 
Athos. Leurs préoccupations sxir l'équipement avaient tout 
à fait disparu, et chaque visage ne conservait plus l'expres- 
sion que de ses propres et secrètes inquiétudes ; car derrière 
tout bonheur présent est cachée une crainte à venir. 

Tout à coup Planchet entra apportant une lettre à l'a- 
dresse de d'Artagnan. 

C'était une grande épître carrée et resplendissante des 
armes terribles de Son Éminence le cardinal-duc. 

— Eh bieni dit le jeune homme, voyons, Messieurs, ce 
que me veut Son Êminence. 

Et d'Artagnan décacheta la lettre et lut : 

"M. d'Artagnan, garde du roi, compagnie des Essarts, est 
attendu au Palais-Cardinal ce soir à huit heures. 

"La Houdiniêbe. 
" Capitaine des gardes." 

— Diable ! dit Athos, voici un rendez-vous bien inquiétant. 

— J'irai, dit d'Artagnan. 

— Hum! je n'irais pas, dit Aramis: un gentilhomme 
prudent peut s'excuser de ne pas se rendre chez Son Émi- 
nence, surtout lorsqu'il a quelque raison de croire que ce 
n'est pas pour lui faire des compliments. 

— Je suis de l'avis d' Aramis, dit Porthos. 

— Messieurs, répondit d'Artagnan, j'ai déjà reçu par 



156 Le9 Troie Mousqtietaires. 

M. de Cavois pareille invitation de Son Éminence, je Pai 
négligée, et le lendemain il m'est arrivé un grand malheur ! 
Quelque chose qui puisse advenir, j'irai. 

— Si c'est un parti pris, dit Athos, faites. 

— Mais la Bastille ? dit Aramis. 

— Bah! vous m'en tirerez, reprit d'Artagnan. 

— Sans doute, reprirent Aramis et Porthos avec un 
aplomb admirable et comme si c'était la chose la plus 
simple, sans doute nous vous en tirerons; mais, en atten- 
dant, comme nous devons partir après-demain, vous feriez 
mieux de ne pas risquer cette Bastille. 

— Faisons mieux, dit Athos, ne le quittons pas de la 
soirée ; attendons-le chacun à une porte du palais avec trois 
mousquetaires derrière nous ; si nous voyons sortir quelque 
voiture à portière fermée et à demi suspecte, nous tomberons 
dessus: il y a longtemps que nous n'avons eu maille à 
partir^ avec les gardes de monsieur le cardinal, et M. de 
Tréville doit nous croire morts. 

— Décidément, Athos, dit Aramis, vous étiez fait pour 
être général d'armée ; que dites-vous du plan, Messieurs ? 

— Admirable ! répétèrent en chœur les jeunes gens. 

— Eh bien! dit Porthos, je cours à l'hôtel, je préviens 
mes camarades de se tenir prêts pour huit heures, le rendez- 
vous sera sur la place du Palais-Cardinal ; vous, pendant ce 
temps, faites seller les chevaux par les laquais. 

On arriva rue Saint-Honoré, et place du Palais-Cardinal 
on trouva les douze mousquetaires convoqués qui se prome- 
naient en attendant leurs camarades. Là seulement, on leur 
expliqua ce dont il était question. 

D'Artagnan était fort connu dans l'honorable corps des 
mousquetaires du roi, où l'on savait qu'il prendrait un jour 
sa place ; on le regardait donc d'avance comme un camarade. 
Il résulta de ces antécédents que chacun accepta de grand 
cœur la mission pour laquelle il était convié ; d'ailleurs il 



Leê Troie Mousquetaires. 157 

s'agissait, selon toute probabilité, de jouer un mauvais tour 
à M. le cardinal et à ses gens, et pour de pareilles expéditions 
ces dignes gentilshommes étaient toujours prêts. 

Athos les partagea en trois groupes, prit le commande- 
ment de Tun, donna le second à Aramis et le troisième à 
Porthos, puis chaque groupe alla s'embusquer en face d'une 
sortie. 

D'Artagnan, de son côté, entra bravement par la porte 
principale. 

Quoiqu'il se sentît vigoureusement appuyé, le jeune 
homme n'était pas sans inquiétude en montant pas à pas le 
grand escalier. Sa conduite avec milady ressemblait tant 
soit peu à une trahison, et il se doutait des relations poli- 
tiques qui existaient entre cette femme et le cardinal ; de 
plus, de Wardes, qu'il avait si mal accommodé, était des 
fidèles de Son Éminence, et d'Artagnan savait que si Son 
Éminence était terrible à ses ennemis, elle était fort attachée 
à ses amis. 

— Si de Wardes a raconté toute notre affaire au cardinal, 
ce qui n'est pas douteux, et s'il m'a reconnu, ce qui est pro- 
bable, je dois me regarder à peu près comme un homme 
condamné, disait d'Artagnan en secouant le tête. Mais 
pourquoi a-t-il attendu jusqu'aujourd'hui ? C'est tout sim- 
ple : milady aura porté plainte contre moi avec cette hypo- 
crite douleur qui la rend si intéressante, et ce dernier crime 
aura fait déborder le vase. 

— Heureusement, ajoutait-il, mes bons amis sont en bas, 
et ils ne me laisseront pas emmener sans me défendre. 
Cependant la compagnie des mousquetaires de M. de ïré- 
ville ne peut pas faire à elle seule la guerre au cardinal, qui 
dispose des forces de toute la France, et devant lequel la 
reine est sans pouvoir et le roi sans volonté. 

Il en était à cette triste conclusion lorsqu'il entra dans 
l'antichambre. Il remit sa lettre à l'huissier de service, qui 



158 Les Troie Mousquetaires, 

le fit passer dans la salle d'attente et s'enfonça dans l'inté- 
rieur du palais. 

Dans cette salle d'attente étaient cinq ou six gardes de M. 
le cardinal, qui, reconnaissant d'Artagnan et sachant que 
c'était lui qui avait blessé Jussac, le regardèrent en souriant 
d'un singulier sourire. 

Ce sourire parut à d'Artagnan d'un mauvais augure; 
seulement, comme notre Gascon n'était pas facile à inti- 
mider, ou que plutôt, grâce à un grand orgueil naturel aux 
gens de son pays, il ne laissait pas voir facilement ce qui se 
passait dans son âme, quand ce qui s'y passait ressemblait à 
de la crainte, il se campa fièrement devant MM. les gardes, 
et attendit la main sur la hanche, dans une attitude qui ne 
manquait pas de majesté. 

L'huissier rentra et fit signe à d'Artagnan de le suivre. 
Il sembla au jeune homme que les gardes, en le regardant 
s'éloigner, chuchotaient entre eux. 

Il suivit un corridor, traversa un grand salon, entra dans 
une bibliothèque, et se trouva en face d'un homme assis 
devant un bureau et qui écrivait. 

L'huissier l'introduisit et se retira sans dire une parole. 
D'Artagnan resta debout et examina cet homme. 

D'Artagnan crut d'abord qu'il avait affaire à quelque juge 
examinant son dossier, mais il s'aperçut que l'homme de bu- 
reau écrivait ou plutôt corrigeait des lignes d'inégale lon- 
gueur, en scandant des mots sur ses doigts ; il vit qu'il était 
en face d'un poëte. Au bout d'un instant le poëte ferma 
son manuscrit, sur la couverture duquel était écrit mirame, 
tragédie en cinq ojdtes^ et leva la tête. 

D'Artagnan reconnut le cardinal. 



I 



I 



Les Trois Mousquetaires. 159 



n 



X. 

UNE VISION TERRIBLE. 



Le cardinal fait la leçon à d'Artagnan qui comprend que non seule- 
ment toutes ses démarches et toutes ses aventures sont connues, mais 
qu'il court un grand danger. Néanmoins il refuse l'offre du cardinal de 
lui donner une enseigne dans ses gardes. 

La journée du lendemain se passa en préparatifs de 
départ ; d'Artagnan alla faire ses adieux à M. de Tréville. 
A cette heure on croyait encore que la séparation des gardes 
et des mousquetaires serait momentanée^ le roi tenant son 
parlement^ le jour même et devant partir le lendemain. 
M. de Tréville se contenta donc de demander à d'Artagnan 
s'il avait besoin de lui, mais d'Artagnan répondit fièrement 
qu'il avait tout ce qu'il lui fallait. 

La nuit réunit tous les camarades de la compagnie des 
gardes de M. des Essarts et de la compagnie des mousque- 
taires de M. de Tréville, qui avaient fait amitié ensemble. 
On se quittait pour se revoir quand il plairait à Dieu et 
s'il plaisait à Dieu. La nuit fut donc des plus bruyantes, 
comme on peut le penser, car, en pareil cas, on ne peut 
combattre l'extrême préoccupation que par l'extrême insou- 
jeiance. 

Le lendemain, au premier son des trompettes, les amis se 
quittèrent : les mousquetaires coururent à l'hôtel de M. de 
Tréville, les gardes à celui de M. des Essarts. Chacun des 
capitaines conduisit aussitôt sa compagnie au Louvre, où le 
roi passait sa revue. 

Le roi était triste et paraissait malade, ce qui lui ôtait un 



160 Les Trots Motisqtietaireê. 

peu de sa haute mine. En effet, la veille, la fièvre l'avait 
pris au milieu du parlement et tandis qu'il tenait son lit de 
justice.' n n'en était pas moins décidé à partir le soir 
même; et, malgré les observations qu'on lui avait faites, 
il avait voulu passer sa revue, espérant, par le premier 
coup de vigueur, vaincre la maladie qui commençait à s'em- 
parer de lui. 

La revue passée, les gardes se mirent seuls en marche, les 
mousquetaires ne devant partir qu'avec le roi. 

En arrivant au faubourg Saint-Antoine, d'Artagnan se 
retourna pour regarder gaiement la Bastille ; mais, comme 
c'était la Bastille seulement qu'il regardait, il ne vit point 
milady, qui, montée sur un cheval isabelle, le désignait du 
doigt à deux hommes de mauvaise mine qui s'approchèrent 
aussitôt des rangs pour le reconnaître. Sur une interroga- 
tion qu'ils firent du regard milady répondit par un signe 
que c'était bien lui. Puis, certaine qu'il ne pouvait plus y 
avoir de méprise dans l'exécution de ses ordres, elle piqua 
son cheval et disparut. 

Les deux hommes suivirent alors la compagnie, et, à le 
sortie du faubourg Saint-Antoine, montèrent sur des che- 
vaux tout préparés qu'un domestique sans livrée tenait en 
main en les attendant. 



Les Trois Mousquetaireè. 161 



XL 

LE SIÈGE DE LA ROCHELLE. 

Le siège de La Rochelle ^ fut un des grands événements 
politiques du règne de Louis XIII, et une des grandes entre- 
prises militaires du cardinal. H est donc intéressant, et 
même nécessaire, que nous en disions quelques mots ; plu- 
sieurs détails de ce siège se liant d'ailleurs d'une manière 
trop importante à l'histoire que nous avons entrepris de 
raconter, pour que nous les passions sous silence. 

Les vues politiques du cardinal, lorsqu'il entreprit ce siège, 
étaient considérables. Exposons-les d'abord, puis nous pas- 
serons aux vues particulières qui n'eurent peut-être pas sur 
Son Éminence moins d'influence que les premières. 

Des villes importantes données par Henri IV' aux hugue- 
nots comme places de sûreté, il ne restait plus que La Ro- 
chelle. Il s'agissait donc de détruire ce dernier boulevard 
du calvinisme, levain dangereux, auquel se venaient inces- 
samment mêler des ferments de révolte civile ou de guerre 
étrangère. 

Espagnols, Anglais, Italiens mécontents, aventuriers de 
toute nation, soldats de fortune de toute secte accouraient 
au premier appel sous les drapeaux des protestants et s'or- 
ganisaient comme une vaste association dont les branches 
divergeaient à loisir sur tous les points de l'Europe. 

La Rochelle, qui avait pris une nouvelle importance de la 
ruine des autres villes calvinistes, était donc le foyer des 
dissensions et des ambitions. Il y avait plus, son port était 
la dernière porte ouverte aux Anglais dans le royaume de) 



162 Les Troie Motisquetaires. 

France; et en la fermant à l'Angleterre, notre étemelle 
ennemie, le cardinal achevait l'œuvre de Jeanne d'Arc et 
du duc de Guise. 

Aussi Bassompierre, qui était à la fois protestant et 
catholique, protestant de conviction et catholique comme 
commandeur du Saint-Esprit ; Bassompierre, qui était Alle- 
mand de naissance et Français de cœur; Bassompierre, 
enfin, qui avait un commandement particulier au siège de 
La Eochelle, disait-il, en chargeant à la tète de plusieurs 
autres seigneurs protestants comme lui : 

— Vous verrez. Messieurs, que nous serons assez bêtes 
pour prendre La Eochelle ! 

Et Bassompierre avait raison : la cannonade de l'île de Ré 
lui présageait les dragonnades des Cévennes ; ^ la prise de La 
Rochelle était la préface de l'édit de Nantes.* 

Mais, nous l'avons dit, à côté de ces vues du ministre 
niveleur et simplificateur, et qui appartiennent à l'histoire, 
le chroniqueur est bien forcé de reconnaître les petites 
visées de l'homme amoureux et du rival jaloux. 

Richelieu, comme chacun sait, avait été amoureux de la 
reine : cet amour avait-il chez lui un simple but politique ou 
était-ce tout naturellement une de ces profondes passions 
comme en inspira Anne d'Autriche à ceux qui l'entouraient ; 
c'est ce que nous ne saurions dire ; mais en tous cas on a vu, 
par les développements antérieurs de cette histoire, que 
Buckingham l'avait emporté sur lui, et, dans deux ou trois 
circonstances et particulièrement dans celle des ferrets, 
l'avait, grâce au dévouement des trois mousquetaires et au 
courage de d'Artagnan, cruellement mystifié. 

Il s'agissait donc pour Richelieu, non-seulement de débar- 
rasser la France d'un ennemi, mais de se venger d'un rival ; 
au reste, la vengeance devait être grande et éclatante, et 
digne en tout d'un homme qui tient dans sa main, pour épée 
de combat, les forces de tout un royaume. 



LeB Troie Mousquetaires. 163 

Bichelieu savait qu'en combattant l'Angleterre il combat- 
tait Buckingham, qu'en triomphant de l'Angleterre il triom- 
phait de Buckingham, enfin qu'en humiliant l'Angleterre 
aux yeux de l'Eiirope il humiliait Buckingham aux yeux de 
la reine. 

Be son côté Buckingham, tout en mettant en avant l'hon- 
neur de l'Angleterre, était mû par des intérêts absolument 
semblables à ceux du cardinal ; Buckingham aussi poursui- 
vait une vengeance particulière : sous aucun prétexte, Buck- 
ingham n'avait pu rentrer en France comme ambassadeur; 
il voulait y rentrer comme conquérant. 

Il en résulte que le véritable enjeu de cette partie, que les 
deux plus puissants royaumes jouaient pour le bon plaisir 
de deux hommes amoureux, était un simple regard d'Anne 
d'Autriche. 

Le premier avantage avait été au duc de Buckingham: 
arrivé inopinément en vue de l'île de Ré avec quatre-vingt- 
dix vaisseaux et vingt mille hommes à peu près, il avait 
surpris le comte de Toirac, qui commandait pour le roi dans 
l'île; il avait, après un combat sanglant, opéré son débar- 
quement. 

Eclatons en passant que dans ce combat avait péri le 
baron de Chantai; le baron de Chantai laissait orpheline 
une petite fille de dix-huit mois. 

Cette petite fille fut depuis madame de Sévigné. 

Le comte de Toirac se retira dans la citadelle Saint- 
Martin avec la garnison, et jeta une centaine d'hommes 
dans un petit fort qu'on appelait le fort de La Prée. 

Cet événement avait hâté les résolutions du cardinal ; et 
en attendant que le roi et lui pussent aller prendre le com- 
mandement du siège de La Rochelle, qui était résolu, il 
avait fait partir Monsieur pour diriger les premières opéra- 
tions, et avait fait filer vers le théâtre de la guerre toutes 
les troupes dont il avait pu disposer. 



164 Leè Troie Mousquetaire». 

C'était de ce détachement envoyé en avant-garde que 
faisait partie notre ami d'Artagnan. 

Le roi, comme nous l'avons dit, devait suivre, aussitôt son 
lit de justice tenu ; mais en se levant de ce lit de justice, le 
23 juin, il s'était senti pris par la fièvre ; il n'en avait pas 
moins voulu partir; mais, son état empirant, il avait été 
forcé de s'arrêter à Villeroi. 

Or, où s'arrêtait le roi s'arrêtaient les mousquetaires ; il 
en résultait que d'Artagnan, qui était purement et simple- 
ment dans les gardes, se trouvait séparé, momentanément 
du moins, de ses bons amis Athos, Porthos et Aramis ; cette 
séparation, qui n'était pour lui qu'une contrariété, fût certes 
devenue une inquiétude sérieuse s'il eût pu deviner de quels 
dangers inconnus il était entouré. 

Il n'en arriva pas moins sans accident au camp établi 
devant La Rochelle, vers le 10 du mois de septembre de 
l'année 1627. 

Tout était dans le même état : le duc de Buckingham et 
ses Anglais, maîtres de l'île de Ré, continuaient d'assiéger, 
mais sans succès, la citadelle de Saint-Martin et le fort de 
La Prée, et les hostilités avec La Rochelle étaient com- 
mencées depuis deux ou trois jours à propos d'un fort que 
le duc d'Angoulême venait de faire construire près de la 
ville. 

Les gardes, sous le commandement de M. des Essarts, 
avaient leur logement aux Minimes. 

Mais, nous le savons, d'Artagnan, préoccupé de l'ambition 
de passer aux mousquetaires, avait rarement fait amitié 
avec ses camarades ; il se trouvait donc isolé et livré à ses 
propres réflexions. 

Ses réflexions n'étaient pas riantes : depuis deux ans qu'il 
était arrivé à Paris, il s'était mêlé aux affaires publiques ; 
ses affaires privées n'avaient pas fait grand chemin comme 
amour et comme fortune. 



< t 



\ 



/.v ^ 



Les Trois Mousquetaires. 165 

I 

. Gomme amour, la seule femme qu'il eût aimée était 
madame Bonacieux, et madame Bonacieux avait disparu 
sans qu'il pût découvrir encore ce qu'elle était devenue. 

Comme fortune, il s'était fait, lui cbétif ^ ennemi du car- 
dinal, c'est-àdire d'un homme devant lequel tremblaient les 
plus grands du royaume, à commencer par le roi. 

Cet homme pouvait l' écraser , et cependant il ne l'avait 
pas fait : pour un esprit aussi perspicace que Tétait d'Artar 
gnan, cette indulgence était un jour par lequel il voyait 
dans un meilleur avenir. 

Puis, il s'était fait encore un autre ennemi moins à craindre, 
pensait-il, mais que cependant il sentait instinctivement 
n'être pas à^méjriser : cet ennemi, c'était milady. 

En échange de tout cela il avait acquis la protection et 
la bienv eillance de la reine, mais la bienveillance de la reine 
était, par le temps qui courait, une cause de plus de persé- 
cutions ; et sa protection, on le sait, protégeait fort mal : 
témoin Chalais et madame Bonacieux. 

Ce qu'il avait donc gagné de plus clair dans tout cela, 
c'était le diamant de cinq ou six mille livres qu'il portait 
au doigt ; et encore ce diamant, en supposant que d'Artagnan, 
dans ses projets d'ambition, voulût le garder pour s'en faire 
un jour un signe de reconnaissance près de la reine, n'avait 
en attendant, puisqu'il ne pouvait s'en défaire, pas plus de 
valeur que les cailloux qu'il foulait à ses pieds. 

Nous disons que les cailloux qu'il foulait à ses pieds, car 
d'Artagnan faisait ces réflexions en se promenant solitaire- 
ment sur un joli petit chemin qui conduisait du camp au 
village d'Angoutin ; or ces réflexions Tavaient conduit plus 
loin qu'il ne croyait, et le jour commençait à bsiigsex, lors- 
qu'au dernier rayon du soleil couchant il lui sembla voir 
briller derrière une haie le gd,non d'un mousquet. 

D'Artagnan avait l'œil vif et l'esprit prompt, il comprit 
que le mousquet n'était pas venu là tout seul et que celui 



166 Leê Troie Mousquetaires. 

qui le portait ne s'était pas caché derrière une haie dans 
des intentions amicales. Il résolut donc de gagner au la^ge^ 
lorsque de l'autre c6té de la route, derrière un r oche r, il 
aperçut l'extrémité d'un second mousquet. 

C'était évidemment une embuscade. 

Le jeune homme jeta un coup d'œil sur le premier mous- 
quet et vit avec une certaine inquiétude qu'il s'abaissait 
dans sa direction, mais auss itôt qu'i l vit l'orifice du canon 
immobile il se jeta ventre à terre. En même temps le coup 
partit, et il entendit le sifflement d'une balle qui passait au- 
dessus de sa tète. 

H n'y avait pas de temps à perdre ; d' Artagnan se red ressa 
d'un bond, et au même moment la balle de l'autre mousquet 
fit voler les cailloux à l'endroit même du chemin où il s'était 
jeté la face contre terre. 

D' Artagnan n'était pas un de ces hommes inutilement 
braves qui cherchent une mort ridicule pour qu'on dise d'eux 
qu'Us n'ont pas reculé d'un pas ; d'ailleurs il ne s'agissait plus 
de courage ici, d' Artagnan était tombé dans un guet-apens. 

— S'il y a un troisième coup, se dit-il à lui-même, je suis 
un homme perdu ! 

Et aussitôt, prenant ses jambes à son cou,* il s'enfuit dans 
la direction du camp, avec la vitesse des gens de son pays si 
renommés pour leur agilité ; mais, quelle que fût la rapidité 
de sa course, le premier qui avait tiré, ayant eu le temps de 
recharger son arme, lui tira un second coup si bien ajusté, 
cette fois, que la balle traversa son feutre et le fit voler à 
dix pas de lui. 

Cependant, comme d' Artagnan n'avait pas d'autre cha- 
peau, il ramassa le sien tout en courant, arriva fort essoufflé 
et fort pâle dans son logis, s'assit sans rien dire à personne 
et se mit à réfléchir. ^ 

Cet événement pouvait avoir trois causes : 

La première et la plus naturelle : ce pouvait être une em- 



Les Trois Mousquetaires. 167 

buscade des Rochelais, qui n'eussent pas été fâchés de tuer 
un des gardes de Sa Majesté, d'abord parce que c'était un 
ennemi demoins, et que cet ennemi pouvait avoir une 
bourse bien garnie dans sa poche. 

D'Artagnan prit son chapeau, examina le trou de la balle, 
et secoua la tête. La balle n'était pas une balle de mous- 
quet, c'était une balle (Tarquebuse ; * la justesse du coup lui 
avait déjà donné l'idée qu'il avait été tiré par une arme 
particulière : ce n'était donc pas une embuscade militaire, 
puisque la balle n'était pas de calibre. 

Ce pouvait être un bon souvenir de monsieur le cardinal. 
On se rappelle qu'au moment même où il avait, grâce à ce 
bien heureux rayon de soleil, aperçu le canon du fusil, il s'é- 
tonnait de la longanimité de Son Éminence à son égaïd._ 

Mais d'Artagnan secoua la tête. Pour les gens vers 
lesquels elle n'avait qu'à étendre la main. Son Éminence 
recourait rarement à de pareils moyens. 

Ce pouvait être une vengeance de milady. 

Ceci, c'était plus probable. 

Il chercha inutilement à se rappeler ou les traits ou le 
costume des assassins ; il s'était éloigné d'eux si rapidement, 
qu'il n'avait eu le loisir de rien remarquer. 

— Ah, mes pauvres amis ! murmura d'Artagnan, où êtes- 
vous ? et que vous me faites faute ! 

D'Artagnan passa une fort mauvaise nuit. Trois ou 
quatre fois il se réveilla en sursaut, se figurant qu'un 
homme s'approchait de son lit pour le poignarder. Cepen- 
dant le jour parut sans que l'obscurité eût amené aucun 
accident. 

Mais d'Artagnan se douta bien que ce qui était différé 
n'était pas perdu. 

D'Artagnan resta toute la journée dans son logis; il se 
donna pour excuse, vis-à-vis de lui-même, que le temps était 
mauvais. 



168 Leê Troie Mouèquetaires, 

Le surlendemain, à neuf heures, on battit aux champs.'' 
Le duc d'Orléans visitait les postes. Les gardes coururent 
aux armes, d'Artagnan prit son rang au milieu de ses 
camarades. 

Monsieur passa sur le front de bataille; puis tous les 
officiers supérieurs s'approchèrent de lui pour lui faire leur 
cour, M. des Essarts, le capitaine des gardes, comme les 
autres. 

Au bout d'un instant il parut à d'Artagnan que M. des 
Essarts lui faisait signe de s'approcher de lui : il attendit 
un nouveau geste de son supérieur, craignant de se tromper; 
mais ce geste s'étant renouvelé, il quitta les rangs et s'avança 
pour prendre l'ordre. 

— Monsieur va demander des hommes de bonne volonté 
pour une mission dangereuse, mais qui fera honneur à ceux 
qui l'auront accomplie, et je vous ai fait signe afin que vous 
vous tinssiez prêt. 

— Merci, mon capitaine ! répondit d'Artagnan, qui ne 
demandait pas mieux que de se distinguer sous les yeux du 
lieutenant général. 

En effet, les Rochelais avaient fait une sortie pendant la 
nuit et avaient repris un bastion dont l'armée royaliste s'était 
emparée deux jours auparavant ; il s'agissait de pousser une 
reconnaissance perdue pour voir comment l'armée gardait 
ce bastion. 

Effectivement, au bout de quelques instants. Monsieur 
éleva la voix et dit : 

— Il me faudrait, pour cette mission, trois ou quatre 
volontaires conduits par un homme sûr. 

— Quant à l'homme sûr, je l'ai sous la main. Monsei- 
gneur, dit M. des Essarts en montrant d'Artagnan; et 
quant aux quatre ou cinq volontaires. Monseigneur n'a qu'à 
faire connaître ses intentions, et les hommes ne lui manque- 
ront pas. 



Le9 Trois Mousquetaires. 169 

— Quatre hommes de bonne volonté pour venir se faire 
tuer avec moi ! dit d'Artagnan en levant son épée. 

Deux de ses camarades aux gardes s'élancèrent aussitôt, 
et deux soldats s'étant joints à eux, il se trouva que le 
nombre demandé était suffisant; d'Artagnan refusa donc 
tous les autres, ne voulant pas faire de passe-droit à ceux 
qui avaient la priorité. 

' On ignorait si, après la prise du bastion, les Eochelais 
l'avaient évacué ou s'ils y avaient laissé garnison ; il fallait 
donc examiner le lieu indiqué d'assez près pour vérifier la 
chose. 

D'Artagnan partit avec ses quatre compagnons et suivit 
la tranchée : les deux gardes marchaient au même rang que 
lui et les soldats venaient par derrière. 

Ils arrivèrent ainsi, en se couvrant des revêtements, 
jusqu'à une centaine de pas du bastion. Là d'Artagnan, 
en se retournant, s'aperçut que les deux soldats avaient 
disparu. 

Il crut qu'ayant eu peur ils étaient restés en arrière et 
continua d'avancer. 

Au détour de la contrescarpe, ils se trouvèrent à soixante 
pas à peu près du bastion. 

On ne voyait personne, et le bastion semblait abandonné. 

Les trois enfants perdus délibéraient s'ils iraient plus 
avant, lorsque tout à coup une ceinture de fumée ceignit le 
géant de pierre, et une douzaine de balles vinrent siffler 
autour de d'Artagnan et de ses deux compagnons^ 

Ils savaient ce qu'ils voulaient savoir: le bastion était 
gardé. Une plus longue station dans cet endroit dangereux 
eût donc été une imprudence inutile ; d'Artagnan et les 
deux gardes tournèrent le dos et commencèrent une retraite 
qui ressemblait à une fuite. 

En arrivant à l'angle de la tranchée qui allait leur servir 
de rempart, un des gardes tomba: une balle lui avait tra- 



170 Le% Troie Mousquetaires. 

versé la poitrine. L'autre, qui était sain et sauf, continua 
sa course vers le camp. 

D'Artagnan ne voulut pas abandonner ainsi son compa- 
gnon, et s'inclina vers lui pour le relever et l'aider à re- 
joindre les lignes ; mais en ce moment deux coups de fusil 
partirent: une balle cassa la tête au garde déjà blessé, et 
l'autre vint s'aplatir sur le roc après avoir passé à deux 
pouces de d'Artagnan. 

Le jeune homme se retourna vivement ; car cette attaque 
ne pouvait venir du bastion, qui était masqué par l'angle de 
la tranchée : l'idée des deux soldats qui l'avaient abandonné 
lui revint à l'esprit et lui rappela ses assassins de la sur- 
veille ; il résolut donc cette fois de savoir à quoi s'en tenir, 
et tomba sur le corps de son camarade comme s'il était mort. 

Il vit aussitôt deux têtes qui s'élevaient au-dessus d'un 
ouvrage abandonné qui était à trente pas de là: c'étaient 
celles de nos deux soldats. D'Artagnan ne s'était pas 
trompé : ces deux hommes ne l'avaient suivi que pour l'as- 
sassiner, espérant que la mort du jeune homme serait mise 
sur le compte de l'ennemi. 

Seulement, comme il pouvait n'être que blessé et dénoncer 
leur crime, ils s'approchèrent pour l'achever ; heureusement, 
trompés par la ruse de d'Artagnan, ils négligèrent de rechar- 
ger leurs fusils. 

Lorsqu'ils furent à dix pas de lui, d'Artagnan, qui en 
tombant avait eu grand soin de ne pas lâcher son épée, se 
releva tout à coup et d'un bond se trouva près d'eux. 

Les assassins comprirent que s'ils s'enfuyaient du côté du 
camp sans avoir tué leur homme, ils seraient accusés par 
lui ; aussi leur première idée fut-elle de passer à l'ennemi. 
L'un d'eux prit son fusil par le canon, et s'en servit comme 
d'une massue : il en porta un coup terrible à d'Artagnan, qui 
l'évita en se jetant de côté ; mais par ce mouvement il livra 
passage au bandit, qui s'élança aussitôt vers le bastion. 



Les Trois Mousquetaires. 171 

Comme les Koehelais qui le gardaient ignoraient dans quelle 
intention cet homme venait à eux^ ils firent feu sur lui, et 
il tomba frappé d'une balle qui lui brisa l'épaule. 

Pendant ce temps, d'Artagnan s'était jeté sur le second 
soldat, l'attaquant avec son épée ; la lutte ne fut pas longue : 
ce misérable n'avait pour se défendre que son arquebuse dé- 
chargée ; l'épée du garde glissa contre le canon de l'arme de- 
venue inutile et alla traverser la cuisse de l'assassin, qui 
tomba. D'Artagnan lui mit aussitôt la pointe du fer sur la 
gorge. 

— Oh! ne me tuez pas! s'écria le bandit; grâce, grftce, 
mon officier ! et je vous dirai tout. 

— Ton secret vaut-il la peine que je te garde la vie au 
moins ? demanda le jeune homme en retenant son bras. 

— Oui ; si vous estimez que l'existence soit quelque chose 
quand on a vingt-deux ans comme vous et qu'on peut arriver 
à tout, étant beau et brave comme vous l'êtes. 

— Misérable ! dit d' Artagnan, voyons, parle vite, qui t'a 
chargé de m'assassiner ? 

— Une femme que je ne connais pas, mais qu'on appelait 
milady. 

— Mais si tu ne connais pas cette femme, comment sais- 
tu son nom ? 

— Mon camarade la connaissait et l'appelait ainsi, c'est 
à lui qu'elle a eu affaire et non pas à moi; il a même 
dans sa poche une lettre de cette personne qui doit avoir 
pour vous une grande importance, à ce que je lui ai entendu 
dire. 

Le blessé avoue qu'il est au service de milady ; que lui et son com- 
pagnon avaient efifectué l'enlèvement de Mme. Bonacieux, depuis lors 
retirée de prison par ordre de la reine ; que leurs ordres étaient de tuer 
d' Artagnan. Celui-ci accorde la vie au blessé et l'aide à rentrer au 
camp. 



172 Les Trois Mousquetaires, 

lyArtagnan expliqua le coup d'ëpée de son compagnon 
par une sortie qu'il improvisa. Il raconta la mort de l'autre 
soldat et les përils qu'ils avaient courus. Ce récit fut pour 
lui l'occasion d'un véritable triomphe. Toute l'armée parla 
de cette expédition pendant un jour, et Monsieur lui en fit 
faire ses compliments. 

Au reste, comme toute belle action porte avec elle sa 
récompense, la belle action de d'Artagnan eut pour résultat 
de lui rendre la tranquillité qu'il avait perdue. En effet, 
d'Artagnan croyait pouvoir être tranquille, puisque, de ses 
deux ennemis, l'un était tué et l'autre dévoué à ses intérêts. 

Cette tranquillité prouvait une chose, c'est que d'Arta- 
gnan ne connaissait pas encore milady. 



Leè Trois Mousquetaires. 173 



XII. 

' LE VIN D'ANJOU. 

Après des nouvelles presque désespérées du roi, le bruit 
de sa convalescence commençait à se répandre dans le 
camp ; et comme il avait grande hâte d'arriver en personne 
au siège, on disait qu'aussitôt qu'il pourrait remonter à 
cheval, il se remettrait en route. 

Pendant ce temps, Monsieur, qui savait que, d'un jour à 
l'autre, il allait être remplacé dans son commandement, soit 
par le duc d' Angoulême, soit par Bassompierre ou par Schom- 
berg, qui se disputaient le commandement, faisait peu de 
chose, perdait ses journées en tâtonnements,^ et n'osait ris- 
quer quelque grande entreprise pour chasser les Anglais de 
l'île de Ré, où ils assiégeaient toujours la citadelle Saint- 
Martin et le fort de La Prée, tandis que, de leur côté, les 
Français assiégeraient La Rochelle. 

IVArtagnan, comme nous l'avons dit, était redevenu plus 
tranquille, comme il arrive toujours après un danger passé, 
et quand le danger semble évanoui ; il ne lui restait qu'une 
inquiétude, c'était de n'apprendre aucune nouvelle de ses 
amis. 

Mais, un matin du commencement du mois de novembre, 
tout lui fut expliqué par cette lettre, datée de Villeroi : 

" Monsieur d' Artagnan, 

"MM. Athos, Porthos et Aramis, après avoir fait une 
bonne partie chez moi, et s'être égayés beaucoup, ont mené 
si grand bruit, que le prévôt du château, homme très-rigide. 



174 Les Troie Mousquetaires. 

les a consignés pour quelques jours; mais j'accomplis les 
ordres qu'ils m'ont donnés, de vous envoyer douze bouteilles 
de mon vin d'Anjou, dont ils ont fait grand cas : ils veulent 
que vous buviez à leur santé avec leur vin favori. 

" Je l'ai fait, et suis. Monsieur, avec un grand respect, 

" Votre serviteur très-humble et très-obéissant, 

" GODEAU, 

" Hôtelier de messieurs les mousquetaires." 

— A la bonne heure! s'écria d'Artagnan, ils pensent à 
moi dans leurs plaisirs comme je pensais à eux dans mon 
ennui : bien certainement que je boirai à leur santé et de 
grand cœur ; mais je ne boirai pas seul. 

Et d'Artagnan courut chez deux gardes, avec lesquels il 
avait fait plus amitié qu'avec les autres, afin de les inviter 
à boire avec lui le charmant petit vin d'Anjou qui venait 
d'arriver de Villeroi. 

L'un des deux gardes était invité pour le soir même, et 
l'autre invité pour le lendemain ; la réunion fut donc fixée 
au surlendemain. 

D'Artagnan, en rentrant, envoya les douze bouteilles de 
vin à la buvette des gardes, en recommandant qu'on les lui 
gardât avec soin; puis, le jour de la solennité, comme le 
dîner était fixé pour l'heure de midi, d'Artagnan envoya, 
dès neuf heures, Planchet pour tout préparer. 

Planchet, tout fier d'être élevé à la dignité de maître 
d'hôtel, songea à tout apprêter en homme intelligent ; à cet 
effet, il s'adjoignit le valet d'un des convives de son maître, 
nommé Fourreau, et ce faux soldat qui avait voulu tuer 
d'Artagnan, et qui, n'appartenant à aucun corps, était entré 
au service de d'Artagnan, ou plutôt à celui de Planchet, 
depuis que d'Artagnan lui avait sauvé la vie. 

L'heure du festin venue, les deux convives arrivèrent. 



Les Trois Mousquetaires. 175 

prirent place et les mets s'alignèrent sur la table. Planchet 
servait la serviette au bras ; Fourreau débouchait les bou- 
teilles, et Brisemont, c'était le nom du convalescent, trans- 
vasait dans des carafons de verre le vin, qui paraissait avoir 
déposé^ par les secousses de la route. De ce vin, la pre- 
mière bouteille était un peu trouble vers la fin, Brisemont 
versa cette lie dans un verre, et d'Artagnan lui permit de 
la boire ; car le pauvre diable n'avait pas encore beaucoup 
de forces. 

Les convives, après avoir mangé le potage, allaient porter 
le premier verre à leurs lèvres, lorsque tout à coup le canon 
retentit au fort Louis et au fort Neuf ; aussitôt les gardes, 
croyant qu'il s'agissait de quelque attaque imprévue, soit 
des assiégés, soit des Anglais, sautèrent sur leurs épées; 
d'Artagnan, non moins leste qu'eux, fit comme eux, et tous 
trois sortirent en courant, afin de se rendre à leurs postes. 

Mais à peine furent-ils hors de la buvette, qu'Os se trou- 
vèrent fixés sur la cause de ce grand bruit ; les cris de Vive 
le roi ! Vive M. le cardinal ! retentissaient de tous côtés, et 
les tambours battaient dans toutes les directions. 

En effet, le roi, impatient comme on l'avait dit, venait de 
doubler deux étapes, et arrivait à l'instant même avec toute 
sa maison et un renfort de dix mille hommes de troupes ; ses 
mousquetaires le précédaient et le suivaient. D'Artagnan, 
placé en haie * avec sa compagnie, salua d'un geste expressif 
ses amis, qui le suivaient des yeux, et M. de Tréville, qui le 
reconnut tout d'abord. 

La cérémonie de réception achevée, les quatre amis furent 
bientôt dans les bras l'un de l'autre. 

— Pardieu! s'écria d'Artagnan, il n'est pas possible de 
mieux arriver, et les viandes n'auront pas encore eu le 
temps de refroidir ! n'est-ce pas. Messieurs ? ajouta le jeune 
homme en se tournant vers les deux gardes, qu'il présenta 
à ses amis. , 



176 Le9 Troie Mousquetaires, 

— Ah ! ah ! il paiatt que nous banquetions, dit Porthos. 

— Est-ce qu'il y a du vin potable dans votre bicoque? 
demanda Athos. 

— Mais, pardieu! il y a le vôtre, cher ami, répondit 
d'Artagnan. 

— Notre vin? fit Athos étonné. 

— Oui, celui que vous m'avez envoyé. 
— Nous vous avons envoyé du vin ? 

— Mais vous savez bien, de ce petit vin des coteaux 
d'Anjou ? 

— Oui, je sais bien de quel vin vous voulez parler. 

— Le vin que vous préférez. 

— Sans doute, quand je n'ai ni Champagne ni chambertin. 

— Eh bien! à défaut de Champagne et de chambertin, 
vous vous contenterez de celui-là. 

— Nous avons donc fait venir du vin d'Anjou, gourmet 
que nous sommes ? dit Porthos. 

— Mais non, c'est le vin qu'on m'a envoyé de votre part. 

— De notre part ? firent les trois mousquetaires. 

— Est-ce vous, Aramis, dit Athos, qui avez envoyé du vin ? 

— Non, et vous, Porthos ? 

— Non, et vous, Athos ? 

— NOD. 

— Si ce n'est pas vous, dit d'Artagnan, c'est votre hôtelier. 

— Notre hôtelier ? 

— Eh oui ! votre hôtelier, Godeau, hôtelier des mousque- 
taires. 

— Ma foi qu'il vienne d'où il voudra, n'importe, dit Por- 
thos, goûtons-le, et, s'il est bon, buvons-le. 

— Non pas, dit Athos, ne buvons pas le vin qui a une 
source inconnue. 

— Vous avez raison, Athos, dit d'Artagnan. Personne de 
vous n'a chargé l'hôtelier Godeau de m'envoyer du vin ? 

— Non ! et cependant il vous en a envoyé de notre part ? 



Les Troie Mousquetaireë. 177 

^ — Voici la lettre ! dit d'Artagnan, et il présenta le billet 
à ses camarades. 

— Ce n'est pas son écriture! dit Athos, je la connais; 
c'est moi qui, avant de partir, ai réglé les comptes de la 
communauté. 

— Fausse lettre, dit Porthos; nous n'avons pas été con- 
signés. 

— D' Artagnan, dit Aramis d'un ton de reproche, comment 
avez-vous pu croire que nous avions fait du bruit ? . . . 

D' Artagnan pâlit, et un tremblement convulsif secoua 
tous ses membres. 

— Tu m'effrayes, dit Athos, qui ne le tutoyait que dans 
les grandes occasions, qu'est-il donc arrivé ? 

— Courons, courons, mes amis! s'écria d' Artagnan, un 
horrible soupçon me traverse l'esprit! serait-ce encore une 
vengeance de cette femme ? 

Ce fut Athos qui pâlit à son tour. 

D' Artagnan s'élança vers la buvette, les trois mousque- 
taires et les deux gardes le suivirent. 

Le premier objet qui frappa la vue de d' Artagnan en 
entrant dans la salle à manger, fut Brisement étendu par 
terre et se roulant dans d'atroces convulsions. 

Planchet et Fourreau, pâles comme des morts, essayaient 
de lui porter secours ; mais il était évident que tout secours 
était inutile : tous les traits du moribond étaient crispés par 
l'agonie. 

— Ah! s'écria-t-il en apercevant d' Artagnan, ah! c'est 
affreux, vous avez l'air de me faire grâce et vous m'empoi- 
sonnez ! 

— Moi! s'écria d' Artagnan, moi, malheureux! mais que 
dis-tu donc là ? 

— Je dis que c'est vous qui m'avez donné ce vin, je dis 
que c'est vous qui m'avez dit de le boire, je dis que vous 
avez voulu vous venger de moi, je dis que c'est affreux I 



178 Lbb Troie Motisqtietaires. 

— N'en croyez rien, Brisemont, dit d'Artagnan, n'en croyez 
rien ; je vous jure, je vous proteste .... 

— Oh ! mais, Dieu est là ! Dieu vous punira ! mon Dieu ! 
qu'il souffre un jour ce que je souffre ! 

— Sur l'Évangile, s'écria d'Artagnan en se précipitant 
vers le moribond, je vous jure que j'ignorais que ce vin fût 
empoisonné et que j'allais en boire comme vous. 

— Je ne vous crois pas, dit le soldat; et il expira dans 
un redoublement de tortures. 

— Affreux! affreux! murmurait Athos, tandis que Porthos 
brisait les bouteilles et qu'Aramis donnait des ordres un 
peu tardifs pour qu'on allât chercher un confesseur. 

— mes amis ! dit d'Artagnan, vous venez encore une 
fois de me sauver la vie, non-seulement à moi, mais à ces 
messieurs. Messieurs, continua-t-il en s'adressant aux 
gardes, je vous demanderai le silence sur toute cette aven- 
ture; de grands personnages pourraient avoir trempé* dans 
ce que vous avez vu, et le mal de tout cela retomberait sur 
nous. 

— Ah, Monsieur! balbutiait Planchet plus mort que vif; 
ah. Monsieur ! que je l'ai échappé belle !* 

— Comment, drôle, s'écria d'Artagnan, tu allais donc 
boire mon vin ? 

— A la santé du roi, Monsieur; j'allais en boire un pauvre 
verre,® si Fourreau ne m'avait pas dit qu'on m'appelait. 

— Hélas! dit Fourreau, dont les dents claquaient de 
terreur, je voulais l'éloigner pour boire tout seul ! 

— Messieurs, dit d'Artagnan en s'adressant aux gardes, 
vous comprenez qu'un pareil festin ne pourrait être que fort 
triste après ce qui vient de se passer ; ainsi recevez toutes 
mes excuses et remettez la partie à un autre jour, je vous prie. 

Les deux gardes acceptèrent courtoisement les excuses de 
d'Artagnan, et, comprenant que les quatre amis désiraient 
demeurer seuls, ils se retirèrent. 



Les Trois Mousquetaires. 179 

Lorsque le jeune garde et les trois mousquetaires furent 
sans témoins, ils se regardèrent d'un air qui voulait dire que 
chacun comprenait la gravité de la situation. 

— D'abord, dit Athos, sortons de cette chambre; c'est 
mauvaise compagnie qu'un mort, mort de mort violente. 

— Planchet, dit d'Artagnan, je vous recommande le car 
davre de ce pauvre diable. Qu'il soit enterré en terre 
sainte. Il avait commis un crime, c'est vrai, mais il s'en 
est repenti. 

Et les quatre amis sortirent de la chambre, laissant; à 
Planchet et à Fourreau le soin de rendre les honneurs mor- 
tuaires à Brisemont. 

L'hôte leur donna une autre chambre dans laquelle il leur 
servit des œufs à la coque et de l'eau, qu' Athos alla puiser 
lui-même à la fontaine. En quelques paroles Porthos et 
Aramis furent mis au courant de la situation. 

— Eh bien ! dit d'Artagnan à Athos, vous le voyez, cher 
ami, c'est une guerre à mort. 

Athos secoua la tête. 

— Oui, oui, dit-il, je le vois bien ; mais croyez-vous que 
ce soit elle ? 

— J'en suis sûr. 

— Cependant je vous avoue que je doute encore. 

— Mais cette fleur de lis sur l'épaule ? 

— C'est une Anglaise qui aura commis quelque méfait en 
France, et qu'on aura flétrie à la suite de son crime. 

— Athos, c'est votre femme, vous dis-je, répétait d'Ar- 
tagnan, ne vous rappelez-vous donc pas comme les deux 
signalements se ressemblent ? 

— J'aurais cependant cru que l'autre était morte, je 
l'avais si bien pendue. 

Ce fut d'Artagnan qui secoua la tête à son tour. 

— Mais enfin que faire ? dit le jeune homme. » 

— Le fait est qu'on ne peut rester ainsi avec une épée i 



180 Les Trois Mousquetaires, 

éternellement suspendue au-dessus de sa tète, dit Athos, et 
qu'il faut sortir de cette situation.' 

— Mais comment ? 

— Écoutez, tÂchez de la rejoindre et d'avoir une explica- 
tion avec elle ; dites-lui : La paix ou la guerre ! ma parole de 
gentilhomme de ne jamais rien dire de vous, de ne jamais 
rien faire contre vous; de votre côté serment solennel de 
rester neutre à mon égard : sinon, je vais trouver le chance- 
lier, je vais trouver le roi, je vais trouver le bourreau, 
j'ameute la cour contre vous, je vous dénonce comme flétrie, 
je vous fais mettre en jugement, et si l'on vous absout, eh 
bien, je vous tue, foi de gentilhomme ! au coin de quelque 
borne, comme je tuerais im chien enragé. 

— J'aime assez ce moyen, dit d' Artagnan, mais comment 
la joindre? 

— Le temps, cher ami, le temps amène l'occasion, l'occa- 
sion c'est la martingale de l'homme :^ plus on a engagé, 
plus l'on gagne quand on sait attendre. 

— Oui, mais attendre entouré d'assassins et d'empoison- 
neurs. . . . 

— Bah ! dit Athos, Dieu nous a gardés jusqu'à présent. 
Dieu nous gardera encore. 

— Oui, nous ; nous d'ailleurs, nous sommes des hommes, 
et, à tout prendre, c'est notre état de risquer notre vie : mais 
elle ! ajouta-t-il à demi voix. 

— Qui, elle ? demanda Athos. 

— Constance. 

— Madame Bonacieux ! ah ! c'est juste, fit Athos ; pauvre 
ami ! j'oubliais que vous étiez amoureux. 

— Eh bien ! mais, dit Aramis, n'avez-vous pas vu par la 
lettre même que vous avez trouvée sur le misérable mort 
qu'elle était dans un couvent ? On est très-bien dans un 
couvent, et aussitôt le siège de La Rochelle terminé, je vous 
promets que pour mon compte. . . . 



Leè Troie Mousquetaires, 181 

— Bon ! dit Athos, bon ! oui, mon cher Aramis ! nous 
savons que vos vœux tendent à la religion. 

— Je ne suis mousquetaire que par intérim, dit humble- 
ment Aramis. 

— Eh bien ! dit Porthos, il me semble qu'il y aurait un 
moyen simple. 

— Lequel ? demanda d' Artagnan. 

— Elle est dans un couvent, dites-vous ? reprit Porthos. 

— Oui. 

— Eh bien ! aussitôt le siège fini, nous l'enlevons de ce 
couvent. 

— Mais encore faut-il savoir dans quel couvent elle est. 

— C'est juste, dit Porthos. 

— Mais, j'y pensé, dit Athos, ne prétendez-vous pas, cher 
d' Artagnan, que c'est la reine qui a fait choix de ce couvent 
pour elle ? 

— Oui, je le crois du moins. 

— Alors, dit Aramis, je me charge, moi, d'en avoir des 
nouvelles. 

— Vous, Aramis, s'écrièrent les trois amis, vous, et com- 
ment cela ? 

— Par l'aumônier de la reine, avec lequel je suis fort lié, 
dit Aramis. 

Et sur cette assurance, les quatre amis, qui avaient 
achevé leur modeste repas, se séparèrent avec promesse de 
se revoir le soir même : d' Artagnan retourna aux Minimes, 
et les trois mousquetaires rejoignirent le quartier du roi, où 
ils avaient à faire préparer leur logis. 



182 Les Trois Mousquetaires. 



XIII. 

L'AUBERGE DU COLOMBIER-ROUGE. 

Cependant, à peine arrivé, le roi, qui avait si grande hâte 
de se trouver en face de l'ennemi, et qui, à meilleur droit 
que le cardinal, partageait sa haine contre Buckingham, 
voulut faire toutes les dispositions, d'abord pour chasser les 
Anglais de l'île de Ré, ensuite pour presser le siège de La 
Rochelle ; mais, malgré lui, il fut retardé par les dissensions 
qui éclatèrent entre MM. de Bassompierre et Schomberg, 
contre le duc d'Angoulême. 

MM. de Bassompierre et Schomberg étaient maréchaux 
de France, et réclamaient leur droit de commander l'armée 
sous les ordres du roi ; mais le cardinal, qui craignait que 
Bassompierre, huguenot au fond du cœur, ne pressât faible- 
ment les Anglais et les Rochelais, ses frères en religion, 
poussait au contraire le duc d'Angouléme, que le roi, à son 
instigation, avait nommé lieutenant général. Il en résulta 
que, sous peine de voir MM. de Bassompierre et Schomberg 
déserter l'armée, on fut obligé de faire à chacun un com- 
mandement particulier : Bassompierre prit ses quartiers au 
nord de la ville, depuis La Leu jusqu'à Dompierre ; le duc 
d'Angoulême à l'est, depuis Dompierre jusqu'à Périgny ; et 
M. de Schomberg au midi, depuis Périgny jusqu'à Angoutin. 

Le logis de Monsieur était à Dompierre. 

Le logis du roi était tantôt à Être, tantôt à La Jarrie. 

Enfin le logis du cardinal était sur les dunes, au pont de 
La Pierre, dans une simple maison sans aucun retranche- 
ment. 



Les Trois Mousquetaires, 188 

De cette façon, Monsieur surveillait Bassompierre ; le roi, 
le duc d'Angoulême ; et le cardinal, M. de Schomberg. 

Aussitôt cette organisation établie, on s'était occupé de 
chasser les Anglais de Tlle. 

La conjoncture était favorable : les Anglais, qui ont, avant 
toute chose, besoin de bons vivres pour être de bons soldats, 
ne mangeant que des viandes salées et de mauvais biscuits, 
avaient force malades dans leur camp ; de plus, la mer, fort 
mauvaise ^ à cette époque de l'année sur toutes les côtes de 
rOcéan, mettait tous les jours quelque petit bâtiment à mal,^ 
et la plage, depuis la pointe de l'Aiguillon jusqu'à la tran- 
chée, était littéralement, à chaque marée, couverte des débris 
de pinasses, de roberges et de felouques ; ^ il en résultait que, 
même les gens du roi se tinssent-ils dans leur camp, il était 
évident qu'un jour ou l'autre Buckingham, qui ne demeurait 
dans l'île de Ré que par entêtement, serait obligé de lever 
le siège. 

Mais, comme M. de Toirac fit dire que tout se préparait 
dans le camp ennemi pour un nouvel assaut, le roi jugea 
qu'il fallait en finir et donna les ordres nécessaires pour une 
affaire décisive. 

Notre intention n'étant pas de faire un journal du siège, 
mais au contraire de n'en rapporter que les événements qui 
ont trait à l'histoire que nous racontons, nous nous contente- 
rons de dire en deux mots que l'entreprise réussit au grand 
étonnement du roi et à la grande gloire de M. le cardinal. 
Les Anglais, repoussés pied à pied, battus dans toutes les 
rencontres, écrasés au passage de l'île de Loix, furent obligés 
de se rembarquer, laissant sur le champ de bataille deux 
mille hommes parmi lesquels cinq colonels, trois lieutenants- 
colonels, deux cent cinquante capitaines et vingt gentils- 
hommes de qualité, quatre pièces de canon et soixante 
drapeaux qui furent apportés à Paris par Claude de Saint- 
Simon, et suspendus en grande pompe aux voûtes de Xotre- 
Dame. 



184 Les Trois Mousquetaireê. 

Des Te Deum furent chantés au camp, et de là se répandi- 
rent par toute la France. 

Le cardinal resta donc maître de poursuivre le siège sans 
avoir, du moins momentanément, rien à craindre de la part 
des Anglais. 

Mais, comme nous venons de le dire, le repos n'était que 
momentané. 

Un envoyé du duc de Buckingham, nommé Montaigu, 
avait été pris, et l'on avait acquis la preuve d'une ligue 
entre l'Empire, l'Espagne, l'Angleterre et la Lorraine. 

Cette ligue était dirigée contre la France. 

De plus, dans le logis de Buckingham, qu'il avait été 
forcé d'abandonner plus précipitamment qu'il ne l'avait cru, 
on avait trouvé des papiers qui confirmaient cette ligue, et 
qui, à ce qu'assure M. le cardinal dans ses mémoires, com- 
promettaient fort madame de Chevreuse, et par conséquent 
la reine. 

C'était sur le cardinal que pesait toute la responsabilité 
car on n'est pas ministre absolu sans être responsable; aussi 
toutes les ressources de son vaste génie étaient-eUes tendues 
nuit et jour, et occupées à écouter le moindre bruit qui 
s'élevait dans un des grands royaumes de l'Europe. 

Le cardinal connaissait l'activité et surtout la haine de 
Buckingham ; si la ligue qui menaçait la France triomphait, 
toute son influence était perdue : la politique espagnole et 
la politique autrichienne avaient leurs représentants dans 
le cabinet du Louvre, où elles n'avaient encore que des 
partisans; lui, Bichelieu, le ministre français, le ministre 
national par excellence, était perdu. Le roi, qui, tout en 
lui obéissant comme un enfant, le haïssait comme un enfant 
hait son maître, l'abandonnait aux vengeances particulières 
de Monsieur et de la reine ; il était donc perdu, et peut-être 
la France avec lui. Il fallait parer à tout cela. 

Aussi vit-on les courriers, devenus à chaque instant plus 



Les Trois Mousquetaires, 185 

nombreux, se succéder nuit et jour dan3 cette petite maison 
du pont de La Pierre, où le cardinal avait établi sa rési- 
dence. 

Puis encore d'autres visites moins agréables, car deux ou 
trois fois le bruit se répandit que le cardinal avait failli 
être assassiné. 

Il est vrai que les ennemis de Son Êminence disaient que 
c'était elle-même qui mettait en campagne les assassins mal* 
adroits, afin d'avoir, le cas échéant, le droit d'user de repré- 
sailles ; mais il ne faut croire ni à ce que disent les ministres 
ni à ce que disent leurs ennemis. 

Ce qui n'empêchait pas, au reste, le cardinal, à qui ses 
plus acharnés détracteurs n'ont jamais contesté la bravoure 
personnelle, de faire force courses nocturnes, tantôt pour 
communiquer au duc d'Angoulême des ordres importants, 
tantôt pour aller se concerter avec le roi, tantôt pour con- 
férer avec quelque messager qu'il ne voulait pas qu'on 
laissât entrer chez lui. 

De leur côté les mousquetaires, qui n'avaient pas grand'- 
chose à faire au siège, n'étaient pas tenus sévèrement et 
menaient joyeuse vie. Cela leur était d'autant plus facile, 
à nos trois compagnons surtout, qu'étant des amis de M. de 
Tréville, ils obtenaient facilement de lui de s'attarder et 
de rester après la fermeture du camp avec des permissions 
particulières. 

Or, un soir que d'Artagnan, qui était de tranchée,* n'avait 
pu les accompagner, Athos, Porthos et Aramis, montés sur 
leurs chevaux de bataille, enveloppés de manteaux de 
guerre,* une main sur la crosse de leurs pistolets, revenaient 
tous trois d'une buvette qu' Athos avait découverte deux 
jours auparavant sur la route de La Jarrie, et qu'on appe- 
lait le Colombier-Rouge, suivant le chemin qui conduisait 
au camp, tout en se tenant sur leurs gardes, comme nous 
l'avons dit, de peur d'embuscade, lorsqu'à un quart de lieue 



186 Le9 Troie Motisquetaires. 

à peu près du village de Boinar ils crurent entendre le pas 
d'une cavalcade qui venait à eux ; aussitôt tous trois s'arrê- 
tèrent, serrés l'un contre l'autre, et attendirent, tenant le 
milieu de la route : au bout d'un instant, et comme la lune 
sortait justement d'un nuage, ils virent apparaître au détour 
d'un chemin deux cavaliers qui, en les apercevant, s'arrêtè- 
rent à leur tour, paraissant délibérer s'ils devaient continuer 
leur route ou retourner en arrière. Cette hésitation donna 
quelques soupçons aux trois amis, et Athos, faisant quelques 
pas en avant, cria de sa voix ferme : 

— Qui vive ? 

— Qui vive vous-même ? répondit un de ces deux cava- 
liers. 

— Ce n'est pas répondre, cela! dit Athos. Qui vive? 
Bépondez, ou nous chargeons. 

— Prenez garde à ce que vous allez faire. Messieurs I dit 
alors une voix vibrante qui paraissait avoir l'habitude du 
commandement. 

— C'est quelque oflâcier supérieur qui fait sa ronde de 
nuit, dit Athos ; que voulez-vous faire. Messieurs ? 

— Qui êtes-vous ? dit la même voix du même ton de com- 
mandement ; répondez à votre tour, ou vous pourriez vous 
mal trouver de votre désobéissance. 

— Mousquetaires du roi, dit Athos, de plus en plus con- 
vaincu que celui qui les interrogeait en avait le droit. 

— Quelle compagnie ? 

— Compagnie de Tréville. 

— Avancez à l'ordre, et venez me rendre compte de ce que 
vous faites ici, à cette heure. 

Les trois compagnons s'avancèrent, l'oreille un peu basse,* 
car tous trois maintenant étaient convaincus qu'ils avaient 
affaire à plus fort qu'eux,^ laissant, au reste, à Athos le soin 
de porter la parole. 

Un des deux cavaliers, celui qui avait pris la parole en 



Le9 Trois Mousquetaires. 187 

second lieu, était à dix pas en avant de son compagnon; 
Athos fit signe à Porthos et à Aramis de rester de leur côté 
en arrière, et s'avança seul. 

— Pardon, mon officier! dit Athos; mais nous ignorions 
à qui nous avions affaire, et vous pouvez voir que nous 
faisions bonne garde. 

— ^Votre nom ? dit l'officier, qui se couvrait une partie du 
visage avec son manteau. 

— Mais vous-même. Monsieur, dit Athos, qui commençait 
à se révolter contre cette inquisition; donnez-moi, je vous 
prie, la preuve que vous avez le droit de m'interroger. 

— Votre nom? reprit une seconde fois le cavalier en 
laissant tomber son manteau de manière à avoir le visage 
découvert. 

— Monsieur le cardinal ! s'écria le mousquetaire stupéfait. 
— Votre nom ? reprit pour la troisième fois Son Éminence. 
— Athos, dit le mousquetaire. 

Le cardinal fit un signe à l'écuyer, qui se rapprocha. 

— Ces trois mousquetaires nous suivront, dit-il à voix 
basse, je ne veux pas qu'on sache que je suis sorti du camp, 
et, en nous suivant, nous serons sûrs qu'ils ne le diront à 
personne. 

— Nous sommes gentilshommes. Monseigneur, dit Athos ; 
demandez-nous donc notre parole et ne vous inquiétez de 
rien. Dieu merci ! nous savons garder un secret. 

Le cardinal fixa ses yeux perçants sur ce hardi inter- 
locuteur. 

— Vous avez l'oreille fine, monsieur Athos, dit le cardinal ; 
mais maintenant écoutez ceci: ce n'est point par défiance 
que je vous prie de me suivre, c'est pour ma sûreté : sans 
doute vos deux compagnons sont MM. Porthos et Aramis ? 

— Oui, Votre Éminence, dit Athos, tandis que les deux 
mousquetaires restés en arrière s'approchaient le chapeau 
à la main. 



188 Les Trois Mousquetaires. 

— Je vous connais, Messieurs, dit le cardinal, je vous con- 
nais : je sais que vous n'êtes pas tout à fait de mes amis, et 
j'en suis fâché, mais je sais que vous êtes de braves et 
loyaux gentilshommes, et qu'on peut se fier à vous. Mon- 
sieur Athos, faites-moi donc l'honneur de m'accompagner, 
vous et vos deux amis, et alors j'aurai une escorte à faire 
envie à Sa Majesté si nous la rencontrons. 

Les trois mousquetaires s'inclinèrent jusque sur le cou de 
leurs chevaux. 

— Eh bien ! sur mon honneur, dit Athos, Votre Éminence 
a raison de nous emmener avec elle : nous avons rencontré 
sur la route des visages affreux, et nous avons même eu avec 
quatre de ces visages une querelle au Colombier-Rouge. 

— Une querelle, et pourquoi. Messieurs ? dit le cardinal ; 
je n'aime pas les querelleurs ; vous le savez ! 

— C'est justement pour cela que j'ai l'honneur de prévenir 
Votre Éminence de ce qui vient d'arriver ; car elle pourrait 
l'apprendre par d'autres que par nous, et, sur un faux rap- 
port, croire que nous sommes en faute. 

— Et quels ont été les résultats de cette querelle? de- 
manda le cardinal en fronçant le sourcil. 

— Mais mon ami Aramis, que voici, a reçu un petit coup 
d'épée dans le bras, ce qui ne l'empêchera pas, comme Votre 
Éminence peut le voir, de monter à l'assaut demain, si Votre 
Éminence ordonne l'escalade. 

— Mais vous n'êtes pas hommes à vous laisser donner des 
coups d'épée ainsi, dit le cardinal : voyons, soyez francs. 
Messieurs, vous en avez bien rendu quelques-uns ; confessez- 
vous, vous savez que j'ai le droit de donner l'absolution. 

— Moi, Monseigneur, dit Athos, je n'ai pas même mis 
répée à la main, mais j'ai pris celui à qui j'avais affaire à 
bras-le-corps et je l'ai jeté par la fenêtre; il paraît qu'en 
tombant, continua Athos avec quelque hésitation, il s'est 
cassé la cuisse. 



Les Trois Mousquetaires. 189 

— Ah I ah I fit le cardinal; et vous, monsieur Porthos ? 

— Moi, monseigneur, sachant que le duel est défendu, j'ai 
saisi un banc, et j'en ai donné à l'un de ces brigands un coup 
qui, je crois, lui a brisé l'épaule. 

— Bien, dit le cardinal ; et vous, monsieur Aramis ? 

— Moi, Monseigneur, comme je suis d'un naturel très- 
doux et que, d'ailleurs, ce que monseigneur ne sait peut- 
être pas, je suis sur le point d'entrer dans les ordres, je 
voulais séparer mes camarades, quand un de ces misérables 
m'a donné traîtreusement un coup d'épée à travers le bras 
gauche : alors la patience m'a manqué, j'ai tiré mon épée à 
mon tour, et comme il revenait à la charge, je crois avoir 
senti qu'en se jetant sur moi il se l'était passée au travers 
du corps : je sais bien qu'il est tombé seulement, et il m'a 
semblé qu'on l'emportait avec ses deux compagnons. 

— Diable, messieurs ! dit le cardinal, trois hommes hors 
de combat pour une rixe de cabaret, vous n'y allez pas de 
main morte ; * et à propos de quoi était venue la querelle ? 

— Ces misérables étaient ivres, dit Athos, et il y avait une 
femme qui était arrivée le soir dans le cabaret. 

— Et cette femme était jeune et jolie ? demanda le car- 
dinal avec une certaine inquiétude. 

— Nous ne l'avons pas vue, Monseigneur, dit Athos. 

— Vous ne l'avez pas vue ; ah ! très-bien, reprit vivement 
le cardinal ; vous avez bien fait de défendre l'honneur d'une 
femme, et comme c'est à l'auberge du Colombier-Rouge que 
je vais moi-même, je saurai si vous m'avez dit la vérité. 

— Monseigneur, dit fièrement Athos, nous sommes gentils- 
hommes, et pour sauver notre tête nous ne ferions pas un 
mensonge. 

— Aussi je ne doute pas de ce que vous me dites, mon- 
sieur Athos, je n'en doute pas un seul instant ; mais, ajouta- 
t-il pour changer la conversation, cette dame était donc 
seule ? 



190 Leè Trois Mousquetaires, 

— Cette dame avait un cavalier enfermé avec elle, dit 
Athos ; mais, comme malgré le bruit ce cavalier ne s'est pas 
montré, il est à présumer que c'est un lÂche. 

— Ne jugez pas témérairement, dit l'Évangile, répliqua le 
cardinal. 

Athos s'inclina. 

— Et maintenant, Messieurs, c'est bien, continua Son 
Éminence, je sais ce que je voulais savoir ; suivez-moi. 

Les trois mousquetaires passèrent derrière le cardinal, 
qui s'enveloppa de nouveau le visage de son manteau et 
remit son cheval au pas, se tenant à huit ou dix pas en 
avant de ses quatre compagnons. 

On arriva bientôt à l'auberge silencieuse et solitaire ; sans 
doute l'hôte savait quel illustre visiteur il attendait, et en 
conséquence il avait renvoyé les importuns. 

Dix pas avant d'arriver à la porte, le cardinal fit signe à 
son écuyer et aux trois mousquetaires de faire halte; un 
cheval tout sellé était attaché au contrevent, le cardinal 
frappa trois coups et de certaine façon. 

Un homme enveloppé d'un manteau sortit aussitôt et 
échangea quelques paroles rapides avec le cardinal; après 
quoi il remonta à cheval et repartit dans la direction de 
Surgères, qui était aussi celle de Paris. 

— Avancez, Messieurs, dit le cardinal. 

— Vous m'avez dit la vérité, mes gentilshommes, dit-il en 
s'adressant aux trois mousquetaires, et il ne tiendra pas à 
moi que notre rencontre de ce soir ne vous soit avantageuse ; 
en attendant, suivez-moi. 

Le cardinal mit pied à terre, les trois mousquetaires en 
firent autant; le cardinal jeta la bride de son cheval aux 
mains de son écuyer, les trois mousquetaires attachèrent les 
brides des leurs aux contrevents. 

L'hôte se tenait sur le seuil de la porte ; pour lui, le 
cardinal n'était qu'un officier venant visiter une dame. 



Les Trois Mousquetaires. 191 

— Avez-vous quelque chambre au rez-de-chaussée, où ces 
Messieurs puissent m'attendre près d'un bon feu ? dit le 
cardinal. 

L'hôte ouvrit la porte d'une grande salle, dans laquelle 
justement on venait de remplacer un mauvais poêle par une 
grande et excellente cheminée. 

— J'ai celle-ci, dit-il. 

— C'est bien, dit le cardinal ; entrez là, Messieurs, et veuil- 
lez m'attendre ; je ne serai pas plus d'une demi-heure. 

Et, tandis que les trois mousquetaires entraient dans la 
chambre du rez-de-chaussée, le cardinal, sans demander plus 
amples renseignements, monta l'escalier en homme qui n'a 
pas besoin qu'on lui indique son chemin. 



■*oî*So«- 



XIV.-XV. 

C'est miladj que Richelieu est Tenu voir. Au moyen d'un tuyau de 
poêle Athos entend la conversation ; Richelieu complote la mort de 
Buckingham ; milady s'en charge, mais en revanche demande la tête 
de d'Artagnan. Richelieu cède, et lui donne l'autorisation suivante : 

" C'est par mon ordre et pour le bien de l'État que le porteur du 
présent a fait ce qu'il a fait. 
"3 décembre 1627. 

" RlCHBLIBU." 

Après le départ du cardinal Athos s'introduit dans la chambre de 
milady, qui le reconnaît pour le mari qu'elle a trompé. Il la force à 
lui donner Tautorisation. Immédiatement après milady fait voile pour 
PAngleterre. 



192 Le» Troie Mousquetaires. 



XVI. 

LE BASTION SAINT-GEBVAIS. 

En arrivant chez ses trois amis, d'Artagnan les trouva 
réunis dans la môme chambre : Athos réfléchissait, Porthos 
frisait sa moustache, Aramis disait ses prières dans un 
charmant petit livre d'Heures relié en velours bleu. 

— Pardieu, Messieurs ! dit-il, j'espère que ce que vous avez 
à me dire en vaut la peine, sans cela je vous préviens que je 
ne vous pardonne pas de m'avoir fait venir, au lieu de me 
laisser reposer après une nuit passée à prendre et à déman- 
teler un bastion. Ah ! que n'étiez-vous là. Messieurs ! il a 
fait chaud! 

— Nous étions ailleurs, où il ne faisait pas froid non 
plus ! répondit Porthos tout en faisant prendre à sa mous- 
tache un pli qui lui était particulier.^ 

— Chut ! dit Athos. 

— Oh, oh ! fit d' Artagnan comprenant le léger froncement 
de sourcils du mousquetaire, il paraît qu'il y a du nouveau 
ici. 

— Aramis, dit Athos, vous avez été déjeuner avant-hier à 
l'auberge du Parpaillot, je crois ? 

— Oui. 

— Comment est-on là ? 

— Mais, j'ai fort mal mangé pour mon compte ; avant-hier 
était un jour maigre, et ils n'avaient que du gras. 

— Comment ! dit Athos, dans un port de mer ils n'ont 
pas de poisson ? 

— Ils disent, reprit Aramis en se remettant à sa pieuse 



Le9 Trois Mousqrietaires. 193 

lecture, que la digue que fait bâtir M. le cardinal les chasse 
en pleine mer.* 

— Mais, ce n'est pas cela que je vous demandais, Aramis, 
reprit Athos; je vous demandais si vous aviez été bien 
libre, et si personne ne vous avait dérangé ? 

— Mais il me semble que nous n'avons pas eu trop d'im- 
portuns ; oui, au fait, pour ce que vous voulez dire, Athos, 
nous serons assez bien au Parpaillot. 

— Allons donc au Parpaillot, dit Athos, car ici les mu- 
railles sont comme des feuilles de papier. 

D'Artagnan, qui était habitué aux manières de faire de 
son ami, et qui reconnaissait tout de suite à une parole, à 
un geste, à un signe de lui, que les circonstances étaient 
graves, prit le bras d' Athos et sortit avec lui sans rien dire ; 
Porthos suivit en devisant avec Aramis. 

En route, on rencontra Grimaud ; Athos lui fit signe de 
venir: Grimaud, selon son habitude, obéit en silence; le 
pauvre garçon avait à peu près fini par désapprendre de 
parler. 

On arriva à la buvette du Parpaillot : il 4tait sept heures 
du matin, le jour commençait à paraître; les trois amis 
commandèrent à déjeuner, et entrèrent dans une salle où, 
au dire de l'hôte, ils ne devaient pas être dérangés. 

Malheureusement l'heure était mal choisie pour un conci- 
liabule: on venait de battre la diane,^ chacun secouait le 
sommèU de la nuit, et, pour chasser l'air humide du matin, 
venait boire la goutte à la buvette : dragons, Suisses, gardes, 
mousquetaires, chevau-légers se succédaient avec une rapi- 
dité qui devait très-bien faire les affaires de l'hôte, mais qui 
remplissait fort mal les vues des quatre amis. Aussi répon- 
daient-ils d'une manière fort maussade aux saluts, aux toasts 
et aux lazzi de leurs compagnons. 

— Allons ! dit Athos, nous allons nous faire quelque 
bonne querelle, et nous n'avons pas besoin de cela en ce 



194 Leè Trois MousquetaireB, 

moment. lyArtagnan, racontez-nous votre niiit;^ nous vous 
raconterons la nôtre après. 

— En effet, dit un chevau-léger qui se dandinait en tenant 
à la main un verre d'eau-de-vie qu'il dégustait lentement; en 
effet, vous étiez de tranchée cette nuit, messieurs leç gardes, 
et il me semble que vous avez eu maille à partir avec les 
Rochelais ? 

D'Artagnan regarda Athos pour savoir s'il devait répondre 
à cet intrus qui se mêlait à la conversation. 

— Eh bien, dit Athos, n'entends-tu pas M. de Busigny 
qui te fait l'honneur de t'adresser la parole ? Raconte ce 
qui s'est passé cette nuit, puisque ces Messieurs désirent 
le savoir. 

— N'avre-f ous bas bris un pastion ? * demanda un Suisse 
qui buvait du rhum dans un verre à bière. 

— Oui, Monsieur, répondit d' Artagnan en s'inclinant, nous 
avons eu cet honneur ; nous avons même, comme vous avez 
pu l'entendre, introduit sous un des angles un baril de 
poudre qui, en éclatant, a fait une fort jolie brèche; sans 
compter que, comme le bastion n'était pas d'hier, tout le 
reste de la bâtisse s'en est trouvé fort ébranlé. 

— Et quel bastion est-ce ? demanda un dragon qui tenait 
enfilée à son sabre une oie qu'il apportait à faire cuire. 

— Le bastion Saint-Gervais, répondit d' Artagnan, derrière 
lequel les Rochelais inquiétaient nos travailleurs. 

— Et l'affaire a été chaude ? 

— Mais, oui; nous y avons perdu cinq hommes, et les 
Rochelais huit ou dix. 

— Balzampleu ! fit le Suisse, qui, malgré l'admirable col- 
lection de jurons que possède la langue allemande, avait 
pris l'habitude de jurer en français. 

— Mais il est probable, dit le chevau-léger, qu'ils vont, ce 
matin, envoyer des pionniers pour remettre le bastion en 
état. 



Leè Trou Mousquetaires, 196 

— Oui, c'est probable, dit d'Artagnan. 

— Messieurs, dit Athos, un pari ! 

— Ah ! woui ! un bari ! dit le Suisse. 

— Lequel ? demanda le chevau-léger. 

— Attendez, dit le dragon en posant son sabre comme 
une broche sur les deux grands chenets de fer qui soute- 
naient le feu de la cheminée, j'en suis. Hôtelier de mal- 
heur ! • une lèchefrite tout de suite, que je ne perde pas une 
goutte de la graisse de cette estimable volaille. 

— Il avre raison, dit le Suisse, la graisse t'oie, il est très- 
ponne avec des gonfitures. 

— Là ! dit le dragon. Maintenant, voyons le pari ! Nous 
écoutons, monsieur Athos ! 

— Oui, le pari ! dit le chevau-léger. 

— Eh bien ! monsieur de Busigny, je parie avec vous, dit 
Athos, que mes trois compagnons, MM. Porthos, Aramis, 
d'Artagnan et moi, nous allons déjeuner dans le bastion 
Saint-Gervais et que nous y tenons ' une heure, montre à la 
main, quelque chose que fasse l'ennemi pour nous déloger. 

Porthos et Aramis se regardèrent, ils commençaient à 
comprendre. 

— Mais, dit d'Artagnan en se penchant à l'oreille d' Athos ; 
tu vas nous faire tuer sans'miséricorde. 

— Nous sommes bien plus tués, répondit Athos, si nous 
n'y allons pas. 

— Ah ! ma foi ! Messieurs, dit Porthos en se renversant 
sur sa chaise et en frisant sa moustache, voici un beau pari, 
j'espère. 

— Aussi je l'accepte, dit M. de Busigny ; maintenant il 
s'agit de fixer l'enjeu. 

— Mais vous êtes quatre. Messieurs, dit Athos, nous 
sommes quatre ; un dîner à discrétion * pour huit, cela vous 
vart-il ? 

— A merveille, reprit M. de Busigny. 



196 Le% Troie Mousquetaires. 

— Parfaitement, dit le diagon. 

— Ça me fa, dit le Suisse. Le quatrième auditeur, qui, 
dans toute cette conversation, avait joué un rôle muet, fit un 
signe de la tête en preuve qu'il acquiesçait à la proposition. 

— Le déjeuner de ces Messieurs est prêt, dit l'hôte. 

— Eh bien ! apportez-le, dit Athos. 

L'hôte obéit. Athos appela Grimaud, lui montra un grand 
panier qui gisait dans un coin et fit le geste d'envelopper 
dans les serviettes les viandes apportées. 

Grimaud comprit à l'instant même qu'il s'agissait d'un 
déjeuner sur l'herbe, prit le panier, empaqueta les viandes, 
y joignit les bouteilles et prit le panier à son bras. 

— Mais où allez-vous manger mon déjeuner ? dit l'hôte. 

— Que vous importe, dit Athos, pourvu qu'on vous le 
paye? Et il jeta majestueusement deux pistoles sur la 
table. 

— Faut-il vous rendre,* mon officier ? dit l'hôte. 

— Non; ajoutez seulement deux bouteilles de vin de Cham- 
pagne, et la différence sera pour les serviettes. 

L'hôte ne faisait pas une aussi bonne affaire qu'il l'avait 
cru d'abord, mais il se rattrapa ^° en glissant aux quatre con- 
vives deux bouteilles de vin d'Anjou au lieu de deux bou- 
teilles de vin de Champagne. 

— Monsieur de Busigny, dit Athos, voulez-vous bien régler 
votre montre sur la mienne, ou me permettre de régler la 
mienne sur la vôtre ? 

— A merveille. Monsieur ! dit le chevau-léger en tirant 
de son gousset une fort belle montre entourée de diamants ; 
sept heures et demie, dit-il. 

— Sept heures trente-cinq minutes, dit Athos ; nous sau- 
rons que j'avance de cinq minutes sur vous. Monsieur. 

Et, saluant les assistants ébahis, les quatre jeunes gens 
prirent le chemin du bastion Saint-Gervais, suivis de Gri- 
maud, qui portait le panier, ignorant où il allait, mais, dans 



Leê Troie Mousquetaires. 197 

Pobéissance passive dont il avait pris l'habitude avec Athos, 
ne songeant pas même à le demander. 

Tant qu'ils furent dans l'enceinte du camp, les quatre 
amis n'échangèrent pas une parole; d'ailleurs ils étaient 
suivis par les curieux, qui, connaissant le pari engagé, vou- 
laient savoir comment ils s'en tireraient. Mais une fois 
qu'ils eurent franchi la ligne de circonvallation et qu'ils se 
trouvèrent en plein air, d'Artagnan, qui ignorait complète- 
ment ce dont il s'agissait, crut qu'il était temps de demander 
une explication. 

— Et maintenant, mon cher Athos, dit-il, faites-moi l'a- 
mitié de m'apprendre où nous allons ? 

— Vous le voyez bien, dit Athos, nous allons au bastion. 

— Mais qu'y allons-nous faire ? 

— Vous le savez bien, nous y allons déjeuner. 

— Mais pourquoi n'avons-nous pas déjeuné au Parpaillot ? 

— Parce que nous avons des choses fort importantes à 
nous dire, et qu'il était impossible de causer cinq minutes 
dans cette auberge avec tous ces importuns qui vont, qui 
viennent, qui saluent, qui accostent ; ici, du moins, continua 
Athos en montrant le bastion, on ne viendra pas nous dé- 
ranger. 

— Il me semble, dit d'Artagnan avec cette prudence qui 
s'alliait si bien et si naturellement chez lui à une excessive 
bravoure, il me semble que nous aurions pu trouver quelque 
endroit écarté dans les dunes, au bord de la mer. 

— Où l'on nous aurait vus conférer tous les quatre en- 
semble, de sorte qu'au bout d'un quart d'heure le cardinal 
eût été prévenu par ses espions que nous tenions conseil. 

— Oui, dit Aramis, Athos à raison ; Animadvertuntur in 
desertis. 

— Un désert n'aurait pas été mal, dit Porthos, mais il 
s'agissait de le trouver. 

— Il n'y a pas de désert où un oiseau ne puisse passer 



198 Le» Troie MoiLsquetaires. 

au-dessus de la tête, où un poisson ne puisse sauter au- 
dessus de l'eau, où un lapin ne puisse partir de son gîte, et 
je crois qu'oiseau, poisson, lapin, tout s'est fait espion du 
cardinaL Mieux vaut donc poursuivre notre entreprise, 
devant laquelle d'ailleurs nous ne pouvons plus reculer 
sans honte ; nous avons fait un pari, un pari qui ne pouvait 
être prévu, et dont je défie qui que ce soit de deviner la 
véritable cause : nous allons, pour le gagner, tenir une heure 
dans le bastion. Ou nous serons attaqués, ou nous ne le 
serons pas. Si nous ne le sommes pas, nous aurons tout le 
temps de causer et personne ne nous entendra, car je ré- 
ponds que les murs de ce bastion n'ont pas d'oreilles; si 
nous le sommes, nous causerons de nos affaires tout de 
même, et de plus, tout en nous défendant, nous nous cou- 
vrons de gloire. Vous voyez bien que tout est bénéfice.^^ 

— Oui, dit d'Artagnan, mais nous attrapons indubitable- 
ment une balle. 

— Eh ! mon cher, dit Athos, vous savez bien que les balles 
les plus à craindre ne sont pas celles de l'ennemi. 

— Mais il me semble que pour une pareille expédition, 
nous aurions dû au moins emporter nos mousquets. 

— Vous êtes un niais, ami Porthos ; pourquoi nous char- 
ger d'un fardeau inutile ? 

— Je ne trouve pas inutile en face de l'ennemi un bon 
mousquet de calibre, douze cartouches et une poire à poudre. 

— Oh, bien ! dit Athos, n'avez- vous pas entendu ce qu'a 
dit d'Artagnan ? 

— Qu'a dit d'Artagnan ? demanda Porthos. 

— D'Artagnan a dit que dans l'attaque de cette nuit il y 
avait eu huit ou dix Français de tués et autant de Eochelais. 

— Après? 

— On n'a pas eu le temps de les dépouiller, n'est-ce pas ? 
attendu qu'on avait autre chose pour le moment de plus 
pressé à faire. 



Le% Trois MouBquetaire%. 199 

—Eh bien? 

— Eh bien! nous allons trouver leurs mousquets, leurs 
poires à poudre et leurs cartouches, et au lieu de quatre 
mousquetons et de douze balles, nous allons avoir une quin- 
zaine de fusils et une centaine de coups à tirer. 

— Athos! dit Aramis, tu es véritablement un grand 
homme ! 

Forthos inclina la tête en signe d'adhésion. 

lyArtagnan seul ne paraissait pas convaincu. 

Sans doute Grimaud partageait les doutes du jeune 
homme; car, voyant que l'on continuait de marcher vers 
le bastion, chose dont il avait douté jusqu'alors, il tira son 
maître par le pan de son habit. 

— Où allons-nous ? demandort-il par geste. 
Athos lui montra le bastion. 

— Mais, dit toujours dans le même dialecte le silencieux 
Grimaud, nous y laisserons notre peau. 

Athos leva les yeux et le doigt vers le ciel. 

Grimaud posa son panier à terre et s'assit en secouant la 
tête. 

Athos prit à sa ceinture un pistolet, regarda s'il était bien 
amorcé, l'arma et approcha le canon de l'oreille de Grimaud. 

Grimaud se retrouva sur ses jambes comme par un ressort. 
Athos alors lui fit signe de prendre le panier et de marcher 
devant. 

Grimaud obéit. 

Tout ce qu'avait gagné Grimaud à cette pantomime d'un 
instant, c'est qu'il était passé de l'arrière-garde à l'avant- 
garde. 

Arrivés au bastion, les quatre amis se retournèrent. 

Plus de trois cents soldats de toutes armes étaient assem- 
blés à la porte du camp, et dans un groupe séparé on pou- 
vait distinguer M. de Busigny, le dragon, le Suisse et le 
quatrième parieur. 



200 Leê Traie Moitêquetaireê, 

Athos ôta son chapeau, le mit au bout de son épée et 
Tagita en l'air. 

Tous les spectateurs lui rendirent son salut, accompagnant 
cette politesse d'un grand hourra qui arriva jusqu'à eux. 

Après quoi, ils disparurent tous quatre dans le bastion, 
où les avait déjà précédés Grimaud. 



Leê Trois Mousqtistatres, 201 



XVII. 

LE CONSEIL DES MOUSQUETAIRES. 

Comme Pavait prévu Athos, le bastion n'était occupé que 
par une douzaine de morts tant Français que Rochelais. 

— Messieurs, dit Athos, qui avait pris le commandement 
de l'expédition, tandis que Grimaud va mettre la table, 
commençons par recueillir les fusils et les cartouches : nous 
pouvons d'ailleurs causer tout en accomplissant cette be- 
sogne. Ces Messieurs, ajouta-t-il en montrant les morts, ne 
nous écoutent pas. 

— Mais nous pourrions toujours les jeter dans le fossé, 
dit Porthos, après toutefois nous être assurés qu'ils n'ont 
rien dans leurs poches. 

— Oui, dit Athos, c'est l'affaire de Grimaud. 

— Ah bien alors, dit d' Artagnan, que Grimaud les fouille 
et les jette par dessus les murailles. 

— Gardons-nous en bien, dit Athos, ils peuvent nous 
servir. 

— Ces morts peuvent nous servir ? dit Porthos. Ah ça ! 
tu deviens fou, cher ami. 

— Ne jugez pas témérairement, disent l'Évangile et M. 
le cardinal, répondit Athos ; combien de fusils. Messieurs ? 

— Douze, répondit Aramis. 

— Combien de coups à tirer ? 

— Une centaine. 

— C'est tout autant qu'il nous en faut; chargeons les 
armes. 



202 Le9 Trois Mousquetaires. 

Les quatre mousquetaires se mirent à la besogne. Comme 
ils achevaient de charger le dernier fusil, Grimaud fit signe 
que le déjeuner était servi. 

Athos répondit, toujours par geste, que c'était bien, et^ 
indiqua à Grimaud une espèce de poivrière ^ où celui-ci com- 
prit qu'il se devait tenir en sentinelle. Seulement, pour 
adoucir l'ennui de sa faction, Athos lui permit d'emporter 
un pain, deux côtelettes et une bouteille de vin. 

— Et maintenant, à table, dit Athos. 

Les quatre amis s'assirent à terre, les jambes croisées 
comme des Turcs ou comme des tailleurs. 

— Ah! maintenant, dit d'Artagnan, que tu n'as plus la 
crainte d'être entendu, j'espère que tu vas nous faire part 
de ton secret. 

— J'espère que je vous procure à la fois de l'agrément et de 
la gloire. Messieurs, dit Athos. Je vous ai fait faire une pro- 
menade charmante ; voici un déjeuner des plus succulents, et 
cinq cents personnes là-bas, comme vous pouvez les voir à 
travers les meurtrières, qui nous prennent pour des fous ou 
pour des héros, deux classes d'imbéciles qui se ressemblent 
assez. 

— Mais ce secret ? dit d'Artagnan. 

— Le secret, dit Athos, c'est que j'ai vu milady hier soir. 
D'Artagnan portait son verre à ses lèvres ; mais à ce nom 

de milady, la main lui trembla si fort, qu'il le posa à terre 
pour ne pas en répandre le contenu. 

— Tu as vu ta f cm. . . . 

— Chut donc ! interrompit Athos : vous oubliez, mon 
cher, que ces Messieurs ne sont pas initiés comme vous dans 
le secret de mes affaires de ménage ; j'ai vu milady. 

— Et où cela ? demanda d'Artagnan. 

— A deux lieues d'ici à peu près, à l'auberge du Colom- 
bier-Eouge. 

— En ce cas je suis perdu, dit d'Artagnan. 



Le9 Trois Mousquetaireê. 203 

— Non, pas tout à fait encore, reprit Athos ; car, à cette 
heure, elle doit avoir quitté les côtes de France. 

D'Artagnan respira. 

— Mais, au bout du compte, demanda Porthos, mais 
qu'est-ce donc que cette milady ? 

— Une femme charmante, dit Athos en dégustant un 
verre de vin mousseux. Canaille d'hôtelier ! s'écria-t-il, qui 
nous donne du vin d'Anjou pour du vin de Champagne, et 
qui croit que nous nous y laisserons prendre! Oui, con- 
tinua-t-il, une femme charmante, ennemie de d'Artagnan 
dont elle a essayé de se venger, il y a un mois, en voulant 
le faire tuer à coups de mousquet; il y a huit jours, en 
essayant de l'empoisonner, et hier en demandant sa tête au 
cardinal. 

— Comment ! en demandant ma tête au cardinal ? s'écria 
d'Artagnan, pâle de terreur. 

— Ça, dit Porthos, c'est vrai comme l'Évangile; je l'ai 
entendu de mes deux oreilles. 

— Moi aussi, dit Aramis. 

— Alors, dit d'Artagnan en laissant tomber son bras avec 
découragement, il est inutile de lutter plus longtemps; 
autant vaut que je me brûle la cervelle et- que tout soit fini. 

— C'est la dernière sottise qu'il faut faire, dit Athos, 
attendu que c'est la seule à laquelle il n'y ait pas de remède. 

— Mais je n'en réchapperai jamais, dit d'Artagnan, avec 
des ennemis pareils. D'abord mon inconnu de Meung ; en- 
suite de Wardes, à qui j'ai donné trois coups d'épée; puis 
milady dont j'ai surpris le secret; enfin le cardinal, dont 
j'ai fait échouer la vengeance. 

— Eh bien! dit Athos, tout cela ne fait que quatre, et 
nous sommes quatre, un contre un. Pardieu ! si nous en 
croyons les signes que nous fait Grimaud, nous allons avoir 
affaire à un bien autre nombre de gens. Qu'y a-t-il, 
Grimaud? dit Athos. Moyennant la gravité de la circon- 



204 Leê Trois Mousqtietatres. 

stance, je vous permets de parler, mon ami; mais soyez 
laconique, je vous prie. Que voyez-vous ? 

— Une troupe. 

— De combien de personnes ? 

— De vingt hommes. 
— Quels hommes? 

— Seize pionniers, quatre soldats. 

— A combien de pas sont-ils ? 

— A cinq cents pas. 

— Bon, nous avons encore le temps d'achever cette volaille 
et de boire un verre de vin à ta santé, d' Artagnan ! 

— A ta santé ! répétèrent Porthos et Aramis. 

— Eh bien donc, à ma santé! quoique je ne croie pas que 
vos souhaits me servent à graud'chose. 

— Bah! dit Athos, Dieu est grand, comme disent les 
sectateurs de Mahomet, et l'avenir est dans ses mains. 

Puis, avalant le contenu de son verre, qu'il reposa près de 
lui, Athos se leva nonchalamment, prit le premier fusil venu 
et s'approcha d'une meurtrière. 

Porthos, Aramis et d' Artagnan en firent autant. Quant à 
Grimaud, il reçut l'ordre de se placer derrière les quatre 
amis afin de recharger les armes. 

Au bout d'un instant on vit paraître la troupe ; elle suivait 
une espèce de boyau de tranchée * qui établissait une com- 
munication entre le bastion et la ville. 

— Pardieu ! dit Athos, c'était bien la peine de nous déran- 
ger pour une vingtaine de drôles armés de pioches, de 
hoyaux et de pelles ! Grimaud n'aurait eu qu'à leur faire 
signe de s'en aller, et je suis convaincu qu'ils nous eussent 
laissés tranquilles. 

— J'en doute, dit d' Artagnan, car ils avancent fort i^ésolû- 
ment de ce côté. D'ailleurs, il y a avec les travailleurs quatre 
soldats et un brigadier armés de mousquets. 

— C'est qu'ils ne nous ont pas vus, dit Athos. 



Le% Trois Mousquetaires. 205 

— Ma foi ! dit Aramis, j'avoue que j'ai répugnance à tirer 
sur ces pauvres diables de bourgeois. 

— Mauvais prêtre, dit Porthos, qui a pitié des hérétiques ! 

— En vérité, dit Atbos, Aramis a raison, je vais les 
prévenir. 

— Que diable faites-vous donc ? dit d' Artagnan, vous allez 
vous faire fusiller, mon cher. 

Mais Athos ne tint aucun compte de l'avis, et, montant 
sur la brèche, son fusil d'une main et son chapeau de l'autre : 

— Messieurs, dit-il en s'adressant aux soldats et aux tra- 
vailleurs, qui, étonnés de cette apparition, s'arrêtaient à 
cinquante pas environ du bastion, et en les saluant cour- 
toisement; Messieurs, nous sommes, quelques amis et moi, 
en train de déjeuner dans ce bastion. Or, vous savez que 
rien n'est désagréable comme d'être dérangé quand on dé- 
jeune; nous vous prions donc, si vous avez absolument 
affaire ici, d'attendre que nous ayons fini notre repas, ou de 
repasser plus tard ; à moins qu'il ne vous prenne la salutaire 
envie de quitter le parti de la rébellion et de venir boire 
avec nous à la santé du roi de France. 

— Prends garde, Athos ! s'écria d' Artagnan ; ne vois-tu 
pas qu'ils te mettent en joue ? 

— Si fait, si fait, dit Athos, mais ce sont des bourgeois ^ 
qui tirent fort mal, et qui n'ont garde de me toucher.* 

En effet, au même instant quatre coups de fusil partirent, 
et les balles vinrent s'aplatir autour d' Athos, mais sans 
qu'une seule le touchât. 

Quatre coups de fusil leur répondirent presque en même 
temps, mais ils étaient mieux dirigés que ceux des agres- 
seurs; trois soldats tombèrent tués roide, et un des travail- 
leurs fut blessé. 

— Grimaud, un autre mousquet ! dit Athos toujours sur 
la brèche. 

Grimaud obéit aussitôt. De leur côté, les trois amis 



206 Les Trois Mousquetaires. 

avaient chargé leurs armes ; uoe seconde décharge suivit la 
première : le brigadier et deux pionniers tombèrent morts, 
le reste de la troupe prit la fuite. 

— Allons, Messieurs, une sortie, dit Athos. 

Et les quatre amis, s'élançant hors du fort, parvinrent 
jusqu'au champ de bataille, ramassèrent les quatre mous- 
quets des soldats et la demi-pique du brigadier ; * et, con- 
vaincus que les fuyards ne s'arrêteraient qu'à la ville, 
reprirent le chemin du bastion, rapportant les trophées de 
leur victoire. 

— Rechargez les armes, Grrimaud, dit Athos, et nous, 
Messieurs, reprenons notre déjeuner et continuons notre 
conversation. Où en étions-nous ? 

— Je me le rappelle, dit d'Artagnan, tu disais qu'après 
avoir demandé ma tête au cardinal, milady avait quitté les 
côtes de France. Et où va-t-elle? ajouta d'Artagnan, qui 
se préoccupait fort de l'itinéraire que devait suivre milady. 

— Elle va en Angleterre, répondit Athos. 

— Et dans quel but ? 

— Dans le but d'assassiner ou de faire assassiner Bucking- 
ham. 

D'Artagnan poussa une exclamation de surprise et d'indi- 
gnation. 

— Mais c'est infâme ! s'écria-t-il. 

— Oh ! quant à cela, dit Athos, je vous prie de croire que 
je m'en inquiète fort peu. Maintenant que vous avez fini, 
Grimaud, continua Athos, prenez la demi-pique de notre 
brigadier, attachez-y une serviette et plantez-la au haut de 
notre bastion, afin que ces rebelles de Rochelais voient qu'ils 
ont affaire à de braves et loyaux soldats du roi. 

Grimaud obéit sans répondre. Un instant après le drapeau 
blanc flottait au-dessus de la tête des quatre amis: un ton- 
nerre d'applaudissements salua son apparition ; la moitié du 
camp était aux barrières.* 



Leè Trois Mousquetaires. 207 

— Comment! reprit d'Artagnan, tu t'inquiètes fort peu 
qu'elle tue ou qu'elle fasse tuer Buckingham ? Mais le duc 
est notre ami. 

— Le duc est Anglais, le duc combat contre nous ; qu'elle 
fasse du duc ce qu'elle voudra, je m'en soucie comme d'une 
bouteiUe vide. 

Et Athos envoya à quinze pas de lui une bouteille qu'il 
tenait, et dont il venait de transvaser jusqu'à la dernière 
goutte dans son verre. 

— Un instant, dit d'Artagnan, je n'abandonne pas Buck- 
ingham ainsi ; il nous avait donné de fort beaux chevaux. 

— Et surtout de fort belles selles, dit Porthos, qui, à ce 
moment même, portait à son manteau le galon de la sienne. 

— Puis, dit Aramis, Dieu veut la conversion et non la 
mort du pécheur. 

— Ameny dit Athos, et nous reviendrons là-dessus plus 
tard, si tel est votre plaisir ; mais ce qui, pour le moment, 
me préoccupait le plus, et je suis sûr que tu me compren- 
dras, d'Artagnan, c'était de reprendre à cette femme une 
espèce de blanc-seing ^ qu'elle avait extorqué au cardinal, et 
à l'aide duquel elle devait impunément se débarrasser de toi 
et peut-être de nous. 

— Mais c'est donc un démon que cette créature ? dit Por- 
thos en tendant son assiette à Aramis, qui découpait une 
volaille. 

— Et ce blanc-seing, dit d'Artagnan, ce blanc-seing est-il 
resté entre ses mains ? 

— Non, il est passé dans les miennes; je ne dirai pas que 
c'est sans peine, par exemple, car je mentirais. 

— Mon cher Athos, dit d'Artagnan, je ne compte plus les 
fois que je vous dois la vie. 

— Alors c'était donc pour venir près d'elle que tu nous as 
quittés ? demanda Aramis. 

— Justement. 



208 Les Troie Mousquetaires, 

— Et tu as cette lettre du cardinal ? dit d'Artagnan. 

— La voici, dit Athos. 

Et il tira le précieux papier de la poche de sa casaque. 
D'Artagnan le déplia d'une main dont il n'essayait pas 
même de dissimuler le tremblement, et lut : 

" CPest par mon ordre et pour le bien de VÉtat que le por- 
teur du présent a fait ce qu^U a fait. 

"3 décembre 1627. 

"Richelieu." 

— En effet, dit Aramis, c'est une absolution dans toutes 
les règles. 

— Il faut déchirer ce papier, dit d' Artagnan, qui semblait 
lire sa sentence de mort. 

— Bien au contraire, dit Athos, il faut le conserver pré- 
cieusement ; et je ne donnerais pas ce papier quand on le 
couvrirait de pièces d'or. 

— Et que va-t-elle faire maintenant ? demanda le jeune 
homme. 

— Mais, dit négligemment Athos, elle va probablement 
écrire au cardinal qu'un mousquetaire, nommé Athos, lui a 
arraché de force son sauf -conduit ; elle lui donnera dans la 
môme lettre le conseil de se débarrasser, en même temps 
que lui, de ses deux amis, Porthos et Aramis : le cardinal 
se rappellera que ce sont les mêmes hommes qu'il rencontre 
toujours sur son chemin; alors, un beau matin, il fera 
arrêter d' Artagnan, et, pour qu'il ne s'ennuie pas tout seul, 
il nous enverra lui tenir compagnie à la Bastille. 

— Ah çà ! mais, dit Porthos, il me semble que tu fais là 
de tristes plaisanteries, mon cher. 

— Je ne plaisante pas, dit Athos. 

— Sais-tu, dit Porthos, que tordre le cou à cette affreuse 
milady serait un péché moins grand que de le tordre à ces 



Les Trois Mousquetaires, 209 

pauvres diables de huguenots, qui n'ont jamais commis 
d'autres crimes que de chanter en français des psaumes* 
que nous chantons en latin. 

— Qu'en dit l'abbé ? demanda tranquillement Athos ? 

— Je dis que je suis de l'avis de Porthos, répondit Aramis. 

— Et moi donc ! dit d'Artagnan. 

— Heureusement qu'elle est loin, dit Porthos, car j'avoue 
qu'elle me gênerait fort ici. 

— Elle me gêne en Angleterre aussi bien qu'en France, 
dit Athos. 

— Elle me gêne partout, dit d'Artagnan. 

— Mais puisque tu la tenais, dit Porthos, que ne l'as-tu 
noyée, étranglée, pendue? il n'y a que les morts qui ne 
reviennent pas. 

— Vous croyez cela, Porthos ? répondit le mousquetaire 
avec un sombre sourire que d'Artagnan comprit seul. 

— J'ai une idée, dit d'Artagnan. 

— Voyons, dirent les mousquetaires. 

— Aux armes ! cria Grimaud. 

Les jeunes gens se levèrent vivement et coururent aux 
fusils. 

Cette fois, une petite troupe s'avançait composée de vingt 
ou vingt-cinq hommes ; mais ce n'étaient plus des travail- 
leurs, c'étaient des soldats de la garnison. 

— Si nous retournions au camp? dit Porthos, il me 
semble que la partie n'est pas égale. 

— Impossible pour trois raisons, répondit Athos : la pre- 
mière, c'est que nous n'avons pas fini de déjeuner; la 
seconde, c'est que nous avons encore des choses d'impor- 
tance à dire ; la troisième, c'est qu'il s'en manque encore de 
dix minutes que l'heure ne soit écoulée. 

— Voyons, dit Aramis, il faut cependant arrêter un plan 
de bataille. 

— Il est bien simple, dit Athos; aussitôt que l'ennemi 



210 Leê Trois Mou9quetaire%. 

est à portée de mousquet, nous faisons feu; s'il continue 
d'avancer, nous faisons feu encore, nous faisons feu tant que 
nous avons des fusils chargés ; si ce qui reste de la troupe 
veut alors monter à l'assaut, nous laissons les assiégeants 
descendre jusque dans le fossé, et alors nous leur poussons 
sur la tête un pan de mur qui ne tient plus que par un 
miracle d'équilibre. 

— Bravo! dit Porthos; décidément, Athos, tu étais né 
pour être général, et le cardinal, qui se croit un grand 
homme de guerre, est bien peu de chose auprès de toi. 

— Messieurs, dit Athos, pas de double emploi,* je vous 
prie ; visez bien chacun votre homme. 

— Je tiens le mien, dit d' Artagnan. 

— Et moi le mien, dit Porthos. 

— Et moi idem, dit Aramis. 

— Alors feu ! dit Athos. 

Les quatre coups de fusil ne firent qu'une détonation, 
mais quatre hommes tombèrent. 

Aussitôt le tambour battit, et la petite troupe s'avança au 
pas de charge. 

Alors les coups de fusil se succédèrent sans régularité, 
mais toujours envoyés avec la même justesse. Cependant, 
comme s'ils eussent connu la faiblesse numérique des amis, 
les Rochelais continuaient d'avancer au pas de course. 

Sur trois coups de fusil, deux hommes tombèrent ; mais 
cependant la marche de ceux qui restaient debout ne se 
ralentissait pas. 

Arrivés au bas du bastion, les ennemis étaient encore 
douze ou quinze ; une dernière décharge les accueillit, mais 
ne les arrêta point : ils sautèrent dans le fossé et s'apprêtèrent 
à escalader la brèche. 

— Allons, mes amis, dit Athos, finissons-en d'un coup : à 
la muraille ! à la muraille ! 

Et les quatre amis, secondés par Grimaud, se mirent à 



Le9 Trois Mouëquetaires. 211 

pousser avec le canon de leurs fusils un énorme pan de mur, 
qui s'inclina comme si le vent le poussait, et, se détachant 
de sa base, tomba avec un bruit horrible dans le fossé ; puis 
on entendit un grand cri, un nuage de poussière monta vers 
le ciel, et tout fut dit. 

— Les aurions-nous écrasés depuis le premier jusqu'au 
dernier ? dit Athos. 

— Ma foi, cela m'en a Pair, dit d' Artagnan. 

— Non, dit Porthos, en voilà deux ou trois qui se sauvent 
tout éclopés. 

En effet, trois ou quatre de ces malheureux, couverts de 
boue et de sang, fuyaient dans le chemin creux et regagnai- 
ent la ville : c'était tout ce qui restait de la petite troupe. 

Athos regarda à sa montre. 

— Messieurs, dit-il, il y a une heure que nous sommes ici, 
et maintenant le pari est gagné ; mais il faut être beaux 
joueurs : ^° d'ailleurs d'Artagnan ne nous a pas dit son idée. 

Et le mousquetaire, avec son sang-froid habituel, alla s'as- 
seoir devant les restes du déjeuner. 

— Mon idée ? dit d'Artagnan. 

— Oui, vous disiez que vous aviez une idée, dit Athos. 

— Ah ! j'y suis, reprit d'Artagnan ; je passe en Angleterre 
une seconde fois, je vais trouver M. de Buckingham. 

— Vous ne ferez pas cela, d'Artagnan, dit froidement Athos. 

— Et pourquoi cela ? ne l'ai- je pas fait déjà ? 

— Oui, mais à cette époque nous n'étions pas en guerre ; 
à cette époque, M. de Buckingham était un allié et non un 
ennemi : ce que vous voulez faire serait taxé de trahison. 

D'Artagnan comprit la force de ce raisonnement et se tut. 

— Mais, dit Porthos, il me semble que j'ai une idée à mon 
tour. 

— Silence pour l'idée de M. Porthos ! dit Aramis. 

— Je demande un congé à M. de Tréville, sous un pré- 
texte quelconque que vous trouverez : je ne suis pas fort sur 



212 Les Trois Mousquetaires, 

les prétextes, moi. Milady ne me connaît pas, je m'approche 
d'elle sans qu'elle me redoute, et lorsque je trouve ma belle, 
je l'étrangle. 

— Eh bien ! dit Athos, je ne suis pas très-éloigné d'adopter 
l'idée de Porthos. 

— Fi donc ! dit Aramis, tuer une femme ! Non, tenez, 
moi, j'ai la véritable idée. 

— Voyons votre idée, Aramis ! dit Athos, qui avait beau- 
coup de déférence pour le jeune mousquetaire. 

— Il faut prévenir la reine. 

— Ah! ma foi, oui, dirent ensemble Porthos et d'Ar- 
tagnan ; je crois que nous touchons au moyen. 

— Prévenir la reine ! dit Athos, et comment cela ? Avons- 
nous des relations à la cour ? Pouvons-nous envoyer quel- 
qu'un à Paris sans qu'on le sache au camp ? D'ici à Paris, 
il y a cent quarante lieues ; notre lettre ne sera pas à 
Angers que nous serons au cachot, nous. 

— Quant à ce qui est de faire remettre sûrement une lettre 
à Sa Majesté, dit Aramis, moi, je m'en charge ; je connais 
à Tours une personne adroite. . . . 

Aramis s'arrêta en voyant sourire Athos. 

— Eh bien ! vous n'adoptez pas ce moyen, Athos ? dit 
d'Artagnan. 

— Je ne le repousse pas tout à fait, dit Athos, mais je 
voulais seulement faire observer à Aramis qu'il ne peut 
quitter le camp; que tout autre qu'un de nous n'est pas 
sûr ; que, deux heures après que le messager sera parti, tous 
les capucins, tous les alguazils, tous les bonnets noirs ^ du 
cardinal sauront votre lettre par cœur, et qu'on arrêtera 
vous et votre adroite personne. 

— Sans compter, dit Porthos, que la reine sauvera M. de 
Buckingham, mais ne nou» sauvera pas du tout, nous autres. 

— Messieurs, dit d'Artagnan, ce que dit Porthos est plein 
de sens. 



LeB Trois Mousquetaires, 213 

— Ah ! ah ! que se passe-t-il donc dans la ville ? dit Athos. 

— On bat la générale." 

Les quatre amis écoutèrent, et le bruit du tambour parvint 
effectivement jusqu'à eux. 

— Vous allez voir qu'Us vont nous envoyer un régiment 
tout entier, dit Athos. 

— Vous ne comptez pas tenir contre un régiment tout 
entier ? dit Porthos. 

— Pourquoi pas? dit le mousquetaire, je me sens en 
train, et je tiendrais devant une armée, si nous avions seule- 
ment eu la précaution de prendre une douzaine de bouteilles 
de plus. 

— Sur ma parole, le tambour se rapproche, dit d'Artagnan. 

— Laissez-le se rapprocher, dit Athos ; il y a pour un 
quart d'heure de chemin d'ici à la ville, et par conséquent 
de la ville ici. C'est plus de temps qu'il ne nous en faut 
pour arrêter notre plan ; si nous nous en allons d'ici, nous 
ne retrouverons jamais un endroit aussi convenable. Et 
tenez, justement, Messieurs, voilà la vraie idée qui me vient. 

— Dites alors. 

— Permettez que je donne à Grimaud quelques ordres 
indispensables. 

Athos fit signe à son valet d'approcher. 

— Grimaud, dit Athos, en montrant les morts qui gisaient 
dans le bastion, vous allez prendre ces messieurs, vous allez 
les dresser contre la muraille, vous leur mettrez leur cha- 
peau sur la tête et leur fusil à la main. 

— grand homme ! dit d'Artagnan, je te comprends. 

— Vous comprenez ? dit Porthos. 

, — Et toi, comprends-tu, Grimaud ? dit Aramis. 
Grimaud fit signe que oui. 

— C'est tout ce qu'il faut, dit Athos, revenons à mon idée. 

— Je voudrais pourtant bien comprendre, dit Porthos. 

— C'est inutile. 



214 Leè Tr(nB Mov^quetaireB. 

— Oui, oui, l'idée d' Athos, dirent en même temps d'Arta- 
gnan et Aramis. 

— Cette milady, cette femme, cette créature, ce démon, 
a un beau-frère, à ce que vous m'avez dit, je crois, d'Arta- 
gnan. 

— Oui, je le connais beaucoup même, et je crois aussi 
qu'il n'a pas une grande sympathie pour sa belle-sœur. 

— Il n'y a pas de mal à cela, répondit Athos, et il la 
détesterait que cela n'en vaudrait que mieux. 

— En ce cas nous* sommes servis à souhait. 

— Cependant, dit Porthos, je voudrais bien comprendre 
ce que fait Grimaud. 

— Silence, Porthos ! dit Aramis. 

— Comment se nomme ce beau-frère ? 

— Lord de Winter. 

— Où est-il maintenant ? 

— Il est retourné à Londres au premier bruit de guerre. 

— Eh bien! voilà justement l'homme qu'il nous faut, dit 
Athos, c'est celui qu'il nous convient de prévenir ; nous lui 
ferons savoir que sa belle-sœur est sur le point d'assassiner 
quelqu'un, et nous le prierons de ne pas la perdre de vue. 
Il y a bien à Londres, je l'espère, quelque établissement, 
quelque prison sûre ; il y fait mettre sa sœur, et nous 
sommes tranquilles. 

— Oui, dit d' Artagnan, jusqu'à ce qu'elle en sorte. 

— Ah ! ma foi, dit Athos, vous en demandez trop, d' Arta- 
gnan, je vous ai donné tout ce que j'avais, et je vous pré- 
viens que c'est le fond de mon sac.^ 

— Moi, je trouve que c'est ce qu'il y a de mieux, dit Ara- 
mis ; nous prévenons à la fois la reine et lord de Winter. 

— Oui, mais par qui ferons-nous porter la lettre à Tours 
et la lettre à Londres ? 

— Je réponds de Bazin, dit Aramis. 

— Et moi de Planchet, dit d' Artagnan. 



Les Trois Mousquetaires. 216 

— En effet, dit Porthos, si nous ne pouvons quitter le 
camp, nos laquais peuvent le quitter. 

— Sans doute, dit Aramis, et dès aujourd'hui nous écri- 
vons les lettres, nous leur donnons de l'argent, et ils partent. 

— î^ous leur donnons de l'argent? reprit Athos, vous en 
avez donc, de l'argent ? 

Les quatre amis se regardèrent, et un nuage passa sur les 
fronts qui s'étaient un instant éclaircis. 

— Alerte ! cria d'Artagnan, je vois des points noirs et des 
points rouges qui s'agitent là-bas; que disiez-vous donc 
d'un régiment, Athos ? c'est une véritable armée. 

— Ma foi, oui! dit Athos, les voilà. Voyez-vous les 
sournois " qui venaient sans tambours ni trompettes. Ah ! 
ah ! tu as fini, Grimaud ? 

Grrimaud fit signe que oui, et montra une douzaine de 
morts qu'il avait placés dans les attitudes les plus pittores- 
ques : les uns au port d'armes, les autres ayant l'air de 
mettre en joue, les autres l'épée à la main. 

— Bravo! dit Athos, voilà qui fait honneur à ton ima- 
gination. 

— C'est égal, dit Porthos, je voudrais cependant bien 
comprendre. 

— Décampons d'abord, dit d'Artagnan, tu comprendras 
après. 

— Un instant, Messieurs, un instant ! donnons le temps 
à Grimaud de desservir. 

— Ah! dit Aramis, voici les points noirs et les points 
rouges qui grandissent fort visiblement, et je suis de l'avis 
de d'Artagnan; je crois que nous n'avons pas de temps à 
perdre pour regagner notre camp. 

— Ma foi, dit Athos, je n'ai plus rien contre la retraite: 
nous avions parié pour une heure, nous sommes restés une 
heure et demie ; il n'y a rien à dire ; partons, Messieurs, 
partons. 



216 Leê Trois Mousquetaires. 

ti^rimaud avait déjà pris les devants avec le panier et le 
dessert. 

Les quatre amis sortirent derrière lui et firent une dizaine 
de pas. 

— Eh ! s'écria Athos, que diable faisons-nous, Messieurs ? 

— As-tu oublié quelque chose ? demanda Aramis. 

— Et le drapeau, morbleu! il ne faut pas laisser un dra- 
peau aux mains de l'ennemi, même quand ce drapeau ne 
serait qu'ime serviette. 

Et Athos s'élança dans le bastion, monta sur la plate- 
forme, et enleva le drapeau : seulement, comme les Roche- 
lais étaient arrivés à portée de mousquet, ils firent un feu 
terrible sur cet homme, qui, comme par plaisir, allait s'ex- 
poser aux coups. 

Mais on eût dit qu' Athos avait un charme attaché à sa 
personne, les balles passèrent en sifflant tout autour de lui, 
pas une ne le toucha. 

Athos agita son drapeau en tournant le dos aux gardes 
de la ville et en saluant ceux du camp. Des deux côtés 
de grands cris retentirent, d'un côté des cris de colère, de 
l'autre des cris d'enthousiasme. 

Une seconde décharge suivit la première, et trois balles, 
en la trouant, firent réellement de la serviette un drapeau. 
On entendit les cris de tout le camp qui criaient: Des- 
cendez, descendez! 

Athos descendit; ses camarades, qui l'attendaient avec 
anxiété, le virent reparaître avec joie. 

— Allons, Athos, allons, dit d'Artagnan, allongeons, 
allongeons ; ^ maintenant que nous avons tout trouvé, 
excepté l'argent, il serait stupide d'être tués. 

Mais Athos continua de marcher majestueusement, quel 
que observation que pussent lui faire ses compagnons, qui, 
voyant toute observation inutile, réglèrent leur pas sur le 
sien. 



Le9 Trois Mouèquetaires. 217 

Grimaud et son panier avaient pris les devants et se trou- 
vaient tous deux hors de la portée des balles. 

Au bout d'un instant on entendit le bruit d'une fusillade 
enragée. 

— Qu'est-ce que cela? demanda Porthos, et sur quoi 
tirent-ils ? je n'entends pas siffler les balles et je ne vois 
personne. 

— Ils tirent sur nos morts, répondit Athos. 

— Mais nos morts ne répondront pas. 

— Justement ; alors ils croiront à une embuscade, ils déli* 
bèreront; ils enverront un parlementaire, et quand ils 
s'apercevront de la plaisanterie, nous serons hors de la 
portée des balles. Voilà pourquoi il est inutile de gagner 
une pleurésie ^* en nous pressant. 

— Oh ! je comprends, dit Porthos émerveillé. 

— C'est bien heureux ! dit Athos en haussant les épaules. 
De leur côté, les Français, en voyant revenir les quatre 

amis au pas, poussaient des cris d'enthousiasme. 

Enfin une nouvelle mousquetade se fit entendre, et cette 
fois les balles vinrent s'aplatir sur les cailloux autour des 
quatre amis et siffler lugubrement à leurs oreilles. Les Eo- 
chelais venaient enfin de s'emparer du bastion. 

— Voici des gens bien maladroits, dit Athos ; combien en 
avons-nous tué ? douze ? 

— Ou quinze. 

— Combien en avons-nous écrasé ? 

— Huit ou dix. 

— Et en échange de tout cela pas une égratignure ? Ah ! 
si fait I Qu'avez-vous donc là à la main, d'Artagnan ? du 
sang, ce me semble ? 

— Ce n'est rien, dit d'Artagnan. 

— Une balle perdue ? 
— Pas même. 

— Qu'est-ce donc alors ? Nous l'avons dit, Athos aimait d' Ar- 



218 Leè Troie Motisquetaires, 

tagnan comme son enfant, et ce caractère sombre et inflexible 
avait parfois pour le jeune homme des sollicitudes de père. 

— Une écorchure, reprit d'Artagnan ; mes doigts ont été 
pris entre deux pierres, celle du mur et celle de ma bague ; 
alors la peau s'est ouverte. 

— Voilà ce que c'est que d'avoir des diamants, mon maître, 
dit dédaigneusement Athos. 

— Ah çà mais, s'écria Porthos, il y a un diamant en effet, 
et pourquoi diable alors, puisqu'il y a un diamant, nous 
plaignons-nous de ne pas avoir d'argent ? 

— Tiens, au fait ! ^ dit Aramis. 

— A la bonne heure, Porthos ; cette fois-ci voilà une idée. 

— Sans doute, dit Porthos, en se rengorgeant sur le com- 
pliment d' Athos, puisqu'il y a un diamant, vendons-le. 

— Mais, dit d' Artagnan, c'est le diamant de la reine. 

— Raison de plus, reprit Athos, la reine sauvant M. de 
Buckingham, rien de plus juste; la reine nous sauvant, 
nous ses amis, rien de plus moral: vendons le diamant. 
Qu'en pense monsieur l'abbé ? Je ne demande pas l'avis de 
Porthos, il est donné. 

— Mais je pense, dit Aramis, que sa bague n'étant pas un 
gage d'amour, d' Artagnan peut la vendre. 

— Mon cher, vous parlez comme la théologie en per- 
sonne. Ainsi votre avis est ?.. . 

— De vendre le diamant, répondit Aramis. 

— Eh bien ! dit gaiement d' Artagnan, vendons le diamant 
et n'en parlons plus. 

La fusillade continuait, mais les amis étaient hors de 
portée, et les Rochelais ne tiraient plus que pour l'acquit de 
leur conscience. 

— Ma foi, il était temps que cette idée vînt à Porthos; 
nous voici au camp. Ainsi, Messieurs, pas un mot de plus 
sur toute cette affaire. On nous observe, on vient à notre 
rencontre, nous allons être portés en triomphe. 



Le9 Trois Mousquetaires. 219 

En effets comme nous l'avons dit, tout le camp était en 
émoi ; plus de deux mille personnes avaient assisté, comme 
à un spectacle, à l'heureuse forfanterie des quatre amis, for- 
fanterie dont on était bien loin de soupçonner le véritable 
motif. On n'entendait que le cri de : Vivent les gardes ! 
Vivent les mousquetaires! M. de Busigny était venu le 
premier serrer la main à Athos et reconnaître que le pan 
était perdu. Le dragon et le Suisse l'avaient suivi, tous les 
camarades avaient suivi le dragon et le Suisse. C'étaient des 
félicitations, des poignées de mains, des embrassades, à n'en 
plus finir, des rires inextinguibles à l'endroit des Rocbelais ; 
enfin, un tumulte si grand, que M. le cardinal crut qu'il y 
avait émeute et envoya La Houdinière, son capitaine des 
gardes, s'informer de ce qui se passait. 

La chose fut racontée au messager avec toute l'efflore- 
scence de l'enthousiasme. 

— Eh bien? demanda le cardinal en voyant La Hou- 
dinière. 

— Eh bien ! Monseigneur, dit celui-ci, ce sont trois mous- 
quetaires et un garde qui ont fait le pari avec M. de Busigny 
d'aller déjeuner au bastion Saint-Grervais, et qui, tout en dé- 
jeunant, ont tenu là deux heures contre l'ennemi, et ont tué 
je ne sais combien de Bochelais. 

— Vous êtes-vous informé du nom de ces trois mousque- 
taires ? 

— Oui, Monseigneur. 

— Comment les appelle-t-on ? 

— Ce sont MM. Athos, Porthos et Aramis. 

— Toujours mes trois braves ! murmura le cardinal. Et 
le garde ? 

— M. d'Artagnan. 

— Toujours mon jeune drôle ! Décidément il faut que 
ces quatre hommes soient à moi. 

Le soir même, le cardinal parla à M. de Tréville de l'ex- 



220 Le% Trois MouBqaetaires. 

ploit du matin, qui faisait la conYersation de tout le camp. 
M. de Tréville, qui tenait le récit de l'aventure de la bouche 
même de ceux qui en étaient les héros, la raconta dans tous 
ses détails à Son Éminence, sans oublier l'épisode de la 
serviette. 

— C'est bien, Monsieu» de Tréville, dit le cardinal, faites- 
moi tenir cette serviette, je vous prie. J'y ferai broder trois 
fleurs de lis d'or, et je la donnerai pour guidon à votre com- 
pagnie. 

— Monseigneur, dit M. de Tréville, il y aura injustice 
pour les gardes ; M. d' Artagnan n'est pas à moi, mais à M. 
des Essarts. 

— Eh bien ! prenez-le, dit le cardinal ; il n'est pas juste 
que, puisque ces quatre braves militaires s'aiment tant, ils 
ne servent pas dans la même compagnie. 

Le même soir M. de Tréville annonça cette bonne nouvelle 
aux trois mousquetaires et à d' Artagnan, en les invitant tous 
les quatre à déjeuner le lendemain. 

D' Artagnan ne se possédait pas de joie. On le sait, le 
rêve de toute sa vie avait été d'être mousquetaire. 

Les trois amis aussi étaient fort joyeux. 

— Ma foi ! dit d' Artagnan à Athos, tu as eu une triom- 
phante idée, et, comme tu l'as dit, nous y avons acquis de la 
gloire, et nous avons pu lier une conversation de la plus 
haute importance. 

— Que nous pourrons reprendre maintenant, sans que 
personne nous soupçonne; car, avec l'aide de Dieu, nous 
allons passer désormais pour des cardinalistes. 

Le même soir, d' Artagnan alla présenter ses hommages à 
M. des Essarts, et lui faire part de l'avancement qu'il avait 
obtenu. 

M. des Essarts, qui aimait beaucoup d' Artagnan, lui fit 
alors ses offres de service : ce changement de corps amenait 
des dépenses d'équipement. 



Le9 Troie Mousquetaires. 221 

ly Artagnan refusa ; mais^ trouvant Foccasion bonne, il le 
pria de faire estimer le diamant qu'il lui remit, et dont il 
désirait faire de l'argent. 

Le lendemain, à huit heures du matin, le valet de M. des 
ÏÏssarts entra chez d'Artagnan, et lui remit un sac d'or con- 
tenant sept mille livres. 

C'était le prix du diamant de la reine. 



XVIII. -XX. 

Les quatre amis exi>édient un avis à lord de Winter pour le mettre sur 
ses gardes; aussi quand milady arrive en Angleterre elle est arrêtée 
et emprisonnée dans un château, oh. elle est confiée à la garde d'un 
jeune officier nommé Felton. 



222 Le% Troie Mouèquetaireè, 



XXI. 

OFFICIER. 

Cependant le cardinal attendait des nouvelles d'Angle- 
terre, mais aucune nouvelle n'arrivait, si ce n'est fâcheuse 
et menaçante. 

Si bien que La Rochelle fût investie, si certain que pût 
paraître le succès, grâce aux précautions prises et surtout 
à la digue qui ne laissait plus pénétrer aucune barque dans 
la ville assiégée, cependant le blocus pouvait durer long- 
temps encore, et c'était un grand affront pour les armes du 
roi et une grande gêne pour M. le cardinal, qui n'avait plus, 
il est vrai, à brouiller Louis XIII avec Anne d'Autriche, la 
chose était faite, mais à raccommoder M. de Bassompierre, 
qui était brouillé avec le duc d'Angoulême. 

Quant à Monsieur, qui avait commencé le siège, il laissait 
au cardinal le soin de l'achever. 

La ville, malgré l'incroyable persévérance de son maire, 
avait tenté une espèce de mutinerie pour se rendre; le 
maire ^ avait fait pendre les émeutiers. Cette exécution 
calma les plus mauvaises têtes, qui se décidèrent alors à se 
laisser mourir de faim. Cette mort leur paraissait toujours 
plus lente et moins sûre que le trépas par strangulation. 

De leur côté, de temps en temps, les assiégeants prenaient 
des messagers que les Rochelais envoyaient à Buckingham 
ou des espions que Buckingham envoyait aux Rochelais. 
Dans l'un et l'autre cas le procès était vite fait.' M. le 
cardinal disait ce seul mot : Pendu ! On invitait le roi à 
venir voir la pendaison. Le roi venait languissamment, se 



Les Trois Mousquetaires, 223 

mettait en bonne place pour voir l'opération dans tous ses 
détails:* cela le distrayait toujours un peu et lui faisait 
prendre le siège en patience, mais cela ne Tempôchait pas 
de s'ennuyer fort, de parler à tout moment de retourner à 
Paris ; de sorte que si les messagers et les espions eussent 
fait défaut, Son Éminence, malgré toute son imagination, 
se fût trouvée fort embarrassée. 

Néanmoins le temps passait, les Rocbelais ne se rendaient 
pas : le dernier espion que Pon avait pris était porteur d'une 
lettre. Cette lettre disait bien à Buckingham que la ville 
était à toute extrémité ; mais, au lieu d'ajouter : " Si votre 
secours n'arrive pas avant quinze jours, nous nous rendrons," 
elle ajoutait tout simplement: "Si votre secours n'arrive 
pas avant quinze jours, nous serons tous morts de faim 
quand il arrivera." 

Les Rochelais n'avaient donc espoir qu'en Buckingham. 
Il était évident que si un jour ils apprenaient d'une manière 
certaine qu'il ne fallait plus compter sur Buckingham, avec 
l'espoir leur courage tomberait. 

Il attendait donc avec grande impatience des nouvelles 
d'Angleterre qui devaient annoncer que Buckingham ne 
viendrait pas. 

La question d'emporter la ville de vive force, débattue 
souvent dans le conseil du roi, avait toujours été écartée ; 
d'abord La Rochelle semblait imprenable, puis le cardinal, 
quoi qu'il eût dit, savait bien que l'horreur du sang répandu 
en cette rencontre, où Français devaient combattre contre 
Français, était un mouvement rétrograde de soixante ans 
imprimé à la politique, et le cardinal était à cette époque 
ce qu'on appelle aujourd'hui un homme de progrès. En 
effet, le sac de La Rochelle et l'assassinat de trois ou quatre 
mille huguenots qui se fussent fait tuer ressemblaient trop, 
en 1628, au massacre de la Saint-Barthélémy, en 1572 ; et 
puis, par-dessus tout cela, ce moyen extrême, auquel le roi, 



224 Leê Troie Mousqtietaires. 

bon catholique, ne répugnait aucunement, venait toujours 
échouer contre cet allument des généraux assiégeants: La 
Bochelle est imprenable autrement que par la famine. 

Le cardinal ne pouvait écarter de son esprit la crainte où 
le jetait sa terrible émissaire, car il avait compris, lui aussi, 
les proportions étranges de cette femme, tantôt serpent, 
tantôt lion. L'avait-elle trahi ? était-elle morte ? il la con- 
naissait assez, en tous cas, pour savoir qu'en agissant pour 
lui ou contre lui, amie ou ennemie, elle ne demeurait pas 
immobile sans de grands empêchements ; mais d'où venaient 
ces empêchements ? C'était ce qu'il ne pouvait savoir. 

Au reste, il comptait, et avec raison, sur milady : il avait 
deviné dans le passé de cette femme de ces choses terribles 
que son manteau rouge pouvait seul couvrir ; et il sentait 
que, pour une cause oa pour une autre, cette femme lui était 
acquise, ne pouvant trouver qu'en lui un appui supérieur au 
danger qui la menaçait. 

Il résolut donc de faire la guerre tout seul et de n'atten- 
dre tout succès étranger à lui que comme on attend une 
chance heureuse. Il continua de faire élever la fameuse 
digue qui devait affamer La Rochelle ; en attendant, il jeta 
les yeux sur cette malheureuse ville, qui renfermait tant dé 
misère profonde et tant d'héroïques vertus, et, se rappelant 
le mot de Louis XI, son prédécesseur politique, comme lui- 
même était le prédécesseur de Robespierre, il se rappela 
cette maxime du compère de Tristan : ^ " Diviser pour 
régner." 

Henri IV, assiégeant Paris, faisait jeter par-dessus les 
murailles du pain et des vivres ; le cardinal fit jeter des 
petits billets par lesquels il représentait aux Rochelais com- 
bien la conduite de leurs chefs était injuste, égoïste et 
barbare; ces chefs avaient du blé en abondance, et ne le 
partageaient pas ; ils adoptaient pour maxime, car eux aussi 
avaient des maximes, que peu importait que les femmes, les 



Lei Trois Mousquetaires. 225 

enfants et les vieillards mourussent, pourvu que les hommes 
qui devaient défendre leurs murailles restassent forts et 
bien portants. Jusque-là, soit dévouement, soit impuissance 
de réagir contre elle, cette maxime, sans être généralement 
adoptée, était cependant passée de la théorie à la pratique ; 
mais les billets vinrent y porter atteinte. Les billets rap- 
pelaient aux hommes que ces enfants, ces femmes, ces vieil- 
lards qu'on laissait mourir étaient leurs fils, leurs épouses 
et leurs pères ; qu'il serait plus juste que chacun fût réduit 
à la misère commune, afin qu'une même position fit prendre 
des résolutions unanimes. 

Ces billets firent tout l'effet qu'en pouvait attendre celui 
qui les avait écrits, en ce qu'ils déterminèrent un grand 
nombre d'habitants à ouvrir des négociations particulières 
avec l'armée royale. 

Mais au moment où le cardinal voyait déjà fructifier son 
moyen et s'applaudissait de l'avoir mis en usage, un habitant 
de La Rochelle, qui avait pu passer à travers les lignes 
royales. Dieu sait comment, tant était grande la surveillance 
de Bassompierre, de Schomberg et du duc d'Angoulême, 
surveillés eux-mêmes par le cardinal ; un habitant de La 
Rochelle, disons-nous, entra dans la ville, venant de Ports- 
mouth et disant qu'il avait vu une flotte magnifique prête à 
mettre à la voile avant huit jours. De plus, Buckingham 
annonçait au maire qu'enfin la grande ligue contre la France 
allait se déclarer, et que le royaume allait être envahi à 
la fois par les armées anglaises, impériales et espagnoles. 
Cette lettre fut lue publiquement sur toutes les places, on 
en afficha des copies aux angles des rues, et ceux-là même qui 
avaient commencé d'ouvrir des négociations les interrompi- 
rent, résolus d'attendre ce secours si pompeusement annoncé. 

Cette circonstance inattendue rendit à Richelieu ses in- 
quiétudes premières, et le força malgré lui à tourner de 
nouveau les yeux de l'autre côté de la mer. 



226 Leë Troie Mouëquetaires, 

Pendant ce temps, exempte des inquiétudes de son seul et 
véritable chef, l'armée royale menait joyeuse vie, les vivres 
ne manquant pas au camp, ni l'argent non plus; tous les 
corps rivalisaient d'audace et de gaieté. Prendre des espions 
et les pendre, faire des expéditions hasardeuses sur la digue 
ou sur la mer, imaginer des folies, les exécuter froidement, 
tel était le passe-temps qui faisait trouver courts à l'armée 
ces jours si longs, non-seulement pour les Bochelais, rongés 
par la famine et l'anxiété, mais encore pour le cardinal, qui 
les bloquait si vivement. 

Quelquefois, quand le cardinal, toujours chevauchant 
comme le dernier gendarme * de l'armée, promenait son re- 
gard pensif sur ces ouvrages, si lents au gré de son désir, 
qu'élevaient sous son ordre les ingénieurs qu'il faisait venir 
de tous les coins du royaume de France, s'il rencontrait un 
mousquetaire de la compagnie de Tréville, il s'approchait 
de lui et le regardait d'une façon singulière, et ne le recon- 
naissant pas pour un de nos quatre compagnons, il laissait 
aller ailleurs son regard profond et sa vaste pensée. 



XXII.-XXIX. 

Milady, jouant la conversion au puritanisme et Tinnocence persécu- 
tée, gagne Felton qui Taide à s'évader. Elle lui a dit que c'est le duc 
de Buckingham qui est la cause de tous ses malheurs, et Felton assas- 
sine le duc à Portsmouth, au moment oîi celui-ci va mettre à la voile 
pour La Rochelle. 



Leè Trois Mousquetaires, 227 



XXX. 

EN FRANCE. 

La première crainte du roi d'Angleterre, Charles 1", en 
apprenant cette mort, fut qu'une si terrible nouvelle ne dé- 
courageât les Bochelais ; il essaya, dit Kichelieu dans ses 
Mémoires, de la leur cacher le plus longtemps possible, fai- 
sant fermer les ports par tout son royaume, et prenant soi- 
gneusement garde qu'aucun vaisseau ne sortît jusqu'à ce que 
l'armée que Buckingham apprêtait fût partie, se chargeant, 
à défaut de Buckingham, de surveiller lui-même le départ. 

Il poussa même la sévérité de cet ordre jusqu'à retenir en 
Angleterre les ambassadeurs de Danemark, qui avaient pris 
congé, et l'ambassadeur ordinaire de Hollande, qui devait 
ramener dans le port de Flessingue les navires des Indes 
que Charles 1" avait fait restituer aux Provinces-Unies. 

Mais comme il ne songea à donner cet ordre que cinq 
heures après l'événement, c'est-à-dire à deux heures de 
l'après-midi, deux navires étaient déjà sortis des ports: 
l'un emmenant, comme nous le savons, milady, laquelle, se 
doutant déjà de l'événement, fut encore confirmée dans 
cette croyance en voyant le pavillon noir * se déployer au 
mât du vaisseau amiral. 

Quant au second bâtiment, nous dirons plus tard qui il 
portait et comment il partit. 

Pendant ce temps, au reste, rien de nouveau au camp de 
La Rochelle ; seulement le roi, qui s'ennuyait fort,* comme 
toujours, mais peut-être encore un peu plus au camp qu'ail- 
leurs, résolut d'aller incognito passer les fêtes de Saint- 



228 Leê Traie MouëquetaireM, 

Louis à Saint-Crennain^ et demanda au cardinal de Ini faire 
préparer une escorte de vingt mousquetaires seulement. 
Le cardinal, que l'ennui du roi gagnait quelquefois, accorda 
avec grand plaisir ce congé à son royal lieutenant, lequel 
promit d'être de retour vers le 15 septembre. 

M. de TrévUle, prévenu par Son Éminence, fit son porte- 
manteau, et comme, sans en savoir la cause, il savait le vif 
désir et même l'impérieux besoin que ses amis avaient de 
revenir à Paris, il va sans dire qu'il les désigna pour faire 
partie de l'escorte. 

Les quatre jeunes gens surent la nouveUe un quart d'heure 
après M. de Tréville, car ils furent les premiers à qui il la 
communiqua. Ce fut alors que d'Artagnan apprécia la fa- 
veur que lui avait faite le cardinal en le faisant enfin passer 
aux mousquetaires ; sans cette circonstance, il était forcé 
de rester au camp tandis que ses compagnons partaient. 

Il va sans dire que cette impatience de remonter vers 
Paris avait pour cause le danger que devait courir madame 
Bonacieux en se rencontrant au couvent de Béthune avec 
milady, son ennemie mortelle. Aussi, comme nous l'avons 
dit, Aramis avait écrit immédiatement à Marie Michon, 
cette lingère de Tours qui avait de si belles connaissances, 
pour qu'elle obtînt que la reine donnât l'autorisation à 
madame Bonacieux de sortir du couvent, et de se retirer, 
soit en Lorraine, soit en Belgique. La réponse ne s'était 
pas fait attendre, et huit ou dix jours après, Aramis avait 
reçu une autorisation conçue en ces termes : 

"La supérieure du couvent de Béthune remettra aux 
mains de la personne qui lui remettra ce billet la novice qui 
était entrée dans son couvent sur ma recommandation et 
sous mon patronage. 

« Au Louvre, le 10 août 1628. 

" An"ne." 



Leè Troie Mousquetaires, 229 

Il est vrai que cet ordre ne servirait pas a grand'chose 
tant que les quatre amis seraient au camp de La Eochelle^ 
c'est-à-dire à l'autre bout de la Erance; aussi d'Artagnan 
allait-il demander un congé à M. de Tréville, en lui confiant 
tout bonnement l'importance de son départ, lorsque cette 
nouvelle lui fut transmise, ainsi qu'à ses trois compagnons, 
que le roi allait partir pour Paris avec une escorte de vingt 
mousquetaires, et qu'ils faisaient partie de l'escorte. 

La joie fut grande. On envoya les valets devant avec les 
bagages, et l'on partit le 16 au matin. 

Le cardinal reconduisit Sa Majesté de Surgères à Mauzé, 
et là, le roi et son ministre prirent congé l'un de l'autre avec 
de grandes démonstrations d'amitié. 

Cependant le roi, qui cherchait de la distraction, tout en 
cheminant le plus vite qu'il lui était possible, car il désirait 
être arrivé à Paris pour le 23, s'arrêtait de temps en temps 
pour voir voler la pie,* passe-temps dont le goût lui avait 
autrefois été inspiré par de Luynes, et pour lequel il avait 
toujours conservé une grande prédilection. Sur les vingt 
mousquetaires, seize, lorsque la chose arrivait, se réjouissai- 
ent fort de ce bon temps ; mais quatre maugréaient de leur 
mieux. D'Artagnan surtout avait des bourdonnements per- 
pétuels dans les oreilles, ce que Porthos expliquait ainsi : 

— Une très-grande dame m'a appris que cela veut dire que 
l'on parle de vous quelque part. 

Enfin l'escorte traversa Paris le 23, dans la nuit ; le roi 
remercia M. de Tréville, et lui permit de distribuer des 
congés pour quatre jours. 

Les quatre premiers congés accordés, comme on le pense 
bien, furent à nos quatre amis. Il y a plus, Athos obtint de 
M. de Tréville six jours au lieu de quatre, et fit mettre dans 
ces six jours deux nuits de plus, car ils partirent le 24, à 
cinq heures du soir, et, par complaisance, M. de Tréville 
postdata le congé du 25 au matin. 



280 Les Troie Mousqtietaires, 

— Ehy mon Dieu! disait d'Artagnan, qui, comme on le 
sait, ne doutait jamais de rien, il me semble que nous faisons 
bien de l'embarras pour une chose bien simple: en deux 
jours, et en crevant deux ou trois chevaux (peu m'importe ; 
j'ai de l'argent), je suis à Béthune, je remets la lettre de la 
reine à la supérieure, et je ramène le cher trésor que je vais 
chercher, non pas en Lorraine, non pas en Belgique, mais à 
Paris, où il sera mieux caché, surtout tant que M. le cardinal 
sera à La Kochelle. Puis, une fois de retour de la campagne, 
eh bien ! en faveur de ce que nous avons fait personnellement 
pour elle, nous obtiendrons de la reine ce que nous voudrons. 
Restez donc ici, ne vous épuisez pas de fatigue inutilement ; 
moi et Planchet, c'est tout ce qu'il faut pour une expédition 
aussi simple. 

A ceci Athos répondit tranquillement : 

— Nous aussi, nous avons de l'argent ; car je n'ai pas en- 
core bu tout à fait le reste du diamant, et Porthos et Aramis 
ne l'ont pas tout à fait mangé. Nous crèverons donc aussi 
bien quatre chevaux qu'un. Mais songez, d'Artagnan, ajouta- 
t-il d'une voix si sombre, que son accent donna le frisson au 
jeune homme, songez que Béthune est une ville où le car- 
dinal a donné rendez-vous à une femme qui, partout où elle 
va, mène le malheur après elle. Si vous n'aviez affaire qu'à 
quatre hommes, d'Artagnan, je vous laisserais aller seul; 
vous avez affaire à cette femme, allons-y quatre, et plaise à 
Dieu qu'avec nos quatre valets nous soyons en nombre 
suffisant ! 

— Vous m'épouvantez, Athos, s'écria d'Artagnan; que 
craignez-vous donc, mon Dieu ? 

— Tout 1 répondit Athos. 

D'Artagnan examina les visages de ses compagnons, qui, 
comme celui d' Athos, portaient l'empreinte d'une inquiétude 
profonde, et l'on continua la route au plus grand pas des 
chevaux, mais sans ajouter une seule parole. 



Les Trois Mousquetaires. 231 

Le 26 au soir^ comme ils entraient à Arras, et comme 
d'Artagnan venait de mettre pied à terre à l'auberge de la 
Herse-d'Or pour boire un verre de vin, un cavalier sortit de 
la cour de la poste, où il venait de relayer, prenant au grand 
galop, et avec un cheval frais, le chemin de Paris. Au mo- 
ment où il passait de la grande porte dans la rue, le vent 
entr'ouvrit le manteau dont il était enveloppé, quoiqu'on 
fût au mois d'août, et enleva son chapeau, que le voyageur 
retint de sa main, au moment où il avait déjà quitté sa tête, 
et l'enfonça vivement sur ses yeux. 

D'Artagnan, qui avait les yeux fixés sur cet homme, 
devint fort pâle et laissa tomber son verre. 

— Qu'avez-vous, Monsieur? dit Planchet. . . . Oh! là, 
accourez. Messieurs, voilà mon maître qui se trouve mal ! * 

Les trois amis accoururent et trouvèrent d'Artagnan qui, 
au lieu de se trouver mal, courait à son cheval. Ils l'arrê- 
tèrent sur le seuil de la porte. 

— Eh bien ! où vas-tu donc ainsi ? lui cria Athos. 

— C'est lui ! s'écria d'Artagnan, pâle de colère et de sueur 
sur le front, c'est lui ! laissez-moi le rejoindre ! 

— Mais qui, lui ? demanda Athos. 

— Lui, cet homme ! 

— Quel homme ? 

— Cet homme maudit, mon mauvais génie, que j'ai tou- 
jours vu lorsque j'étais menacé de quelque malheur : celui 
qui accompagnait l'horrible femme lorsque je la rencontrai 
pour la première fois, celui que je cherchais quand j'ai pro- 
voqué notre ami Athos, celui que j'ai vu le matin même du 
jour où madame Bonacieux a été enlevée ! je l'ai vu, c'est 
lui! Je l'ai reconnu quand le vent a entr'ouvert son 
manteau. 

— Diable ! dit Athos rêveur. 

— En selle. Messieurs, en selle ; poursuivons-le, et nous 
le rattraperons. 



282 Lei Trois Mousquetaires^ 

— Mon cher, dit Aramis, songez qu'il va du côté opposé à 
celui où nous allons, nous ; qu'il a un cheval frais et nous 
des chevaux fatigués; que par conséquent nous crèverons 
nos chevaux sans même avoir la chance de le rejoindre. 
Laissons l'homme, d'Artagnan, sauvons la femme. 

— Eh ! Monsieur ! s'écria un garçon d'écurie courant 
après J'inconnu, eh! Monsieur! voilà un papier qui s'est 
échappé de votre chapeau ! Eh ! Monsieur \ eh ! 

— Mon ami, dit d'Artagnan, une demi-pistole pour ce 
papier ! 

— Ma foi. Monsieur, avec grand plaisir ! le voici ! 

Le garçon d'écurie, enchanté de la bonne journée qu'il 
avait faite, rentra dans la cour de l'hôtel; d'Artagnan 
déplia le papier. 

— Eh bien ? demandèrent ses amis en l'entourant. 

— Rien qu'un mot ! dit d'Artagnan. 

— Oui, dit Aramis, mais ce nom est un nom de ville ou de 
village. 

" — Armentières,'' lut Porthos. Armentières, je ne con- 
nais pas cela ! 

— Et ce nom de ville ou de village est écrit de sa main ! 
s'écria Athos. 

— Allons, allons, gardons soigneusement ce papier, dit 
d'Artagnan, peut-être n'ai-je pas perdu ma dernière pistole. 
A cheval, mes amis, à cheval ! 

Et les quatre compagnons s'élancèrent au galop sur la 
route de Béthune. 



Leê Trois Mousquetaires. 233 



XXXI.-XXXIIL 

Bentrée en France, milady fait sayoir au cardinal la mort de Buck- 
ingham et va attendre ses ordres au couvent des Carmélites de Béthune. 
C'est là que se trouve Mme. Bonacieuz. Milady, qui sait que d'Arta- 
gnan aime cette jeune femme, apprend que les mousquetaires sont en 
route pour Bëthune et arriveront incessamment. Elle fait ses préparatifs 
de départ, empoisonne Mme. Bonacieux, et fuît au moment où d'Arta- 
gnan et ses compagnons pénétrent dans la cour du couvent. Les quatre 
amis se retrouvent auprès du cadavre de la jeune femme. 

En ce moment un homme parut sur la porte, presque 
aussi pâle que ceux qui étaient dans la chambre, et regarda 
tout autour de lui ; il vit madame Bonacieux morte et d'Ar- 
tagnan évanoui. 

Il apparaissait juste à cet instant de stupeur qui suit les 
grandes catastrophes. 

— Je ne m'étais pas trompé, dit-il, voilà M. d'Artagnan, et 
vous êtes ses trois amis, messieurs Athos, Porthos et Aramis. 

Ceux dont les noms venaient d'être prononcés regardaient 
l'étranger avec étonnement ; il leur semblait à tous trois le 
reconnaître. 

— Messieurs, reprit le nouveau venu, vous êtes comme 
moi à la recherche d'une femme qui, ajoutart-il avec un 
sourire terrible, a dû passer par ici, car j'y vois un cadavre ! 

Les trois amis restèrent muets ; seulement la voix comme 
le visage leur rappelait un homme qu'ils avaient déjà vu ; 
cependant, ils ne pouvaient se souvenir dans quelles circon- 
stances. 

— Messieurs, continua l'étranger, puisque vous ne voulez 
pas reconnaître un homme qui probablement vous doit la vie 



234 Leê Tr(n% Moysqttetaires. 

deux fois, il faut bien que je me nomme : je suis lord de Win- 
ter, le beau-frère de cette femme. 

Les trois amis jetèrent un cri de surprise. 

Athos se leva et lui tendit la main. 

— Soyez le bienvenu, milord, dit-il, vous êtes des nôtres. 

— Je suis parti cinq heures après elle de Portsmouth, dit 
lord de Winter, je suis arrivé trois heures après elle à Bou- 
logne, je l'ai manquée de vingt minutes à Saint-Omer; enfin, 
à Lilliers, j'ai perdu sa trace. J'allais au hasard, m'in- 
formant à tout le monde, quand je vous ai vus passer au 
galop; j'ai reconnu M. d'Artagnan. Je vous ai appelés, 
vous ne m'avez pas répondu; j'ai voulu vous suivre, mais 
mon cheval était trop fatigué pour aller du même train que 
les vôtres. Et cependant il paraît que, malgré la diligence 
que vous avez faite, vous êtes encore arrivés trop tard ! 

— Vous voyez, dit Athos en montrant à lord de Winter 
madame Bonacieux morte et d'Artagnan que Porthos et 
Aramis essayaient de rappeler à la vie. 

— Sont-ils donc morts tous deux? demanda froidement 
lord de Winter. 

— Non, heureusement, répondit Athos, M. d'Artagnan 
n'est qu'évanoui. 

— Ah ! tant mieux ! dit lord de Winter. 

En effet, en ce moment d'Artagnan rouvrit les yeux. 

Athos se leva, marcha vers son ami d'un pas lent et 
solennel, l'embrassa tendrement, et, comme il éclatait en 
sanglots, il lui dit de sa voix si noble et si persuasive : 

— Ami, sois homme: les femmes pleurent les morts, les 
hommes les vengent ! 

— Oh ! oui, dit d'Artagnan, oui I si c'est pour la venger, 
je suis prêt à te suivre I 

Athos profita de ce moment de force que l'espoir de la 
vengeance rendait à son malheureux ami pour faire signe à 
Porthos et à Aramis d'aller chercher la supérieure. 



Les Trois Mousquetaires. 235 

Les deux amis la rencontrèrent dans le corridor encore 
toute troublée et tout éperdue de tant d'événements ; elle 
appela quelques religieuses, qui, contre toutes les habitudes 
monastiques, se trouvèrent en présence de cinq hommes. 

— Madame, dit Athos en passant le bras de d'Artagnan 
sous le sien, nous abandonnons à vos soins pieux le corps 
de cette malheureuse femme. Ce fut un ange sur la terre 
avant d'être un ange au ciel. Traitez-la comme une de vos 
sœurs ; nous reviendrons un jour prier sur sa tombe. 

lyArtagnan cacha sa figure dans la poitrine d' Athos et 
éclata en sanglots. 

— Pleure, dit Athos, pleure, cœur plein d'amour, de jeu- 
nesse et de vie ! Hélas ! je voudrais bien pouvoir pleurer 
comme toi ! 

Et il entraîna son ami, affectueux comme un père, conso- 
lant comme un prêtre, grand comme l'homme qui a beau- 
coup souffert. 

Tous cinq, suivis de leurs valets, tenant leurs chevaux 
par la bride, s'avancèrent alors vers la ville de Béthune, 
dont on apercevait le faubourg, et ils s'arrêtèrent devant la 
première auberge qu'ils rencontrèrent. 

— Mais, dit d'Artagnan, ne poursuivons-nous pas cette 
femme ? 

— Plus tard, dit Athos, j'ai des mesures à prendre. 

— Elle nous échappera, reprit le jeune homme, elle nous 
échappera, Athos, et ce sera ta faute. 

— Je réponds d'elle, dit Athos. 

D'Artagnan avait une telle confiance dans la parole de 
son ami, qu'il baissa la tête et entra dans l'auberge sans 
rien répondre. 

Porthos et Aramis se regardaient, ne comprenant rien à 
l'assurance d' Athos. 

Lord de Winter croyait qu'U parlait ainsi pour engourdir 
la douleur de d'Artagnan. 



/ 



236 he% TroU Mousquetaires. 

— Maintenant, Messieurs, dit Athos lorsqu'il se fut assuré 
qu'il y avait cinq chambres de libres dans l'hôtel, retirons- 
nous chacun chez nous; d'Artagnan a besoin d'être seul 
pour pleurer et pour dormir. Je me charge de tout, soyez 
tranquilles. 

— H me semble cependant, dit lord de Winter, que s'il y 
a quelque mesure à prendre contre la comtesse, cela me 
regarde : c'est ma belle-sœur. 

— Et moi, dit Athos, c'est ma femme. 

D'Artagnan sourit, car il comprit qu' Athos était sûr de 
sa vengeance, puisqu'il révélait un pareil secret ; Porthos et 
Aramis se regardèrent en pâlissant. Lord de Winter pensa 
qu' Athos était fou. 

— Retirez-vous donc chacun chez vous, dit Athos, et lais- 
sez-moi faire. Vous voyez bien qu'en qualité de mari cela 
me regarde. Seulement, d'Artagnan, si vous ne l'avez pas 
perdu, remettez-moi ce papier qui s'est échappé du chapeau 
de cet homme et sur lequel est écrit le nom du village. . . . 

— Ah ! dit d'Artagnan, je comprends ; ce nom écrit de sa 
main. ... 

— Tu vois bien, dit Athos, qu'il y a un Dieu dans le ciel. 



Leë Trois Mousquetaires. 287 



XXXIV. 

L'HOMME AU MANTEAU ROUGE. 

Le désespoir d'Athos avait fait place à une douleur con- 
centrée, qui rendait plus lucides encore les brillantes facultés 
d'esprit de cet homme. 

Tout entier à une seule pensée, celle de la promesse qu'il 
avait faite et de la responsabilité qu'il avait prise, il se 
retira le dernier dans sa chambre, pria l'hôte de lui pro- 
curer une carte de la province, se courba dessus, interrogea 
les lignes tracées, reconnut que quatre chemins différents 
se rendaient de Béthune à Armentières, et fit appeler les 
valets. 

Planchet, Grimaud, Mousqueton et Bazin se présentèrent 
et reçurent les ordres clairs, ponctuels et graves d'Athos. 

Ils devaient partir au point du jour, le lendemain, et se 
rendre à Armentières, chacun par une route différente. 
Planchet, le plus intelligent des quatre, devait suivre celle 
par laquelle avait disparu la voiture sur laquelle les quatre 
amis avaient tiré, et qui était accompagnée, on se le rappelle, 
du domestique de Rochefort. 

Athos mettait les valets en campagne d'abord, parce que, 
depuis que ces hommes étaient à son service et à celui de 
ses amis, il avait reconnu en chacun d'eux des qualités 
différentes et essentielles. 

Puis, des valets qui interrogent inspirent aux passants 
moins de défiance que leurs maîtres, et trouvent plus de 
sympathie chez ceux auxquels ils s'adressent. 

Enfin, milady connaissait les maîtres, tandis qu'elle ne 



238 Le% Troie Mousquetaires. 

connaissait pas les valets ; au contraire,* les valets connais- 
saient parfaitement milady. 

Tous quatre devaient se trouver réunis le lendemain, à 
onze heures ; s'ils avaient découvert la retraite de milady, 
trois resteraient à la garder, le quatrième reviendrait à 
Béthune pour prévenir Athos et servir de guide aux quatre 
amis. 

Ces dispositions prises, les valets se retirèrent à leur tour. 

Athos alors se leva de sa chaise, ceignit son épée, s'enve- 
loppa dans son manteau et sortit de l'hôtel; il était dix 
heures à peu près. A dix heures du soir, on le sait, en 
province les rues sont peu fréquentées. Athos cependant 
cherchait visiblement quelqu'un à qui il pût adresser une 
question. Enfin il rencontra un passant attardé, s'approcha 
de lui, lui dit quelques paroles ; l'homme auquel il s'adres- 
sait recula avec terreur, cependant il répondit aux paroles 
du mousquetaire par une indication. Athos offrit à cet 
homme une demi-pistole pour l'accompagner, mais l'homme 
refusa. 

Athos s'enfonça dans la rue que l'indicateur avait dési- 
gnée du doigt; mais, arrivé à un carrefour, il s'arrêta de 
nouveau, visiblement embarrassé. Cependant, comme, plus 
qu'aucim autre lieu, le carrefour lui offrait la chance de 
rencontrer quelqu'un, il s'y arrêta. En effet, au bout d'un 
instant, un veilleur de nuit passa. Athos lui répéta la 
même question qu'il avait déjà faite à la première personne 
qu'il avait rencontrée; le veilleur de nuit laissa apercevoir 
la même terreur, refusa à son tour d'accompagner Athos, et 
lui montra de la main le chemin qu'il devait suivre. 

Athos marcha dans la direction indiquée et atteignit le 
faubourg situé à l'extrémité de la ville opposée à celle par 
laquelle lui et ses compagnons étaient entrés. Là il parut 
de nouveau inquiet et embarrassé, et s'arrêta pour la troi- 
sième fois. 



Le9 Troie Mousquetaires, 239 

Heureusement un mendiant passa, qui s'approcha près 
d'Athos pour lui demander l'aumône. Athos lui proposa 
un écu pour l'accompagner où il allait. Le mendiant hésita 
un instant, mais à la vue de la pièce d'argent qui brillait 
dans l'obscurité, il se décida et marcha devant Athos. 

Arrivé à l'angle d'une rue, il lui montra de loin une 
petite maison isolée, solitaire, triste ; Athos s'en approcha, 
tandis que le mendiant, qui avait reçu son salaire, s'en 
éloignait à toutes jambes. 

Athos en fit le tour, avant de distinguer la porte au milieu 
de la couleur rougeâtre dont cette maison était peinte ; au- 
cune lumière ne paraissait à travers les gerçures des contre- 
vents, aucun bruit ne pouvait faire supposer qu'elle fût 
habitée, elle était sombre et muette comme un tombeau. 

Trois fois Athos frappa sans qu'on lui répondit. Au troi- 
sième coup cependant des pas intérieurs se rapprochèrent ; 
enfin la porte s'entrebâilla, et un homme de haute taille, au 
teint pâle, aux cheveux et à la barbe noire, parut. 

Athos et lui échangèrent quelques mots à voix basse, puis 
l'homme à haute taille fit signe au mousquetaire qu'il 
pouvait entrer. Athos profita à l'instant même de la per- 
mission, et la porte se referma derrière lui. 

L'homme qu' Athos était venu chercher si loin et qu'il 
avait trouvé avec tant de peine, le fit entrer dans son labora- 
toire, où il était occupé à retenir avec des fils de fer les os 
cliquetants d'un squelette. Tout le corps était déjà rajusté: 
la tête seule était posée sur une table. 

Tout le reste de l'ameublement indiquait que celui chez 
lequel on se trouvait s'occupait de sciences naturelles ; il y 
avait des bocaux pleins de serpents, étiquetés selon les 
espèces; des lézards desséchés reluisaient comme des éme- 
raudes taillées dans de grands cadres de bois noir; enfin, 
des bottes d'herbes sauvages, odoriférantes et sans doute 
douées de vertus inconnues au vulgaire des hommes, étaient 



240 Les Trois Mousquetaires. 

attachées au plafond et descendaieiit dans les angles de l'ap- 
partement. 

Du reste, pas de famille, pas de serviteurs ; l'homme à la 
haute taille habitait seul cette maison. 

Athos jeta un coup d'œil froid et indifférent sur tous les 
objets que nous venons de décrire, et, sur l'invitation de celui 
qu'il venait chercher, il s'assit près de lui. 

Alors il lui expliqua la cause de sa visite et le service 
qu'il réclamait de lui; mais à peine eut-il exposé sa de- 
mande, que l'inconnu, qui était resté debout devant le mous- 
quetaire, recula de terreur et refusa. Alors Athos tira de 
sa poche un petit papier sur lequel étaient écrites deux 
lignes accompagnées d'une signature et d'un sceau, et les 
présenta à celui qui donnait trop prématurément ces signes 
de répugnance. L'homme à la grande taille eut à peine lu 
ces deux lignes, vu la signature et reconnu le sceau, qu'il 
s'inclina en signe qu'il n'avait plus aucune objection à faire, 
et qu'il était prêt à obéir. 

Athos n'en demanda pas davantage; il se leva, salua, 
sortit, reprit en s'en allant le chemin qu'il avait suivi pour 
venir, rentra dans l'hôtel et s'enferma chez lui. 

Au point du jour, d'Artagnan entra dans sa chambre et 
demanda ce qu'il fallait faire. 

— Attendre, répondit Athos. 

Quelques instants après, la supérieure du couvent fit pré- 
venir les mousquetaires que l'enterrement aurait lieu à midi. 
Quant à l'empoisonneuse, on n'en avait pas eu de nouvelles ; 
seulement elle avait dû fuir par le jardin, sur le sable duquel 
on avait reconnu la trace de ses pas et dont on avait retrouvé 
la porte fermée. 

A l'heure indiquée, lord de Winter et les quatre amis se 
rendirent au couvent : les cloches sonnaient à toute volée, la 
chapelle était ouverte, la grille du chœur était fermée. Au 
milieu du chœur, le corps de la victime, revêtue de ses habits 



Les Trois Moitsquetaires. 241 

de novice, était exposé. De chaque côté du chœur et der- 
rière des grilles s'ouvrant sur le couvent était toute la com- 
munauté des carmélites, qui écoutait de là le service divin 
et mêlait son chant au chant des prêtres, sans voir les pro- 
fanes et sans être vue d'eux. 

A la porte de la chapelle, d'Artagnan sentit son courage 
qui fuyait de nouveau ; il se retourna pour chercher Athos, 
mais Athos avait disparu. 

Fidèle à sa mission de vengeance, Athos s'était fait con- 
duire au jardin ; et là sur le sable, suivant les pas légers de 
cette femme qui avait laissé une trace sanglante partout où 
elle avait passé, il s'avança jusqu'à la porte qui donnait sur 
le bois, se la fit ouvrir, et s'enfonça dans la forêt. 

Alors tous ses doutes se confirmèrent ; le chemin par 
lequel la voiture avait disparu contournait la forêt. Athos 
suivit le chemin quelque temps les yeux fixés sur le sol ; de 
légères taches de sang, qui provenaient d'une blessure faite 
ou à l'homme qui accompagnait la voiture en courrier, ou à 
l'un des chevaux, piquetaient le chemin. Au bout de trois 
quarts de lieue à peu près, à cinquante pas de Festubert, 
une tache de sang plus large apparaissait; le sol était 
piétiné par les chevaux. Entre la forêt et cet endroit dé- 
nonciateur, un peu en arrière de la terre écorchée, on 
retrouvait la même trace de petits pas que dans le jardin ; 
la voiture s'était arrêtée. 

En cet endroit milady était sortie du bois et était montée 
dans la voiture. 

Satisfait de cette découverte qui confirmait tous ses soup- 
çons, Athos revint à l'hôtel et trouva Flanchet qui l'attendait 
avec impatience. 

Tout était comme l'avait prévu Athos. 

Flanchet avait suivi la route, avait comme Athos re- 
marqué les taches de sang, comme Athos il avait reconnu 
l'endroit où les chevaux s'étaient arrêtés; mais il avait 



242 Leê Trais Mousquetaires. 

poussé plus loin qu'Athos, de sorte qu'au village de Festu- 
bert, en buvant dans une auberge, il avait, sans avoir eu 
besoin de questionner, appris que la veille, à huit heures et 
demie du soir, un homme blessé, qui accompagnait une 
dame qui voyageait dans une chaise de poste, avait été 
obligé de s'arrêter, ne pouvant aller plus loin. L'accident 
avait été mis sur le compte de voleurs qui auraient arrêté 
la chaise dans le bois. L'homme était resté dans le village, 
la femme avait relayé et continué son chemin. 

Planchet se mit en quête du postillon qui avait conduit la 
chaise, et le retrouva. Il avait conduit la dame jusqu'à 
Fromelles, et de Fromelles elle était partie pour Armen- 
tières. Planchet prit la traverse, et à sept heures du matin 
il était à Armentières. 

Il n'y avait qu'un seul hôtel, celui de la Poste. Planchet 
alla se présenter comme un laquais sans place qui cherchait 
une condition.^ Il n'avait pas causé dix minutes avec les 
gens de l'auberge, qu'il savait qu'une femme seule était ar- 
rivée à onze heures du soir, avait pris une chambre, avait 
fait venir le maître d'hôtel et lui avait dit qu'elle désirerait 
demeurer quelque temps dans les environs. 

Planchet n'avait pas besoin d'en savoir davantage. Il 
courut au rendez-vous, trouva les trois laquais exacts à leur 
poste, les plaça en sentinelles à toutes les issues de l'hôtel, 
et vint trouver Athos, qui achevait de recevoir les renseigne- 
ments de Planchet, lorsque ses amis rentrèrent. 

Tous les visages étaient sombres et crispés, même le doux 
visage d'Aramis. 

— Que faut-il faire ? demanda d' Artagnan. 

— Attendre, répondit Athos. 
Chacun se retira chez soi. 

A huit heures du soir, Athos donna l'ordre de seller les 
chevaux, et fit prévenir lord de Winter et ses amis qu'ils 
eussent à se préparer pour l'expédition. 



Les Trois Mousquetaires, 243 

En un instant tous cinq furent prêts. Chacun visita ses 
armes et les mit en état. Athos descendit le dernier et 
trouva d'Artagnan déjà à cheval et s'impatientant. 

— Patience, dit Athos, il nous manque encore quelqu'un. 
Les quatre cavaliers regardèrent autour d'eux avec éton- 

nement, car ils cherchaient inutilement dans leur esprit 
quel était ce quelqu'un qui pouvait leur manquer. 

En ce moment Planchet amena le cheval d' Athos, le 
mousquetaire sauta légèrement en selle. 

— Attendez-moi, dit-il, je reviens. 
Et il partit au galop. 

Un quart d'heure après, il revint effectivement accom- 
pagné d'un homme masqué et enveloppé d'un grand manteau 
rouge. 

Lord de Winter et les trois mousquetaires s'interrogeaient 
du regard. Nul d'entre eux ne put renseigner les autres, 
car tous ignoraient ce qu'était cet homme. Cependant ils 
pensèrent que cela devait être ainsi, puisque la chose se 
faisait par l'ordre d' Athos. 

A neuf heures, guidée par Planchet, la petite cavalcade se 
mit en route, prenant le chemin qu'avait suivi la voiture. 

C'était un triste aspect que celui de ces six hommes 
courant en silence, plongés chacun dans sa pensée, mornes 
comme le désespoir, sombres comme le châtiment. 



XXXV. 

Les cinq amis rejoignent milady sur les bords de la Lys. Chacun 
Taccuse des crimes qu'elle a commis, et tous la condamnent à mort. 



244 Le% Trois Mousquetaires. 



XXX VI. 

L'EXÉCUTION. 

n était minuit à peu près; la lune, échancrée par sa 
décroissance et ensanglantée^ par les dernières traces de 
l'orage, se levait derrière la petite ville d'Armentières, qui 
découpait sur sa lueur blafarde la silhouette sombre de ses 
maisons et le squelette de son haut clocher découpé à jour. 
En face, la Lys roulait ses eaux pareilles à une rivière 
d'étain fondu; tandis que sur l'autre rive on voyait la 
masse noire des arbres se profiler sur un ciel orageux 
envahi par de gros nuages cuivrés qui faisaient une espèce 
de crépuscule au milieu de la nuit. A gauche s'élevait un 
vieux moulin abandonné, aux ailes immobiles, dans les 
ruines duquel une chouette faisait entendre son cri aigu, 
périodique et monotone. Çà et là dans la plaine à droite 
et à gauche du chemin qui suivait le lugubre cortège, appa- 
raissaient quelques arbres bas et trapus, qui semblaient des 
nains difformes accroupis pour guetter les hommes à cette 
heure sinistre. 

De temps en temps un large éclair couvrait l'horizon dans 
toute sa largeur, serpentait au-dessus de la masse noire des 
arbres et venait comme un effrayant cimeterre couper le 
ciel et l'eau en deux parties. Pas un souffle de vent ne 
glissait dans l'atmosphère alourdie. Un silence de mort 
écrasait toute la nature, le sol était humide et glissant de 
la pluie qui venait de tomber, et les herbes ranimées jetaient 
leur parfum avec plus d'énergie. 

Deux valets entraînaient milady, qu'ils tenaient chacun 



Les Trois Mousquetaires. 245 

par un bras ; le bourreau marchait derrière, et lord de Win- 
ter, d'Artagnan, Athos, Porthos et Aramis marchaient der- 
rière le bourreau. 

Planchet et Bazin venaient les derniers. 

Les deux valets conduisaient milady du côté de la rivière. 
Sa bouche était muette ; mais ses yeux parlaient avec leur 
inexprimable éloquence, suppliant tour à tour chacun de 
ceux qu'elle regardait. 

Comme elle se trouvait de quelques pas en avant, elle dit 
aux valets : 

— Mille pistoles à chacun de vous si vous protégez ma 
fuite; mais si vous me livrez à vos maîtres, j'ai ici près des 
vengeurs qui vous feront payer cher ma mort. 

Grimaud hésitait. Mousqueton tremblait de tous ses 
membres. 

Athos, qui avait entendu la voix de milady, s'approcha 
vivement, lord de Winter en fit autant. 

— Renvoyez ces valets, dit-il, elle leur a parlé, ils ne sont 
plus sûrs. 

On appela Planchet et Bazin, qui prirent la place de 
Grimaud et de Mousqueton. 

Arrivés au bord de l'eau, le bourreau s'approcha de milady 
et lui lia les pieds et les mains. 

Alors elle rompit le silence pour s'écrier : 

— Vous êtes des lâches, vous êtes de misérables assassins, 
vous vous mettez à dix * pour égorger une femme ; prenez 
garde, si je ne suis point secourue, je serai vengée. . . . 

— Vous n'êtes pas une femme, dit froidement Athos, vous 
n'appartenez pas à l'espèce humaine, vous êtes un démon. 

— Ah ! messieurs les hommes vertueux ! dit milady, faites 
attention que celui qui touchera un cheveu de ma tête est 
à son tour un assassin. 

— Le bourreau peut tuer, sans être pour cela un assassin. 
Madame, dit l'homme au manteau rouge en frappant sur sa 



246 Leê Trois Mousquetaires, 

large épée; c'est le dernier juge, voilà tout: Nachrichter,* 
comme disent nos voisins les Allemands. 

Et, comme il la liait en disant ces paroles, milady poussa 
deux ou trois cris sauvages, qui firent un effet sombre et 
étrange en s'envolant dans la nuit et en se perdant dans 
les profondeurs du bois. 

— Mais si je suis coupable, si j'ai commis les crimes dont 
vous m'accusez, hurlait milady, conduisez-moi devant un 
tribunal; vous n'êtes pas des juges, vous, pour me con- 
damner. 

— Je vous avais proposé Tyburn, dit lord de Winter, 
pourquoi n'avez-vous pas voulu ? 

— Parce que je ne veux pas mourir ! s'écria milady en se 
débattant, parce que je suis trop jeune pour mourir ! 

— La femme que vous avez empoisonnée à Béthune était 
plus jeune encore que vous. Madame, et cependant elle est 
morte, dit d'Artagnan. 

— J'entrerai dans un cloître, je me ferai religieuse, dit 
milady. 

— Vous étiez dans un cloître, dit le bourreau, et vous en 
êtes sortie pour perdre mon frère. 

Milady poussa un cri d'effroi, et tomba sur ses genoux. 
Le bourreau la souleva sous les bras, et voulut l'emporter 
vers le bateau. 

— Oh, mon Dieu! s'écria-t-elle, mon Dieu ! allez-vous donc 
me noyer ! 

Ces cris avaient quelque chose de si déchirant, que d'Ar- 
tagnan, qui d'abord était le plus acharné à la poursuite de 
milady, se laissa aller sur une souche, et pencha la tête, 
se bouchant les oreilles avec les paumes de ses mains ; et 
cependant, malgré cela, il l'entendait encore menacer et 
crier. 

D'Artagnan était le plus jeune de tous ces hommes, le 
cœur lui manqua. 



Les Trois Mousquetaires • 247 

— Oh ! je ne puis voir cet affreux spectacle ! je ne puis 
consentir à ce que cette femme meure ainsi ! 

Milady avait entendu ces quelques mots, et elle s'était 
reprise à une lueur d'espérance. 

— D'Artagnan! d'Artagnan! cria-t-elle, souviens-toi que 
je t'ai aimé ! 

Le jeune homme se leva et fit un pas vers elle. 

Mais Athos se leva, tira son épée, se mit sur son chemin. 

— Si vous faites un pas de plus, d'Artagnan, dit-il, nous 
croiserons le fer ensemble. 

D'Artagnan tomba à genoux et pria. 

— Allons, continua Athos, bourreau, fais ton devoir. 

— Volontiers, Monseigneur, dit le bourreau, car aussi vrai 
que je suis bon catholique, je crois fermement être juste en 
accomplissant ma fonction sur cette femme. 

— C'est bien. 

Athos fit un pas vers milady. 

— Je vous pardonne, dit-il, le mal que vous m'avez fait ; 
je vous pardonne mon avenir brisé, mon honneur perdu, mon 
amour souillé et mon salut à jamais compromis par le déses- 
poir où vous m'avez jeté. Mourez en paix. 

Lord de Winter s'avança à son tour. 

— Je vous pardonne, dit-il, l'empoisonnement de mon 
frère, l'assassinat de Sa Grâce lord Buckingham; je vous 
pardonne la mort du pauvre Felton, je vous pardonne vos 
tentatives sur ma personne. Mourez en paix. 

— Et moi, dit d'Artagnan, pardonnez-moi. Madame, d'a- 
voir provoqué votre colère; et, en échange, je vous par- 
donne le meurtre de ma pauvre amie et vos vengeances 
cruelles pour moi, je vous pardonne et je pleure sur vous. 
Mourez en paix. 

— I am lost ! murmura en anglais milady ; I must die. 
Alors elle se releva d'elle-même, jeta tout autour d'elle un 

de ces regards clairs qui semblaient jaillir d'un œil de flamme. 



248 Leê Traie Mousquetaireê. 

Elle ne vit rien. 

Elle écouta, elle n'entendit rien. 

Elle n'avait autour d'elle que des ennemis. 

— Où vais-je mourir ? dit-elle. 

— Sur l'autre rive, répondit le bourreau. 

Alors il la fit entrer dans la barque, et, comme il allait y 
mettre le pied, Athos lui remit une somme d'argent. 

— Tenez, dit-il, voici le prix de l'exécution ; que l'on voie 
bien que nous agissons en juges. 

— C'est bien, dit le bourreau ; et que maintenant, à son 
tour, cette femme sache que je n'accomplis pas mon métier, 
mais mon devoir. 

Et il jeta l'argent dans la rivière. 

Le bateau s'éloigna vers la rive gauche de la Lys, empor- 
tant la coupable et l'exécuteur ; tous les autres demeurèrent 
sur la rive droite, où ils étaient tombés à genoux. 

Le bateau glissait lentement le long de la corde du bac, 
sous le reflet d'un nuage pâle qui surplombait l'eau en ce 
moment. 

On le vit aborder sur l'autre rive; les personnages se 
dessinaient en noir sur l'horizon rougeâtre. 

Milady, pendant le trajet, était parvenue à détacher la 
corde qui liait ses pieds : en arrivant sur le rivage, elle 
sauta légèrement à terre et prit la fuite. 

Mais le sol était humide ; en arrivant au haut du talus, 
elle glissa et tomba sur ses genoux. 

Une idée superstitieuse la frappa sans doute ; elle com- 
prit que le ciel lui refusait son secours et resta dans l'atti- 
tude où elle se trouvait, la tête inclinée et les mains jointes. 

Alors on vit, de l'autre rive, le bourreau lever lentement 
ses deux bras, im rayon de la lune se refléta sur la lame de 
sa large épée, les deux bras retombèrent; on entendit le 
sifflement du cimeterre et le cri de la victime, puis une 
masse tronquée s'affaissa sous le coup. 



Les Trois Mousquetaires, 249 

Alors le bourreau détacha son manteau rouge, l'étendit à 
terre, y coucha le corps, y jeta la tête, le noua par les quatre 
coins, le rechargea sur son épaule et remonta dans le 
bateau. 

Arrivé au milieu de la Lys, il arrêta la barque, et suspen- 
dant son fardeau au-dessus de la rivière : 

— Laissez passer la justice de Dieu ! * cria-t-il à haute 
voix. 

Et il laissa tomber le cadavre au plus profond de l'eau, 
qui se referma sur lui. 

Trois jours après, les quatre mousquetaires rentraient à 
Paris ; ils étaient restés dans les limites de leur congé, et le 
même soir ils allèrent faire leur visite accoutumée à M. de 
Tréville. 

— Eh bien ! Messieurs, leur demanda le brave capitaine, 
vous êtes-vous bien amusés dans votre excursion ? 

— Prodigieusement ! répondit Athos en son nom et en 
celui de ses camarades. 



250 Le» Troi» Mousquetaire». 



CONCLUSION. 



-•o»- 



Le 6 du mois suivant, le roi, -tenant la promesse qu'il 
avait faite au cardinal ^ de quitter Paris pour revenir à la 
Rochelle, sortit de sa capitale tout étourdi encore de la nou- 
velle qui venait de se répandre que Buckingham venait 
d'être assassiné. 

Quoique prévenue que l'homme qu'elle avait tant aimé 
courait un danger, la reine, lorsqu'on lui annonça cette mort, 
ne voulut pas la croire ; il lui arriva même de s'écrier impru- 
demment : 

— C'est faux ! il vient de m'écrire. 

Mais le lendemain il lui fallut bien croire à cette fatale 
nouvelle ; Laporte, retenu comme tout le monde en Angle- 
terre par les ordres du roi Charles 1% arriva porteur du der- 
nier et funèbre présent que Buckingham envoyait à la reine. 

La joie du roi avait été très-vive ; il ne se donna pas la 
peine de la dissimuler et la fit même éclater avec affectation 
devant la reine. Louis XIII, comme tous les cœurs faibles, 
manquait de générosité. 

Mais bientôt le roi redevint sombre et mal portant : son 
front n'était pas de ceux qui s'éclaircissent pour longtemps ; 
il sentait qu'en retournant au camp il allait reprendre son 
esclavage, et cependant il y retournait. 

Le cardinal était pour lui le serpent f ascinateur, et il était 
l'oiseau qui voltige de branche en branche sans pouvoir lui 
échapper. 

Aussi le retour vers la Rochelle était-il profondément 



Les Trois Mousquetaires. 251 

triste. Nos quatre amis surtout faisaient Pétonnement de 
leurs camarades ; ils voyageaient ensemble côte à côte, Tœil 
sombre et la tête baissée. Athos relevait seul de temps en 
^ temps son large front ; un éclair brillait dans ses yeux, un 
sourire amer passait sur ses lèvres, puis, pareil à ses camar 
rades, il se laissait de nouveau aller à ses rêveries. 

Aussitôt l'arrivée de l'escorte dans une ville, dès qu'ils 
avaient conduit le roi à son logis, les quatre amis se retirai- 
ent ou chez eux ou dans quelque cabaret écarté, où ils ne 
jouaient ni ne buvaient; seulement ils parlaient à voix 
basse en regardant avec attention si nul ne les écoutait. 

Un jour que le roi avait fait halte sur la route pour voler 
la pie, et que les quatre amis, selon leur habitude, au lieu 
de suivre la chasse, s'étaient arrêtés dans un cabaret sur la 
grande route, un homme, qui venait de la Rochelle à franc 
étrier,^ s'arrêta à la porte pour boire un verre de vin, et 
plongea son regard dans l'intérieur de la chambre où étaient 
attablés les quatre mousquetaires. 

— Holà ! monsieur d'Artagnan ! dit-il, n'est-ce point vous 
que je vois là-bas ? 

D'Artagnan leva la tête et poussa un cri de joie. Cet 
homme, qu'il appelait son fantôme, c'était son inconnu de 
Meung, de la rue des Fossoyeurs et d'Arras. 

D'Artagnan tira son épée et s'élança vers la porte. 

Mais cette fois, au lieu de fuir, l'inconnu s'élança à bas de 
cheval, et s'avança à la rencontre de d'Artagnan. 

— Ah ! Monsieur, dit le jeune homme, je vous rejoins 
donc enfin ; cette fois vous ne m'échapperez pas. 

— Ce n'est pas mon intention non plus. Monsieur, car 
cette fois je vous cherchais ; au nom du roi, je vous arrête. 
Je dis que vous ayez à me rendre votre épée,* Monsieur, et 
cela sans résistance ; il y va de la tête,* je vous en avertis. 

— Qui êtes-vous donc ? demanda d'Artagnan en baissant 
son épée, mais sans la rendre encore. 



252 LeH Troie Mousquetaires. 

^ Je stiis le chevalier de Rochef ort, répondit rinconnu, 
Pécuyer de monsieur le cardinal de Richelieu, et j'ai ordre 
de vous ramener à Son Éminence. 

— Nous retournons auprès de Son Éminence, monsieur le 
chevalier, dit Athos en s'avançant, et vous accepterez bien 
la parole de M. d'Artagnan, qu'il va se rendre en droite 
ligne à La Rochelle. 

— Je dois le remettre entre les mains des gardes qui le 
ramèneront au camp. 

— Nous lui en servirons, Monsieur, sur notre parole de 
gentilshommes; mais sur notre parole de gentilshommes 
aussi, ajouta Athos, en fronçant le sourcil, M. d'Artagnan 
ne nous quittera pas. 

Le chevalier de Rochefort jeta un coup d'oeil en arrière et 
vit que Porthos et Aramis s'étaient placés entre lui et la 
porte ; il comprit qu'il était complètement à la merci de ces 
quatre hommes. 

— Messieurs, dit-il, si M. d'Artagnan veut me rendre son 
épée, et joindre sa parole à la vôtre, je me contenterai de 
votre promesse de conduire M. d'Artagnan au quartier de 
monseigneur le cardinal. 

— Vous avez ma parole. Monsieur, dit d'Artagnan, et voici 
mon épée. 

— Cela me va d'autant mieux, ajouta Rochefort, qu'il faut 
que je continue mon voyage. 

— Si c'est pour rejoindre milady, dit froidement Athos, 
c'est inutile, vous ne la retrouverez pas. 

— Qu'est-elle donc devenue ? demanda vivement Rochefort. 

— Revenez au camp et vous le saurez. 

Rochefort demeura un instant pensif, puis, comme on n'é- 
tait plus qu'à une journée de Surgères, jusqu'où le cardinal 
devait venir au-devant du roi, il résolut de suivre le conseil 
d' Athos et de revenir avec eux. 

D'ailleurs ce retour lui offrait un avantage, c'était de sur- 
veiller lui-même son prisonnier. 



Leê Trois Movsqitetairea. 258 

On se remit en route. 

Le lendemain, à trois heures de l'après-midi, on arriva à 
Snrgères. Le cardinal y attendait Louis XIII. Le ministre 
et le roi y échangèrent force caresses, se félicitèrent du 
heureux hasard qui débarrassait la France de Pennemi 
acharné qui ameutait l'Europe contre elle. Après quoi, le 
cardinal, qui avait été prévenu par Rochefort que d'Arta- 
gnan était arrêté, et qui avait hâte de le voir, prit congé du 
roi en l'invitant à venir voir le lendemain les travaux de la 
digue qui étaient achevés. 

En revenant le soir à son quartier du pont de La Pierre, 
le cardinal trouva debout devant la porte de la maison qu'il 
habitait d'Artagnan sans épée et les trois mousquetaires 
armés. 

Cette fois, comme il était en force, il les regarda sévèrement, 
et fit signe de l'œil et de la main à d'Artagnan de le suivre. 

D'Artagnan obéit. 

— Nous t'attendons, d'Artagnan, dit Athos assez haut 
pour que le cardinal l'entendit. 

Son Éminence fronça le sourcil, s'arrêta un instant, puis 
continua son chemin sans prononcer ime seule parole. 

D'Artagnan entra derrière le cardinal, et derrière d'Arta- 
gnan la porte fut gardée. 

Son Éminence se rendit dans la chambre qui lui servait 
de cabinet, et fit signe à Rochefort d'introduire le jeune 
mousquetaire. 

Rochefort obéit et se retira. 

D'Artagnan resta seul en face du cardinal; c'était sa 
seconde entrevue avec Richelieu, et il avoua depuis qu'il 
avait été bien convaincu que ce serait la dernière. 

Richelieu resta debout, appuyé contre la cheminée, une 
table était dressée entre lui et d'Artagnan. 

— Monsieur, dit le cardinal, vous avez été arrêté par mes 
ordres. 



264 Le9 Troie MousquetaireB. 

— On me l'a dit, Monseigneur. 

— Savez-vous pourquoi ? 

— Non, Monseigneur ; car la seule chose pour laquelle je 
pourrais être arrêté est encore inconnue de Son Éminence. 

Kichelieu regarda fixement le jeune homme. 

— Holà ! dit-il, que veut dire cela ? 

— Si Monseigneur veut m'apprendre d'abord les crimes 
qu'on m'impute, je lui dirai ensuite les faits que j'ai ac- 
complis. 

— On vous impute des crimes qui ont fait choir des têtes 
plus hautes que la vôtre, Monsieur ! dit le cardinal. 

— Lesquels, Monseigneur ? demanda d'Artagnan avec un 
calme qui étonna le cardinal lui-même. 

— On vous impute d'avoir correspondu avec les ennemis 
du royaume, on vous impute d'avoir surpris les secrets de 
l'Etat, on vous impute d'avoir essayé de faire avorter les 
plans de votre général. 

— Et qui m'impute cela, Monseigneur ? dit d'Artagnan, 
qui se doutait que l'accusation venait de milady : une femme 
flétrie par la justice du pays, une femme qui a épousé un 
homme en France et un autre en Angleterre, une femme qui 
a empoisonné son second mari et qui a tenté de m'empoison- 
ner moi-même ! 

— Que dites-vous donc là ? Monsieur, s'écria le cardinal 
étonné, et de quelle femme parlez-vous ainsi ? 

— De milady de Winter, répondit d'Artagnan; oui, de 
milady de Winter, dont, sans doute. Votre Éminence ignorait 
tous les crimes lorsqu'elle l'a honorée de sa confiance. 

— Monsieur, dit le cardinal, si milady de Winter a com- 
mis les crimes que vous dites, elle sera punie. 

— Elle l'est. Monseigneur. 

— Et qui l'a punie ? 

— Nous. 

— Elle est en prison. 



Les Trois Mousquetaires. 256 

— Elle est morte. 

— Morte ! répéta le cardinal, qui ne pouvait croire à ce 
qu'il entendait : morte ! n'avez-vous pas dit qu'elle était 
morte ? 

— Trois fois elle avait essayé de me tuer, et je lui avais 
pardonné; mais elle a tué la femme que j'aimais. Alors, 
mes amis et moi, nous l'avons prise, jugée et condamnée. 

IKArtagnan alors raconta l'empoisonnement de madame 
Bonacieux dans le couvent des Carmélites de Béthune, le 
jugement dans la maison isolée, l'exécution sur les bords de 
la Lys. 

Un frisson courut par tout le corps du cardinal, qui 
cependant ne frissonnait pas facilement. 

Mais tout à coup, comme subissant l'influence d'une 
pensée muette, la physionomie du cardinal, sombre jus- 
qu'alors, s'éclaircit peu à peu et en arriva à la plus parfaite 
sérénité. 

— Ainsi, dit le cardinal avec une voix dont la douceur 
contrastait avec la sévérité de ses paroles, vous vous êtes 
constitués en juges, sans penser que ceux qui n'ont pas 
mission de punir et qui punissent sont des assassins ! 

— Monseigneur, je vous jure que je n'ai pas eu un instant 
l'intention de défendre ma tête contre vous. Je subirai le 
châtiment que Votre Éminence voudra bien m'infliger. Je 
ne tiens pas assez à la vie pour craindre la mort. 

— Oui, je le sais, vous êtes un homme de cœur. Monsieur, 
dit le cardinal avec une voix presque affectueuse : je puis 
donc vous dire d'avance que vous serez jugé, condamné 
même. 

— Un autre pourrait répondre à Votre Éminence qu'il a 
sa grâce dans sa poche ; moi je me contenterai de vous dire : 
Ordonnez, Monseigneur, je suis prêt. 

— Votre grâce ? dit Richelieu surpris. 

— Oïii, Monseigneur, dit d' Artagnan. 



256 Les Trois Mousquetaires, 

— Et signée de qui ? du roi ? 

Et le cardinal prononça ces mots avec une singulière ex- 
pression de mépris. 
— Non, de Votre Éminence. 
— De moi ? vous êtes fou, Monsieur ? 

— Monseigneur reconnaîtra sans doute son écriture. 

Et d'Artagnan présenta au cardinal le précieux papier 
qu'Athos avait arraché à milady, et qu'il avait donné à 
d'Artagnan pour lui servir de sauve-garde. 

Son Éminence prit le papier et lut d'une voix lente et en 
appuyant sur chaque syllabe : 

"C'est par mon ordre et pour le bien de l'État que le 
porteur de ce présent a fait ce qu'il a fait. 

«3 décembre 1627. «Richelieu.» 

Le cardinal, après avoir lu ces deux lignes, tomba dans une 
rêverie profonde, mais il ne rendit pas le papier à d' Artagnan. 

— Il médite de quel genre de supplice il me fera mourir, 
se dit tout bas d' Artagnan ; eh bien, ma foi ! il verra com- 
ment meurt un gentilhomme. 

Le jeune mousquetaire était en excellente disposition pour 
trépasser héroïquement. 

Richelieu pensait toujours, roulait et déroulait le papier 
dans ses mains. Enfin il leva la tête, fixa son regard d'aigle 
sur cette physionomie loyale, ouverte, intelligente, lut sur 
ce visage sillonné de larmes toutes les souffrances qu'il avait 
endurées depuis un mois, et songea pour la troisième ou 
quatrième fois combien cet enfant de vingt et un ans avait 
d'avenir, et quelles ressources son activité, son courage et 
son esprit pouvaient offrir à un bon maître. 

D'un autre côté, les crimes, la puissance, le génie in- 
fernal de milady l'avaient plus d'une fois épouvanté. Il 



Les Trois Mousquetaires, 257 

sentait comme une joie secrète .d'être à jamais débarrassé 
de ce complice dangereux. 

Il décliira lentement le papier que d'Artagnan lui avait 
si généreusement remis. 

— Je suis perdu, dit en lui-môme d' Artagnan. 

Et il s'inclina profondément devant le cardinal en homme 
qui dit : " Seigneur, que votre volonté soit faite ! " 

Le cardinal s'approcha de la table, et, sans s'asseoir, 
écrivit quelques lignes sur un parchemin dont les deux tiers 
étaient déjà remplis et y apposa son sceau. 

— Ceci est ma condamnation, dit d'Artagnan; il m'é- 
pargne l'ennui de la Bastille et les lenteurs d'un juge- 
ment. C'est encore fort aimable à lui. 

— Tenez, Monsieur, dit le cardinal au jeune homme, 
je vous ai pris un blanc seing et je vous en rends un 
autre. Le nom manque sur ce brevet* et vous l'écrirez 
vous-même. 

D'Artagnan prit le papier en hésitant et jeta les yeux 
dessus. 

C'était une lieutenance dans les mousquetaires. 

D'Artagnan tomba aux pieds du cardinal. 

— Monseigneur, dit-il, ma vie est à vous, disposez-en dé- 
sormais; mais cette faveur que vous m'accordez, je ne la 
mérite pas : j'ai trois amis qui sont plus méritants et plus 
dignes. . . . 

— Vous êtes un brave garçon, d'Artagnan, interrompit le 
cardinal en lui frappant familièrement sur l'épaule, charmé 
qu'il était d'avoir vaincu cette nature rebelle. Faites de ce 
brevet ce qu'il vous plaira. Seulement rappelez-vous que, 
quoique le nom soit en blanc, c'est à vous que je le donne. 
. — Je ne l'oublierai jamais, répondit d'Artagnan, Votre 
Éminence peut en être certaine. 

Le cardinal se retourna et dit à haute voix : 

— Rochefort! 



258 Les Trou Mousquetaires. 

Le chevalier, qui sans doute était derrière la porte, entra 
aussitôt. 

— Rochef ort, dit le cardinal, vous voyez M. d'Artagnan ; je 
le reçois au nombre de mes amis ; ainsi donc que l'on s'em- 
brasse et que l'on soit sage si l'on tient à conserver sa tête. 

Kocbefort et d'Artagnan s'embrassèrent du .bout des 
lèvres ; * mais le cardinal était là, qui les observait de son 
oeil vigilant. 

Ils sortirent de la chambre en même temps. 

— Nous nous retrouverons, n'est-ce pas, Monsieur ? 

— Quand il vous plaira, fit d'Artagnan. 

— L'occasion viendra, répondit Rochef ort. 

— Hein ? fit Richelieu en ouvrant la porte. 

Les deux hommes se sourirent, se serrèrent la main et 
saluèrent Son Éminence. 

— Nous commencions à nous impatienter, dit Athos. 

— Me voilà, mes amis ! répondit d'Artagnan, non-seule- 
ment libre, mais en faveur. 

— Vous nous conterez cela ? 

— Dès ce soir. 

En effet, dès le soir même d'Artagnan se rendit au logis 
d' Athos, qu'il trouva en train de vider sa bouteille de vin 
d'Espagne, occupation qu'il accomplissait religieusement 
tous les soirs. 

Il lui raconta ce qui s'était passé entre le cardinal et lui, 
et tirant le brevet de sa poche : 

— Tenez, mon cher Athos, voilà, dit-il, qui vous revient 
tout naturellement. 

Athos sourit de son doux et charmant sourire. 

— Ami, dit-il, pour Athos c'est trop; pour le comte de 
La Fère, c'est trop peu. Gardez ce brevet, il est à vous ; 
hélas, vous l'avez acheté assez cher. 

D'Artagnan sortit de la chambre d' Athos, et entra dans 
celle de Forthos. 



Ije% Trois Mousquetaires, 269 

Il le trouva vêtu d'un magnifique habit, couvert de brode- 
ries splendides, et se mirant devant une glace. 

— Ah, ah! dit Porthos, c'est vous, cher ami! comment 
trouvez-vous que ce vêtement me va ? 

— A merveille, dit d'Artagnan, mais je viens vous pro- 
poser un habit qui vous ira mieux encore. 

— Lequel ? demanda Porthos. 

— Celui de lieutenant aux mousquetaires. 
D'Artagnan raconta à Porthos son entrevue avec le 

cardinal, et tirant le brevet de sa poche : 

— Tenez, mon cher, dit-il, écrivez votre nom là-dessus, et 
soyez bon chef pour moi. 

Porthos jeta les yeux sur le brevet, et le rendit à d'Arta- 
gnan, au grand étonnement du jeune homme. 

— Oui, dit-il, cela me flatterait beaucoup, mais je n'aurais 
pas assez longtemps à jouir de cette faveur. Je me marie. 
Tenez, j'essayais mon habit de noces ; gardez la lieutenance, 
mon cher ; gardez. 

Et il rendit le brevet à d'Artagnan. 

Le jeune homme entra chez Aramis. 

Il le trouva agenouillé devant un prie-Dieu, le front 
appuyé contre son livre d'Heures ouvert. 

Il lui raconta son entrevue avec le cardinal, et tirant pour 
la troisième fois son brevet de sa poche : 

— Vous, notre ami, notre lumière, notre protecteur invi- 
sible, dit-il, acceptez ce brevet ; vous l'avez mérité plus que 
personne, par votre sagesse et vos conseils toujours suivis 
de si heureux résultats. 

— Hélas, cher ami ! dit Aramis, nos dernières aventures 
m'ont dégoûté tout à fait de la vie et de l'épée. Cette fois, 
mon parti est pris irrévocablement: après le siège j'entre 
chez les Lazaristes. Gardez le brevet, d'Artagnan, le métier 
des armes vous convient, vous serez un brave et aventureux 
capitaine. 



260 Les Trois M<msquetaires* 

lyArtagnaii, l'œil humide de reconnaissance et brillant 
de joie, revint à Athos, qu'il trouva toujours attablé et 
mirant son dernier verre de malaga à la lueur de la lampe. 

— Eh bien I dit-il, et eux aussi m'ont refusé ! 

— C'est que personne, cher ami, n'en était plus digne que 
vous. 

Et il prit une plume, écrivit sur le brevet le nom de d'Ar- 
tagnan, et le lui remit. 

— Je n'aurai donc plus d'amis, dit le jeune homme; 
hélas ! plus rien, que d'amers souvenirs. . . . 

Et il laissa tomber sa tête entre ses deux mains, tandis 
que deux larmes roulaient le long de ses joues. 

— Vous êtes jeune, vous, répondit Athos, et vos souvenirs 
amers ont le temps de se changer en doux souvenirs ! 



Les Trois Mousquetaires. 261 



EPILOGUE. 



La Rochelle, privée du secours de la flotte anglaise et 
de la division promise par Buckingham, se rendit, après 
un siège d'un an, le 28 octobre 1628. On signa la capi- 
tulation.^ 

Le roi fit son entrée à Paris le 23 décembre de la même 
année. On lui fit un triomphe comme s'il revenait de 
vaincre l'ennemi et non des Français. Il entra par le fau- 
bourg Saint-Jacques sous des arcs de verdure. 

D'Artagnan prit possession de son grade. Porthos quitta 
le service et épousa, dans le courant de l'année suivante, 
madame Coquenard : le coffre tant convoité contenait 800,000 
livres. 

Mousqueton eut une livrée magnifique, et eut la satisfac- 
tion, satisfaction qu'il avait ambitionnée toute sa vie, de 
monter derrière un carrosse doré. 

Aramis, après un voyage en Lorraine, disparut tout à 
coup et cessa d'écrire à ses amis. On apprit plus tard, qu'il 
avait pris l'habit dans un couvent de Nancy. 

Bazin devint frère lai. 

Athos resta mousquetaire sous les ordres de d'Artagnan 
jusqu'en 1631, époque à laquelle, à la suite d'un voyage 
qu'il fit en Touraine, il quitta aussi le service sous prétexte 
qu'il venait de recueillir un petit héritage en Eoussillon. 

Grimaud suivit Athos. 

D'Artagnan se battit trois fois avec Rochef ort et le blessa 
trois fois. 



262 Les Traie Mousquetaireè. 

* 
— Je vous tuerai probablement à la quatrième, lui dit-il 

en lui tendant la main pour le relever. 

— U vaut donc mieux pour vous et pour moi que nous 
en restions là, répondit le blessé. Corbleu ! ja suis plus 
votre ami que vous ne pensez, car dès la première rencontre 
j'aurais pu, en disant un mot au cardinal, vous faire couper 
le cou. 

Ils s'embrassèrent cette fois, mais de bon cœur et sans 
arrière-pensée. 

Flanchet obtint de Kochefort le grade de sergent dans 
les gardes. 

M. Bonacieux vivait fort tranquille, ignorant parfaitement 
ce qu'était devenue sa femme et ne s'en inquiétant guère. 
Un jour, il eut l'imprudence de se rappeler au souvenir du 
cardinal ; le cardinal lui fit répondre qu'il allait pourvoir à 
ce qu'il ne manquât jamais de rien désormais. 

En effet, le lendemain, M. Bonacieux, étant sorti à sept 
heures du soir de chez lui pour se rendre au Louvre, ne 
reparut plus rue des Fossoyeurs ; l'avis de ceux qui parurent 
les mieux informés fut qu'il était nourri et logé dans quel- 
que château royal aux frais de sa généreuse Éminence. 



NOTES. 



-•o»- 



Ch. I.— 1. L'auteur du Boxnan de la Rose. Jean de Menng, not the 
author, but the continuator of the Roman, which had been begun about 
1260 by William de Lorris. The longer portion of this famous poem is 
the work of Jean de Meung ; it professes to treat of the Art of Love, and 
is eztremely allegorical in character. 

2. Le roi qui faisait la eruerre. Richelieu entered the ministry on 
the 30th November, 1616, under the regency of Mary of Medicis, who was 
ezpelled from Paris on the 3d May, 1617, taking Richelieu with her. She 
intrigued against the king, and in 1620, with the dukes of Vendôme, Ne- 
mours, and Retz, took up arms. It was at this time that Louis XIII was 
warring against the cardinal. The latter re-entered the cabinet on the 
26th April, 1624, and by the middle of August was prime minister of the 
king, retaining that position till his death. 

Spain was seeking extension of territory in the Valteline, and Richelieu's 
policy was to prevent the further aggrandizement of that power. 

3. Le fiTuidon Ja\ine et rougre; the Spanish colors, at that time fre- 
quently seen in many parts of France. 

4. Décorselé, sans haubert et sans cuissards, without back or 
breastplate, hauberk or thigh-pieces. The hauberk was originally the 
armor which protected the neck. Pourpoint, doublet. 

5. Béret, a woollen cap worn by the Bearnese and Basques. 

6. Bidet du Béam . . . sans crins à la queue . . . Javarts, a 
Bearnese cob, with rat tail, and ulcers on his feet. 

7. Livre, worth 20 sous ; équivalent, or nearly so. to the franc of the 
présent day. Ecu,' a coin worth 3 livres. Pistole, Spanish money. worth 
21 livres. The name pistole, however, was frequently used to dénote a 
sum of 10 livres. 

8.. Ne supportez . . . rien que.brook nothing from any man save . . . 
9. L'un dans l'autre, one way and another. 

10. N'épanouit bien des sourires, did not fail to call up many a 
smile. 

11. Susceptibilité, sensîtiveness. 

12. Fedsait à l'endroit . . . une de ses . . . démonstrations, 
happened to be making one of his . . . remarks. 



264 Notes. 

13. Brrer, Ait. 

14. Tel rit . . . , a man may laagh. 

16. Lui alloncrea un si furieux coup de pointe, lunged at him 
80 fiercely. 

16. Passait la raillerie, was no mère joke. 

17. Ck>ntinuez donc la danse, keep np the fan. 

18. Sise, Bitnated. 

19. Ije denier À Dieu, eamest money; deposit. 

20. Tout provincial encore, still sonnd. 

Gh. n. — 1. Sans un sou vaillant, withont a cent to his name. 

2. PériflTOurdin, berrichon, of Périgord or of Berry ; two of the old 
provinces of France. 

3. Un lion d'or passant sur srueules, gules, a lion passant or. 
That is, on a red field a golden lion seen in profile as it walks. In heraldry, 
or means yellow or gold ; gueules, red. 

4. Une des bonnes lames, one of the best swordsmen. 

5. Bzersrue, motto. 

6. La saisir par ses trois cheveux, to grasp it by the forelock. 

7. Ses ordinaires, forty-five gentlemen who formed a body-guard, 
and who, at the king's wish, mordered the duke of Guise. ' 

8. Ije cardinal n'était pas en reste, the cardinal was no whit 
behind. 

9. lies firrands coups d'épée, feats of arms. 

10. Diables-à-quatre, wild f eùows ; dare-devils. 

11. Débraillés, avinés, écorchés, swaggering, drinking, battle- 
scarred. 

12. Sur toutes les grammes, to every tune. 

13. Gens de sac et de corde, roisterers. Literally, hangman*s 
game ; exécutions being carried out usually either by hanging or by sew- 
ing up the criminal in a sack and throwing him into the river. 

14. Séides, followers. Derived from the name of one of the characters 
in Voltaire's tragedy of " Mahomet," who is a type of fanatical and blind 
attachment. 

15. Estocades qui déhanchent, sword cuts which wear out the 
swordsman. 

16. Coureurs de ruelles, frequenters of fashionable houses. The 
ruelle was that part of the bedroom where fashionable ladies received, 
before rising, their visitors. 

Fins damerets, thorough ladies' man. 

Alambiqués diseiu^ de phœbus, extravagantly fine talkers. The 
phœhus was a nonsensical string of words, sounding intelligible, but really 
incompréhensible. The name was applied to iuflated style of talk. 

17. Soleil pluribus impar, the motto adopted in later years by 



Notes. 265 

Louis XrV, with the badge of the sun in its glory lighting up the world. It 
has been explained in a variety of ways ; the most generally accepted being : 
** I am great enough to light many worlds." Dumas plays on this interpré- 
tation by way of contrasting Louis XIII with his successor. 

18. Un des plus courus, one of the most largely attended. 

19. Venait de descendre de erarde, had just been relieved from 
guard duty. 

Gh. m. — 1. Piquette . . . ragradllardie, his thin wine required to be 
improved by . . . Piquette is a thin, sourish wine made by pouring water 
upon the dregs of the vats and leaving it to ferment. 

2. Voilà une grlorieuse histoire, that's a likely story. 

3. En valait bien un autre, was as* brave as most men. 

4. Sangrlé, irreproachably dressed. 

5. Prévu ce cas, meets the case. 

On ne reçoit personne mousquetaire, no one is admitted into the 
musketeers. 

6. L'Académie royale, the riding and fencing school and gymnasium. 

7. Viatique obligré, indispensable concomitant. 

Ch.V. — 1. Ponctuel comme la Samaritaine, sharp on time. La 
Samaritaine was a pumping-engine on the Pont-Neuf, with a fountain on 
the Street leyel, and a clock on the second story. It derived its name from 
a medallion representing Christ and the woman of Samaria at Jacob's well. 

2. Je tire proprement, I fence equally well. 

3. Elle sent son grentilhomme d'une lieue, it proves that you are a 
thorough gentleman. 

é. Preux de Charlemaerne, Charlemagne's peers ; famous in knightly 
lore for their bravery, strength, and courteous bearing. Roland was the 
most «celebrated. 

5. Les édits. The rage for duelling had become so serions in France 
during the previous reign, that no less than seven to eight thousand gentle- 
men had been killed between 1589 and 1607. In 1602 Henry lY issued an 
edict ordering that the offended party, instead of taking the law in his own 
hands, should report the matter to the governor of the province in which 
he happened to be ; the governor to ref er it to a tribunal composed of the 
constables and marshals of France. The law was practically of no effect, 
and Louis XIII issued five additional edicts from 1609 to 1624, the latter at 
the time Richelieu came into power. In 1626 the cardinal plainly showed 
he meant to hâve the law carried out, for he caused the Count de Boutte- 
ville-Montmorency, who had daringly violated it, to be arrested and put to 
death. 

6. Friand de la lame, a keen swordsman ; a glutton at fighting. 

7. Se fendant à fond, making his longest lunge. 



266 Notes. 

8. Ck>up fourré. Innged together, and both had hit. 

9. D'une semelle, an inch. 

10. Lies lui répée, bind his sword ; that \&, pressing the sword of the 
opponent at its weakest part with the fortt or strongest part of one's own, 
and, keeping ârm touch, doubling one's own sword round the opponent's. 
Unless qnickly met, this move wUl disarm the opponent. 

11. Béfirlxnent de Navarre. The ârst regnlar régiments in France were 
organized about 1568. Besides the gardes françaises, there were only three 
permanent régiments, known as Picardie, Champagne, and Piémont. Henry 
IV, as king of Navarre» had a Huguenot régiment which, on his accession 
to the throne of France, was incorporated into the French army under the 
title of régiment de Navarre, and thèse four régiments were long known as 
les QutUre Vieux. They had the precedence oyer other inf antry corps. 

Gh. YI. — 1. Jeu du roi : card-play ing long remained one of the favorite 
pastimes of the king and court. 

2. Faire charlemagrne, to leave off when winning. As stated in the 
text, no satisfactory ezplanation of the expression has yet been found. 

3. L'Êminentissinie, a superlative form rarely met with, and derived 
f rom the Italian. 

4. La guerre de partisan, the wars in the time of Henry UI, espe- 
cially from 1586-1689, when Henry HI, Henry of Navarre, subsequently 
Henry IV, and Henry, duke of Guise, and head of the powerful family 
of that name, were warring against each other. 

5. Le petit escalier, the private staircase. 

6. Pelotaient, were playing. 

7. Près de la corde et dans la eralerie, near the rope and among the 
spectators. 

8. Algarade, escapade. In its old sensé, a military raid. 

9. Courre le cerf, hunting the stag on horseback. Courre is an old 
infinitive. 

10. Avait détourné ... un cerf, had marked down a stag. When the 
stag has been traced to its lair or resting-place, it is said to be détourné. 

11. Il fallait prendre date, he must get ahead of his opponent. 

12. En dit pauvres choses, does not hold ont much hope. 

13. Chevaliers de l'ordre: Louis XI had founded the order of St. 
Michael as a spécial mark of honor ; but under Henry II the admissions 
had become so numerous that little value was attached to the dignity. 
Henry III therefore created the order of the Holy Ghost, and made it the 
most honorable order in France. The number of knights could not ezceed 
100 ; the knights had to be 36 years of âge, capable of proving three généra- 
tions, of nobility, and previously members of the order of St. Michael. They 
were then called chevaliers des ordres du roi. 

14. Voie, scent. 



NoUè. 267 

15. Cerf dix-cors, a royal stag; a stag of ten tjrnes; that is, fall 
grown, seven years old. 

16. Prêt à tenir, ready to tum to bay. 

17. li'halali, the death-call. 

18. Prend le changre, breaks away from the line and begins to hunt a 
two-year-old deer, daguet. 

19. Gerfaut, gerf alcon ; classed among the beat hawks for hunting. 
Tiercelets, properly the maie of any variety of hawk; the females 

being called faucon. 

20. Il n'y a plus que moi qui connaisse Part de la vénerie: Louis 
XIII was an accomplished huntsman and falconer. 

21. Attendait le roi à cette chute, expected the king would wind up 
with this. 

22. Un nid de hugruenots: the duke de la Tremonille was the greatest 
Protestant nobleman in the important proyince of Poitou. EQs Paris man- 
sion was naturally a headquarters for Huguenots. Immediately previous 
to the fall of La Rochelle, in 1628, he abjured the Protestant religion and 
was appointed to the command of the chevau-légers. 

23. Un, par hasard, je ne dis pas, I do not mind one, once in a way. 

24. Ventre-saint-grris ! Henry IV's favorite oath. Its dérivation is 
uncertain. Rozan says, " Saint Gris is a fancy saint invented for drunk- 

ards Henry IV swore by Saint Gris as he might bave swom by 

Bacchus.'' 

Gh. YII. — 1. Pendant qu'il faisait des ronds, allusion to the passage 
in Célimène's letter, Molière's Le Misanthrope, Act V., Se. iv. 

2. Qui craigrnait son maître comme le feu, who had a mortal dread 
of his master. 

3. Ezcipant à cet endroit de la haine, grounding himself on his 
inveterate detestation. 

4. Prendre le mot d'ordre et l'air des affaires, to leam the pass- 
word and hear what was going on. 

5. Allaient le\ir train, were being fulôlled. 

Ch. Ym. — 1. Cornette, the name given to the flag of cavalry régi- 
ments. The officer who bore it was also called cornette, and rode at the 
head of the régiment when going into action. On the march his place was 
between the third and fourth ranks. 

2. Que ... le lecteur n'aille pas augrurer, let not the reader 
imagine. 

3. Lingrère, linen«<;loset maid ; maid of the wardrobe. 

4. Portemanteau, cloak-bearer. 

5. Vous auriez égrard à ma délicatesse, you would appreciate my 
forbearance. 



268 Note9. 

Oh. X. ^ 1. ArffOt de la rue de Jérusalem, police slang. 

2. Bris, smashing. 

3. Alffuazll, police officer. A Spanish term. 

4. Flamberfire, sword. The flamberge was originally a pointed, two- 
edged swoxd. 

5. Sans finesse, coarse. 

6. Avec main forte, with reinforcemeuts. 

7. Votre fortune est peut-dtre au bout de. possibly good fortune 
may be the reward of . 

8. Prit ses Jambes à son cou, bolted as fast as he conld. 

Ch. ZIY. — 1. L'exempt, the police officer. Exempta were attached to 
the différent courts, sach as the provost's and the constabulary ; their busi- 
ness was to serre the king's orders on those to whom they were addressed, 
and to arrest persons against whom warrants had issued. Their badge of 
office was an ebony wand tipped with silver. 

2. n s'effaça, he drew aside. 

3. Une royale, a small tuft wom just below the lower lip. 

4. Se préparant, etc.: the Mantuan question had arisen in 1612, when 
Francis Gonzaga, duke of Mantua, died, and was succeeded by his brother, 
the duke of Nevers, head of the younger branch of the Gonzagas. In the 
last month of 1627 Vincent Gonzaga, then duke of Mantua, died, and was 
succeeded by Charles Gonzaga, duke of Nevers. The Spanish Cabinet inter- 
fered through the Emperor, suzerain of Mantua, in the hope of compelling 
Richelieu to aVi^naon the siège of La Rochelle, and to withdraw his support 
f rom the duke. 

Nîmes, Castres, Uzès, were, with Montauban, the four great strongholds 
of the French Huguenots in the South, after the fall of La Rochelle. In 
1629 Louis Xm and the cardinal, having yictoriously settled the Mantuan 
question, took thèse cities and caused the fortifications of Castres and Uzès 
to be razed to the ground. AU thèse opérations took place in 1629, after, 
not before, the siège of La Rochelle and the driving qf the English forces 
f rom the Isle of Rhé. 

5. La fameuse digne : to prevent any relief reaching La Rodielle from 
the land side, a wall nine miles long, with eleven forts and eighteen redoubts, 
was built around the doomed city. The approach from the sea was barred 
by the construction of a breakwater, nearly 4500 feet long, across the ship- 
channel. 

6. Le firarde des sceaux Ség'uier : Séguier was not appointed keeper 
of the seals until 1633, and he obtained the chancellorship two years later. 
Marillac was keeper of the seals at this time. 

7. n y en a autant à toucher, an equal amount awaits you. Toitcher^ 
when used with référence to money, means to draw 



Kotes. 269 

Ch. ZY.— 1. QenB de robe et gêna d'épée.^lawyers and soldien. 

2. liientenant criminel, the lieutenant of the provost of Paris. He 
presided over preliminary examinations in criminal cases, with the assist- 
ance of seven judges. 

3. Méritaient réflexion, gave him food for thought; made him panse. 

4. Ses entrées, right of admission into the présence of . 

5. J'en apprends de belles, those are nice things I hear. 

6. Becors, subordinate police officers. 

7. Commissckires instructexirs, commissioners empowered to examine 
into political or criminal cases. 

8. Descente de justice, officiai visit by order of court. 

9. Avec connaissance de cause, knowing what he was about. 

10. Que l'on souffle le mot, breathe a word. 

11. Je me constitue prisonnier. I ask to be arrested and imprisoned. 

12. Moindrement, in the least. 

13. Au secret, in solitary confinement and f orbidden to hold communi- 
cation with any one. 

Ch. XIX. — 1. ' n faut être quatre pour arriver un, four must start 
to make sure of one reaching the end. 

2. Pour éclairer le chemin, to make sure the way is clear. 

3. ESn d'Artagnan et avec Tuniforme des erardes, personating 
d'Artagnan and wearing the uniform of the guards. 

4. Nous soutenons mordicus, we obstinately insist. 

Ch. T^'^ — 1. Ne brûlons pas une amorce, don't fire a shot. Amorcct 
priming ; the old muskets being fitted with a pan in whieh was put a small 
quantity of powder, that was exploded by the spark struck from the gun- 
flint. 

2. M'est avis, it is my opinion. 

3. Au largre ! pique ! pique ! Away with you I ride ! ride I Piquer , 
to spur. 

4. Ca se reconnaît à l'user, a Picard shows what is in him when you 
come to bave need of him. 

5. Ci, hère. 

6. Faites-la viser, bave it countersigned. 

7. Service de moi, on my own service. 

8. Lui fournit, thrust him through three times with bis sword. 

9. Et ce faisant, by so doing. 

10. Boide comme \in Jonc, stiff as a poker. 

11. Chassaient à l'oiseau, were hawking. 

Ch. XXL— 1. Qu'il avait rendu en si terrible monnaie, which he 
had repaid with such frightful interest. 



270 Note9. 

2. Prise dans la tapisserie, cat in the tapestry. 

3. Ardemment, brilliantly. Dumas bas taken the description of this 
scène from tlie account of Tallemant des Réaox, who states that wlien 
Backingham was off La Rochelle, he received a French gentleman on board 
his sbip and introdueed him into the main cabin. This was splendidly car- 
peted, and on a sort of altar, lighted by candies, stood the portrait of Qaeen 
Anne. 

4. Le Christ, a cmcifix. 

5. Un terrible lutteur, a dangerons opi>onent. 

Ch. XXn.— 1. Bchevins: there were four échevins ; they were elected 
for a term of two years, and acted as assessors to the provost of merchants. 
Their jurisdiction embraced police and commercial cases. None but a 
Parisian couid be elected to the office. 

2. Ballet de la Merlaison : this was a hnnting ballet, the sixteen fig- 
ures of wliich represented the catching of thrushes with hawks. It was 
first danced by the king in 1635, at Chantilly. The name of the ballet was 
La Chasse aux Merles, but the king called it la Merlaison^ and of course it 
was so known. 

3. ns devaient sonner, they were to play. 

4. Exempts : not x>olice officers, as in note 1, Ch. XIV., but military 
officers of a higher rank than brigadiers, and answering somewhat to the 
modem sergeant ; were next to ensigns, and commanded the company when 
the captain and lieutenant were absent. 

5. Archers du corps, archers of the guard; a corps originally formed 
by Louis XI of Scottish recruits. Sir Walter Scott describes it fully in 
" Quentin Durward." 

Greffier de la ville, city clerk. 

6. Garde-française, an infantry régiment established in 1563 by 
Charles IX, but disbanded ten years later and reorganized in 1574. Under 
Henry IV and Louis XIII it was brought up to a strength of twenty 
companies. The guards had the precedence over other infantry régiments. 

Garde-suisse : when the Garde-française was disbanded in 1573. Charles 
IX raised this régiment, composed of Swiss mercenaries, to take its place. 
It was reorganized in 1616 ; each company was recruited in one of the Swiss 
cantons. The Swiss guard ranked next to the French, but received double 
pay and enjoyed a number of important privilèges. 

7. Madame la première présidente, the wife of the président of the 
Parliament of Paris. 

8. Messieurs de la ville, the city authorities. 

9. Collation des confitures, the light supper. 

10. Buffet d'argrent de la ville, the sideboard on which stood the 
gold and silver plate belon^ng to the city. 

11. Le prévôt des marchands, the mayor. The office was an old 



NoteB. 271 

and honored one, going back to the Xlith century, when Philip Angustos 
granted the burgesses of Paris the right of belonging to the Brotherhood of 
Water-Traders, a corporation already in existence. The head of the asso- 
ciation^-which had exclusive control of the trade of the Seine, took the 
name of Prévôt des marchands de Veau, soon contracted into Prévôt des 
marchands. The association gradoally obtained control of ail municipal 
affaira, and its chief became the actual mayor of Paris. 

12. Ferrets de diamants, diamonds set as drops. 

13. Entrées, figures. 

CÏL Zjlvu. — 1. Faux monnayeur, coiner. The laws against coiners 
were very severe in France at that time. The original punishment of 
mutilation by cutting off the right hand had been changed to death by 
drowning or hanging, under the edicts of 1526 and 1549 ; in Brittany a coiner 
was liable to be boiled alive. The procédure in ail cases was summary, 
and might be entered upon mère presumption of crime. Appeal was not 
allowed. 

2. A qui ce mot échauffait terriblement les oreilles, whose tem- 
per was being rapidly roused by that expression. 

3. No\is y voici, I am coming to it. 

4. n avait fait de rude besogne, he had laid about him in eamest. 

5. Eut l'air de tomber des nues, seemed utterly amazed. 

6. En pièces, in barrais. 

7. Tout beau, hold hard. 

8. Nous sommes restés constamment sur notre soif, we never 
drank our fiU. 

9. A tout péché miséricorde, confession brings absolution. 

10. On n'est pas si diable qu'on en a l'air, my bark is worse than 
my bite. 

11. Déposée au grreffe, in charge of the court. 

12. C'est un foudre que cet homme, the man is a perfect well. 
Foudre means hogshead. 

13. Elle était marquée, she was branded. Thieves and other crimi- 
nals were branded with a red-hot iron, making the imprint of the royal 
fleur-de-lis. 

14. Droit de justice basse et haute : in feudal times certain lords 
had the right of basse Justice y which gave them jurisdiction in cases involv- 
ing amounts not exceeding 60 sols parisis, and authority to take cognizance 
of ail offences punishable by a fine not exceeding 10 sols. The right of 
haute justice involved the power to try civil and criminal cases, and to 
inflict capital punishment. 

Gh. XXyin. — 1. Ils eussent à préparer Incontinent leurs équi- 
pagres, they were forthwith to set about getting their equipments ready. 



272 Notes. 

Mounts and unifonns were at that time provided by the mnsketeers them- 
selves. 

2. Une lôsineiie de Spartiates, with Spartan meanness. 



VOLUME IL 



Ch. IZ. — 1. Nous n'avons eu maille à partir, we bave had a row ; 
afight. 

2. Mirame, a tragi-oomedy signed by Desmarets, but planned by Riche- 
lieu, whose habit was to sélect a subject, sketch out the plot, and hâve the 
acts filled in by bis company of poets, Ck)rneille, Boisrobert, Colletet, de 
TEstoile, and Rotrou. Corneille was dismissed for taking on himself to 
make an altération in a portion of the work assigned him. For the per- 
formance of Mirame t Richelieu built a splendid théâtre in the Palais- 
Cardinal, now the Palais-Royal. 

Gh. X. — 1. Tenant son parlement : the Parliament of Paris was the 
most important, as the peers formed part of it. Its jurisdiction extended 
over a greater territory than that of any of the provincial Parliament». It 
was in no sensé, however, an assembly représentative of the nation, but 
simply a court of justice, composed of magistrates who, with the exception 
of the first président, bought and sold their seats. It possessed législative 
power so far that royal edicts required to be registered by it before they 
acquired force of law, and such edicts were valid only within its jurisdic- 
tion. To be effective in the provinces the edicts had to be registered by 
the respective provincial Parliaments. 

2. Lit de justice, a state sitting of the Parliament. The king entered 
with beat of drums and sound of trumpets, and seated himself on bis lit, 
or throne,. so called because formerly any seat surmounted by a dais was 
called a liU On the occasion of holding a lit de justice^ the officiais of the 
Parliament wore their crimson robes, the peers of France were présent, and 
the chancelier sat near the king. When a lit de justice was held, the Parlia- 
ment was compelled to register ail edicts presented by the king, this means, 
and the issue of lettres de jussioUf being the two methods by which the 
court's objections could be authoritatively set aside. 

Ch. XI. — 1. Le siéfire de la Rochelle : the royal army pitched its camp 
in front of La Rochelle on August 15, 1627. A little more than a month 
later the king and the cardinal left Paris for the seaboard. 

2. Des villes importantes données par Henri IV : La Rochelle, 
Castres, Nîmes, and other fortified towns were granted to the Huguenots 
by Henry IV as places of saf ety. 



Notée. 278 

3. DrafiTonnades des Cévennes: in 1681, under the direction of Lou- 
vois, Louis XIY's ruthless minister, dragoons were sent into Beam to 
snppress Protestantism. Thèse brutal soldiers committed the most f right- 
ful excesses; they were next sent into Languedoc and Poitou, and in the 
Cévennes district surpassed ail the horrors they had previously indulged in. 
Madame de Maintenon and Bossuet not only approved this mode of conver- 
sion, but gave thanks to heaven for the results obtained. The whole hideous 
business was but a precursor of the revocation of the Edict of Nantes. 

4. Edit de Nantes, the charter of the Huguenots, promulgated by 
Henry IV on the 13th April, 1598. It proclaimed liberty of conscience; 
allowed Protestant worship in the châteaux of nobles, in ail towns and 
cities where it already existed, and in at least one town or village in every 
bailiwick; opened ail schools to Protestants and admitted them to ail 
public offices ; granted them the right of triennial assemblies of deputies 
empowered to make représentations to the govemment; created spécial 
courts, composed of equal numbers of Protestants and Roman Catholics, in 
the Parliaments of Paris, Toulouse, Grenoble, and Bordeaux, for the hearing 
of causes involving Protestant interests ; and secured certain towns to them. 
See note 1, above. 

5. See note 8, Ch. X., Vol. I. 

6. Mousquet, arquebuse : both ôrearms were used in the army ; the 
calibre of the musket being larger than that of the arquebuse. The weapon 
used by the infantry was fired from a rest by means of a lighted match; 
that used by the cavalry was necessarily lighter, and was ôred by sparks 
from a flint struck by a small revolving wheel of steel. 

7. On battit aux cbamps, the drums beat a sainte. 

Ch. Zn. — 1. Perdait ses Journées en tâtonnements, wasted his 
time in feeling his way. 

2. Qui paraissait avoir déposé, which appeared to hâve deposited 
some sédiment. 

3. Placé en haie, drawn up in Une on either side of the road. 

4. Pourraient avoir trempé, may hâve had to do. 

5. Je Pai échappé belle, I hâve had a narrow escape. 

6. Un pauvre verre, one little glass. 

7. n faut sortir de cette situation, we must break through this sus- 
pense. 

8. La marting'ale : in gambling, the doubling at each successive round 
the amount of stakes lost on the preceding one. 

Ch. XTTT. — 1. Fort mauvaise, very heavy ; very wild. 

2. Mettait à mal, wrecked. 

3. Pinasses, robergres, felouques, pinnaces, barges, and feluccas; 
three varieties of large boats driven by oars and sails. Feluccas carried 



274 Notée. 

large lateen saUs. Barges and pinnaces are still used in modem navies, 
but are handier and faster boats than their prototypes of the XYIIth cen- 
tury. Boherges or ramberges is merely the English row-harge, 

4. Qui était de tranchée, who was on duty in the trenches. 

5. Manteaux de g'uerre, service cloaks. 

6. L'oreille un peu basse, somewhat crestfallen. 

7. ns avaient affaire à plus fort qu'eux, they had to do with some 
one of snperior rank. 

8. Vous n'y allez pas de main morte, yon are thorough in yoor 
work. 

Gh.ZVI. — 1. Bn faisant prendre à sa moustache un pli qui lui 
était particulier, giving his moustache a particular twist of his own. 

2. ESn pleine mer. ont to sea. 

3. Battre la dlane, sounded the réveille. 

4. Bacontez-nous votre nuit, tell us how you spent the night. 

5. N'avre-f ous bas bris un pastion, phonetic représentation of the 
German accent in the pronunciation of French — ioT n*avez-vou8 pas pris 
un bastion, B and p, / and v are interchanged. 

6. Hôtelier de malheur, you cursed landlord. 

7. Nous 7 tenons, we shall hold ont in it. 

8. Un dîner à discrétion, the best dinner that can be ordered. A 
Champagne dinner, as one would say nowadays. 

9. Faut-il vous rendre ? shall I give you the change? 

10. n se rattrapa, he made up for it. 

11. Tout est bénéfice, it is ail clear profit. 

Gh. JLVii. — 1. Une espèce de poivrière, a sort of small round tower ; 
lookout. 

2. .Boyau de tranchée, smaller Connecting trench between parallels. 

3. Des boursreois, fellows. 

4. Qui n'ont gr&rde de me toucher, who cannot manage to hit me. 

5. La demi-pique du brigradier, the sergeant's pike. Sergeants long 
carried a pike or halbert as a mark of their rank. 

6. A\ix barrières, on the Unes, — just within the outposts. 

7. Blanc-selngT) blank warrant. 

8. Chanter en fiançais des psaumes: Clément Marot, 1497-1B44, 
translated the first fifty Psalms of David into French verse. Although 
Francis I approved of the work, it was condemned by the Sorbonne. The 
Protestants adopted Marot's version for use in their churches. 

9. Pas de double emploi, no two to fire at the same man. 

10. n faut être beaux Joueurs, we must win our wager handsomely. 

11. Tous les oapuctns . . . tous les bonnets noirs : the Père Joseph 



Notes. 275 

(see Biographical Notes) bad brought to the camp before La Rochelle a 
large number of Capuchin and other priests with the object of instructing 
the army. Several bishops and abbés were on the cardinars staff, and 
served actively in the siège opérations. 

12. On bat la grénérale, the assembly is sounding. 

13. C'est le fond de mon sac, I cannot suggest anything more. 

14. Voyez- vous les sournois, how sly of those fellows to creep up 
so quietly. 

15. Allongreons. let us step out. 

16. n est inutile de srafirner une pleurésie^ there Is no use in our 
running the chance of making ourselves sick. 

17. Tiens, au fait, why, so we hâve. 

Gh. XZI. — 1. Le maire, Jean Guiton. See Biographical Notes. 

2. Le procès était vite fait, they had a short shrift. 

3. Le roi se mettait ... : Louis XIII was cold-blooded, and felt no pity 
for the sufferings of others. " He laughs when he sees any one tortured," 
is an entry in Herouard's diary. Martin, in his Histoire de France, xi. 112, 
says: *'His delight as a boy had been to train merlins and shrikes to kill 
and tear the sparrows in the Louvre and Tuileries, to hâve mains of fight- 
ing-cocks, and to bait bulls with bull-dogs.'' 

Le compère de Tristan, Louis XI of France, who used to call his 
grand provost, Tristan, his compère, or chum. 

4. Le dernier grendarme, the veriest trooper. 

Gh. XXX. — 1. Le pavillon noir, the black flag. A bit of imagination ; 
the signal that an admirai or other offîcer is dead is the half-masting of his 
Personal flag. 

2. Le roi, qui s'ennuyait fort : Richelieu said he had three kings to 
fight in order to take La Rochelle, — those of Spain, England, and France. 
The king had been four months in camp, and the monotony of the siège was 
unbearable to him ; besides which he dreaded the noxious exhalations f rom 
the sait marshes. Richelieu feared his departure, as the king would theu be 
exposed to the influence of ail the opponents of the cardinal's masterly 
policy. In the end Louis went alone, leaving the camp in February, 1628, 
and retuming there, in spite of the strongest efforts made by the queen- 
mother and her party to keep him in Paris, early in April. 

3. Voler la pie, to fiy shrikes, or butcher birds, trained like nawks to 
pounce upon smaller quarry. 

4. Voilà mon maître qui se trouve mal, my master is fainting. 

Cil. XXXIV.— 1. Une condition, a situation. 

Gh. XXXYI. — 1. Echancrée par sa décroissance et ensangrlantée, 
the crescent of the waning moon, reddened by the last traces of the storm. 



276 NoteB. 

2. Vous vous mettez à dix, there are ten of you banded together. 

3. Nachiichter, the ezecntioner. 

4. liBiasez i>a88er la Justice de Dieu, allnsion to the famous phrase, 
LaiMez pauer la justice du roi. Dnring the minority of Charles VI of 
France, Paris was tom by contending factions, bat the king's advisers did 
net feel themselves powerf ni enongh to cope oi>enly with them. Accord- 
ingly a pardon was pablished to lull the rebels into secnrity, bnt at the 
same time the provost reoelved secret orders to throw nightly into the river 
a certain nnmber of the rebels. The yictims were boond and sewn np in 
sacks bearing the words, Laissez passer la justice du roi. 

Conclusion.— 1. Ije roi, tenant la promesse qu'il avait faite: the 
qneen-mother, Mary of Medici, was plottlng the overthrow of Richelieu, 
her former favorite, whose high policy clashed with her own selfish views. 
The cardinal of Bérolle and Marillac, keeper of the seals, were her abettors, 
and they were supported by the nltra-devont members of the council, who 
feared that Richelieu would not revoke the Edict of Nantes once La 
Rochelle had fallen. The utmost efforts were made by this cabal to keep 
the king in Paris, and thus to bring about the disgrâce of Richelieu. Louis 
XIII, however. wisely refused to be cajoled. and retumed to La Rochelle. 

2. A franc étrier, at full speed. 

3. Je dis que voua ayez à me rendre votre épée, I repeat you 
must give np your sword to me. 

4. Il y va de la tôte, your head is at stake. 

5. Ce brevet, this warrant ; commission. 

6. S'embrassèrent du bout des lèvres, made a hoUow pretence of 
embracing each other. 

Epilooub.— 1. On sigrna la capitulation. "It is affirmed that there 
were only 136 men capable of bearing arms. The Rochelois even then 
wlshed to stipulate for the maintenance of their privilèges and even for 
those of the whole Huguenot party; Richelieu shrugged his shoulders, 
forced them to confess that they had not three days' food, and merely 
granted them a full amnesty and liberty of worship. The capitulation, 
drawn up in the form of letters of pardon, was signed by the maréchaux de 
camp only. The refugees who were on board the English âeet, or who had 
remained in England, were included in a separate pardon, on condition of 
returning within three months." — M.2Lrtiiif Histoire de France. 



BIOGRAPHICAL AND GEOGRAPHICAL NOTES. 



Ai^ruUlon. Richelieu, in 1638, purchased the dochy of this name for his 
nièce, Marie Madeleine de Vignerot, widow of Boure de Gombalet, a 
very clever but worldly woman. 

Amiens, the capital of Picardy till the change in the territorial divisions 
of France at the Révolution. It possesses a magnificent cathedral of the 
13th century. Louis XI called Amiens his " little Venice." 

AngevBf the former capital of Anjou and now chief town of the depart- 
ment of Maine and Loire. It is situated in the midst of a wine-growing 
country, the white wines of Anjou being well known. 

Anfiroulôxne. Charles de Valois, natural son of Charles IX, born in 1573, 
died in 1650, bore at iirst the title of count of Auvergne. He fought on 
Henry IV's side against the League, but having entered into conspiracies 
was arrested and condemned to death in 1606. He was respited and 
imprisoned until 1616. In 1619 Louis XIII bestowed upon him the duchy 
of Angoulême, originally an earldom of the 9th century. He has left 
Memoirs of his time. 

Anne d'Autriche, eldest daughter of Philip HI, king of Spain, was 
born in 1602, died 1666. In 1615 she married Louis XIII, but the union 
proved an unhappy one. Richelieu, who was bitterly opposed to Spanish 
influence and domination, was her enemy. After his death and the 
king's, however, she became régent, and the diffîculties of the position 
made her understand and regret Richelieu. She chose as her minister 
Mazarin, trained by Richelieu, and he ruled under her until his death. 

Armentières, a town near Lille and the Belgian frontier, on the river 
Lys. 

Arrcus, the former capital of Artois, now chief town of the department of 
Pas-de-Calais. It was famous for the tapestries to which it gave its name. 

Bassompierre. François, baron de Bassompierre, born in 1579, died in 
1646. He was famous in the time of Henry IV and Louis XIII for his 
wit, courage, and numerous love affairs. He was a distinguished soldier, 
was created marshal of France in 1622, and, having plotted against Rich- 
elieu, spent twelve years in the Bastille, 1631 to 1643. He has left 
interesting Memoirs. 



278 Biographical and Q-eographical Note». 

Bastille, originaUy one of the worka erected at each gâte of Paris. The 
Bastille,— built in the latter part of the 14th century, under Hngaes 
Aabriot, mayor of Paris in the reign of Charles V, — was soon trans- 
formed into a powerf ni f ortress commanding the approach to the capital 
by the St. Antoine gâte. It stood jnst outside the walls, within a moat, 
and consisted of eight towers, connected by enormoosly thick walls. The 
entranoe was on the river front, a drawbridge leading over the moat. 
It was yery early used as a state prison, and there it was that the myste- 
rious captive, known as the Man with the Iron Mask, ended his life on 
NoY. 19, 1703. The Bastille was stormed and destroyed by the mob of 
Paris on July 14, 1789. Its site is marked by the Colonne de Juillet. 

Béam, the district at the foot of the Pyrénées which long maintained its 
independence under its own lords. Pau was the capital. The Beamese 
were so attached to their ancient rights and privilèges that even at the 
accession to the throne of France of Henry IV, their own sovereign, they 
insisted on their being acknowledged. It was not till 1620 that the union 
of the country with France was proclaimed. 

Beaufirency, a town on the Loire, below Orléans, formerly a roy^ rési- 
dence. It was one of the towns retaken from the English by Jeanne 
d'Arc. 

Beauvals, a town north of Paris, in the department of Oise, of which it is 
the chief town. It bas a splendid cathedral of the 14th century, the 
choir of which is especially fine, and gave rise to the saying : " Beauvais' 
choir ; Amiens' nave ; Reims' portai," as a summary of the finest points 
of the three great cathedrals. 

Berry, a province in central France, of which Bourges was the capital. 
Now included in the departments of Cher and Indre. 

Besme, also called Behmef whose real name was Dianowitz, was a native 
of Bohemia, and entered the service of the duke of Guise. He murdered 
the great Coligny, and subsequently was made prisoner while warring 
against the Protestants of Saintonges, who put him to death. 

Béthime, a town northwest of Arras, in the department of Pas de Calais. 

Boi8-Bol>ert. François le Métel de Bois-Robert, born 1692, died 1622. 
Brought up to the law, he entered the church and received preferment 
at the hands of Richelieu, who made use of his literary talents to work 
up the tragédies the cardinal was fond of planning. He was a member 
of the French Academy. 

Bondy, a village in the department of the Seine, northeast of Paris. The 
forest of Bondy had long an evil repute as the favorite abode of high- 
waymen. 

Boulofirne, seaport on the English chaunel, at the mouth of the river Liane. 

Bucklnerham. (reorge Villiers, son of a Leicestershire knight, was born 
in 1592, and in 1614 presented to Eing James I. The king took a fancy 
to him and Villiers rapidly rose in f avor, reaching the highest rank in 



Biographical and Q-eographical Notes. 279 

the English peerage as well as obtaining the post of lord high admiraL 
The all-powerf al favorite was assassinated on August 23, 1628, by Felton. 
*' He was poor and friendless, but his personal beauty was remarkable, 
and it was by his beaaty that he meant to make his way with the 
king. . . . Villiers owed his fortune to other qualities besides personal 
beauty. He was amazingly ignorant, his greed was insatiate, his pride 
mounted to sheer midsummer madness. But he had no inconsiderable 
abilities. He was quick of wit and resolnte of purpose ; he shrank f rom 
no labor; his boldness and self-confidence faced any undertaking." 
— Gbebn, History of the English People. 

" Ne ver any man in any âge, nor, I believe, in any country, rose in so 
short a time to so much greatness of honor, power, or fortune, upon no 
other advantage or recommendation than of the beauty or gracefulness 
of his person." — Clarendon, History of the Rébellion. 

Carmes Deschauz. Couvent of the Carmes Déchaussés, or barefooted 
Carmélites, better known as Whlte Friars. The order, one of the four 
mendicant orders, was founded in the 12th century on Mount Carmel, 
and was then composed of pilgrims. Thèse were subsequently forced to 
take refuge in Europe, and they settled in France in the middle of the 
13th century. In the 16th century John of the Cross introduced into the 
order the reforms proposed by St. Theresa, and then arose the barefooted 
friars, called in France déchaussés or déchaux. The chief house of the 
order was near the place Maubert, in Paris, and another one stood in 
the rue de Vaugirard. The former was converted into a market, the 
latter was used as a prison at the time of the Révolution. 

Calais, on the northwest coast of France. It was taken by Edward III of 
England after a year's siège, Aug. 4, 1347. The English retained posses- 
sion of it for 210 years, when the duke of Guise took it in 1558. It was 
then fotmed into a separate govemment, called "the reconquered dis- 
trict." As a seaport it was better at the date of the story than now. 

Castres, town in the department of Tarn ; résidence of Henry IV in 1684, 
and one of the strongholds of the Huguenots. Louis XIII took it and 
razed its fortifications in 1629. 

Chaillot, a village now included in the city of Paris, and forming part of 
the 8th arrondissement. It was aunexed to Paris by Louis XIV in 1659, 
and included within the city walls in 1784. Near Chaillot stood the f amous 
Savonneriej a tapestry factory founded by Mary of Medici in 1604, and 
subsequently merged in the Celebrated Gobelins. 

Chalals, Henri de Talleyrand, bom 1599, died 1626, was brought up with 
Louis XIII, and stood high in the monarch's favor. He was drawn by 
the duchess of Chevreuse into a plot against the king and the cardinal. 
He was arrested at Nantes, July 8, 1626, tried by a spécial commission, 
found guilty of high treason, and condemned to death. 



â80 Biographical and Q-eographical Notée. 

Chantilly, town north of Paris, department of Oise, famons for the splen- 
did domain of the Montmorencys, which, in 1632, passed into the posses- 
sion of the great hoose of Condé. The great Gondé gave magnificent 
entertainments there. The vast stables, capable of accommodating 250 
horses, and the race cbnrse are both celebrated. 

Chevreuae. Marie de Rohan Montbazon, bom 1600, died 1679. She mar- 
ried in 1617 Charles d'Albert, duke of Luynes, Louis Xni's favorite, 
whom the king had made constable of France. Âf ter bis death she mar- 
ried Claude of Lorraine, duke of Chevreuse. She was famous for her 
wit and beauty, and was a bom plotter. She incurred Richelieu's anger 
and had to flee f rom France, being so closely pursued that she was f orced 
to cross the river Somme by swimming. She took refuge first in Flanders 
and then in England. During the Fronde she gained the enmity of 
Mazarin, having allied herself to the Cardinal de Retz, and the queen, 
whose intimate friend she had been during the lifetime of Louis XIII, 
was also hostile to her. She was subsequently one of Fouquet's bitterest 
enemies. 

Cramail. Adrien de Montluc Montesquieu, count of Cramail, born 1568, 
died 1646. Was a well-known personage at the court of Louis XIII, being 
reckoned among the Intrepids of that monarch. He was concemed in 
1630 in the court plot against Richelieu, known as the Journée des Dupes, 
and spent 12 years in the Bastille. He had some slight literary talent. 

Crèvecoeur, a small town in the department of Oise, northwest of Cler- 
mont. 

Dammartln, a small town in the department of Seine et Oise, northwest 
of Meaux. It belonged to the Montmorencys, but in 1632 was confiscated 
by Louis XIII, and its castle dismantled. 

Daz, town on the Adour; the ancient AqusB TarbellicSB. 

Dompierre, a small town northeast of La Rochelle. 

Elbeuf . The house of Elbeuf sprang from that of Guise. Charles, first 
duke of the name, had been imprisoned for four years for participation 
in the rising in the reign of Henry III. His son Charles, named in the 
text, bom in 1596, died in 1657, was exiled by Richelieu in 1631 on 
account of the political intrigues of his wif e ; he nevertheless retained 
ihe government of Picardy. 

Flessingue. Flushing, at the mouth of the Scheldt; an important seaport. 

It was at Flushing that the war of independence, waged by the Low 

Countries against Spain, broke out in 1572. 
Forgres. The baths of Forges, in the department of Seine Inférieure. This 

watering place became fashionable in 1632, when Louis XIII, Anne of 

Austria, and Cardinal Richelieu visited it. 



Biographical and Q-eographical Notée. 281 

Por-l' Evoque. Until 1674 the bishop of Paris exercised separate juris- 
diction in certain temporal cases, and For-l'Evêque was his seat. The 
building stood in tbe rue St. Germain l'Auxerrois, and was subsequently 
used as a prison for debtors and actors. It was taken down in 1780. 

Fort Loiils, a very powerful fort built to command La Rochelle and gar- 
risoned by royal troops. Its démolition formed the burden of every 
Huguenot request, as it was a constant menace to the city ; so much se 
that it was commonly said " the fort must take the town, or the town 
mnst take the fort." After the fall of La Rochelle in 1628, when the city 
fortifications were razed, Fort Louis, being no longer needed, was ordered 
to be levelled with the ground. 

Grand prieur, of the order of the Knights Hospitaliers of St. John, or of 
Malta, that island being the seat of the order. The great countries of 
Europe formed priories, the head of which bore the title of grand-prior. 

Guiton. John Guiton, the famous mayor of La Rochelle, was born in 1588. 
The date of his death is not absolutely certain, some authorities giving 
it as 1646, others as 1654. It was in 1621 that he first became widely 
known, being then admirai of the Huguenot fleet. He was elected mayor 
of La Rochelle and directed the défensive opérations with skill, vigor, 
and persévérance. After the fall of the city he was exiled and went to 
England, but Richelieu a few years later, 1636, recalled him and placed 
him in command of a ship of war. Guiton took part in several naval 
engagements and is said to hâve been killed in one. 

Guise, Francis of Lorraine, duke of, the most illustrions member of that 
celebrated house, born 1519, assassinated 1563. He was thrice lieutenant- 
general of France, fought against Charles Y, took Calais from the Eng- 
lish, and kindled the civil war between the Catholics and Huguenots. 
He ruled France during the greater part of his life. 

Harcourt, Henry of Lorraine, count of, born 1610, died 1666. At the âge 
of 19 distinguished himself at the battle of Prague, and afterwards 
against the Huguenots at Saint Jean d'Angely, Montauban, and La 
Rochelle. His subséquent career was equally brilliant ; he commanded 
in Piedmont, in Spain, and in Flanders. During the Fronde he fought 
on the side of the Court against Condé ; afterwards joined the revolted 
princes, was pardooed and made governor of Anjou. 

Henry III, third son of Henry II and Catharine of Medici, born in 1551 ; 
elected king of Poland 1573; proclaimed king of France in 1574, on the 
death of Charles IX ; weak and self-indulgent, he was wholly governed 
by his favorites ; the League, with the Guises at its head, ruling the 
kingdom. Joined by Henry of Navarre he laid siège to Paris, but was 
murdered at St. Cloud by the fanatic Jacques Clément, on July 31, 1689. 
He was the last of the Valois. 



282 Biographical and Q-eographical Notes, 

Henry IV, called the Great, bom in 1533, became king of Navarre in 1572. 
He opposed the League, being the recognized leader of the Hngaenots, 
and in 1589 succeeded to the crown on the death of Henry III. He fought 
the battles of Arques and Ivry, and became a Roman Catholic, thus 
securing the throne. In 1589 he secured the Huguenot liberties by the 
Edict of Nantes, and in 1610 was murdered in the streets of Paris by 
Ravaillac. 

Jean Bouche d'or, St. John Chrysostom, one of the Fathers of the Church, 
bom at Antioch 347, died 407. He was patriarch of Constantinople, and 
his marvellous éloquence gained him the name of Chrysostom, the golden 
mouth. 

Jeanne d'Arc, the great heroine of France, bom at Domremy, in Lower 
Lorraine, in 1409 ; bumed alive by the English in 1431. She was firmly 
conyinced that she was commissioned to deliver France from English 
rule, was presented to Charles VII, placed herself at the head of the 
army, raised the siège of Orléans, opened the way to Reims, where the 
king was crowned, and then considered her task ended. She was per- 
suaded to remain, was taken prisoner at Compiègne, then besieged by 
the Burgundians, and by them sold to the English who condemned her 
to be bumed alive as a witch. She was put to death at Rouen. 

JoBepli, François Leclerc du Tremblay, commonly known as Father 
Joseph, was born at Paris in 1577, and died in 1638. He was the son of a 
président in the Parliament, and received a brilliant éducation. He trav- 
elled through Europe, served under constable Montmorency, aud tumed 
capuchin in 1599. He was the intimate friend and great admirer of 
Richelieu, who trusted him implicitly. When he died, Richelieu said, 
" I hâve lost my right hand." 

La Jarrie, a small town near La Rochelle. 

Iiazaristes, the religions and military order of Hospitaliers of Saint 
Lazarus, founded at Jérusalem in 1119. It was introduced in France 
in the time of Louis VII, and under Henry IV was amalgamated with 
the Carmélites. It was suppressed in 1789. The knights of the order 
were not bound to celibacy or poverty. 

tiigrue, the famous organization founded at Péronne in 1576, to défend the 
Roman Catholic religion threatened by the spread of Protestantism in 
France. It was partly directed against Henry III, who eudeavored to 
diminish the power of its leaders, the Guises, by declaring himself head 
of the League. At the death of his brother, by which event Henry of 
Navarre became heîr presumptive, it became more powerful and active 
than ever, the Council of Sixteen in Paris leading the movement there. 
The troubles which ensued were long and bloody, the murder of thednke 
of Guise by Henry's " forty-five," the murder of Henry himself by a 



Bioffraphical and Q-eographical Note», 288 

Leagne monk, Jacques Glanent, being the most prominent events. Wlien 
Henry IV abjored Protestantism the League lost its influence and soon 
after died ont. 

Ulle, an important city of Northern FrancCi chief town of the department 
of Nord. The great engineer Vauban improyed and extended its fortifi- 
cations. 

Iiilliers, a small town near Béthnne, in the department of Pas de Calais. 
The ôrst artesian well in France was sunk hère. 

Ix>nGrtLeville, Henry, duke of , bom 1595, died 1663. He was successively 
govemor of Picardy and of Normandy. In 1626 plotted to kill Richelieu, 
and distingnished himself in the Italian and Gterman wars. In 1642 he 
married the sister of the great Gondé, and in 1648 joined the party of the 
Fronde. He was arrested in 1650, and on being set free withdrew from 
political lif e. 

Lorraine. The old French province of Lorraine was originally a kingdom, 
carved out in 855 for Lothair II. In 954 it was divided into the dachies 
of Upper and Lower Lorraine, the latter merging eventually into the 
possession of the dukes of Brabant ; the former, after endeavoring to 
maintain its independence for many years, being partly conquered by 
Henry II of France, and whoUy occupied by Louis XIII in 1632. It was 
finally united to France in 1766. 

Louis XI, son of Gharles VH, bom 1423, died 1483. The first French mon- 
arch who bore the title of roi très chrétien; also called the first diplomat. 
A despot and a statesman, cruel and superstitions, double-minded and 
crooked in ail bis ways, he neyertheless did a great deal to firmly estab- 
lish the royal power. 

Louis XIII, son of Henry IV, bom 1601, died 1643. Being only nine years 
old at bis father's death, bis mother, Mary de Medici, became régent. The 
early part of bis reign was particularly troubled, the queen's favorites 
eaming the hatred of the nation and the Huguenots inaugurating a civil 
war. When Richelieu came to power, matters soon changed and Louis 
sagely obeyed the counsels of bis wise and far-seeing minister. The 
king's character was hard and gloomy ; he cared for little beyond hunt- 
ing and music, but he was an accomplished rider and swordsman. " He 
would bave made a very good artillery or engineer officer," says Martin. 

Ix>uvre. Philip Augustus, in 1200, built a fortress on the banks of the 
Seine, outside the city. The dungeon tower was called the Louvre, and 
the name remained when Francis I tore down the tower to make room 
for bis new palace, begun in 1541, and now known as the Vieux Louvre, 
Successive sovereigns added to it, as they made it their résidence, and 
Richelieu added considerably to it. Louis XIV built the east façade 
with its famous colonnade, and Napoléon III completed its junction 
with the Tuileries. The Louvre is now used as a muséum and govem- 
ment offices. 



284 Biographieal and Qeographieal Note». 

liiMrinbaarg, Mary de Ifediei bnilt this pftlaoe f <» heiaèlf on the site of 
a hotal boilt by Harlay de Sancy, and snbaeqnenUy pnrchased by the 
doke of Pincy-Loxemboarg. After the qaeen's death the palaee passed 
to the dnke of Orléans, and from him to his two dan^ten» one of them 
the famoos Orande Mademoiaelle. Daring the BeTolution it was nsed 
as a prison, afterwards it became the Gonsular Palace, and subseqnently 
Falace of the Senate and Honse of Peers. It is now once more the home 
of the Senate. 

Luyxiea, Charles d'Albert, son of a country gentleman, was attached to 
the person of Louis XIII, and speedily became his favorite, owing to his 
sldll in faloonry. He rose rapidly, and was created dnke and constable 
of France. He piocnred the mnrder of Conclu and the exile of the 
qneen-mother, exdted a serions revoit against his arrogance and power. 
bnt died before he coold be overthrown. 

Mary de Medioi, bom at Florence in 1573, died in 1642, married Henry 
IV of France in 1600. She was a hanghty, ambitions, and obstinate 
woman. At the king's death she obtained the regency and fell under the 
sway of her two favorites, Concini and his wife, who were snbseqnently 
pnt to death by order of Louis XIII, her son. She plotted against the 
king and fought the battle of Pont de Ce, where she was defeated. She 
brought forward Richelieu, bnt when that statesman's policy conflicted 
with her own selfish views, she caballed against him and was exiled to 
Compiègne, whenoe she escaped to Belgium and afterwards to England. 

ICaurevers. Charles de Lonviers, sieur of Maurevers, one of the most 
accomplished banditti in the service of Charles IX. In his youth he was 
page to the duke of Lorraine, and murdered the govemor of the pages. 
He then entered the Spanish service ; retumed to France later, offered 
his services to the court, and undertook to assassinats the brave Admirai 
Coligny. He failed to do so, but in order to eam his pay, treacherously 
murdered Moy, one of the Protestant leaders, who had unsuspectingly 
received and entertained him. For this brutal deed Charles IX bestowed 
upon Maurevers the order of St. Michael. 

Idauzé, a small town on the Mignon, near Niort. 

Meung*, town on the Loire, near Orléans, famous as the birthplaoe of 
Jean de Meung, who continued the Roman de la Rose begun by Guil- 
laume de Lorris. 

Minimes. Minorists. A religions order founded in 1436 by St. Francis of 
Paule, under the title of Hermits of St. Francis of Assisi. Franciscan 
monks were called by their founder minor brethren ; de Paule, in order 
to impress greater humility upon his order, called the members Minimes, 
The order became very powerful in France. 

Monsieur, the king's eldest brother, Gaston d'Orléans. This title was ôrst 
given in the 16th century . Monsieur* s consort was called Madamci simply. 



Biographical and Geographical Notes. 286 

Nancy, the former capital of Lorraine-et-Barrois ; now the chief town of 
' the department of Meurtho-et-Moselle. It was fonnded in the 12th cen- 
tory, and taken by Louis Xm in 1633. 

Nîmes, the chief town of the department of Gard, a strong Galvinistic 
centre in the days of Louis Xin and Louis XIY. The persécution of the 
Huguenots at Nîmes was particularly active. 

Notre Dame. This magnificent cathedral was begun by Maurice de Sully, 
Bishop of Paris, in 1163, and completed in 1257. Under Louis XIII and 
Louis XIV, yandal hands were laid on the splendid fabric, under pre- 
tence of improving it. At the Beyolution an enormous amount of dam- 
age was done, and the cathedral was transformed into a Temple of 
Reason. In 1845 Lasous and YioUet-le-Duc were entrusted with the 
work of restoration, and carried out the task with great skill and taste, 
the cathedral having been repaired and restored to its ancient splendor. 
The Gommunists endeavored to bum it down, but happily failed. 

The cathedral was f ormerly surrounded by the Gloister, a group of 
dwellings inhabited by the canons, and by the archiépiscopal palace, 
which presented the appearance of a mediaBval fortress. The yard, or 
parvis, as it is still called, — the word being old French for paradia, was 
the place where condemned people were brought, torch in hand, for the 
double purpose of making the amende honorable and of hearing their 
sentence of death read out. 

Noyon, a town northeast of Gompiègne, on the river Oise. It was hère 
that Hugues Gapet was elected king in 967. 

Orléans, duc d', Jean Baptiste Gaston, third son of Henry IV and Mary de 
Medici, born hi 1608, died in exile at Blois in 1660. " A despicable prince,'' 
he was created duke of Orléans in 1626. He constantly intrigned against 
the king and Richelieu, invariably ending his attempts by betrayal of 
his friends and dishonor to himself . Montmorency, Ginq Mars, and de 
Thou owed their deaths to him. Four times banished, he leamed not 
prudence. When Louis XTV came to the throne he was made lieutenant- 
general of the kingdom, opposed the court during the Fronde, and was 
finally exiled to Blois ia 1652. 

Palais Cardinal, now called Palais Royal, was built by Richelieu, who 

died there and left the palace to the king. It was bumed in great 

part, but restored and enlarged by Philippe-Egalité. 
Pau, the former capital of Béam, and previous to that the résidence of the 

viscounts of Béam. Henry IV was born there in 1533. Now a noted 

winter resort. 
Pavle, town on the river Ticino, where Francis I was utterlydefeated and 

taken prisoner by Gharles V on Feb. 24, 1525. 
Périgrny, a small town close to La Rochelle, on the east. 



286 Biographical and Q-eographical Notée, 

Phanale, in Thessaly, where, in 48 b.c., a décisive battle was fonght 
between CsBsar and Pompey. 

Picard. The province of Picardy received its name aboat 1186, when the 
territory composing it was wrested f rom its then owner, the count of 
Flanders, by Philip Augostos. Picardy became one of the most impor- 
tant provinces of France. 

Place Royale, the aristocratie qoarter of Paris in the time of Louis Xm. 
The place was designed by Henry lY, who erected a part of the monu- 
mental buildings, and sold the remaining lots to noblemen. The works 
were not completed before his death, but Louis XTTT inaugurated the 
Place with great pomp on March 16, 1612. The mansions f orming the 
four sides of the square became the résidence of the leading nobility. 
Jules Claretie says : ** Avec ses larges maisons aux pierres rouges, aux 
vastes toits d'ardoise, soutenues par d'élégantes arcades, la place Royale 
est de toutes les places de Paris celle doni la physionomie est à la fois la 
plus charmante. Ce n'est plus le Paris d'aujourd'hui, c'est le Paris de 
Louis XUL" 

Poltrot de Méré, Jean, a Protestant gentleman of Angoumois, bom 1525. 
He served in Spain as military scout, but owes his celebrity to the fact 
that he assassinated the duke of Guise at the siège of Orléans. He was 
condemned to death and quartered in 1563. 

Pont de Ce, near Angers, on the Loire. The troops of Mary of Medici 
were defeated hère by the royal army in 1620. 

Pontoise, a town on the Oise, near its junction with the Seine. In the 
Middle Ages it f ormed one of the main def ences of the approaches to 
Paris. 

Pr6 aux Clercs, a wide common on the west, and close to the wiUls of 
Paris. It was divided into two parts, called respectively the Orand and 
the Petit Pré, In 1368 it was g^^nted to the University as a récréation 
ground for students and then became known as a resort for duellists. 
Under Henry H it was a favorite meeting place of the Calvinists. 
Towards the end of the reign of Henry IV, parts of the Pré were bnilt 
upon. 

Bé, ne de, off La Rochelle, on the Atlantic coast. Chiefly famous for the 
unsuccessful attempt of the English to capture it in 1627. 

Bichelieu, Armand Jean du Plessis, cardinal and duke, bom in 1585, died 
1642. Intended for the army, he subsequently entered the church, and 
was consecrated bishop of Luçon in 1607. In 1614 he was one of the 
deputies to the States-Greneral, where he first came prominently into 
notice. Mary de Medici took him into favor, and on Nov. 30, 1616, he 
entered the ministry as secretary of state for war and foreign affaira. 
In May of the foUowing year the queen fell f rom power and dragg^ 
Richelieu with her. His genius, however, was so great that he became 



Biographical and Q-eographical Notes, 287 

a power eyen in exile, and in 1624 he entered the cabinet as Louis XIII's 
prime minister, retaining power till his death. He broke the power of 
the nobility, destroyed the Huguenot state within the state, humiliated 
the house of Habsburg, and raised France to the dignity of a great 
nation. He founded the French Academy, built the Palais Cardinal, 
now Palais Royal, and extended the Sorbonne. 

Robespierre, François Mazimilien, bom at Arras, 1759; guillotined at 
Paris, 1794. Brought up to the law, he became a deputy to the States- 
General in 1789, joined the famous Jacobin Club, was returned to the 
National Assembly, led the cry for the king's death, and as leader of 
the Mountain became the most formidable personage of the Beign 
of Terror. The reaction against the sanguinary excesses of his party 
swept him f rom power ; he was arrested and endeavored unsuocessfully 
to commit suicide. With his death dosed the Reign of Terror. 

Rochelle, La, seaport on the west coast of France, and, in the time of 
Louis XUI, the stronghold of the Huguenots. It had long been in the 
possession of the English and was taken f rom them by the great Dugues- 
clin in 1371. In 1573 the duke of Anjou vainly attempted its capture, 
and Richelieu himself succeeded only after a twelve months' siège. 

Roussillon, a district of Southern France, lying between the Mediterra- 
nean, the Pyrénées, and Languedoc. Long under the independent rule 
of its own sovereign counts, it passed into the hands of Spain, was con- 
quered by Louis XIH in 164(M2, and was finally united to France in 
1659. 

St. Antoine, faubourg. Extended beyond tne walls of Paris where the 
Bastille stood, that fortress guarding the Porte St. Antoine. The district 
is now induded in the city proper. 

St. Barthélémy, the mémorable massacre of Protestants, begun in Paris 
on the night of Aug. 24, 1572. Over 15,000 persons were slaughtered in 
the capital alone. 

St. Denis, barrière, one of the gâtes on the north of the city of Paris. 

St. Qermain, town on the banks of the Seine, northwest of Paris. The 
château was built in the llth century, rebuilt and added to by successive 
sovereigns. Louis XIII died there, and it was the résidence of the exiled 
James II of England. It bas a magnificent forest, and the view from 
the terrace overlooking Paris and the valley of the Seine is one of the 
finest in the world. 

St. Martin, the apostle of the Gauls, bom in 316, in Pannonia, now Hun- 
gary, died 397. Served as a soldier, was converted to Christianity, and 
became bishop of Tours. The legend states that meeting a beggar on 
the road he gave him half his cloak. 

St. Martin, citadel of ; the fort on the island of Ré. 

St. Orner, town in the department of Pas de Calais, northwest of Arras. 



288 Biographical and Q-eographieal Notes. 

St. Simon. Claude de Ronvroi, dnke of St. Simon, bom 1007, died 1093, 
was page to Louis XTTT and rose in fayor, being appointed fiist equeiry, 
then goveraor of Blaye in 1090, and cfeated dnke and peer of France in 
1036. Riclielieu relegated liim to Blaye in 1037. His son is the best 
known of the name, his interesting Memoira having given him a high 
place in French literature. 

Schombergr, Henri de, marshal of France. He was descended from a 
German f amily and served with great distinction in the French army, 
gaining his marshars bâton in 1025. He defeated the English at the 
island of Ré, and was to the end of his lif e warring against the Huguenots. 
He died in 1032. 

Séfiniier, Pierre, bom 1688, died 1072. He was appointed keeper of the 
seals in 1033, and chancelier in 1036, being indebted to Richelieu for his 
adyancement. He remained f aithful to the Court party during the war 
of the Fronde, and presided over the commission which tried Fouquet. 

Sévlfirné, Marie de Rabutin, marcldoness of, bom 1020, died 1090. Mar- 
ried at 17, she was left a widow at 24, her husband having been killed in 
a duel. She devoted herself to her son and daughter, and her corre- 
spondence with the latter, after her marriage to M. de Grignan, forms 
one of the most brilliant monuments of French literature. 

Soissons, Louis of Bourbon, count of , born 1001, died 1011. One of the 
most restless spirits of a restless âge, he was inyolved in nea^ly every 
conspiracy ; that of Chalais sent him into exile, from which he retumed 
to receive the govemment of Champagne. With Gkuston of Orléans he 
plotted the deatii of Richelieu and had to flee ; took up arms against the 
cardinal, and was killed in battle. 

Tarbes, chief town of the department of Hautes Pyrénées ; formerly the 
capital of the county of Bigorre. As early as lOOT it enjoyed oonstitn- 
tional privilèges. 

Toiras, Jean de, bom 1586, died 1030, gained Louis XIH's favor by skill 
in f alconry, and received a company of guards in 1020. Appointed suo- 
cessively govemor of Fort Louis, near La Rochelle, and then of Ré and 
Oleron, he distinguished himself by his intrepid defence against Buck- 
ingham. For his equally splendid defence of Casai, in 1029, he received 
the bâton of marshal of France, but shortly afterward fell into disgrâce 
and lost his varions offices. 

Toumeile, Pont de la. The bridge connects the island of St. Louis and 
the left bank of the Seine. It dérives its name from a tour or UmrMUe, 
erected on the left bank in the 14th century, and which formed an ont- 
post to the St. Bernard gâte in the city walls. This post was long used 
as a convict prison and was demolished in 1787. 

Tours, on the left bank of the Loire, the former capital of Tonraine, the 
garden of France ; now the chief town of the department of Indre-et- 



Biographical and Greographical Notes, 289 

Loire. It is the seat of an archbishopric. Hère Charles Bfartel gained 
in 732, his great yictory over the Saracens. 

TrémoulUe, La. The La Trëmoailles belonged to the beat nobility of 
France, going back to the llth century. Louis de la Trémouille, known 
as le chevalier sans reproclie, was killed at Pavia. The dnke mentioned 
in the text was the greatest Protestant lord of Poitou, and had great 
influence in the Huguenot party. Shortly before the fall of La Rochelle 
the duke repaired to the royal camp and abjured Protestantism, receiv- 
ing in retum an important military command. 

The hôtel de la Trémouille was built in 1490, and wantonly destroyed 
in 1840. Viollet-le-Duc calls it one of the most beautif ul buildings of the 
close of the 15th century. 

Tristan, the famous grand provost of Louis XI, who employed him to 
carry ont his decrees of death or imprisonment. 

Tybum, the suburb of London where stood the gibbet on which were hung 
and ezposed the bodies of criminals. 

Uzès, town near Nîmes, in the south of France; one of the fortified 
Huguenot towns, taken by Louis XIU in 1629, and dismantled. 

Vieuville, La, Charles, marquis of , born 1582, died 1653, was minister of 
finance under Louis XHI in 1623. The best thing he did was to admit 
Richelieu into the cabinet, but when the cardinal's power made itself 
felt, La Vieuville plotted against him. He regained power in 1649, under 
the regency of Anne, who raised him to the peerage and a dukedom. 

Vitry, Nicolas de l'Hôpital, marquis, then duke of, born 1581, died 1644 { 
succeeded his father in the office of captain of the king's guards in 
1611. He slew Concini and was made marshal of France; he fought 
against the Huguenots and signalized himself at the ne de Ré and at 
La Rochelle. Having been appointed governor of Provence he ruled se 
harshly that the inhabitants revolted. Richelieu recalled him and sent 
him to the Bastille, from which he emerged seven years later, at the 
death of the cardinal. The year f ollowing he was created duke and peer 
of France. 



International Modern Language Séries 



The aim of this séries is a high one. It is attempting to furnish 
in the department of Modern Languages something analogous to the 
^cholarly and almost perfect éditions which may now be iiad of Latin 
and Grêek authors. The sélection of works is made with the greatest 
possible care and under what is believed to be the best advice. Both 
schoiarship and class-room expérience direct the annotation. 

The books of the German and Spanish Departments are not given in the list 
below trom lack of space. 

FSXHCH BEPAXTMKIIT. 

Introduction to the French Language. (van Daell) $i.oo 

French Exercises, (van Steenderen) 15 

Easy Introduction to the French Language. (van Daell) 

Introduction to French Authors. (van Daell) 80 

Legouvë et Labiche : La Cigale, (van Daell) 20 

Sand: La Famille de Germandre. (Kimball) 50 

Erckmann-Chatrian : Madame Thérèse. (Rollins) 60 

Scientific French Reader. (Herdler) 75 

Labiche: La Grammaire. (Piatt) 

Moireau: La Guerre de Tlndépendance en Amérique, (van Daell) .20 

Michelet : La Prise de la Bastille. (Luquiens) 20 

Napoléon : Extraits. (Fortier) 50 

Augier: La Pierre de Touche. (Harper) 60 

Places and Peoples: French Prose. (Luquiens) 75 

Daudet: Morceaux Choisis. (Freebom) 75 

Popular Science : French Prose. (Luquiens) 60 

Hugo: Quatre vingt-Treize. (Boïelle) 60 

Contemporary French Writers. (Mellé) 75 

Difficult Modern French. (Leune) 75 

Mérimée : Lettres à une Inconnue, (van Steenderen) 

Musset: Morceaux Choisis. (Kuhns) 80 

Bourget: Extraits, (van Daell) 75 

Daudet: Le Nabab. (Wells) 75 

Lemaitre, Jules : Morceaux Choisis. (Mellé) .90 

Sainte-Beuve: Extraits. (Efiinger) .50 

Racine : Andromaque. (Bôcher) 20 

MoUère : Les Précieuses Ridicules. (Davis) 75 

Molière : L*Avare 56 

Molière : Le Misantrope. (Bôcher) 20 

Sévigné, Madame de: Extraits. (Harrison) 

La Fayette: Princesse de Clèves. (Sledd and Gorrell) 60 

Montaigne : De l'Institution des Enfans. (Bôcher) 20 

Chanson de Roland : Extraits. (Paris) 60 



A apeelai cireuiar gMng the entire liât of the bookê of thU SorlOB 
sent poatpald on appileatlon. 



GINN ft COMPANY, Publishers, 

Boston. New York. Chicago. Atlanta. Dallai. 



International Modern Language Séries 



The aim of this séries is a high one. It is attempting to furnish 
in the department of Modern Langfuages something analogous to the 
scholarly and almost perfect éditions which may now be tmd of Latin 
and Greek authors. The sélection of works is made with the greatest 
possible care and under what is beUeved to be the best advice. Botii 
scholarship and class-room expérience direct the annotation. Spécial 
care is taken with the Introductions and Notes, and finally the utmost 
pains is exercised to insure the uniform excellence of the volumes of 
the séries, — or at least excellence as nearly uniform as can be expected. 

The books of the French Department are not gLvta in the Hst below from lack of spaoe. 

GESMAH DEPARTMXIT. 

Altes und Nenes. A German Reader for Young Beginners. 

(Seeligmann) $0.40 

Preparatory German Reader. (C. L. van Daell) 40 

Elementary German Reader. (Super) 40 

Hauff : Taies. (Goold) 70 

Storm: Geschichten ans der Tonne. (Brusie) 60 

Auerbach: Brig^tta. (Gore) 50 

Deutsche Gedichte. (Mueller) 40 

Rosegger: Waldheimat. (Fossler) 50 

Riehl: Burg Neideck. (Wilson) 30 

Freytag: Soll und Haben. (Bultmann) 60 

Seume: Aus meinen Leben. (Senger) 

Scientific German Reader. (Dippold) 90 

Keller: Dietegen. (Gruener) .35 

Von Sybel: Die Ërhebung gegen Napoléon I. (Nichols) 60 

Lessmg: Emilia Galotti. (Poil) 60 

Goethe: Egmont. (Winkler) 90 

Grillparzer: Sappho. (Ferrell) 60 

Kleist: Prinz Friedrich von Homburg. (NoUen) 80 

SchiUer: Wallenstein. (Schilling) 

Freytag : Doktor Luther. (Goodrich) .60 

Du Bois-Reymond : Wissenschaftliche Vortrâge. (Gore) 50 

Sélections from the Correspondence between Schiller and Goethe. 

(Robertson) 80 

Auswahl aus Luthers Schriften. (Carruth) 

German and English Sounds. (Grandgent) 50 

SPAHISH BEPARTMEKT. 

Gald6s: Dofia Perfecta. (Marsh) 1.00 



 êpeoitU eircuiar giving the entire liât of the booka of thi» Série» 
sent postpeUd on appiioaUon. 



GINN & COMPANY, Publishers, 

Boaton. New York. Chicago. Atlanta. DaHaa. 



MODERN LANGUAGE BOOKS 

NOT INCLUDBD IN THB 

INTERNATIONAL MODERN LANGUAGE SERIES. 

INTROD. PRICB. 

Beckerand Mora: Spanish Idioms $i.So 

Bernhardt: Course in German Composition, Conversation, and 

Grammar Review 90 

Collar-Iïysenbach : German Lessons 1.20 

English into German - 25 

Collar and Curtis : Shorter Eysenbach i.oo 

Cook: Table of German Préfixes and Suffixes 05 

Doriot: Beginners* Book in French 80 

Beginners' Book in French. 

Part II. Reading Lessons. [Separate] 50 

Beginners' Book in German 80 

Dufour: French Grammar 60 

French Reader, with Vocabulary i.oo 

Hempl : German Grammar 

German Orthography and Phonology. Part 1 2.00 

Easiest German Reading 40 

Knapp: Modem French Readings 80 

Modem Spanish Readings 1.50 

Modem Spanish Grammar 1.50 

Lemly: New System of Spanish Written Accentuation 10 

Smith: Gramàtica Pràctica de la Lengua Castellana 60 

Stein: German Exercises 40 

Stndies and Notes in Philology and Literature. VoL I i.oo 

" " " " Vol. II 1.50 

" " " " VoL III 4.00 

" " " " VoL IV 1.50 

" " " " Vol. V 1.50 

Sumichrast: Les Trois Mousquetaires 70 

Les Misérables .80 

Coppée*s Le Pater 25 

VanDaell: Mémoires du Duc de Saint-Simon .64 



Descriptive Circuîars ofthe above books setUt postpaidy on application. 



GINN & COMPANY, Publishers, 

Boston. New York. Chicago. Atlanta. Dallas. 



AN INTRODUCTION TO THE 





▲ PiMUoa Onaonr vlth 



By ALPHONSE N. van DAELL, 
Profuur of Modem Languages m Hu Màuachuutts InstituU of Tecknolcgy. 



ismo. Cloth. ssg paires. For introductioa, $i.oo. 



This is a complète first year book, compact and concise, 
and yet full enough to be accurate and thorough. It is in 
two parts : Part I. consists of exercises and refers constantly 
to Part II., which is a brief French grammar. For the ele- 
mentary courses in collèges, seminaries, académies, and high 
schools, it is believed to possess peculiar excellencies. 

It is truly practical, that is, it is based upon connected 
language, and it provides référence to a connected statement 
of grammatical rules. The particular attention of instructors 
is invited to this feature, not to be found in other books. 

The method of the book permits the introduction of 
conversational exercises at any stage of the course, and 
whenever the teacher wishes. The teacher is guided in 
this conversational work, and so with the aid of this book 
a comparatively inexperienced instructor can employ oral 
teaching with safety and satisfaction. 

The exercises are not of the Ollendorffian pattem, but are 
interesting in themselves. Besides this, they are French in 
substance as well as in form. They refer to France, to French 
ideas, French history, French customs, etc. In a word, the 
pupil breathes the very atmosphère of the country whose 
language he is stud3ring. 

This introduction can be used with any reader or set of 
reading books. 

The long expérience of the author has been ably supple- 
mented by the criticisms of eminent scholars and successful 
teachers. 

GINN & COMPANY, Publishers, 

Boston. New York. Chicago. Atl«ata. Dallas. 



COLLAR'S BYSENBACH^ 

PRACTICAL 



Shorter Eysenbach 



GERMAN 
GRAMMAR 



Revised and largely rewritten, with Notes to the Exercises and Vocabularies, 

By WILLIAM C. COLLAR, Revised by 

Head-Màster o/ihe Roxhury Latin Schocl^ Boston. ^y.ApA S. CTR T B i 



I2mo. Oloth. 242 pages. For introdnotion, $1.00. 

Eysenbach's Lessons, the original work, was unrivalled 
as a help to the complète practical mastery of forais and the 
acquisition of facility in conversation. 

Collar's Eysenbach, published in 1887, has proved to retain 
the excellencies of the original, freed from some defects, and to 
add merits of its own, particularly on the side of reading German. 
It is believed that no other book is so good for those who désire 
an introduction to German that shall give them in the briefest 
possible time a real grasp of the language. A call has arisen 
very naturally for a book embodying the same plan and aim, but 
shorter and easier. Many schools hâve not time for so extended 
a grammatical course, but still désire to do by the best method 
what they can do. 

Collar's Shorter Eysenbach has been carefully prepared to 
meet such cases. Vocabularies and exercises hâve been curtailed. 
Some less important topics hâve been omitted. This book can be 
easily handled in a year. At the same time many improvements 
of détails hâve been efEected. 

m A WORD : 
The Aim and Plan hâve been approved in two previous éditions ; 
The Method has been cleared and perfected twice over ; 
The Amount has been carefully adjusted to the needs of the 

average class ; 
The Détails hâve been minutely studied in the light of several 

years' expérience with the larger book. 



QINN & COMPANY, Publishers, 

Boftoo. New York. Chicago. Atlanta. Dallaa. 



GERMAN LESSONS 

** ^Mnbuch't Pnurtscal G«nMui Gianunar," reviaed and laigely rewritten, with 
Notes, Sélections for Reading, and Vocabularies. 

By W. C. COLLAR, 
Nead MuUr pfike Roxbmy Latin Sck^ol^ Bmicm, 



ismo. Cloth. 3i6o pag^** ^or introduction, $x.ao. 



IT IS INDUCTIVE, 

As one proceeds instinctively and necessarily when he 
learns a foreign language in a f oreign country, — not rig- 
idly inductive, but naturally and easily so ; 

DIRECT AND SIMPLE, 

Presenting everything from its practical side, in such a way 
as to help most toward the reading^ wrtting, and speaking of 
German with ease and accuracy ; 

WELL ARRANGED, 

Because every topic is taken up in the right place, and the 
lessons are so ordered that the mastery of one is a stepping- 
stone to the mastery of the next, so that the pupil feels he 
is outfianking the difficulties ; 

THOROUGH, 

Particularly in the abundant, ingénions, and varied Exer- 
cises, in adhering to the principle that reading, writing, and 
speaking should go hand in hand, and in stating things with 
scholarly accuracy and finish ; 

AND COMPLETE, 

Comprising Lessons, Précise Grammatical Principles, Choice 
Readings, Pertinent Notes, an Outline of Pronunciation, a 
Table of Contents, an Index, and Vocabularies, — ail in 
about 250 pages, besides the Vocabularies. 



GINN & COMPANY, Publishers, 

Boston. New York. Chicairo. Atlanta. Dallaa. 



QERMAN 

Orthography and Phonology 

By GEORGE HEMPL, Ph.D., 

Prof essor of English PkUology and General Linguiaiics in ihe 

University o/Michig'an. 

PART I. PART II. 

For introduction, $2.00. in préparation. 



'^HIS work is the first to attempt the systematic and compre 
^ hensive treatment of Gçrman orthography ànd phonology. 

Part I. consists of chapters on (i) Orthography: giving the 
history of the various forms of the German alphabet, the basis of 
spelling, and the rules of the officiai orthography, the use of 
capitals, punctuation, etc. ; (2) Phonology : presenting a clear 
outline of the éléments of phonetics, a classification of German 
speech-sounds, and a practical exposition of the values of the 
German ktters ; (3) Accent : being an elaborate treatise on pitch 
and stress, including sentence-stress. The book présents the 
results of récent scholarshîp in an eminently practical form, and 
nakes many new contributions to the subject, especially in the 
lomain of accent, a subject that has hitherto received but scanty 
reatment in any modem language. 

Part n. présents an extensive alphabetical list of the diffîcult 
words of the language, and gives their spelling (with ail the 
variants of the di£Eerent officiai spellers) and their pronunciation 
m phonetic transcription. The pronunciation thus indicated is 
founded, not upon the statements of older books, but upon Pro- 
f essor HempPs long and careful study of présent usage, aided by 
the collaboration and criticism of German teachers and professors 
representing ail parts of the German-speaking territory. The 
completion of this part of the work is being hastened as rapidly 
as the peculiar requirements of its préparation will permit. 



• ■ 



QINN &. COMPANY, Publishers, 

BOSTON. NEW YORK. CHICAGO. LONDON. 



MONTGOMERY'S FRENCH HISTORY 

By D. H. MONTGOMERY, 

Atiiker ^ " Tke Ltading FacU ^HûUny Serin** 



ismo. Cloth. ssx pages, with 14 maps, black and colored, 
and fuU tables. For introduction, $x.xs. 



The object of this volume is to présent the most impor- 
tant events of the history of France, selected, arranged, and 
treated according to the somidest pnnciples of historical 
study, and set forth in a clear and attractive narrative. 

The work is based. on the highest French authorities, — 
Guizoty Rambaud, Martin, and Duruy, — but ail points de- 
manding spécial considération hâve been carefully comjpared 
with the views of the best Ënglish writers on France. 

The attention of teachers is called especially to the fol- 
lowing summary : — 

The respective influences of the Celtic race and of the 
Roman and the German conquest and occupation of Gaul 
are clearly shown. 

Charlemagne's work and the subséquent growth of feudal 
institutions are next considered. 

The breaking up of the feudal System, with the graduai 
consolidation of the provinces into one kingdom, and the 
development of the sentiment of nationality are traced and 
illustrated. 

The growth of the absolutism of the crown, the interest- 
ing and important relations of France to America, and the 
causes of the French Révolution are fully presented. 

The career of Napoléon and its efîects on France and 
Europe are carefully examined. 

Finally, a sketch is given of the stages of the historical 
progress of France in connection with the state of the 
Republic to-day. 

GINN & COMPANY, Publishers, 

Boston. New York. êhicago. AtlanU. Dallas. 



[